Stéphane François
Stéphane François

Extrême droite et ésotérisme, Retour sur un couple toxique

Par Géplu dans Anti-maçonnerie

Il reste quelques places pour la Tenue blanche fermée consacrée aux rapports entre l’ésotérisme et l’extrême droite qui se tiendra mardi 13 octobre à 20h15, 21 rue Cugnot à Paris à l’initiative de la loge le Tout Monde de la GLMF, avec Stéphane François pour conférencier.

Pour ce chercheur, il existe plusieurs tendances, ou courants idéologiques, concernés par cette rencontre. On peut citer la Nouvelle Droite et son néopaganisme ; les antimodernes ou la droite subversive italienne des « années de plomb » et leur « Tradition » ésotérique théorisée par le métaphysicien antimoderne Julius Evola ; le fascisme et le néofascisme et leurs rapports avec la franc-maçonnerie ; le néonazisme et l’« occultisme nazi », etc. Sans parler des sujets qui fâchent, comme les relations entre la franc-maçonnerie allemande et le nazisme… Il existe également des mouvements évoluant aux marges du néofascisme, le « nationalisme-révolutionnaire », et du racialisme völkisch qui mélangent le traditionalisme ésotérique aux corpus doctrinaux de la droite radicale (nationalisme européen, antisémitisme, « occultisme nazi », nordicisme, ethnocentrisme, racialisme, occultisme, etc.), donnant naissance à un « nationalisme spirituel-religieux ». Leurs mythologies politiques, irrationalistes, sont fabriquées avec divers héritages relevant à la fois du politique et de cultures religieuses minoritaires. À l’inverse, on trouve aussi des occultistes qui ont soutenu, ou qui soutiennent, un discours extrémiste de droite. L’une des premières questions que l’on pose face à cet ésotérisme d’extrême droite reste celle-ci : Pourquoi cet intérêt ? Généralement, elle est suivie d’une autre question : Quelles sont les manifestations de cet ésotérisme ? Autant d’interrogations que posera le chercheur avant le traditionnel débat.

Stéphane François a publié des dizaines de livres et d’articles. Parmi ses ouvrages récents, on peut citer :
– Les Mystères du nazisme. Aux sources d’un fantasme contemporain, Paris, PUF, 2015.
– Au-delà des vents du Nord : L’extrême droite française, le pôle Nord et les Indo-Européens, PUL, 2014.
– La Modernité en procès. Éléments d’un refus du monde moderne, Valenciennes, PUV, 2013.
– À droite de l’acacia : de la nature réelle de la Franc-maçonnerie ?, La Hutte, 2012.
– Le Des mondes à la dérive : réflexions sur les liens entre l’ésotérisme et l’extrême droite, La Hutte, 2012.
– L’écologie politique : Une vision du monde réactionnaire ? Réflexions sur le positionnement idéologique de quelques valeurs Cerf, 2012.

Un numéro spécial de la revue Critica Masonica est vendu en souscription sur le même thème, au prix spécial de 15 euros (20 euros après parution fin 2015).
Téléchargez le bon de commande : Critica Stéphane François

jeudi 08 octobre 2015 22 commentaires
  • 16
    Lionel MAINE 9 octobre 2015 à 16:58 / Répondre

    Rendons aussi hommage à Mircèa ELIADE, autre grand poncif des planches « copiées- collées », dont les postures citoyennes et militantes, « ne nous regardent pas » !

  • 13
    HRMS 9 octobre 2015 à 12:06 / Répondre

    la navigation dans ces mondes qui se veulent parallèles demande un pilotage avec un compas qui paradoxalement s’appelle le Doute;
    les courants qui portent à la roche ou à la cote, y font apparaitre sans cesse de nombreux écueils, et qu’il n’y a pas de mise à jour possible des cartes;
    Cette navigation est un excellente méthode d’entrainement pour concevoir la réalité de l’illusion, et la capacité de l’illusion à fabriquer du réel;
    Au niveau personnel comme au niveau sociopolitique les capacités de l’ésotérisme à l’interface des occultismes, sont celle d’un courant de marée dont la puissance trouble les eaux en les mélangeant.
    Garder la tête froide pour tenir fermement la barre, nécessite donc une préparation réelle à l’exercice du doute, car il s’agit de survivre et gardant le bateau sans avarie.
    Pour apprendre et entreprendre ce genre de navigation, il y faut une foi à tout épreuve permettant de survivre aux paradoxes du doute, un sens moral pour vivre au milieu de violentes contradictions, et un équilibre psychique affirmé pour ne pas sombrer lors des épisodes de perte de foi et du sens moral;
    Ne prenez pas la mer si vos capacités ne sont pas celle-ça, si vous n’êtes pas prêt à courir le risque de devenir aveugle, fou, et à réellement mourir à vous même…. car il n’y a de conscience que malheureuse.

  • 11
    lanterne 9 octobre 2015 à 11:23 / Répondre

    @Jean-Pierre Bacot

    « Avant de prétendre que certains n’y comprendraient rien, il faut le lire »

    Tout à fait d’accord, je l’ai bien lu en profondeur et je reste d’accord avec Emilius.

    Mais puisque tu penses qu’il faut le lire soi-même en profondeur, n’est-ce pas contradictoire de terminer en citant la critique d’un autre pour appuyer le propos ?

    Cynisme mis à part il faut prendre du recul et se demander :
    .
    -Si un facho se met à aimer un auteur, cela fait-il de cet auteur un facho ?
    – Le fait qu’une certaine catégorie de personnes qualifiée d’extrême droite (par d’autres) prend comme référence un auteur signifie t’il que l’auteur est d’extrême droite (dans le sens usuel franco-français du mot)? Non cela serait trop facile.
    .
    Demandez à Fabrice Lucchini qui magnifie Céline s’il est antisémite par exemple, on voit bien que ce sont des raccourcis imbéciles qui ne servent qu’à alimenter des postures intellectuelles aliénantes dont lu but est de gommer toutes les subtilités de la réalité.
    .
    Qui à peur du réel est un ennemi de la Vérité.
    .
    Je pense donc que c’est adopter la posture facile des idées reçues et il eut été plus utile d’aborder les thèmes évoliens pour les décortiquer dans le cadre précis dans lesquels ils tirent leurs signification (toujours se mettre dans le contexte qui constitue une méta-communication sur les contenus), ce que fait d’ailleurs sans doute le conférencier que je ne connais pas plus que ça.
    .
    Le problème c’est qu’aujourd’hui, comme le dit très bien Onfray, tout ce qui n’est pas dans l’air du temps est suspect, il y a une dictature du « bien pensant » qui conduit toute personne qui n’est pas d’accord avec le sens commun à être suspecté d’être un facho, un homophobe, un raciste et donc un antisémite.
    .
    Pourtant lire les textes d’évola sur les races avec un peu d’objectivité, ou « le fascisme vue de droite » et l’on comprendra tout le fossé qui sépare le sens de l’expression « extrême droite » tel que nous l’utilisons aujourd’hui (objectivement et subjectivement) des thèses que défend Evola.
    .
    Mais alors comment expliquer cette apparente proximité intellectuelle, parce qu’il faut bien constater les faits. Je vais vous dire comment j’explique le lien récurent entre les textes d’Evola et l’extrême droite.
    .
    Ce n’est pas le contenu des textes d’évola qui doivent primer pour comprendre le phénomène, c’est surtout « l’atmosphère » des textes. On y retrouve un sentiment d’absolu, nietzcheen, ou l’homme y est entendu comme occupant une place centrale devant se manifester par un retour à une virilité perdue, osirienne. Il y a donc indubitablement tous les ingrédients « mythiques » pour séduire le « facho » en puissance. Pour autant cela veut-il dire qu’Evola prône le fascisme (au sens courant actuel), les régimes dictatoriaux ou l’extermination d’une race ? Certainement pas.

    En réalité je pense depuis longtemps que ceux qui veulent faire d’Evola et de Guénon des promoteurs de la droite extrême sont tout aussi médiocres que ceux d’extrême droite qui veulent en faire leur référence. En cela ils se ressemblent beaucoup et constituent précisément « la race » de ceux que critiquent Evola, incapables qu’ils sont de sortir d’une lecture émotionnelle et subjective. Incapable de sortir de leurs schémas de pensée pour explorer humblement une proposition philosophique ou initiatique.

    Le risque lorsque l’on combat le fascisme c’est de finir par lui ressembler et à le devenir soi-même.
    Que chacun observe ce qui se passe aujourd’hui autour de lui, et qu’il nous dise haut et fort que l’on est plus libre qu’il y a vingt ans … Demandons de quoi sont faits les nouveaux totalitarismes « mous », bien plus dangereux et cyniques que ne l’ont jamais les totalitarimes « traditionnels ».

    • 14
      jean-Pierre Bacot 9 octobre 2015 à 13:44 / Répondre

      Céline a du talent littéraire, comme Hamsun où d’autres grands écrivains qui n’en sont pas moins humainement de franches crapules. Concernant les philosophes, Onfray, justement, demande qu’on les juge sur ce qu’ils ont écrit mais aussi sur ce qu’ils ont fait ou pas fait. Sartre etc. Idem pour Guénon et Evola dont on sait comment ils ont fini.
      A part ça, si combattre le fascisme c’est lui ressembler, alors mettons les résistants dans la poubelle de l’histoire, ce que je ne ferai certes pas. Pauvres marges de la maçonnerie où, semble-t-il, le ventre est donc encore fécond d’où a surgi la bête immonde et à force de rechercher les pensées différentes
      on en vient à dire qu’une dictature est mieux qu’un démocratie, fût elle imparfaite.
      Stephane François, mais aussi d’autres, tiendront le coup contre ceux qui leur reprochent d’étudier leur sujet ce qui leur permet de dire
      Oui Evola était proche du fascisme mussolinien et plus largement un penseur de droite radicale, oui il a dit des choses affreuses sur les Juifs,oui il est un cadre de pensée des héritiers de cette période affreuse.
      Tout sauf une pensée émotionnelle et subjective, les faits avérés et les textes imprimés.

      • 15
        lanterne 9 octobre 2015 à 14:28 / Répondre

        1- « Stephane François, mais aussi d’autres, tiendront le coup contre ceux qui leur reprochent d’étudier leur sujet ». Au contraire je les encouragent. La critique ici ne concerne pas le conférencier dont j’aurais sans doute beaucoup à apprendre, il te concerne toi qui répète ce que tu n’a probablement pas étudié toi-même.
        .
        Sais-tu comment on appel un maçon qui répète une chose sans l’avoir vérifié par lui-même ?
        .
        2- Mais ça veux dire quoi « Oui Evola était proche du fascisme mussolinien » c’est quoi la distance ? qu’y a t’il dans cet espace ?
        Pourquoi n’était-il que proche ?
        .
        3- Tu parles aussi de la façon dont ils ont fini d’une manière péjorative me semble t’il… tu peux être plus précis ?
        .

        Merci à toi

      • 21
        yasfaloth 11 octobre 2015 à 13:51 / Répondre

        Guenon a « fini » humblement, au Caire, en « bon musulman » et marié à la fille d’un Imam parfaitement honorable… et malgré ce qu’ont voulu faire croire ses détracteurs il n’a cessé de fustiger la doctrine national-socialiste et ses prétentions « traditionalistes » !
        .
        Et j’ai l’impression qu’on confond un peu ici ésotérisme et occultisme !

  • 7
    EMILIUS 8 octobre 2015 à 22:10 / Répondre

    Bonjour,

    confondre pseudo-esoterisme et pseudo-traditionalisme est quand même d’un ridicule, vouloir voir Julius Evola comme un théoricien d’extrême droite, l’est tout autant malgré certaines de ses marottes qu’il eut a une époque ; ce n’est pas parce que certains qui n’y comprennent rien et « récupèrent » qu’il faille automatiquement y inclure les personnes dont « ils se revendiquent » alors que si on lit correctement ces dits « récupérés » ils en sont aux antipodes ; c’est tout le problème de l’universitaire ; il veut résoudre le paradoxe par la raison ce qui est strictement impossible. ; quand aux effets politiques ils ne viennent pas de l’extrême droite en particulier ; mais tout simplement des multiples forces occultes en jeux; un mauvais état d’esprit ; dont l’esprit moderne est le fer de lance, car étant la porte ouverte a toutes les errances.

    Cordialement.

    • 9
      jean-Pierre Bacot 9 octobre 2015 à 10:08 / Répondre

      Ben voyons, Evola n’aimait pas les Juifs, appréciait en revanche le Duce et aura prôné tout au long de ses écrits une idéologie régressive.

      Avant de prétendre que certains n’y comprendraient rien, il faut le lire, comme il faut lire Guénon, aller au texte en profondeur et on sera proprement sidéré que des maçons s’y réfèrent. Dans Critica Masonica n° 6, Stéphane François revient en détails sur l’un des personnage chéris des penseurs de la nouvelle droite.
      A part ça, le fascisme comme marotte, elle est bien bonne celle là !

      • 10
        Lionel MAINE 9 octobre 2015 à 11:05 / Répondre

        Merci, mon Très Cher Jean-Pierre; je me sens de plus en plus seul, ces derniers temps,n’étant pas du tout, contrairement à ce que j’ai lu hier, justement dans « l’air de temps » où cléricalismes et occultismes à la « mords moi le nœud » n’ont jamais autant reçu un accueil aussi favorable.
        Bon weekend.
        Lionel.

        • 12
          chicon 9 octobre 2015 à 11:49 / Répondre

          Ce que j’ai lu de Julius Evola etait d’une bonne sensibilisation maconnique sans allusion aucune au fachisme

        • 17
          357 9 octobre 2015 à 18:51 / Répondre

          Tu n’es pas seul. Je prépare une note sur René Guénon.

      • 18
        EMILIUS 9 octobre 2015 à 20:23 / Répondre

        Bonjour,

        « Evola n’aimait pas les Juifs » certainement pas il critiquait ceux qui sortaient et quittaient leur forme traditionnelle et la remplaçait par une idéologie profane, car la nature a horreur du vide,
        ___
        comme écrivait Guénon a ce propos, quand les hommes quittent leur forme traditionnelle et embrace le profane comme unique raison d’être, il ne reste plus que leurs mauvais aspects ; si chacun s’écoutait, il découvrirait que tout ceci est parfaitement vrai et logique ;
        ___
        car toutes ces tendances qui poussent vers l’extérieure chacun d’entre nous les a ; et que chacun a des penchants plus ou moins forts a ce détourner ou non suivant ses qualités prédéterminées.
        ___
        Evola critiquait le sionisme comme étant une catastrophe, en effet encourager les hommes vers l’athéisme et ces tendances dualistes, c’est aller inexorablement à la catastrophe car cela remet en cause le pourquoi de l’homme ici bas ; d’ailleurs comme tout autre construction anti-traditionnelle.
        ___
        Donc voyez-vous nous sommes loin des considérations enfantines de quelques racistes et de cette simplification ridicule « Evola n’aimait pas les Juifs ».

        Cordialement.

        • 19
          Lionel MAINE 9 octobre 2015 à 20:51 / Répondre

          L’athéisme mènerait à la catastrophe !
          Et les thèismes de l’Histoire,à combien de millions de morts , au nom de simples vues de l’esprit?

        • 20
          HRMS 10 octobre 2015 à 03:09 / Répondre

          Vous rendez vous compte du nombres d’inepties que vous énoncez dans un ce paragraphe ?: « en effet encourager les hommes vers l’athéisme et ces tendances dualistes, c’est aller inexorablement à la catastrophe car cela remet en cause le pourquoi de l’homme ici bas ; d’ailleurs comme tout autre construction anti-traditionnelle. »
          Ou faites alors l’effort de préciser ce que sont :
          – les tendances dualistes de l’athéisme ?,
          – l’inexorable catastrophe?
          – le pourquoi de l’homme ici bas?
          – l’ici bas?
          Vous vous apercevrez alors à quelle type musique vous êtes enmétallisé, et qui n’a rien à voire avec une ascèse « ésotérique », mais avec une idéologie très exotérique, car particulièrement borné (au sens du géomètre):
          Enfin ne vous en déplaise, il existe une quête particulièrement ésotérique au coeur de l’athéisme et au risque de l’inquiétude du dialogue intérieur,entrainant conversion et bouleversement, mot qui est le sens étymologique de « catatrophe ».

      • 22
        yasfaloth 11 octobre 2015 à 13:59 / Répondre

        Je suis maçon, j’ai lu, je crois la plupart des ouvrages de R. Guénon que j’ai, souvent en version originale dans ma bibliothèque, et je prétends que sa pensée continue d’illuminer dans un sens tout à fait positif mon parcours maçonnique.
        .
        Je n’ai pas lu Stéphane François, mais j’ai lu l’ouvrage de Jean Van Wim et je l’ai trouvé tristement pitoyable de parti-pris, d’interprétation de mauvaise foi ou tout simplement d’incompréhension…
        .
        Il faut avoir un peu « tué le vieil homme » pour comprendre et apprécier R. Guenon…
        .
        Et pour fixer les idées : c’est un homme de centre-gauche qui écrit ce post !

  • 5
    jean-Pierre Bacot 8 octobre 2015 à 16:28 / Répondre

    Le moins que l’on puisse dire est que Stéphane François étudie très sérieusement les discours guénoniens, évoliens et autres. Il est un des rares à le faire, livre après livre, article après article. La revue Critica Masonica va publier en janvier prochain un numéro spécial actuellement en souscription (15 euros) consacré à « Esotérisme et extrême droite, retour sur un couple toxique », par lui rédigé.
    Aucun raccourci par rapport à ces adeptes de cette Tradition an-historique et d’une position anti-moderne, pas de citation sortie de son contexte.
    Les textes, rien que les textes, bon d’accord, les comportements aussi…

  • 4
    lanterne 8 octobre 2015 à 14:56 / Répondre

    @Lionel Maine
    .
    Bien que je n’apprécie guère Guénon, il me semble que lui contester son statut de métaphysicien n’est pas acceptable. On peut ne pas être d’accord certes, mais parler de « soi disant discours » et de « danger » dans la même phrase monte que la posture est construite sur un rejet idéologique au mieux ou sur l’irrationalité d’une peur. Ce n’est donc pas recevable en soit et ce n’est pas très maçonnique comme posture me semble t’il, elle qui réclamerait d’explorer le concept avant d’en tirer une conclusion de ce genre et aussi de l’argumenter sur des principes identifiables.
    .
    A cet égard le christianisme et toutes les religions ont potentiellement les moyens de générer les même danger, tout simplement parce que notre histoire nous l’a montré. faudrait-il dans ce cas interdire ou se méfier des religions ? Non évidemment, le seul rempart objectif contre ce dont nous parlons est l’étude critique objective, l’expérimentation des choses proposées, autrement dit le travail. Ce ne sont pas les textes qui posent problème, ce sont les lecteurs qui vont les utiliser et les comprendre selon un sens qui leur est propre. Il est tout à fait possible de lire Guénon et Evola en dehors du champ politique extrême comme il est très facile de faire le contraire
    .
    Occultisme et ésotérisme.
    J’accepte volontiers la critique « occultiste » cependant il y a une confusion je pense dans le propos.
    L’occultisme ne s’oppose pas à l’ésotérisme, en revanche il s’oppose très souvent à ce qui est initiatique.
    Ce qui est initiatique ou occultiste est ésotérique, en revanche ce qui est ésotérique n’est pas nécessairement initiatique et c’est très souvent là que se situe l’occultisme et la distinction devient parfois difficile.
    .
    D’ailleurs à cet égard comme Lionel, Guénon et Evola ont critiqué « l’occultisme » à qui l’on doit entre autres les fameuses églises gnostiques qui appartiennent à ce courant historiquement. Ces derniers étaient justement (bien que très différent dans leurs propos) pour un retour de l’esprit de l’initiation et c’est précisément à la compréhension de ce « retour » qu’émerge les diverses postures « politiques » pouvant relever des extrémismes.
    .
    Le travail n’est donc pas simple puisqu’il faut reconnaître qu’initiation et occultisme cheminent côte à côte et étudient les même choses mais les envisagent différemment. D’ailleurs, un maître du REAA qui n’aurait pas étudié un peu la kabbale ne peut pas comprendre son rite ou très mal. Seuls diront le contraire ceux qui ne connaissent pas la kabbale ou qui ne connaissent pas le lien qui existe avec leur Rite. Or cette kabbale est aussi le socle de ceux qui ont donné naissance à l’occultisme depuis E.Levi à F.Bardon à Papus à R.Ambelain et les autres.
    .
    On voit donc que glisser d’une chose à une autre peut être très facile. Pour faire une métaphore, sur un plan en papier une frontière peut être extrêmement bien définie, mais on se rend compte que sur le terrain, rien du paysage ne nous montre à quel endroit on change de pays. Ainsi, il en va de même dans le monde des idées et de l’initiation où il est très facile de définir des postures de principe, mais qui dans la réalité des loges et des pratiques des rites ne peut se révéler comme tel aussi simplement.
    .
    Ainsi celui qui est authentiquement intéressé par l’initiation sera intéressé par les disciplines traditionnelles et bien souvent aussi à un certain retour aux valeurs qui les accompagnent, il sera immanquablement amené à se demander quel est le sens ésotérique des symboles de sa loge et tombera mécaniquement sur des principes kabbalistiques. Peut-être s’intéresser a-t-il à d’autres traditions tout aussi marquées comme celles de Martinès de Pasqually etc..
    .
    Donc là comme ailleurs évitons les jugements hâtifs. Et pour cela privilégions l’étude. Adopter une posture parce qu’elle est répandue et dans l’air du temps serait une erreur.
    A+

    • 8
      FRED 9 octobre 2015 à 07:03 / Répondre

      Trés juste dèmonstration

  • 3
    jean-Pierre Bacot 8 octobre 2015 à 10:57 / Répondre

    Il suffit de venir vers 20 heures et de me prévenir si tu reste aux agapes
    jean-pierre.bacot@orange.fr

  • 2
    Lionel MAINE 8 octobre 2015 à 10:08 / Répondre

    Nous devons en effet être très vigilants; j’ai retrouvé ,dans mes archives ,un article élogieux de 2012 d’une revue interne d’une grande Obédience française, par un Très Cher Frère très présent sur la blogosphère, consacré à un livre de Stéphane BLET sur l’herméneutique.
    Certes, à l’époque, le Frère Stéphane BLET, aujourd’hui « TAU FERENC » (les « TAU » se resserrent !) était membre d’une Loge de cette Obédience et ne se répandait pas encore en un antisémitisme écœurant.
    A cette égard, le mélange des genres dans le film « La France maçonnique » semble très révélateur !
    Mais, comme disait Salomon, « rien de nouveau sous le soleil » !
    Prenez l’attirance qu’exerce encore aujourd’hui le discours soi-disant métaphysique de René GUENON et vous comprendrez mieux où est le danger.
    Raymond ABELLIO est-il souvent cité dans les planches ?
    En fait, l’ésotérisme dévie facilement vers l’occultisme, qui lui est ce que la pornographie est à l’érotisme !

    • 6
      357 8 octobre 2015 à 19:01 / Répondre

      Les Tau se resserrent. Excellent !

      Il y a un très chouette livre de Christophe Boutin sur ce sujet. « Julius Évola. De la tradition en politique ». Éditions Kimé. 1992. C’est à l’origine une thèse universitaire dont une partie analyse en profondeur les liens entre le fasciste Evola et l’occultiste multicarte Guénon. Ces derniers ont eu une correspondance très suivie.

  • 1
    wagnon patrick 8 octobre 2015 à 09:29 / Répondre

    bonjour
    il n’est pas indiqué les modalités d’inscription !
    merci frat

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
80b6cf3c044d56af6c92b26ad982b18akkkkk