FMM 48

Franc-Maçonnerie Magazine N°48 sort demain

Par Géplu dans Dans la presse

Le quarante huitième numéro de Franc-Maçonnerie Magazine, de mai-juin 2016 est un numéro spécial consacré à la franc-maçonnerie britannique. Le dossier est explicite : « Réguliers anglais contre libéraux français »…

4 articles dans ce dossier : Réguliers anglais contre libéraux français par Jean-Moïse Braitberg, La franc-maçonnerie britannique. Au service de la monarchie par Cécile Révauger, Franc-maçonnerie et pouvoir colonial dans l’Inde britannique par Simon Deschamps, et Dans le monde anglo-saxon : Une franc-maçonnerie entre déclin et renouveau par Michel Jaccard.

Mais aussi un article d’Henri Pena-Ruiz, Nietzsche : du soupçon qui libère au grand oui à la vie, un autre de Jean-Moïse Braitberg, Le whisky : un rite écossais ancien… et très bien accepté, la page d’humour de Jacques Ravenne Jean Acacio au pays des francs-macs, ou encore la page sur la franc-maçonnerie internationale de Jiri Pragman.

Téléchargez le sommaire complet : Sommaire FMM n48

mercredi 18 mai 2016 37 commentaires
  • 30
    David Guffroy 23 mai 2016 à 23:09 / Répondre

    La Franc-maçonnerie est un Art Royal.

    Et comme tout Art, il existe différents courants.

    On peut citer par exemple l’apport français au XVIII siècle la Chambre des réflexions.

    Cette Chambre des réflexions deviendra le Cabinet de Réflexion.

    Celui qui n’a pas été plongé dans le Ténèbres, a-t-il vraiment été initié ?

    C’est ici le commencement de l’Initiation.

    Et c’est peut-être même ici, que la Franc-maçonnerie devient véritablement initiatique.

    Pour la Constitution, nous pouvons réfléchir à une Constitution Maçonnique Européenne.

    • 31
      joab'nnn 24 mai 2016 à 11:06 / Répondre

      Faute de prendre une référence, on part dans de l’invention au gré de l’humeur du moment. Vis à vis de ces anciens textes que ce soit les old charges ou anderson ou Ramasay, il faut prendre quelque distance, les désacraliser et examiner ce qui est tendance forte des dispositions conjonctuerelles sans signification aujourd’hui.
      Ainsi le sexisme, la position sur le servage, les convenances aux religions de l’epoque ou vis à vis des homos ou des handicapés sont conjoncturelles.
      Par contre les notions de liberté, responsabilité, fraternité, recherche de profondeur, égalité de droits, humilité, générosité, universalité n’ont pas bougé depuis 3 siècles. Et gardent toute leur force.
      Manifestement, et hélas, des FM semblent plus attachés à des dispositifs organisationels profanes(regles sectaires d’obediences) qu’à des fondements.

      • 35
        David Guffroy 24 mai 2016 à 14:29 / Répondre

        Très Cher Joab, la Franc-maçonnerie en 1717 n’est pas initiatique.

        C’est un système en deux grades et surtout des catéchismes.

        La Fanc-maçonnerie initiatique apparaît bien plus tard.

        De mon point de vue, avec l’apparition du Grade de Maître.

        Mais, surtout avec l’apport de la Chambre des reflexions.

        Le Prologue de l’Evangile selon Jean:

        “ La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.
        Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme”

    • 33
      joab'nnn 24 mai 2016 à 11:28 / Répondre

      Cher David. Tu as tout à fait raison d’inciter à réfléchir. Je pense simplement qu’il ne faut aucunement espérer de ce qui a créé la fragmentation de la FM (les obediences) quelque aide en la matière. C’est un autre modèle qu’il faut monter. Similaire aux réseaux sociaux (mais surtout sans opérateur). Soyons audacieux et non conformistes.

      • 34
        David 24 mai 2016 à 14:18 / Répondre

        Les Constitutions d’Anderson ont-elles été redigé dans un espace sacré ou profane ?

        • 36
          joab'nnn 24 mai 2016 à 20:45 / Répondre

          Anderson était un pasteur. Il n’y a pas d’ « espace sacré » dans le protestantisme.

          • 37
            David 25 mai 2016 à 04:44 / Répondre

            Les Constitutions d’Anderson sont un incroyable récit. Au-delà du temps et de l’espace.
            Ces Constitutions nous livrent le secret de l’apparition de l’Art Royal en Angleterre. 
            L’Art Royal apparaît en France puis est transmis en Angleterre.

            “Yet becoming a free People (as the old Saxon Laws testify) and having a Disposition for Masonry, they soon began * to imitate the Asiatics, Grecians, and Romans, in erecting of Lodges and encouraging of Masons ; being taught, not only from the faithful Traditions and valuable Remains of the BRITONS, but even by foreign Princes, in whose Dominions the Royal Art had been preserv’d much from Gothic Ruins, particularly by CHARLES MARTELL King of France, who according to the old Records of Masons, sent over several expert Craftsmen and learned Architects into England, at the Desire of the Saxon Kings : So that during the Heptarchy, the Gothic Architecture was much encourag’d here, as in other Christian Lands.”

  • 27
    David Guffroy 23 mai 2016 à 14:08 / Répondre

    Très juste Frère Joab.

    Peux-t-on considérer les Constitutions d’Anderson comme un texte sur lequel peut s’appuyer la Franc-maçonnerie demain ? Je ne le crois pas.

    Les règles ne sont pas immuables et doivent évoluer.

    Il faudra un jour ou l’autre fondé une nouvelle constitution.

    • 32
      joab'nnn 24 mai 2016 à 11:12 / Répondre

      peut être est-ce mon côté anglo-saxon pragmatique qui me pousse à dire et plaider : Pratiquons la FM universelle sur la base de nos rituels tri-centenaires, y compris si ca brusque les desirs sectaires de nos organismes auxquels nous sommes adhérents.
      Et si ca s’avere bien, disons alors que c’est çà la regle, la constitution.
      NB : c’est ce qui s’est passé en 1717 ! Les constitutions d’Anderson n’ont fait qu’ecrire ce qui tait la pratique depuis 1717.

  • 25
    David Guffroy 22 mai 2016 à 15:37 / Répondre

    On ne peut avoir une démarche d’indifférence concernant la régularité et la reconnaissance.

    Ces principes empêchent Franc-maçonnerie française de répendre la lumière et ces valeurs.

    Les basic principles de 1929 et les clauses de juridiction territoriale: c’est plus de 130.000 Franc-maçons et Franc-maçonnes non reconnues en France.

    C’est la non-reconnaissance des plus anciennes Obédiences françaises.

    Ainsi, que toute la richesse de la Franc-maçonnerie francaise, les Obédiences feminines et mixtes.

    La Franc-maçonnerie anglo-saxonne, et les Constitutions d’Anderson, ne répondent plus aux aspirations des Hommes.

    La France, en tant que co-fondateur de la Franc-maçonnerie spéculative doit rassembler ce qui est épars, la Franc-maçonnerie libérale, traditionnelle, féminine et mixte.

    De mon point de vue, à travers une nouvelle constitution.

    Une Union des Loges ou une Confédération peut effectivement définir les règles inter-visites entre les Loges avec l’idée d’une souveraineté des Loges ( voir F. Luciole)

    Il existe déjà une Confédération Maçonnique de France. C’est l’occasion de la réveiller et d’y adjoindre les Obédiences libérales, féminines ou mixtes.

    • 28
      joab'nnn 23 mai 2016 à 17:24 / Répondre

      Encore une fois, pourquoi ces références nationalistes déplacées ? Il n’y a pas de « francmaconnerie francaise ».
      Il y a la francmaconnerie … qui se revendique UNIVERSELLE et se bat pour çà.
      Les « obédiences francaises » … on s’en moque ! L’obédience n’est qu’un détail facultatif pour satisfaire des désirs de division.
      Aucun intérêt à créer un « machin » de plus qui se voudrait subversif ou concurrent des anglo-saxons.
      Soyons FM UNIVERSELS et moquons nous, ignorons, pietinons, combattons tout ce qui disperse, sépare les FM : les caprices de soumission à des preconisations de pretendus « réguliers » mais pas seulement ! Le sectarisme depasse largement celà : toutes les loges qui pratiquent sexisme ou sectarisme au nom de pretextes futiles non maçonniques.
      En tant que FM nous aurions tord de réagir en groupes profanes comme l’était CMF, pure construction politique.
      On pourrait plus justement citer l’Union Maconnique européenne, MULT, CLIPSAS, GLEFU qui federent des loges au nom de l’universalité … mais il serait vain de s’imaginer que ces groupes seraient LA SOLUTION.
      LA SOLUTION nous l’avons dans tous nos rituels ! Sortons de cet egarement contre-maconnique de donner credit (ou pire priorité) à des considerations extra-rituelliques.

  • 20
    David Guffroy 21 mai 2016 à 12:36 / Répondre

    Un apport très courageux du Frère 357.

    Il est utile de le rappeler.

    Il n’existe pas de filiation historique entre la Franc-maçonnerie en Écosse et les Templiers.

    L’Ordre du Temple était un Ordre français, composé d’hommes libres.

    Il existe néanmoins une filiation spirituelle qui apparaît dans de nombreux Rites.

  • 19
    réboussié 21 mai 2016 à 11:18 / Répondre

    excellent débat , merci mes tcf , depuis 30 ans de réflexion et d’études , je viens , je crois de saisir la différence entre les rosbifs et nous , les fm français et les « autres » , nous , en France , on fait de la politique , eux , aussi , mais pas la même ? c’est là qu’est l’os ? perfide Albion , leur devise ? TINA , c’est comme ça et pas autrement , tandis que nous c’est comme ça mais avec des arrangements raisonnables , des adjectifs , des reculs dit stratégiques , des retournement de veste en fonction des …saisons , en fait nous aussi , notre devise ? « C’est comme ça !  » ……..définir le « ça » ? c’est la flexibilité , le progressisme ( loi El Kommerie ….) , la néo modernité , la lessive qui lave plus blanc que blanc en terme sanitaire , le dépassement des bornes après celui des limites ( et vice versa aurait dit P Dac ) , on vend des frégates mais on livre pas , loi de 1905 on finance pas notre ennemie la finance , ……en résumé , le français , habile de ses mains ? mais un problème avec la tête ? à quoi sert d’avoir un cap quand on ne sait pas ou l’on va ? universalisme ? mais derrière la rhétorique ? le vide ? problème d’identité ? car un FM , élu , je parle de la république ? nos valeurs qui sont aussi celles de la république ? il en fait quoi ??
    nous ? on débat sur le mot moderne , et d’autres , avec chacun notre historien , nos références indiscutables ……un ennemi , l’anglais ,remenber , Mers El Kébir …..méfiant ? le rosbif ? la religion ? chez eux ? et chez nous ? nous on est mieux , on reconnait tout le monde , sans chercher à connaitre ni regarder de près ? reste la morale , la notre , et la condamnation , ça évite d’instruire ….non , je ne fais pas de « politique » , je souligne juste les incohérences , à mes yeux , les faux débats , les questions non posées , les pensées uniques , les paroles dévoyées , le temple est couvert , mais les portes jointent mal , les miasmes du dehors s’infiltrent , oui , les FM de « base » , communauté d’idées et de valeurs , qq soient les obédiences , l’espoir à ce niveau , la loge réseau social , je visitais avec une soeur , récemment , Oh , pas une « tenue » , mais une soirée (? ) , si on accepte d’arrêter un peu cette polémique sur nos ancêtres les Gaulois , les celtes ou les australos pitêtres , guerre des chefs ? amusez vous les enfants , sans moi …..

    • 21
      Speculum 21 mai 2016 à 16:01 / Répondre

      @reboussie . Les français en majorité sont animés du Mouvement Brownien . Ils bougent en tout sens, parlent beaucoup, raisonnent sur tout, donnent des leçons a la planète, mais ne savent pas vraiment qu’elle est l’utilité de cette agitation.

  • 16
    David Guffroy 20 mai 2016 à 15:04 / Répondre

    Les basic Principles de 1929 ne peuvent pas s’appliquer à la Franc-maçonnerie française.

    Ces principes ne rassemblent pas les Obédiences de la Franc-maçonnerie française, mais les divisent.

    Ces règles de régularité doivent être redéfinies à travers une Constitution Maçonnique Française.

    – Les membres de la Grande Loge et des Loges peuvent, être composé d’hommes, de femmes ou mixtes.

    – Les trois Grandes Lumières de la Franc-maçonnerie sont le Volume de la Loi Sacrée ( Livre Sacré ou Constitution), l’Équerre et le Compas.

    La Franc-maçonnerie spéculative puise dans de très nombreuses traditions.

    Il n’existe en fait rien de proprement anglais.

    La Franc-maçonnerie appartient à tous.

    • 22
      Luciole 21 mai 2016 à 17:34 / Répondre

      A mon humble avis la seule solution réaliste serait une Union des Loges (grandes?)chacune gardant ses spécificités avec une ouverture dans des inter-visites facilitées mais non-obligatoires du ressort du Vénérable.Chacun pourrait ainsi trouver la structure qui lui correspond le mieux sans faire de comparaisons hasardeuses.
      Trop simple?

      • 23
        blazing star 22 mai 2016 à 10:35 / Répondre

        Bonne question intelligente qu’on peut se poser utilement. Peut être que les anglais craignent que la nature de la franc-maçonnerie n’évolue irrésistiblement vers le discours politique de gauche et perde ainsi son sens originel. Que ça devienne un gros machin (1) bavard dont sont friands les pays latins. Les rosbifs disent d’ailleurs : » talk is cheap  »
        (1) machin, terme utilisé par De Gaulle pour désigner l’ONU

        • 24
          blazing star 22 mai 2016 à 10:53 / Répondre

          c’est une opposition genetique entre les mentalités d’europe du nord et les mentalités d’europe du sud. Les cerveaux ne sont pas cortiqués de la même façon. C’est valable en économie mais aussi en franc-maçonnerie.

      • 26
        Joab'n 22 mai 2016 à 21:31 / Répondre

        Ce que tu décris la s’appelle la FM … Rien a inventer . Juste abandonner la dépravation contre maconnique de se soumettre à des organismes qui divisent.
        Simple question de choix : être Fm ou soumis.

  • 13
    357 20 mai 2016 à 07:50 / Répondre

    Le débat sur la régularité maçonnique est politique.

    Il a fondamentalement pour explication un positionnement politique de la franc-maçonnerie britannique à l’égard de la franc-maçonnerie française. Il a été un prétexte pour dénoncer le GODF. et, au-delà de ce dernier, tout ce que la France pouvait représenter non seulement en termes d’instabilité politique (le Consulat, le Premier Empire, la Restauration, la Monarchie de Juillet, le Second Empire, la Guerre de 1870, les événements de la Commune, la République) mais aussi de risques d’exportation de la révolution en dehors de ses frontières.

    J’en veux pour preuve un article de la revue The Freemason du 29 avril 1871 (p.264) intitulé Freemasonry in France (Franc-maçonnerie en France). On peut y lire une condamnation sans appel de la Commune de Paris et de l’action de médiation entreprise par certains francs-maçons français ainsi qu’une condamnation du rite de Misraïm accusé d’avoir déployé ses activités sur le sol anglais grâce au soutien du G∴O∴D∴F∴. Un extrait mérite d’être cité car il est on ne peut plus clair :

    « Freemasons of England disavow most heartily the manifestoes of those misguided French brethen, and repudiate any connection in their fraternization with the Communists or Red Republicans. It is nevertheless important to bear in mind that it is with their action as a body we find fault, and not with the opinions which any individual Mason may choose to enunciante and support. »

    « Les Francs-Maçons d’Angleterre désavouent de tout leur coeur les manifestes de ceux qui, parmi les frères français, se sont égarés et ils répudient toute connexion dans leur fraternisation avec les communistes et les républicains rouges. Il est néanmoins important de garder à l’esprit c’est dans leur action en tant que corps [maçonnique] que nous décelons une faute, et pas dans les opinions que tout maçon, à titre individuel, peut choisir d’exprimer et de soutenir. »

    La décision du GODF de 1877 , supprimant la référence obligatoire au GADLU, a été le signal que les Anglais attendaient pour rompre. Le vote du Convent a été qualifié d’innovation révolutionnaire (cf. the Freemason, 15 décembre 1877, p.548 qui parle aussi de « changement révolutionnaire de l’Orient de France » ). C’est donc une accusation d’ordre politique.

    L’intransigeance des dignitaires anglo-saxons à l’égard des francs-maçons français est d’ordre politique (elle sera ensuite maquillée en 1929 sous les oripeaux des landmarks, lesquels seront à géométrie variable en fonction des intérêts politiques anglo-saxons… cf le cas français et italien). Cette intransigeance s’est vérifiée tout au long du XXe siècle. Le GODF malgré lui, est toujours perçu comme un repère de rouges, de communistes et d’athées alors qu’il jouit paradoxalement d’un certain prestige en raison de son grand âge (1773) auprès de ces mêmes dignitaires anglo-saxons.

    • 18
      Chicon 21 mai 2016 à 10:03 / Répondre

      @357 – tout est parfaitement resume dans la derrière phrase de votre post. Une nuance peut etre, durant le XXeme siecle, en 1917 les anglais ont reconnu une obédience française nouvelle qui repondait a leurs criteres et qui allait devenir la GLNF. Il n’y aurait donc pas eu d’intransigeance des anglais a notre égard pendant ce XX eme s

  • 11
    David Guffroy 19 mai 2016 à 18:57 / Répondre

    Le système anglo-saxon exclu la quasi-totalité de la Franc-maçonnerie française. 

    Libérales, traditionnelles, féminines ou mixtes. Seule la GLNF est reconnue.

    Cette idée de Constitution Maçonnique Française est de rassembler ce qui est épars.

    Elle doit de redéfinir les principes de reconnaissance et la régularité maçonnique afin que toutes obédiences françaises puissent travailler au progrès de l’humanité.

    • 15
      joab'nnn 20 mai 2016 à 10:17 / Répondre

      La FM est éparpillée par tout ce qui veut la categoriser, par nation, nuances, sexe.
      Il est etonnant que les FM veuillent conquérir CE QU’ILS ONT DEJA.
      La liberté, la fraternité et l’universalité de la FM sont un fondement ! Il faut simplement ignorer ce qui s’y oppose : tous ceux qui erigent des règles sectaires et se montrer impitoyables à ces pratiques.
      surtout pas en ériger d’autres.
      N’ayez aucun respect, convenance diplomatique, complaisance avec les éparpilleurs de la FM … qu’on la designe « francaise », « reguliere », « adogmatique » … tous ces adjectifs doivent être balayés.

  • 7
    David Guffroy 18 mai 2016 à 22:11 / Répondre

    Ce n’est certainement pas un hasard si les constitutions ont été rédigées par deux ecclésiastiques : Jean-Théophile Desaguliers et James Anderson.

    Plusieurs courants apparaissent.

    L’un apparaît en France et offre le développement d’une Franc-maçonnerie initiatique et universelle.

    Cette Franc-maçonnerie française cherche la lumière, celle qui réunit tous les Hommes.

    Elle comprend alors que femmes et hommes doivent être réunis pour travailler au progrès de l’humanité.

    Aujourd’hui, le système anglo-saxon définit les règles de reconnaissance et de régularité.

    La Franc-maçonnerie française ne peut s’épanouir pleinement.

    La Franc-maçonnerie française doit rédiger une constitution maçonnique qui reconnaît toutes les obédiences françaises.

    Une constitution maçonnique qui unit, hommes et femmes, et reflète les valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

    C’est cette constitution qui doit rejoindre l’équerre et le compas sous l’autel des serments.

    Alors ce jour, Franc-maçons et Franc-maçonnes seront libres et égaux.

    • 9
      joab'nnn 19 mai 2016 à 11:37 / Répondre

      Tout d’abord, il faut abandonner tout nationalisme ! C’est totalement hors sujet et s’oppose aux principes fondamentaux d’universalisme maçonnique.
      Sans inventer rien de nouveau : la liberté du franc-maçon ne se conquiert pas ! C’est un PREALABLE.
      Ainsi toute soumission a quelque constitution, quelque imposition à des loges de pratiques est CONTRAIRE à la FM !
      Le FM adhère à des valeurs mentionnées dans des « constitutions » et les respecte, il ne s’Y SOUMET PAS ! Sinon, il renonce à être un FREE-maçon(par définition).
      Alors, lorsque des obédiences(GLNF) cultivent l' » allégeance », nous avons une idée à quel niveau de perversion on peut tomber !
      Mais au delà de la dite obedience, montrer quelque complaisance au nom de relations diplomatiques pose problème.

    • 12
      Blazing Star 19 mai 2016 à 20:58 / Répondre

      @davidguffroy – A partir du paragraphe : « elle comprend alors que femmes et hommes travaillent au progres de l’humanite « , on bascule dans le  » schisme  » a dominante sociétale et politique. Ce basculement ou « aiguillage » qui marque la différence avec la f.m anglaise date d’environ 1830 dans ta chronologie bien claire.

  • 6
    ALTEC 18 mai 2016 à 18:59 / Répondre

    Bonsoir,
    @ JOAB’NNN,
    REAA purement français ? n’a t’il pas été fondé en 1801 à Charleston au USA ?
    Tout devient compliqué en fait :
    -Le rite français n’est pas français
    -Le REAA et le RER ne sont pas des rites écossais (écossisme ok ! l’un américain l’autre français
    -Émulation est anglais …ouf !
    -Qu’en est il du Standard d’Ecosse ou rite d’Ecosse ?
    – Je ne sais rien sur les rites « Égyptiens »
    Pour dire que je suis preneur de bonnes informations.
    Bonne soirée

    • 8
      joab'nnn 19 mai 2016 à 11:28 / Répondre

      vaste sujet et controversé selon qu’on joue nationalisme, recherche spirituelle, maçonnique.
      A traiter sur un sujet à part si tu veux … exprimes-toi sur echanges-fm.net par exemple.
      En effet le rite « francais » s’appelle aussi « rite moderne » issu des loges de 1717, imprégnées des valeurs progressistes de la RSociety. Bien sûr il a subi des influences nationalistes ou ecossistes ou de marketing maçonnique.

    • 10
      Blazing Star 19 mai 2016 à 12:43 / Répondre

      Et le.rite Egyptien n’est pas egyptien

  • 3
    Chicon 18 mai 2016 à 12:32 / Répondre

    @condorcet – La rupture avec la franc – maçonnerie française n’est elle pas advenue fin XIX ete quand F Desmond a supprimé le reference au Grand Architecte de l’Univers au GODF ?

    • 4
      joab'nnn 18 mai 2016 à 14:42 / Répondre

      De quelle « rupture » parle-t-on ? Celle des intérêts de l’empire francais et de l’empire anglais au 19e siècle auxquels fait allusion Cécile Revauger ? Que la FM ait été un outil commercial, diplomatique, guerrier, politique à cette époque, pas de doute.
      Mais aucun rapport avec la FM en soi. Helas, comme aujourd’hui les FM prêtent trop l’oreille à des bruits extérieurs qui sont les intérêts des obediences et leur objectifs de business, religieux, politiques. N’ecoutons pas les obédiences et les FM sont réunis.
      L’abandon de l’obligation de référence à Dieu ou GADLU n’a pas été un facteur de division, au mieux un prétexte.
      D’ailleurs la vision GLUA actuelle est assez compatible avec la vision GODF 1877.
      Là encore un faux pretexte de segmentation des FM. Il revient aux FM de ne pas céder à ces bétises et donc de passer outre !

      • 5
        Chicon 18 mai 2016 à 17:45 / Répondre

        @joab’nnn- les francs maçons anglais ne faisaient ni politique ni religion, pas plus hier qu’aujourd’hui, Les français ne comprendront jamais comment leur esprit fonctionne: attendre et voir. Vous etes dans le juste.

        • 14
          Arsène 20 mai 2016 à 09:53 / Répondre

          Bien sur qu’ils en font. la maçonnerie anglaise a toujours soutenu la monarchie et l’empire colonial. Si ce n’est pas faire de la politique!!!

          • 17
            Chicon 21 mai 2016 à 09:37 / Répondre

            @arséne: Les anglais sont légitimistes et ont une aversion chronique pour le désordre, qui est barbare. Ils ont donc suivi la monarchie et le developpement de l’empire sans se poser de question sur tout comme on s’en pose chez nous.

            • 29
              joab'nnn 23 mai 2016 à 17:31 /

              désolé chicon, mais que voila une image d’Epinal tres frenchouillarde, style la caricature que les anglais font des frenchies.
              Les anglais ne sont pas du tout ordonnés ! au contraire ! Ils ne comprennent pas ces manies francaises à vouloir ordonner par des règlements. Mais si ! les anglais se sont posé des questions et y repondu avant nous, coupant la tête de leur roi, mais aussi comme aujourd’hui organisant un vrai débat sur l’UE auxquels ils repondent selon les sondages majoritairement OUI.
              Une caracteristique principale de l’Angleterre est que l’ « Usage fait la Loi » au lieu de l’inverse en France.

  • 1
    Condorcet 18 mai 2016 à 09:33 / Répondre

    En fait, la scission entre maçonnerie Anglaise et Française s’est faite en 1813 par la réunion des antients et moderns anglais. Il fallait, dans le cadre de la Sainte Alliance, en finir avec le régime napoléonien, et surtout avec ce qu’il subsistait des idées républicaines.
    Rien donc de bien changé depuis cette époque.

    • 2
      joab'nnn 18 mai 2016 à 12:13 / Répondre

      De la peine à te suivre, condorcet. Le REAA (rite purement français) puise comme son nom l’indique dans les « antients ».
      Le rite dit français, mais en fait anglais (rite « modern ») a été choisi par le GODF donc le GODF est très « anglais » avant l’etrange bascule début 19e vers les HG du REAA.
      Côté anglais vers 1813 le rite emulation a fusionné antients et moderns en un rite à l’âme prondément « modern-Royal-Society » mais une pratique et des textes parfois « antients ».
      Je pense qu’il s’agit encore une fois d’une categorisation desastreuse et fausse qui crée des clivages artificiels et contre-maçonniques … mais qui plaisent, hélas !
      LA FM balaie ces petit jeux de division, éparpillement à grand coups d’adjectifs vides de sens maçonnique.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif