drapeau rouge

Loi Travail et franc-maçonnerie

Par Patrice Deriémont dans Divers

Patrice Deriémont, qui fut Grand-Maître Adjoint du GODF de 2000 à 2003 sous la grande maîtrise d’Alain Bauer, nous a fait parvenir la réflexion ci-jointe :

L’actualité concernant l’horrible assassinat du couple de policier par un djihadiste et le championnat d’Europe de football réduit la visibilité médiatique d’un conflit qui dure depuis plusieurs semaines. A cet égard le silence des Obédiences et surtout celui du GODF est surprenant.

Le contexte : Le Président annonce au mois de mai : « Ca va mieux ». Dans le même temps le gouvernement présente sa loi « travail » qui représente pour les uns une régression sociale et pour les autres une adaptation rendue nécessaire par les besoins de compétitivité liés à la mondialisation. Le résultat ne se fait pas attendre :
Si ça va mieux, il y a du « grain à moudre » comme aurait dit André Bergeron, et comme le gouvernement n’a pas pris la précaution de négocier « sa loi » avec les partenaires sociaux, ce qui devait arriver arriva. Les députés dans leur majorité refusent le texte de loi ce qui oblige le 1er ministre à utiliser la procédure du 49/3. Les syndicats descendent dans la rue pour exiger son retrait définitif et en profitent pour avancer quelques revendications catégorielles.

Le contenu : Deux articles font véritablement problèmes dans le contenu de cette loi.

– L’article 6 dont personne ne parle plus y compris les Obédiences maçonniques et qui concerne le droit d’exprimer ses convictions religieuses dans l’entreprise sauf à ce que cela pose un problème de sécurité.
Je rappelle juste qu’avec cet article de loi l’affaire dite « Babyloup » n’aurait pas pu avoir la fin heureuse qu’elle a connu. En effet cette crèche de droit privé ne pourrait plus empêcher une de ses employées de venir coiffée d’un foulard et d’y exercer en tant que musulmane sa fonction de puéricultrice. Après de nombreuses péripéties la cour de cassation avait tranché en faveur de la crèche alors que sa directrice avait procéder au licenciement de cette employée et qu’elle avait été condamnée par les Prud’hommes.

– L’article 2 dont on dit par erreur qu’il inverse la hiérarchie des normes alors qu’en fait, il supprime un dispositif qui est le « principe de faveur ».
Dans le droit du travail, le principe de faveur est une disposition qui prévoit que la convention et l’accord collectif de travail dans l’entreprise peuvent déroger à la loi à condition de comporter des dispositions plus favorables.

Et là, il y a un léger problème que tout le monde semble ignorer à savoir que ce fameux principe de faveur est considéré comme un principe fondamental au sens de l’article 34 de la Constitution. Il peut s’exprimer de la façon suivante : « Lorsque deux normes sont applicables à une même relation de travail, il faut, en principe, retenir la plus favorable aux salariés. »

Or si le principe de faveur est abandonné, les accords d’entreprises pourront intégrer des dispositions inférieures à la Convention Collective et même à la loi. Il y a donc une possibilité que si la loi est adoptée avec ou sans 49/3, elle soit « retoquée » par le Conseil Constitutionnel. Le positionnement de la CGT, SUD et dans une moindre mesure de FO semble donc s’appuyer sur des causes réelles d’inquiétude.

La CFDT, l’UNSA, la CFTC et la CGC ont adopté une stratégie apparemment plus conciliante, mais on sait depuis longtemps que leur objectif final est d’arriver à une véritable cogestion à « l’allemande ». Pourquoi pas me direz vous ?  Mais il serait alors utile de penser au renforcement de la représentation des salariés au Conseil d’administration pouvant aller jusqu’à la minorité de blocage, sinon il est clair que le rapport de force s’exercera toujours au détriment des salariés.

Le patronat allemand y a consenti mais je ne suis pas sur que Pierre Gattaz soit prêt à défendre cette option. Quand on constate que le salaire de Carlos Ghosn a été maintenu alors que l’assemblée des actionnaires avaient voté contre, on voit bien que cette perspective est pour le moins fantasmée.

Que fallait-il faire ?

Probablement pas cette loi et pas maintenant. Sur un tel sujet des « Etats Généraux du Travail » me semblent un minimum. Le rapport au travail va changer compte tenu des mutations technologiques. Il faut donc tout revoir :

  • La transformation du salariat
  • La nature du contrat de travail
  • Les politiques publiques pour cette nouvelle forme de rapport au travail salarié.
  • Le rôle des organisations syndicales qui devront définir et négocier les nouvelles protections collectives
  • Et peut être la mise en place d’un Revenu Minimum d’Existence. La Suisse vient d’être consultée, la Finlande le met en place progressivement, la Hollande l’expérimente.

C’est dire si le chantier va bien au-delà de ce que l’on nous propose.

vendredi 17 juin 2016 29 commentaires
  • 28
    réboussié 21 juin 2016 à 10:33 / Répondre

    juste une question ? on travaille de midi à …….possibilité pour un musulman de faire une pause prière ? utilisation du cabinet de réflexion ? prévoir deux menus pour les agapes ?
    et si le problème n’était pas l’Islam et les musulmans , mais simplement qu’on est en France , ou en Belgique , et que nous aussi , on a une religion : la fraternité , la laïcité , l’égalité , homme femme aussi …..la liberté …..l’impertinence , …….et que le FN , pour le moment , et pour l’avenir aussi , il est pas arrivé …….et qu’on a passé l’âge du petit chaperon rouge , et de la peur du loup , enfin j’espère .

  • 18
    papyli 19 juin 2016 à 11:36 / Répondre

    cet article mérite d’être publié sur un site profane

  • 14
    Luciole 18 juin 2016 à 22:53 / Répondre

    Cher Yasfaloth c’est oublier un peu vite que dans certaines « zones » du globe y compris dans notre cher et vieux pays on passe du port d’un objet à l’obligation d’une tenue sous peine,d’abord de mise à l’écart pour ensuite devenir prétexte à violence.
    En effet ne soyons pas hypocrites, la religion qui de nos jours dérape vers un désir de domination,clairement affiché est bien cette vision de l’Islam qui ne prend dans le Coran que les appels au rejet et à la mise au pas des « mécréants » que sont tous les autres!

    • 16
      yasfaloth 19 juin 2016 à 09:34 / Répondre

      Mon cher Luciole, au moins ta réponse à le mérite de dire tout haut ce que d’autres pensent plus bas… faisons alors une loi anti-islam et donnons l’an prochain une victoire définitive aux forces de haine, d’exclusions et de replis sur soi !
      .
      Je suis peiné de voir ce répandre jusque dans les milieux qui me sont proches cette vision caricaturale de l’Islam qui ignore, voire nie, tout ce que cette religion, comme les autres, peut porter de lumière.
      .
      Comme je l’ai déjà écrit je ne suis ni croyant, ni religieux, mais beaucoup de gens que j’apprécie le sont !
      .
      Ce n’est pas en interdisant le voile, où toute autre signe religieux, là où ils peuvent être portés sans inconvénients pratiques que l’on luttera contre ce que tu dénonces… je pense même le contraire… mais ce n’est pas un débat qui s’adapte aisément au format « commentaires de blogs » qui est le royaume des affirmations ou des professions de foi percutantes, péremptoires… et souvent de l’invective…
      .
      Je pense qu’avec cet article 6 le gouvernement propose avec sagesse…

      • 19
        Luciole 19 juin 2016 à 13:08 / Répondre

        Cher Yasfaloth,
        J’ai des amis musulmans et je les respecte,ce que je critique c’est ce que le Coran véhicule d’appels à la violence sous diverses formes.(chez les autres religions,itou).
        Je ne pense pas que ces interdictions soient un moyen bien efficace de lutter contre les excès mais de la à favoriser ce qui devrait rester dans la sphère privée il y a me semble t-il une grande distance.

        • 20
          yasfaloth 19 juin 2016 à 23:43 / Répondre

          Ma compréhension des choses, est que au delà d’affirmer une liberté, l’objectif de cet article n’est pas de « favoriser » il est d’apaiser et d’ôter aux extrémistes un instrument de captation communautariste par la transgression.
          .
          Instrument qui, de fait, coupe les « transgresseurs » de la société commune sans rien apporter concrètement à ladite société sauf à exacerber les préjugés et les tensions.
          .
          Je persiste et signe : cet article est sage et courageux…

      • 21
        Horus 20 juin 2016 à 14:52 / Répondre

        @Yasfaloth

        Je suis sidéré par ta naïveté. Tu fais comme les idiots utiles, chers à Lénine qui a inventé le terme, et par lequel il désignait les intellectuels et journalistes occidentaux qui glorifiaient le paradis soviétique avec ses goulags et meurtres de masse.

        Je ne dis pas que tu es un idiot, vu la qualité de nombre de tes interventions et de toute façon je ne me le permettrai pas.

        Mais il faut que tu réalises que les califes et autres émirs, qui eux ont un plan, comptent sur des gens comme toi pour progressivement installer l’ordre islamique en France.

        Tu n’as, semble-t-il, pas encore compris que l’islam n’est pas qu’une religion, mais un système totalitaire qui gouverne la vie de l’esprit et la vie de tous les jours avec sa loi civile et religieuse qui s’appelle la charia. Et cela va jusqu’à la manière de pisser.

        L’islam est inséparable de la charia, même les Soufis te le diront. Et la charia est supérieure à toutes les lois terrestres pour la quasi-totalité des imams et oulémas.

        Admettre l’article 6 de la loi el Khomry est comme introduire la charia dans l’entreprise, car qui va exploiter en premier « la liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses » ?

        Je croyais que l’entreprise était au premier chef un endroit où l’on vient pour travailler et non pour manifester des convictions religieuses. Bonjour les salles de prières, les voiles islamiques et autres signes rendant fous de joie des clients potentiels.

        Il y a déjà le Cancer Généralisé du Travail pour mettre le bordel dans l’entreprise et même partout, il faut maintenant instiller par le droit, un poison mortel qui finira par rendre presque anodin le crime social des 35 heures dont on a vu les effets bénéfiques sur le rang de la France.

        Quand les lois sont rédigées ou inspirées par des idéologues qui veulent créer un homme nouveau, qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise ou en avoir dirigé une, il est temps de se poser la question de l’expatriation vers des pays moins décadents.

        C’est un ancien chef d’entreprise qui te parle et qui a déjà vécu sous d’autres cieux.

        • 22
          yasfaloth 20 juin 2016 à 18:17 / Répondre

          Tu parles à un autre chef d’entreprise…
          .
          Enfin tu invectives et tu distille ton venin d’extrême droite et ta haine de l’autre.
          .
          Bizarre, à moi qui les aime et les respecte, les « soufis » isent tout autre chose… mais encore faut il avoir des oreilles pour entendre !
          .
          Vous pensez avoir le vent dans le dos, et les jihadistes sont vos alliés : vous avez les même objectifs. Vous ne passerez ni les uns ni les autres !

          • 24
            Horus 20 juin 2016 à 21:31 / Répondre

            @Yasfaloth

            La violence de ta réponse montre que j’ai fait mouche. Mais je ne répondrais pas par une agressivité similaire. Contrairement à toi, je suis resté sur le plan des arguments en évitant l’attaque ad hominem que tu viens de faire à mon égard. C’est généralement le signe de l’absence d’arguments.
            L’injure suprême pour les tenants de la bien pensence étant la classification à l’extrême droite, je te précise que je n’ai jamais voté de ce côté et ne le ferai pas pour les prochaines échéances. Le classement à l’extrême droite est une sorte de point Godwin pour fermer définitivement toute discussion et qui est bien commode pour ceux qui manquent d’arguments. Dommage pour l’écoute de l’autre qui refuse la doxa bien-pensante.

            Quant à la haine des autres, tu ignores tout de mon implication humanitaire sur divers continents. Les bons sentiments et l’altruisme ne dispensent pas de faire appel au discernement et à la raison.

            Quant aux Soufis, j’en ai fréquenté, et si d’après toi je n’entends pas bien, malgré ma pratique musicale, je sais bien lire et ils disent tous la même chose que l’actuel Cheikh canadien d’une des 4 plus importantes confréries soufi dans le monde : « Si certains ne s’intéressent qu’au soufisme, sans considérer cette protection (la charia), alors ils sont dans l’erreur par rapport au soufisme et à l’Islam. ». (Mawlana Cheikh Mouhammad Nazim Adil al Haqqani al Qoubroussi an Naqshbandi).

            Il ne fait que répéter ce qu’a dit Ibn Taymiyyah (1263-1328) et qu’on peut retrouver dans Wikipédia : la charia est un concept complet qui inclut la vérité spirituelle des soufis (haqiqa), la vérité rationnelle (aql) des philosophes et des théologiens, et la loi.

            Ces soufis, et non des moindres, disent le contraire de ce que tu avances …

            Encore faut-il avoir des yeux pour voir … mais « à quoi servent les torches et les lunettes si les gens ne veulent pas voir ! ». C’est le sous-titre d’une gravure allemande du 15e siècle qui représente une chouette initiatique affublée de lunettes et présentée entre des torches et flambeaux.

            • 26
              yasfaloth 21 juin 2016 à 00:08 /

              @Horus
              .
              Tu es manifestement aveuglé par cette croyance largement répandue de nos jours, que la foi religieuse et la pratique qui s’y réfère sont des « enfermements ».
              .
              Comme je l’écrivais plus haut il est facile d’affirmer péremptoirement sur les blogs et d’utiliser des termes « chargés » médiatiquement pour faire dire à tout et chacun n’importe quoi et rallier sur un mode émotionnel… par exemple en suggérant un rapprochement entre le concept de « Charia » tel qu’il figure dans le soufisme et l’aspect moyenâgeux qu’il revêt dans la bouche des adeptes du jihad anti-occidental
              .
              Il y a, pour moi, quelque chose de pourri et même de vaguement pathologique dans ce combat que mène encore aujourd’hui une partie de la maçonnerie « sociétale » contre le fait religieux, même si j’en connais les raisons historiques.
              .
              Moi, je nous conçois comme une force d’harmonie et d’apaisement, toutes les grandes religions portent ce même message, mais toutes sont aussi des entreprises humaines soumises aux déviances, comme tout ce qui concerne l’humain et ses limites : le combat de l’ombre et de la lumière !
              .
              Quand je te lis, je m’imagine Musulman de France, respectueux de mes voisins, de mon
              employeur, de mon pays… et je me projette dans le dilemme dans lequel toi et tes semblables cherchez à m’enfermer.
              .
              Certains ne le dépassent pas et sombrent dans la violence beaucoup se replient dans le communautarisme et commencent à écouter les prédicateurs du radicalisme en y trouvant explications… et réconfort…
              .
              Ce sont des mécanismes simples, il me paraît gravement révélateur de la déchéance de notre ordre que des maçons, surtout exerçant des responsabilités, donc « en contact », ne puissent les percevoir à travers tout le travail qu’ils sont censés avoir effectué sur eux même en loge !

            • 29
              Horus 21 juin 2016 à 11:09 /

              @Yasfaloth

              En lisant ta prose sur la religion dans l’entreprise, on se rend facilement compte que le plus aveuglé n’est pas celui que tu cites.

              On se rend compte aussi que ceux qui ne partagent pas tes illusions ont encore beaucoup de travail sur eux-mêmes à faire. Plus humble tu meurs !

              On se rend compte que le seul fait d’interroger le statut de l’islam conduit automatiquement à être qualifié de raciste, ou d’extrême droite.

              Devant ce terrorisme intellectuel qui révèle un formatage inquiétant, il ne peut y avoir aucun progrès dans la discussion. C’est ainsi que je retourne à la contemplation de la nature.

        • 23
          Speculum 20 juin 2016 à 19:26 / Répondre

          @horus : tes propos sont réalistes, ils témoignent d’une connaissance  » de terrain  » et non pas imaginaire.

          • 25
            yasfaloth 20 juin 2016 à 22:22 / Répondre

            Réalisme…pff… voilée ou pas une collaboratrice de qualité le reste…
            .
            En fait « penseurs » ou « suiveurs » d’extrême droite et fondamentalistes sont liés dans une dialectique de rejet et de violence : les peurs engendrées par les uns renforçant les autres. Les fondamentalistes voient leurs terreaux arrosés par la thématique FN (pour faire simple), qui elle même est renforcée par les jeunes pousses terroristes qu’elles a fortement contribué (dans notre pays) à faire pousser.
            .
            Pas étonnant que cette proposition de loi, et d’autres, qui jouent l’apaisement fasse l’objet d’une campagne aussi violente jusqu’à troubler les cœurs des meilleurs d’entre nous.
            .
            Triste aussi de voir les thèses des forces de haine reprises ici en toute (bonne)
            conscience… (noyautage ?), faut dire que le vieux terreau anti-clérical et anti-religieux est fertile et manipulable à souhait.

            • 27
              Speculum 21 juin 2016 à 09:16 /

              @yasfaloth . Ce n’est pas de la haine de l’autre, au point de le faire sauter ou mitrailler. C’est simplement un constat qui s’impose de lui même. Les arguments d’Horus ne sont pas réellement contestables au sujet de l’islam. Ce n’est pas du racisme, c’est une constatation, froide, sans haine.

  • 12
    JL Simard / Maria Mouchtari 18 juin 2016 à 10:38 / Répondre

    La pensée archaïque , la pensée maçonnique , celee des lumières développée au 19ème exploitée au 20 ème ! Nous sommes au 21 ème , mmes F. : sortons du musée et vivons la modernité que lzw émergeants nous voleront si nous continuons à gloser à l’ombre des colonnes

    • 13
      lazare-lag 18 juin 2016 à 19:37 / Répondre

      1/ « Sortons du musée » ça veut dire quoi? Qu’entendez-vous par « musée » d’une part?
      Par « modernité » d’autre part?
      2/ Et êtes-vous en train de nous dire que la pensée des Lumières et la pensée maçonnique sont archaïques? Le poser ainsi sans l’expliquer, c’est particulièrement troublant…
      3/ D’ailleurs qu’entendez-vous vraiment par « pensée maçonnique » et/ou par « pensée des Lumières »?
      Et pourquoi finalement écrire ici le mot pensée au singulier? S’agit-il vraiment, dans chaque cas, d’une pensée univoque et aussi singulière? Pas certain.
      4/ Attention de ne pas confondre modernité et simplicité.

    • 17
      papyli 19 juin 2016 à 11:22 / Répondre

      ne confondons pas le progrès et la modernité. la FM (en tout ca scelle que je pratique) travaille au progrès de l’humanité pas à la modernité quand elle est régressive

  • 10
    RENAULT Michel 18 juin 2016 à 09:46 / Répondre

    Nous ne sommes ni des esclaves de l’antiquité, ni des serfs du moyen âge.
    La réduction du temps de travail de la semaine est nécessaire pour le bien-être de la société.
    Au 21ème siècle, avoir plus de temps pour se reposer, c’est plus de liberté pour mieux penser.
    FRATERNITE

  • 9
    yasfaloth 17 juin 2016 à 19:56 / Répondre

    Personnellement, je ne comprendrais jamais cette phobie qui se généralise contre les signes « religieux », tant qu’ils n’interfèrent pas sur la qualité ou la sécurité du lieu ou de la fonction dans laquelle on les porte.
    .
    Qu’on ne me parle pas de « prosélytisme », c’est autre chose qui n’a effectivement pas sa place dans l’espace dit « laïque », même s’il est omniprésent sur l’Internet. Pense t’on que porter une croix au bout d’une chaine, un insigne ou un fichu puisse inciter à adopter une religion ou une autre… prend t’on vraiment les gens pour des imbéciles qu’il faille à ce point protéger ?
    .
    Et puis, qu’appelle t’on signe religieux ? On condamne le voile, mais personne n’évoque (ou n’ose évoquer), par exemple, certaines barbes, qui procèdent pourtant du même type de « manifestation »…
    .
    J’aime bien cet « article 6 », il fait preuve de confiance et d’optimisme, pose une liberté dans une société qui, en toute bonne conscience, élargit sans cesse le champ des interdits.
    .
    J’oserai même dire qu’il est profondément « laïque » dans le bon sens du terme : celui de la loi de 1905, celui qui autorise chacun à avoir SA croyance, sans que l’état n’en privilégie aucune…
    .
    Je ne comprend pas… enfin je n’ose pas comprendre cette volonté qui se répand jusque dans nos cercles de stigmatiser à tout prix une communauté spécifique de croyants à cause d’une de ses frange objectivement gravement malade qu’elle rejette elle même de toute ses forces… alors même que l’ostracisme dont elle est l’objet contribue activement à en propager le virus…

    • 11
      Blazing Star 18 juin 2016 à 09:48 / Répondre

      Dear Yasfaloth, on voit bien ici le « malaise » qu’il y a autour de la notion de laïcité. Une notion extensive qui est la tienne, et une notion status-quo qui est une autre répandue également et qui est la mienne.

    • 15
      réboussié 18 juin 2016 à 23:08 / Répondre

      le voile dissimule non pas le visage mais la dhimmitude et le statut de la femme , celle qui assume l’éducation des petits mâles , les psys divers expliquent les conséquences de la chose , les travailleurs sociaux connaissent bien la chose , ou la conséquence ou les séquelles , ils ont les gosses ……et les papounets ou leur absence…..alors les bisounours ? on juge l’arbre à ses fruits et le bisounours idem , voir les politiques suivies et les résultats , perso ? expérience depuis 1990 …..en CAF , directeur de centre social , j’aime le son du cor le soir au fond des bois , et que le vent du nord …..nota bébé ou bénet , on ne stigmatise pas , on constate ,……mais qui sait faire la différence entre les deux ? Malik Sorel ?? peut être ??? mais le bisounours est le doryphore du champ de pomme de terre , en disant les choses , on résout beaucoup de problèmes ….je peux donner le nom des problèmes , le nom de famille , je les croise encore parfois en ville , les gosses ont 20 ans passé , ils ont toujours les Tintin offerts , j’ai croisé récemment le gars des HLM , qui s’occupait du logement , moi des sous avec » mes » travailleurs sociaux , des meubles avec mes potes de la loge et du Lion’s club , mais le bisounours ne fait pas non plus la différence entre être et faire …., ce que l’autre est …et ce qu’il fait ….ce que je suis ..et ce que je fais ….l’autre est libre ? certes , mais moi aussi ? ne vous déplaise .. et là est une bonne partie du problème ? ou de la solution ? mais le bisounours est un sourd , aveugle , mono maniaque , ??? à quoi ça sert que Ducros se décarcasse ? Dieu reconnaitra les siens , j’ai fait ce que je pouvais et ce que je devais , et ma retraite ? mon 4x’4 , ma 280 Remington , et la chasse au sanglier ….le roi de la bombine et de la terrine …comme fromage du Nectaire et une goutte de Joseph pour faire descendre le tout , car SAINT JOSEPH SERAIT STIGMATISANT , mais à Noël , tout laïcard et athée que je suis , je fais ma crèche , car Jésus , c’est un saucisson , et aussi le symbole de la vie , de la lumière …….solstice …..et charbonnier est maitre chez lui , et plus encore

  • 8
    Gérard VILLEDIEU 17 juin 2016 à 16:54 / Répondre

    On est bien d’accord sur cet article qui permet à n’importe qui d’arborer tout signe religieux dans l’Entreprise. Mais au-delà de celui des musulmans, n’oublions pas les croix qui pendouillent autour des cous de certains, voire même le bénéfice de jours de congés spéciaux pour certaines religions cumulées avec les fêtes religieuses chrétiennes. dans le privé comme dans le public. GV

  • 5
    Blazing Star 17 juin 2016 à 12:33 / Répondre

    l’art 6 que je prenais pour un hoax sur internet est en fait une réalité. Le voile, le tchador, les tapis de prières, les arrêts pour ramadan seront imposés par nos barbus dans les entreprises.Merci Maria.

  • 4
    Antomile 17 juin 2016 à 12:11 / Répondre

    Euh… Yvon gattaz c est plus vraiment d actualité… Merci de mettre votre article a jour si vous voulez être crédible…

    • 6
      Géplu 17 juin 2016 à 12:41 / Répondre

      Merci Antomile. Patrice s’est effectivement emmêlé entre les prénoms du père et du fils. Normal, il a du commencer sa carrière professionnelle du temps du père ! 🙂
      Je corrige.

  • 3
    Luciole 17 juin 2016 à 11:13 / Répondre

    Enfin le citoyen ordinaire peut se faire une idée du texte contesté. J’avoue que l’article 6 ne me plait pas trop !
    Merci à P.Deriémont et à Geplu

  • 2
    Pierre-Philippe Baudel 17 juin 2016 à 10:43 / Répondre

    Quoi qu’il en soit, l’article de P. Deriémont a au minimum le mérite d’exister.

  • 1
    Kitusai 17 juin 2016 à 09:48 / Répondre

    Merci pour cet excellent article, clair, documenté et mesuré.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
8d86caa401d547540577ab2cb702b219ggggggggggggggggggggg