GCF_GCG_RF

Racines et avenir du Rite Français

Par Yonnel Ghernaouti dans Divers

.
3e Rencontre des Ordres de Sagesse du GODF et de la GLNF

Le Grand Chapitre Français Suprême Conseil du Rite Moderne pour la France, en amitié avec la GLNF, et le Grand Chapitre Général du Grand Orient de France Rite Français se sont retrouvés le samedi 11 mars 2017 dans le Grand Temple de la rue Christine de Pisan, au siège de la Grande Loge Nationale Française.

Organisée conjointement par ces deux Juridictions, le thème de cette Rencontre était « Racines et avenir du Rite Français ». Organisée pour la première fois en 1997, relancée en 2015 par le Très Illustre Frère René Lota, Suprême Commandeur du GCF, cette 3ème Rencontre des Ordres de Sagesse a été un grand moment eu égard à la qualité des sujets traités ainsi qu’à la notoriété des intervenants.

Après un accueil des plus fraternels des participants(tes), les Sœurs et les Frères, en tenue civile et sans décors maçonniques, ont pu assister à la déclaration d’ouverture de la 3ème Rencontre par Christian Adage, Très Sage et Parfait Grand Maître, Suprême Commandeur du Grand Chapitre Français et par Philippe Guglielmi, Très Sage et Parfait Grand Vénérable du Grand Chapitre Général du Grand Orient de France.

Six conférences au total, trois le matin et trois l’après-midi, un équilibre juste et parfait. Chaque conférence était suivie d’échanges de 15 minutes avec la salle, sous la modération, le matin, de Paul Leblanc, Second Grand Inspecteur du GCG du GODF. C’est ainsi qu’ont été donné les discours de Jean-Pierre Combes, Doyen de la Chambre des Grades du GCF, sur « L’influence du noachisme sur le Rite Français », de Colette Léger, ancienne Grande Chancelière de la GLMF, sur « Les 81 Grades de l’Arche du Vème Ordre, patrimoine du Rite Français », puis de Edmond Mazet, Ancien Suprême Commandeur du GCF, sur « Spiritualité du Rite Français ». Edmond Mazet, polytechnicien, était Professeur en histoire des sciences et des techniques à l’Université de Lille 3, mais est surtout connu pour être le coauteur de La franc-maçonnerie : documents fondateurs, cahier dirigé par Frédérick Tristan (L’Herne, 1992, rééd. 2007).

Le midi fut le moment de partager une agape dans une ambiance quasi festive. L’après-midi fut marquée par des conférences cette fois-ci modérées par Paul Fallet, Ancien Suprême Commandeur et Doyen de la Chambre des Grades du GCF. Les Sœurs et les Frères ont pu entendre Philippe de Lagune, membre du Chapitre National de Recherche du GCG du GODF, sur « Lumières, rationalisme et Rite Français », puis le TIF Philippe Thomas, Ancien Suprême Commandeur et Doyen de la Chambre des Grades du GCF, sur « Renouveau des Lumières et place du Rite Français au XXI e siècle » et enfin le célèbre chercheur Jean-Paul Escande, Professeur des Universités, membre du Chapitre National de Recherche du GCG du GODF, sur « La raison, face aux enjeux du XXI e siècle ».

La clôture de cette belle journée a vu les interventions conclusives de cette 3ème Rencontre des Ordres de Sagesse, par Philippe Guglielmi et par Christian Adage, juste avant les propos des représentants des deux Grands Maîtres, retenus sur d’autres chantiers. De l’avis de tous, ce fut une grande journée d’échanges et de partage, mais surtout, compte tenu de la grande qualité des six intervenants, de très belle facture. La clôture des Travaux a vu l’annonce d’une 4ème Rencontre à venir. Pour le plus grand plaisir et profit de tous.

samedi 18 mars 2017 27 commentaires
  • 27
    UILENSPIEGEL 22 mars 2017 à 16:12 / Répondre

    Je prendrai cela pour un compliment ; merci mon Frère.
    Il y a un 41 ans que je me passionne pour le Rite Français (dit Moderne par ceux qui n’aiment pas trop la France…). Et je travaille ; c’est tout.
    La réalité, c’est comme les truffes ; faut savoir où creuser, non ?
    « Et les cendres de Claes brûlent sur mon cœur ».
    TAF

  • 24
    UILENSPIEGEL 21 mars 2017 à 12:56 / Répondre

    Correction : lire le Kadosch, présent au Ve Ordre 8e grade, et non au 7e.
    Mes excuses.

  • 23
    UILENSPIEGEL 21 mars 2017 à 12:52 / Répondre

    @ KA posts 15 et 21

    1. « La blague brésilienne est largement éventée par les historiens…Le Brésil n’a jamais ouvert ses archives pour les mettre à la disposition des historiens » (sous-entendu : du GODF). Fin de citation. Question : quelles sont les obédiences régulières et reconnues, actives de nos jours, qui mettent leurs archives « à la disposition » des chercheurs irréguliers et non reconnus, aussi honorables soient-ils ? En l’espèce, une fois encore, ceux du GODF.

    Un historien consciencieux et objectif devrait avoir cherché, trouvé, lu et traduit de l’espagnol, le Livre d’Or édité en 2010 par le SC du Brésil, éditions Entre Acacias, S.L. Tout s’y trouve, c’est à dire l’histoire détaillée et documentée de la survivance brésilienne, contemporaine de la longue éclipse française des Ordres de Sagesse dans l’Hexagone..

    2. La « continuité ININTERROMPUE  » brésilienne ne serait pas prouvée ? Ce qui est certain et attesté, c’est la continuité INTERROMPUE des Ordres de Sagesse en France. Ce fut très long….

    3. » Le grade de Kadosch présent au Ve Ordre 7e grade du SC du Brésil » : il y a été répondu ci-dessus. Ce grade figure dans divers systèmes maçonniques depuis le XVIIIe siècle, et pas seulement au REAA.

    4. « Roger Dachez a fait une note d’études très claire sur ces faits douteux ». Fin de citation. La Chaîne d’Union de juillet 2006, n° 37, page 84 et sq., relate sous la plume du grand Dachez un conte de fées purement imaginaire et fabriqué, cherchant à démontrer qu’un chapitre de RF « De Roos », enregistré nulle part, aurait été fondé « par des Français » (sic) en Hollande sous le Premier Empire. Il aurait constitué « l’ultime conservatoire » des Hauts Grades (sic !) du Rite Français au XXe siècle. René Guilly en aurait reçu à Paris une patente française valable, et ensuite, aurait réintroduit les dits Hauts Grades (resic) en France. La fable du chapitre fantôme De Roos a été analysée et complètement démontée, ce qui a fort embarrassé les partisans romanesques et imaginatifs d’une résurrection quasi miraculeuse. Un démarquage du RER réfugié en Helvétie sous la Terreur ?!

    5. La présence de Grades de Sagesse dans les activités du GOB (Grand Orient du Brésil) est attestée par de multiples documents officiels. qu’il n’y a aucune bonne raison de suspecter de façon malveillante. Ils constituent aujourd’hui le patrimoine du SC du Brésil.

    .

    • 26
      aymeri 22 mars 2017 à 10:36 / Répondre

      Le lanceur d’alerte que tu es mon Frère à l’air probablement mieux renseigné que ceux qui ont manifesté des différents points de vue …. quelles sont leurs sources d’information et d’appréciation ?
      Il y a toujours une face cachée quelque part mais là c’est du lourd comme le dit Lucchini.

  • 19
    JEAN VAN WIN 20 mars 2017 à 17:09 / Répondre

    Le Kadosch.
    Depuis 1999, le Brésil a activé les 8e et 9e grades de son Ve Ordre. Le 8e grade porte le nom de Chevalier de l’Aigle Blanc et Noir, Inspecteur du Rite.
    Il se pratique en un Grand Conseil Kadosch philosophique.
    Le titre de Kadosch, fort ancien, n’est la propriété exclusive d’aucun rite, que je sache.

  • 18
    LINEA RECTA 20 mars 2017 à 16:39 / Répondre

    @GABON et KA et al.
    N’est-il pas curieux de voir le GCG du GODF participer à plusieurs colloques avec les « profanes » que sont les FF du GCF et de voir leurs blasons se côtoyer fraternellement comme ci-dessus ? Respecter l’histoire consiste à admettre les réalités, et elles seules !.
    Le GCF tient ses patentes et pouvoirs du Brésil. Les documents sont irrécusables et furent signés par les deux parties « le septième jour du mois appelé août, anno Lucis 5989 et de l’ère chrétienne de 1989 ». La délégation française était conduite par le TIF Roger Girard et comportait nombre de TTIIFF bien connus. Ils ont reçu, à leur tour, tous pouvoirs pour fonder un Suprême Conseil pour le Rite Moderne en France, avec souveraineté sur tous les degrés du rite.
    Le Suprême Conseil du Rite Moderne pour le Brésil avait lui même reçu ses grades de la France (via le Portugal) en 1822 et n’a jamais cessé, depuis lors, de les pratiquer régulièrement et activement, alors qu’ils se sont ETEINTS en France vers 1860.
    Les rituels utilisés au Brésil sont ceux qui furent codifiés par le Grand Chapitre Général de France, et imprimés après la Révolution, sous le titre de « Régulateur des Chevaliers Maçons ».
    Il est navrant de voir une conception européocentriste et nombriliste du Rite Français ou Moderne nier l’histoire. Tant il est vrai qu’il est vain de vouloir échanger quoi que ce soit avec les seuls détenteurs de la Vérité.

    • 25
      Gabon 21 mars 2017 à 19:18 / Répondre

      ET TOC!… Je n’aurais mieux dit!

  • 17
    UILENSPIEGEL 20 mars 2017 à 15:13 / Répondre

    Que d’amabilité et d’approximation de la part de AK. Voici les faits :

    En 1817 éclata simultanément une révolution au Brésil et au Portugal.

    A cette époque, les loges maçonniques se « répandaient » très fort, les unes sous les auspices du Grand Orient du Portugal, les autres sous ceux du Grand Orient de France.

    Le Grand Orient du Brésil fut fondé le 17 juin 1822.

    Deux loges en constituèrent la pierre angulaire de départ, et le Grand Orient du Brésil reçut une Charte Constitutive ( soit une « patente », comme on dit aujourd’hui) des mains du Grand Orient du Portugal . Ce document est public et a été publié.

    Le Grand Orient du Brésil fut rapidement reconnu par les GGOO de France, d’Angleterre et des Etats-Unis d’Amérique.
    La Maçonnerie brésilienne est la fille spirituelle de la Maçonnerie française. De France provient le Rite Moderne Français, avec lequel le Grand Orient du Brésil atteint sa majorité. Les Ordres de Sagesse ne comprennent aucun grade de Kadosch, mais bien un Ve Ordre, composé des 8e et 9e grades de Sagesse.

    Je ne commente pas le reste de l’intervention insultante de AK, qui dénote une fois encore une méconnaissance de l’histoire, dès lors qu’elle s’éloigne des limites de l’hexagone..

  • 14
    UILENSPIEGEL 20 mars 2017 à 11:57 / Répondre

    Cette rubrique porte en chapeau les blasons du GCF et celui du GCG du GODF. On pouvait espérer une discussion aimable portant sur une coexistence pacifique et féconde de ces deux juridictions, plus de certaines autres qui ne manquent pas d’intérêt et qui appartiennent à la très grande famille du RF.
    Je ne lis que sarcasmes et persiflages.
    Qu’il est donc pénible, cet « esprit » qui se croit contraint de tourner tout en dérision.
    Relisez je vous prie « La Rose et le Réséda » d’Aragon ou d’Eluard, je ne sais plus, et méditez la leçon d’humilité donnée par la marche rétrograde du Premier Ordre. Surtout si vous avez le privilège d’en avoir été investi.

  • 7
    UILENSPIEGEL 19 mars 2017 à 12:36 / Répondre

    Gabaon nous dit : « dans beaucoup d’autres pays »…. c’est bien exact, mais ils ne sont pas nécessairement tous francophones. Le Brésil par exemple, qui essaime avec son Rite Moderne en Amérique et bien PAR-DELA les pays d’Europe occidentale. Toutefois……

    On parle le Français au Québec, à Rebecq, à Flobecq, à Tahiti, à Haïti, au Burundi, au Togo, au Congo, à Bamako, à Madagascar, à Dakar, en Côte d’Ivoire, en Haute-Volta, à Brazza, au Rwanda, en Guyane, à la Guadeloupe, au Sénégal, à la Martinique, à Saint-Pierre-et-Miquelon, au Gabon, en Nouvelle-Calédonie, en Tunisie, au Liban, dans les Nouvelles-Hébrides, dans l’Ile de la Désirade, au Zaïre, dans l’Ile de la Marie-Galante, dans l’Ile Maurice, au Cameroun, en France, à Gérompont-Petit-Rosière, à Sorinne-la-Longue, à Tourinnes-la-Grosse, à Jandrain-Jandrenouille; on parle français à Pondichéry dans les Indes, en Louisiane, à Matagne dans les Fagnes, les Indiens algonquins de l’état de New-York parlent français et les Gros-ventres du Montana également:
    Nous sommes en tout 274 millions de francophones dans le monde…

    D’après Julos Beaucarne, poète wallon.

    • 12
      luciole 19 mars 2017 à 20:36 / Répondre

      Ne pas oublier la Suisse et la Belgique une fois!

  • 6
    Gabaon 19 mars 2017 à 12:07 / Répondre

    J’y étais! Ces rencontres ont l’intérêt évident de nous permettre de mettre l’accent sur ce qui nous rapproche et nous réunit: la FM et particulièrement ici, le Rite Français, rite de fondation de la FM en France et dans beaucoup d’autres pays.
    Par ailleurs la grande qualité des intervenants, et les apports des Sœurs et des Frères présents, ont contribué à l’enrichissement de chacune et de chacun.
    Alors on peut toujours être cynique et pointer les querelles plutôt que de chercher l’harmonie… mais ça n’est pas très… maçonnique !

    Bon dimanche! 😉

    • 9
      aymeri 19 mars 2017 à 13:55 / Répondre

      Tant mieux ta présence.
      Quid du GADLU créateur et guide au Rite Français chrétien à l’origine ?
      Mélange des politiques en vue ?

  • 5
    Carpe et lapin 19 mars 2017 à 11:55 / Répondre

    Ces deux groupes de bleus n’ont rien à voir entre eux.
    C’est juste une opération politique pour coincer les très divisées troupes en rouge.
    En plus à ce qui s’est murmuré la réunion sentait la naphtaline …

    • 8
      Centre de l'Union 19 mars 2017 à 12:47 / Répondre

      @ CARPE ET LAPIN
      Il faut savoir peser les mots, qui vous concernant, semble être plutôt des maux. Pourquoi tant de haine ? Quelques comptes avez-vous besoin de régler et avec qui ?
      Vous écrivez : « …Sentir la naphtaline… ». Expression qui signifie « être vieux, démodé ».
      En France, l’âge moyen des francs-maçons et des francs-maçonnes, toutes obédiences confondues, doit tourner autour de 60 ans. Quant à celui de l’initiation, il est situé, en moyenne, autour de 47 ans. Un homme (ou une femme) de 60 ans, est-il vieux d’après vous ?
      D’autre part, une mode est ce qui est établi de manière durable, stable. Ici, nous ne sommes qu’à la troisième rencontre. Cela fait-il, à vos yeux, déjà une mode ?
      La « naphtaline », certes, mais démodé, c’est donc faire passer de mode, c’est ne plus être à la mode, ne plus correspondre aux goûts, réalités, idées du moment. Force est de constater que les sœurs et frères réclament, avec force et vigueur, ce type d’initiatives et assistent, en nombre, à ce genre de rencontres.
      CARPE ET LAPIN vous nous semblez bien seul parmi les 185 000 sœurs et frères en France, si tel est votre cas, tellement votre conception du paysage maçonnique français nous semble peu fraternelle.

      • 10
        Désap. 19 mars 2017 à 18:30 / Répondre

        @ Centre de l’union
        … et à toi, mon TCF, ta conception semble très très très idéalisée, voire totalement idéaliste.
        L’égo préside à la pratique maçonnique, tant qu’il s’agira d’exégèse biblique ou républicaine il en sera ainsi.
        Quand les maçons se décideront-ils à pratiquer Pythagore, Vitruve et l’ascétisme cistercien ?
        C’est pourtant l’idée en tant que culte de l’objectivité, le seul qui vaille, le seul pouvant prétendre approcher la vérité …

        • 11
          aymeri 19 mars 2017 à 20:01 / Répondre

          Soit plus clair mon Frère ?

          • 13
            Désap. 20 mars 2017 à 11:13 / Répondre

            Plus clair, c’est le morceau d’architecture qui, sur le thème, est souvent reçu par des quolibets du genre « tu n’as rien compris », ce qui est possible.
            Néanmoins, j’ai donné, il me semble, les six principaux sujets qui doivent permettre la réflexion … objective si possible, si l’on est capable de se débarrasser, pour les uns de notre supposée culture judéo-chrétienne, pour les autres de notre supposées culture républicaine, laïque (ça oui pcq c’est une nécessité de l’objectivité)) et athée.
            Ce que nous supposons « culture » n’est que politique, cf. Concile de Nicée 325 et Constantin le faible ou l’opportuniste au choix, voire les deux de mon point de vue.
            Nous n’avons de culture que gréco-celto-romaine et par conséquence osirienne puisque les Egyptiens ont élevé tout le monde … y compris les juifs !
            Bon, je sens que je risque d’être mal interpréter, donc j’arrête ; mais je vous invite vivement à réfléchir, avec à l’esprit que tout bascule après la première croisade, les Cisterciens qui découvrent les vertus du Travail et de la curiosité de tout …
            Bises mes BAAFF.

            • 20
              Chicon 20 mars 2017 à 17:34 /

              @desap tu as brossé la chronologie objective de notre civilisation.

  • 4
    UILENSPIEGEL 19 mars 2017 à 11:45 / Répondre

    Ce rapprochement timide, sans décors, n’est pas neuf ; il y eut des tentatives antérieures, comme par exemple le Colloque de Lyon en 2007, il y a exactement dix ans. Bravo.
    Le Grand Chapitre Général de France fut « absorbé » en 1786 par le GCG du GODF.
    De nos jours coexistent au moins deux filiations : l’une française et irrégulière, restaurée après une longue éclipse via un chapitre hollandais fantôme ; une autre régulière et ininterrompue, via le Brésil.
    Pourquoi ne pas favoriser ces tentatives de rapprochements par le recours au Ve Ordre, 8e et 9e grades, réunissant tous ceux qui, au Rite Français, possèdent un même niveau de capacité, opérant sans décors ni invocation ? La structure d’une Académie permet un travail commun sur des sujets fondamentaux, sans préoccupations idéologiques.
    La coordination serait assurée par un Conseil Universel parfaitement équitable et représentatif, et surtout sans autorité des uns sur les autres, ce qui est détestable et générateur d’éternelles querelles.
    C’est, je pense, la seule façon pour le Rite Français, pratiqué dans toute la francophonie à tout le moins, de suivre une ligne droite, fidèle et féconde.
    « Quand on veut aller loin, on y va accompagné ». Lyon, 2007.

    • 15
      KA 20 mars 2017 à 13:36 / Répondre

      Une filiation brésilienne tout aussi fantomatique dont aucun début de commencement de document ne vient attester d’une quelconque réalité. La « blague brésilienne » est largement éventée aujourd’hui par les historien et se réclamer d’une « régularité » en s’appuyant dessus ne peut prêter qu’à sourire. Un rite brésilien dit moderne, aussi qui n’a rien à voir avec le RF car il s’y pratique une grade de Kadoch… ce qui laisse rêveur quand on on veut un conseil universel…
      Quant on veut aller loin, on commence par savoir d’où ont vient… en respectant l’histoire par exepmle, c’est plus simple.

      • 16
        Gabon 20 mars 2017 à 14:19 / Répondre

        Mon F:. KA tu m’intéresse avec cette histoire de « filiation brésilienne () fantomatique »… Tu pourrais développer? Factuellement, hein… 😉

        • 21
          KA 20 mars 2017 à 22:01 / Répondre

          Si personne ne conteste que le Suprême conseil du rite moderne brésilien a délivré des patentes de créations d’obédiences, la fameuse continuité ininterrompu, n’a jamais par aucun document pu être ni démontrée ni avérée, pour la simple et unique raison que le GO du Brésil n’a jamais ouvert ses archives pour les mettre à la disposition des historiens. Cette histoire de continuité apparait en même temps que l’apparition des premières patentes dites brésilienne. L’éminent historien Roger Dachez à fait une note d’étude très claire sur ces faits douteux et non avérés. Il n’y a pas des fantômes d’un coté et des fantastiques survivance de l’autre. L’histoire authentique est plus complexe et surtout impitoyable.
          KA

          • 22
            Gabaon 21 mars 2017 à 00:08 / Répondre

            C’est dommage, je dînais ce soir en compagnie d’un de nos TRF fondateur/initiateur du RF à la GLNF, que ne lui ai je posé la question! J’y penserai la prochaine fois!!

  • 3
    aymeri 19 mars 2017 à 10:29 / Répondre

    Ont-ils abordé la question du GADLU d’un côté GLNF bien présent, de l’autre GODF refoulé il y a plus d’un siècle….et puis la GLMF qui navigue entre les deux ? Mixité + GADLU ou pas, voilà un saut en avant….
    La suite va être intéressante !

  • 2
    Renaire 18 mars 2017 à 07:59 / Répondre

    Et le présent?
    Ben heu, le grand commandeur tu temple regarde la rose qui croit…

  • 1
    les deux France 18 mars 2017 à 07:56 / Répondre

    Et la carpe embrassa le lapin

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
77000ac0376efb4372d2544cd7486792AA