Critica 9

Critica Masonica N°9 est paru

Par Géplu dans Edition

Le numéro de février de Critica Masonica est paru. Comme d’habitude cette revue de 240 pages est très riche. Au sommaire :

Le courant protestant libéral, la République et la maçonnerie en France, par Pierre-Yves Ruff,
Évolution du Rit français de 1785 à nos jours, par Philippe Michel
Qu’est-ce que l’ésotérisme traditionnel ?par Stéphane François
« Pop occultisme » Une tentative underground de réenchantement, par Stéphane François
Corps et esprit entre contrainte et sublimation. Réflexion philosophique sur la gestuelle maçonnique, par Yolande Bacot
La Gnose : le mot et la chose. Histoire d’une révolution spirituelle (Seconde partie), par Adon Qatan
Du « nouveau Pater » qui est très ancien (et autres bizarreries sur le même sujet), par Adon Qatan
Don bouddhique et Chaine d’Union maçonnique, par Christophe Richard
Le désenchantement des initiés. A propos des blogs d’anciens adeptes de Mahikari, par Denis Andro
Comment peut-on être djihadiste français, par Julien Vercel 
Les entretiens de Critica : Cyane Dassonville, l’une des soeurs de la Grande Loge de France.

Et dans la chronique lire et relire, des recensions de :
Histoire de la haine identitaire. Mutations et diffusions de l’altérophobie, de Stéphane François et Nicolas Lebourg
Dieu, les religions et les francs-maçons, d’Emmanuel Pierrat
Les ordres de sagesse du rite français, de Cécile Révauger et Ludovic Marcos
Femmes et démocratie – Grand chapitre général féminin de France,
Les Grands maîtres du Grand orient de France du XVIIIe siècle à nos jours,
Franc-maçonnerie et internet sont-ils compatibles, de Jiri Pragman
Les tableaux de loge expliqués aux trois premiers degrés, de Julian Rees
Critique de la religion. Une imposture morale, intellectuelle et politique, d’Yvon Quiniou

Notons enfin la présentation des revues Renaissance traditionnelle, no 181-182, Quinzinzinzili, l’univers messacquien, et Rocambole.

Une nouvelle rubrique apparaît dans ce numéro : « les entretiens de Critica ». Le premier de ces entretiens est consacré à Cyane Dassonville, l’une des sœurs de la Grande loge de France. Nous avions évoqué ce problème de la présence de sœurs à la Grande Loge de France avec le Grand-Maître Philippe Charuel, lors de notre entretien du 8 janvier. Celui-ci avait été très clair : « Oui, il y en a effectivement à la Grande Loge de France comme il y en a dans toutes les obédiences. Deux cas de figure. Premièrement le transsexuel qui a sur le plan de l’État civil souhaité rester un homme. Dans ce cas-là on s’appuie sur l’État civil et il n’y a pas de problème. Et deuxièmement il y a le transsexuel qui devient effectivement et légalement une femme. Nous avons eu un seul cas de ce type et compte tenu de notre constitution qui rappelle plusieurs fois que la Grande Loge de France est une obédience purement masculine, de fait, on devient une femme, on n’est plus membre de la Grande Loge de France. Pour autant nous n’avons pas abandonné notre sœur, puisque notre frère était devenu une sœur. Nous l’avons rencontrée, accompagnée, et cette sœur est je crois en train de rentrer au Droit Humain. »

Cyane Dassonville (Photo Critica Masonica)

Pour Philippe Charuel donc, si le problème existe bien, il est traité au cas par cas avec le plus grand respect des personnes. Cyane est dans le premier des deux cas évoqués par Philippe Charuel puisqu’elle n’a pas encore demandé son changement d’état civil. Elle explique dans l’entretien comment s’est déroulée sa transition : « dans une certaine hypocrisie, malgré l’honnêteté foncière des personnes concernées. » et de préciser que dans sa loge, au moment de son coming-out : « j’ai décidé de faire une planche sur le sujet « transidentité : transgression ou transcendance ? », afin de les éclairer et partager avec eux ce que j’ai vécu, ils en furent touchés et cela fut l’occasion d’un questionnement qui n’a pas dépassé les frontières de ma loge (…) il y a eu un conseil de Maîtres et ils prirent la décision de m’accompagner avec bienveillance dans cette aventure difficile et périlleuse ». Mais pour le reste, l’entourage social et professionnel, « Ceux qui ont accueilli mon coming-out avec bienveillance sont restés, les autres sont partis ou je m’en suis éloignée pour ne pas avoir à subir des remarques ou des maladresses désagréables. Il faut apprendre à se protéger, la transition, surtout au début nous place dans un état émotionnel exacerbé, il convient de prendre soin de soi, même si cela est perçu comme une attitude autocentrée, voire égoïste. La transidentité n’est pas une pathologie, c’est l’environnement qui est pathogène, j’aimerais que cela soit bien compris. »

A la dernière question de Critica : Que feras-tu, une fois ta féminité reconnue légalement si l’obédience t’exclut ou exclut la loge ? Cyane répond : « Ma féminité est reconnue socialement, professionnellement, amicalement ; mais pas maçonniquement puisque comme l’aurait dit Foucault « c’est une logique d’État civil » qui prévaut à la GLDF… Je continuerai si possible mon cheminement initiatique dans ma loge si elle n’a pas été démolie, ou ailleurs, dans une autre obédience plus fraternelle et plus ouverte d’esprit, et verserai une larme pour mes frères qui seront passés à côté d’une belle opportunité de réflexion, préférant détourner les yeux que de faire face au miroir qui leur fut tendu lors de l’initiation. »

Rappelons pour finir que Critica Masonica est une revue indépendante, entièrement faite par des Frères et des Sœurs passionnés et bénévoles, et qu’elle ne vit que de ses ventes. L’équilibre financier est toujours délicat, et vous abonner confortera la revue, qui en a bien besoin. Ce qui, celle-ci étant de grande qualité, vous apportera autant de plaisir de lire que de matière à réflexion(s).

Téléchargez le bulletin d’abonnement : Abonnement Critica Masonica

lundi 20 mars 2017 Pas de commentaires

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
ec1ac02263002a6b99465f443c20981cKKKKKKKKK