à l'ordre

Critica Masonica N°9, suite

Par Géplu dans Edition

Dans ce numéro particulièrement riche de Critica Masonica (voir le sommaire dans notre article d’hier), on relèvera trois contributions archétypales de l’orientation des recherches relayées par la revue au fil de ses livraisons. Pour autant les autres articles mériteraient également un commentaire, mais nous laisserons les lecteurs les découvrir.

Stéphane François a écrit deux articles dans ce numéro. Dans le premier, Qu’est-ce que l’ésotérisme « traditionnel » ?, il tente de clarifier la notion d’ésotérisme, restée floue, malgré les travaux des rares spécialistes universitaires à s’être attaqué à cet univers, fort peu fréquenté par le monde académique. Il la différencie au passage de l’idée d’occultisme. L’auteur explique ensuite comment la vision de l’ésotérisme qui domine aujourd’hui s’est construite au XXe siècle autour des spéculations de René Guénon. Il avait déjà été eu l’occasion de détricoter dans un précédent article de la revue sa notion fumeuse de « tradition primordiale ».
Stéphane François traite ensuite dans une étude extrêmement fouillée de ce qu’il appelle le « pop occultisme », un univers imaginaire né dans les années 1960 au sein de la culture populaire, qui s’est diffusé à travers nombre de publications, souvent de fiction : revues, livres, bandes dessinées, films, jeux vidéos, tout cela touchant particulièrement la jeunesse. Il s’est agi d’une sorte d’ « exotérisation » proposant non seulement un rêve de vie alternative, mais aussi une véritable ontologie, une conception du monde, un mode de réenchantement. Ces deux articles montrent comment ce qui se pose souvent comme intemporel, immémorial relève en réalité d’une construction récente qu’il s’agit d’analyser.

à l'ordreQuant à Yolande Bacot, elle s’attache dans son article titré Corps et esprit entre contrainte et sublimation. Réflexion philosophique sur la gestuelle maçonnique, à une lecture philosophique originale de la gestuelle maçonnique, ce qui la conduit à interroger la manière dont le corps et les émotions participent activement de la création de l’espace symbolique d’une tenue. Dans une démarche généalogique, elle s’appuie sur Platon, Spinoza, mais aussi sur Foucault. Elle traite d’abord de la fonctionnalité symbolique du corps et du fait qu’il devient, par là même, un vecteur de sens. Puis elle envisage ce corps au service de la culture de soi et, enfin, identifie la proximité entre le corps émetteur et récepteur de l’univers théâtral et le corps émetteur et récepteur de l’univers maçonnique. Il s’agit pour l’auteure de considérer la gestuelle maçonnique sous un double aspect : l’acceptation d’une contrainte physique et la sublimation des émotions.

Rappelons que Critica Masonica est une revue indépendante, entièrement faite par des Frères et des Sœurs passionnés et bénévoles, et qu’elle ne vit que de ses ventes. L’équilibre financier est toujours délicat, et vous abonner confortera la revue, qui en a bien besoin. Ce qui, celle-ci étant de grande qualité, vous apportera autant de plaisir de lire que de matière à réflexion(s). Téléchargez le bulletin d’abonnement : Abonnement Critica Masonica

mardi 21 mars 2017 Pas de commentaires

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif