Jinarajadasa

Jean Ioza parle de JINARAJADASA

Par Géplu dans Edition

Bien que diplômé de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris Sorbonne), bien que spécialiste des Sociétés initiatiques, bien que Patriarche du Rite Egyptien au Grand Orient de France, Jean Iozia est loin d’être un « mystico-gélatineux-fumeux ». Son parcours sociétal le confirme, car il a été Adjoint au maire de Marseille, Syndicaliste, Président d’une entreprise d’insertion par l’activité économique, Cadre de banque mutualiste, Membre du CJD Paca en économie sociale…

Il est interrogé en vidéo par Jacques Carletto au sujet de son livre Jinarajadasa (1875-1953) – Théosophe, Franc-Maçon et Bouddhiste – Une lumière venue d’Orient. Au-delà de la vie et de l’œuvre de Jinarajadasa, quatrième président de la Société Théosophique, membre de la franc-maçonnerie mixte internationale, 33 ème degré du REAA et 95 du Rite de Memphis-Misraïm, l’ouvrage aborde l’étude des groupes ésotériques auxquels il a appartenu ainsi que l’analyse de leurs Rituels.

L’intelligence, la culture et la modestie transpirent de cette interview de Jean Iozia. 

Jinarajadasa (1875-1953) – Théosophe, Franc-Maçon et Bouddhiste – Une lumière venue d’Orient chez Edimaf, ou chez Amazon, ou dans toute bonne librairie. ISBN : 978-2919601868

samedi 15 juillet 2017 5 commentaires
  • 5
    Farcis 23 août 2017 à 18:00 / Répondre

    J’ai lu ce livre avec intérêt car on néglige trop souvent l’influence importante de la Société Théosophique
    sur la maçonnerie internationale d’ avant guerre, et en particulier sur le « Droit Humain », qu’elle contrôlait
    partiellement.

  • 4
    trescases 23 juillet 2017 à 11:23 / Répondre

    Très sympathique,sûrement, mais n’apprend pas grand chose d’original…en fait, nnous disons tous un peu la même chose en termes différents, et avec des reférences différentes,mais convergentes……..

  • 3
    Masamuna 18 juillet 2017 à 21:42 / Répondre

    Que faire pour s’en procurer avec dédicace?

  • 1
    Robert 16 juillet 2017 à 21:53 / Répondre

    Petite rectification sur les grades du Frère Jean Iozia. Une coquille s’est très certainement glissée. Jean Iozia n’est pas 95e de Memphis-Misraïm, mais 33e du Grand Ordre Egyptien, du Grand Orient de France, dont il est le Grand Patriarche.
    Il ne faut pas confondre Grand Ordre Egyptien et Memphis-Misraïm, cela n’a rien à voir.

    • 2
      Souva 17 juillet 2017 à 10:42 / Répondre

      Dans cet article il n’est pas fait mention des grades du FF Iozia. Le GOE pratique bien la voie égyptienne.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
c14364ed30dd81020f018f6b02482c85))))))))))))))))))