Charuel N Caledonie

Philippe Charuel en Nouvelle Calédonie

Par Géplu dans Dans la presse

A l’occasion d’un déplacement à Nouméa pour y rencontrer les membres des 3 loges locales de la Grande Loge de France et donner une conférence publique sur Être franc-maçon à la Grande loge de France au XXIe siècle, Philippe Charuel a accordé une interview au journal Les Nouvelles Calédoniennes du 21 septembre.

Il y déclare notamment : La franc-maçonnerie est une société d’Hommes avec un grand « h » qui sont régis entre eux par des règles de fraternité et qui travaillent à l’amélioration de l’humanité. Dans certains dictionnaires, on parle d’émancipation progressive et pacifique de l’humanité. La franc-maçonnerie a toujours fonctionné comme un laboratoire d’idées, avec des échanges entre gens de toutes origines, de toutes sensibilités, de toutes religions, de tout avis politique, du moment que cet avis n’est pas extrémiste. On réfléchit sur des problématiques de l’époque en essayant d’apporter des solutions. La franc-maçonnerie est à l’origine de très nombreuses lois et dispositions légales. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, l’école obligatoire, l’école gratuite, les bourses du travail, l’Assistance publique, le droit de vote pour les femmes, la sécurité sociale, le planning familial, la loi sur l’avortement, etc.

A la question En quoi la symbolique, le rituel sont-ils importants chez les francs-maçons ?, il répond : Comme toute société initiatique, le rite (l’ensemble des fondamentaux qui définissent le fonctionnement) et le rituel (l’expression gestuelle et orale de ce rite) sont essentiels, comme dans les religions. Il y a des rituels différents selon les degrés, puisque la maçonnerie est une démarche progressive et graduelle. Ce rituel, c’est une mise en condition, un sas de préparation qui est vécu de la même façon par tous, pour ensuite à pouvoir travailler de façon déconnectée de toutes les pressions du quotidien, pour pouvoir réfléchir de façon sereine.

On apprend ensuite que la politique de rapprochement envers les jeunes de la GLDF a permis d’amener beaucoup de jeunes à rejoindre la GLDF, et que l’âge moyen des nouveaux entrants a baissé de dix ans sur les deux années où a été menée cette politique. Quant aux projets, outre la jeunesse il y a le travail sur le transhumanisme : les manipulations génétiques, par exemple, font peser sur la tête des hommes un grand danger. C’est l’affaire de tout le monde, du devenir de l’humanité : il faut que les gens s’informent et puissent apporter leur point de vue, afin de construire les garanties nécessaires pour qu’il n’y ait pas de dérapage, et sur le handicap : quel regard portons-nous sur les personnes en position de handicap ? Dans le meilleur des cas, un regard de compassion : est-ce suffisant ? Sans doute non. On peut constater que quelqu’un privé d’une faculté, souvent, optimise d’autres facultés. Et si on en prend vraiment conscience, on peut l’imaginer en être d’excellence et non pas vouloir uniquement l’assister, mais lui donner une position à la hauteur de ce qu’il est vraiment.

Retrouvez l’interview en entier sur Les Nouvelles Calédoniennes.

vendredi 22 septembre 2017 6 commentaires
  • 4
    luciole 24 septembre 2017 à 10:46 / Répondre

    Ces approximations sont en effet regrettables,nous avons suffisamment de FM impliqués dans l’amélioration de la société pour ne pas en rajouter abusivement.
    Le Planning familial fut une réussite,pas grand chose depuis..

    • 5
      yasfaloth 24 septembre 2017 à 18:19 / Répondre

      Il est quand même paradoxal, voire amusant que Diderot puisse reprocher à notre GM d’être, en quelque sorte, trop « sociétal » 🙂 !
      .
      Sinon je suis d’accord avec toi sur ce point Luciole.

      • 6
        Diderot 25 septembre 2017 à 09:11 / Répondre

        Tant mieux si je t’amuse mais des Frères de la GLDF doivent, eux, ê^t^re tristes de lire ce discours très « Sociétal » destiné au monde profane alors que les discours qu’ils reçoivent en interne sont très ‘Spirituaiistes ». C’est comme le radis : rouge à l’extérieur, blanc à l’intérieur. Ainsi quand le GM Charuel présente son Colloque des obédiences de la TRADITION il justifie la démarche ainsi : « L’occasion de mettre en avant le courant spirituel de la franc-maçonnerie, qui tout en respectant ceux qui s’approchent d’une maçonnerie plus sociétale, développe une voie de réflexion et d’échanges différente et complémentaire. »
        C’est clair NON? Le sociétal c’est PAS NOUS! NOUS ON EST SPIRITUALISTE ET PAS SOCIÉTAL ! À NE PAS CONFONDRE AVEC LE GO ! TABERNACLE ! Dubart et Henry disaient la même chose. C’est un invariant dans l’Idéologie de la GLDF : PAS SOCIÉTAL SAUF À NOUMÉA !!

  • 1
    Diderot 22 septembre 2017 à 16:37 / Répondre

    Ainsi le GM Charuel a déclaré
     » On réfléchit sur des problématiques de l’époque en essayant d’apporter des solutions. La franc-maçonnerie est à l’origine de très nombreuses lois et dispositions légales. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, l’école obligatoire, l’école gratuite, les bourses du travail, l’Assistance publique, le droit de vote pour les femmes, la sécurité sociale, le planning familial, la loi sur l’avortement, etc. »
    Un GM de la GLDF ne devrait pas dire cela car ces affirmations sont proches de la flibusterie intellectuelle.
    La FM n’est en rien à « l’origine » de toutes lois qu’il cite, et encore moins la GLDF
    – les bourses du travail sont une conquête des syndicats et la Fédération des bourses du travail se fonde en 1892 au congrès de Saint-Étienne alors que la GLDF est née en 1894.
    – De la même façon l’instruction obligatoire laïque et gratuite est instituée par la loi du 28 mars 1882 dite « loi Ferry » ; Jules Ferry était certes maçon mais du GO et en 1882 la GLNF n’est pas encore née !
    – En ce qui concerne le droit de vote des femmes c’est le 23 mars 1944, que l’Assemblée consultative siégeant à Alger adopte le principe du droit de vote des femmes par 51 voix « pour » et 16 voix « contre ». Un mois après, le 21 avril, le général de Gaulle ratifie une ordonnance qui, à l’article 17, prévoit le vote des femmes et leur éligibilité : les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes. À cette époque les obédiences, dont la GLDF sont toujours interdites depuis 1940 sur décision de Pétain.
    Il est par contre exact que de 1894 aux années 1960 la GLDF se préoccupe de faits sociétaux et cela plus que le GODF. Mais ensuite le courant dit »spiritualiste » va petit à petit réduire à une peau de chagrin l’attention de la GLDF au « sociétal ». Un GM de la GLDF ne devrait dire aux calédoniens en 2017 que dans son obédience : « On réfléchit sur des problématiques de l’époque en essayant d’apporter des solutions ». C’est prendre ces Français d’Outre Mer pour des lapins crétins même si son intention est de vendre « une carte postale » de son obédience.

    • 2
      Lionel MAINE 23 septembre 2017 à 13:27 / Répondre

      Rappelons d’ailleurs que le grand Maître Dumesnil de Grammont votera contre le droit de vote des femmes !!!

    • 3
      Désap. 24 septembre 2017 à 09:22 / Répondre

      Ce commentaire démontre précisément que politiques et syndicalistes n’ont nul besoin de la Franc-maçonnerie pour faire progresser le droit.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
ed942553008c9e70b5b7176e1fe4560emmmmmmmmmmmmmmmmm