Melenchon Rivarol
Jean-Luc Mélenchon caricaturé dans Rivarol...

En feuilletant Rivarol, une pince sur le nez…

Par Géplu dans Anti-maçonnerie

Il faut parfois savoir se pincer le nez pour aller voir ce que disent des francs-maçons les furieux de l’extrême-droite. Le journal (certains préfèrent dire le torchon) Rivarol est à ce titre une « excellente » source d’informations. Un frère attentif m’a fait parvenir deux de ses derniers numéros, dans lesquels les francs-maçons ont droit à ses attentions.

C’est tout d’abord le camarade-frère Jean-Luc Mélenchon qui se fait épingler dans le numéro du 4 octobre, avec une caricature en prime, dans un petit article titré « Mélenchon, le rouge lui va si bien ». Il y est reproché au « défenseur des pauvres et pourfendeur des riches » de ne pas s’oublier au passage : « Lorsqu’il ne trafique pas l’histoire ou qu’il ne va pas plancher au Grand Orient de France (GODF), cet ancien dévot de la secte trotskyste de l’Organisation communiste internationaliste (OCI), pense à sa carrière de politicien professionnel : président socialiste du conseil général de l’Essonne pendant six ans, sénateur socialiste pendant cinq ans, sous-ministre pendant deux ans dans le gouvernement Jospin, député européen pendant sept ans, député français depuis juin dernier… L’admirateur de l’humaniste Maximilien Robespierre, pourfendeur des riches et des capitalistes, a ainsi pu se constituer un patrimoine (déclaré) de 760 000 euros (en 2012). »  Après cet amuse-gueule, un article plus conséquent « analyse » les récents propos polémiques (une habitude) de Mélenchon à propos de la démocratie qui ne se fait pas dans la rue. Convoquant l’abbé Barruel et Charles Mauras à l’appui de sa démonstration, le journaliste du cru ne manque pas de rappeler que la Révolution française a bien sûr été l’œuvre des Frères. Vieille antienne des ultra-cathos et de l’extrême-droite…

Mais l’article le plus écœurant est dans le numéro du 27 septembre, avec une interview du haineux « pianiste et compositeur » Stéphane Blet, ex franc-maçon, copain de Dieudonné, d’Alain Soral et d’Emmanuel Ratier, à propos de son livre « La vérité sur la franc-maçonnerie ». Des « vérités » bien d’extrême-droite : L’antisémitisme y rejoint l’antimaçonnisme, bien primaires tous les deux…

Morceaux choisis, sans à priori ni classement : « le grand danger de la franc-maçonnerie n’est pas seulement l’occultisme au sens magique du mot mais la transformation d’un être en quelque chose que je qualifierai de « juif synthétique » ou encore de serviteur des soi-disant « Elus de naissance ».

« 1717, c’est la création de la « Grande Loge de Londres » et surtout en 1723, c’est la publication des “Constitutions” maçonniques du triste sire James Anderson, un ultra-claviniste payé par des banquiers pour détruire toutes les bases catholiques et chrétiennes de la société d’alors et les remplacer par une bouillie indigeste qui devait immédiatement devenir la « nouvelle bible », le code pénal de cette maçonnerie dite “spéculative”. Dès ce moment, les loges furent envahies de banquiers, d’usuriers et autres racailles politiciennes au service du veau d’or. A partir de 1717, les deux objectifs de la maçonnerie seront de devenir un outil de pouvoir, d’argent, de destruction de la royauté et surtout des dynasties catholiques encore vivaces à l’époque. (…) le rôle de la franc-maçonnerie dans la révolution française est connu. » Et, toujours à lire Blet, l’affaire du collier de la Reine ne serait due qu’aux manipulations pour s’enrichir du « juif Cerf-Beer », franc-maçon notoire de l’époque…

« La maçonnerie spéculative des hauts grades (au dessus du 18e) est fondée sur la haine du christianisme et de la royauté. Cette haine trouve son apogée dans l’abominable 30e degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté dénommé « Chevalier Kadosh », qui n’est autre qu’un rituel de vengeance sanguinaire plus talmudique que maçonnique et qui ritualise l’assassinat du roi et du pape ! Une monstruosité… qui est malheureusement la colonne vertébrale des hauts grades de la maçonnerie spéculative du REAA. »

« Comment expliquer le fanatisme laïcard des maîtres ? La cause première, vous la connaissez sans doute : la haine du christianisme. Cette laïcité n’est qu’une façade car elle n’est généralement valable qu’à l’encontre des chrétiens et des musulmans. Quasiment tous les codes, mots de passes et autres rituels maçonniques sont en hébreu… Il suffit d’entendre BHL ou Caroline Fourest pour s’en convaincre. La franc-maçonnerie, c’est : laïcité obligatoire pour tous, sauf pour les juifs ! »

Je vous fais grâce du reste…

vendredi 27 octobre 2017 21 commentaires
  • 20
    astronome64 30 octobre 2017 à 18:15 / Répondre

    Hélas la « haine du juif » et en corollaire celle du franc maçon, ne s’exprime pas seulement dans quelques feuilles de choux d’extrême droite…. auxquelles on fait une publicité idiote par ailleurs ! Essayez d’inscrire vos gosses dans des collèges dans certains « quartiers » ou lisez ce qui se propage sur le net via les blogs, journaux respectables , sites très politiquement corrects, etc etc sur les Feuj et les Francs maçons… C’est plus grave que les délires de Rivarol !!!

  • 13
    357 28 octobre 2017 à 22:22 / Répondre

    Le site d’extrême droite Médias Presse Info semble s’intéresser à cette note.

  • 11
    Lionel MAINE 28 octobre 2017 à 10:33 / Répondre

    @AUMONT Relisez la Lettre de Popaul aux Galates (3-28), si ce n’est pas de la synthèse, je mange ma … calotte!

    @JIRI PRAGMAN Quant à « se lancer dans des interprétations de Céline »,effectivement, laissons cela au talent de Fabrice Lucchini.

    • 15
      Aumont 29 octobre 2017 à 09:43 / Répondre

      @lionel Maine
      Bien vu, l’Epitre de St Paul aux Galates (3-28) est une « synthese », ressemblant a la Franc- Maconnerie.
      Les Epitres de St Paul revelent bien des surprises.

  • 10
    Jean jacqués binos 27 octobre 2017 à 22:09 / Répondre

    Stéphane Blet est un blaireau qui critique la maçonnerie mais se vante de ses diplômes et transmissions crowleyiennes type Astrum Argentinum. Avec lui on peut se redemander le kiné entre occultisme et extrême droite.

  • 9
    lazare-lag 27 octobre 2017 à 21:26 / Répondre

    A-t-on une idée exacte du tirage et de la diffusion de « Rivarol »?
    Personnellement je l’aperçois quasiment pas chez les marchands de journaux que je fréquente. Parfois « Présent », mais « Rivarol » encore moins.
    J’imagine donc un tirage, voire une diffusion, tout à fait confidentiels.
    Un « torchon » certes mais qui finalement essuie peu de vaisselle et qu’on retrouve sur fort peu de tables.
    Un support immonde mais heureusement à l’impact très limité semble-t-il. Heureusement.

    • 12
      luciole 28 octobre 2017 à 11:39 / Répondre

      Bien que ,de temps en temps,une petite « virée » dans une presse répugnante nous mette à jour des pensées actuelles,le meilleur moyen de réagir à des personnes comme SB qui font honte à la Musique (et,accessoirement,aux pianistes)
      ainsi qu’à Rivarol et à sa regrettable notoriété serait de les ignore à nouveau comme nous avons pu le faire par le passé.
      Le « Journal de la GLdF » aurait été plus inspiré de ne pas publier ce personnage,l’erreur est humaine ,trois fois hélas.

    • 14
      yonnel ghernaouti, YG 29 octobre 2017 à 05:48 / Répondre

      Ce que nous savons, c’est que les aides à la presse distribuées par le Ministère de la Culture et de la Communication concernent les titres ne dépassant pas les 300 000 exemplaires, mais Rivarol en est exclu car condamné pour racisme, antisémitisme ou incitation à la haine ou à la violence. Donc moins de 300 000 ex.
      La dernière condamnation de Rivarol date, me semble-t-il, de novembre 2015.
      Condamné par la cour d’appel de Paris pour « provocation à la haine envers les juifs ». En effet, le directeur du journal, Fabrice Jérôme Bourbon, a écopé d’une amende de 4 000 euros, voyant ainsi sa peine doublée par rapport à celle prononcée en première instance. Les faits remontent au 16 janvier 2014. Rivarol publiait un article intitulé « L’insupportable police juive de la pensée » dans lequel il défendait l’humoriste Dieudonné, lui-même condamné à plusieurs reprises pour des propos jugés « antisémites ».
      L’ours de l’hebdo ne donne cependant aucun renseignement quant au tirage.
      Ce qui ne pourra être mesuré, c’est la diffusion par abonnement numérique ou achat au numéro sur le site.
      Raisonnons donc à partir du chiffre d’affaires réalisé par la société E. U. R. L. « Editions des Tuileries », au capital de 51 000 euros pour 99 ans, à partir du 20 mai 1949, qui semble être propriétaire de cet hebdomadaire créé le jeudi 18 janvier 1951. Encore faut-il qu’ils publient leur bilan… Affaire à suivre !

    • 21
      yonnel ghernaouti, YG 31 octobre 2017 à 04:50 / Répondre

      Affaire à suive disais-je le 29 octobre dernier. L’affaire est donc suivie !
      Je reviens donc vers vous pour vous apporter quelques renseignements concernant l’EURL « Éditions des Tuileries », immatriculée depuis janvier 1958, qui édite Rivarol, mais aussi le mensuel Écrits de Paris, revue de questions actuelles.
      Si nous analysons les créations et défaillances des entreprises en France, surtout dans le secteur d’activité dans lequel évolue cette entreprise (éditions de revues et périodiques), reconnaissons aux « Éditions des Tuileries » une très belle longévité.
      Il est donc difficile de connaître le tirage exact sachant que Rivarol, en kiosque, est vendu 4 € et, en numérique, 2 €.
      Je vous laisse le soin, n’ayant jamais été doué en mathématiques, de faire les calculs…Mais on peut estimer, approximativement, la vente de Rivarol autour de 3500 exemplaires par semaine.
      L’effectif exact de la société n’est pas dévoilé, mais le chiffre d’affaires en 2013 est de (en M€) : 0.76 ; le CA en 2014 : 0.77 et en 2015 : 0.84, en hausse donc de 9 %.
      Les chiffres 2016 ne nous sont pas encore connus.
      Sa cote de crédit est jugée comme « assez forte ». Elle apprécie la capacité de l’entreprise à honorer ses engagements financiers à un horizon de 3 ans. Au regard de l’échelle des cotes qui en compte 13, celle de cette société apparait en quatrième position.

  • 5
    Aumont 27 octobre 2017 à 13:48 / Répondre

    Il,serait interessant de nous expliquer ce qu’est un « juif synthetique » car le terme est rare.
    Un Juif artificiel issu de la chimie petroliére ? Un Juif en plastique ? On peut dire aussi un « catholique synthétique » ce qui ne nous avance pas. Un « antisemite synthetique », ce qui ne nous avance pas aussi.

    • 6
      Lionel MAINE 27 octobre 2017 à 16:21 / Répondre

      Le Juif de synthèse n’est-il pas tout simplement le Chrétien ?

      • 8
        AUMONT 27 octobre 2017 à 17:46 / Répondre

        @lionel Maine –
        « Synthèse » =  » Operation de l’esprit par laquelle on rassemble. »
        Des Juifs qui rassemblent par l’esprit des non-juifs, chrétiens ?

    • 7
      Jiri Pragman 27 octobre 2017 à 17:25 / Répondre

      Il ne s’agit pas de se lancer dans des « interprétations » de Céline. Il suffit de le lire : « Un maçon c’est pas plus français que syriaque, volapuque, ou parpaillot c’est un Juif volontaire, un Juif synthétique. Enjuivé jusqu’au noyau, il n’appartient qu’aux Juifs, corps et âme. Il a cessé d’être aryen, d’être des nôtres, au moment précis où il se vendait aux Loges. D’esprit, de cœur, de réactions c’est un étranger, un ennemi, c’est un espion, une bourrique, un provocateur, aux gages de la juiverie mondiale. Dans les secrets de l’Aventure, ou pas du tout dans les secrets, selon son grade et son talent, selon qu’il est près du soleil ou très éloigné, il est quand même juif par-dessus tout. Un maçon ne peut plus obéir qu’à des ordres occultes, des ordres de la juiverie mondiale, de la Banque mondiale juive, de l’Intelligence Service juif » (L’Ecole des Cadavres)

  • 4
    Jiri Pragman 27 octobre 2017 à 11:34 / Répondre

    La notion de « juif synthétique » apparaît dans « Bagatelles pour un massacre » de Céline. On voit où Blet va puiser… https://books.google.be/books?id=wS9lAAAAMAAJ&q=%22juif+synth%C3%A9tique%22&dq=%22juif+synth%C3%A9tique%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiUubKMv5DXAhVDJFAKHc2NCnkQ6AEIUDAI

  • 3
    THOMASSET 27 octobre 2017 à 10:39 / Répondre

    Comment peut on écrire de telles horreurs?
    Ou comment avoir la nausée en lisant ces lignes dignes d’être comparées à celles des journaux de la collaboration.

    JLT

    • 16
      Gabaon 29 octobre 2017 à 11:58 / Répondre

      Coluche (je crois bien que c’est lui) avait eu ce mot « à tout ceux qui n’ont pas lu Sartre, je conseille de lire Minute. Comme ça ils auront à la fois la nausée et les mains sales »… on peut mettre Rivarol à la place de Minute… ça marche pareil!

      • 17
        lazare-lag 29 octobre 2017 à 12:53 / Répondre

        Excellent. A replacer dès que j’en aurai l’occasion.

      • 18
        yonnel ghernaouti, YG 29 octobre 2017 à 15:53 / Répondre

        La citation est en fait de Pierre Desproges et non de Coluche. La voici :

        « Il est plus économique de lire Minute que Sartre. Pour le prix d’un journal, on a à la fois la nausée et les mains sales. »

        Certains lui attribuent cependant une autre version :

        « Il faut lire Minute, c’est un journal avantageux ! Au lieu de vous emmerder à lire tout Sartre, avec un seul numéro de Minute, vous avez en même temps la Nausée et les Mains Sales ! »

        Allez donc savoir avec ce bel humoriste…

        • 19
          Gabaon 29 octobre 2017 à 16:49 / Répondre

          Ahh!! Merci mon rère de me remettre dans le droit chemin! Desproges et Coluche sont mes deux maitres à rigoler… Je confonds souvent leurs talents! Ils me pardonneront sans doute, de là où ils sont, cette méprise!.. Bon dimanche!

  • 2
    Blazing Star 27 octobre 2017 à 10:34 / Répondre

    J’aime bien Mélenchon, il a du talent et me fait rire, comme Georges Marchais. Il y en a tant qui ne me font pas rire quand j’allume ma télé.

  • 1
    Lionel MAINE 27 octobre 2017 à 08:40 / Répondre

    Le fameux Stéphane BLET qui eut les honneurs du « Journal de la Grande Loge de France » en son temps, pour la sortie d’un ouvrage fumeux, en bon guénonien … qu’il est toujours !!!

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
6d8732138150cf8b655acdda46465b36000000