ordres secrets ULB

Les Ordres secrets de l’ULB

Par Géplu dans Divers

Paris Match.be de cette semaine consacre un article aux « ordres secrets » de l’Université Libre de Bruxelles : « En marge du folklore et de la guindaille estudiantine existent également les ordres secrets de l’ULB, nimbés de mystère et du parfum sulfureux des rumeurs; qui les veulent tour à tour ersatz des fraternités US ou voie royale vers la franc-maçonnerie. La vérité ? Elle se trouve au croisement des deux, avec au centre, une volonté de préserver les valeurs de l’ULB. »

Après avoir rappelé que la création de l’ULB, en 1834, avait été rendue possible grâce à des listes de souscription lancées dans les Loges à l’initiative des francs-maçons Théodore Verhaegen et Auguste Baron, et que ceci avait été fait en réaction à l’annonce de la création la même année d’une Université catholique à Malines (l’UCL), le magazine présente les divers ordres secrets étudiants, dont le plus ancien, créé en 1919, le fameux Ordre des Frères Macchabées. Ces « cercles secrets d’étudiants » comme aussi appelés ont déjà été présentés sur Hiram.be en août 2014.

vendredi 15 décembre 2017 4 commentaires

Étiquettes : ,

  • 4
    Uilenspiegel 16 décembre 2017 à 16:44 / Répondre

    Mon père, dans les années trente, était étudiant en droit et affilié au Club des Neurasthéniques. Ultra-secret !
    Ils sont tous devenus notaires. Les blagues organisées au départ du café de l’Horloge étaient surréalistes… Tiens, pas un mot sur le Phallus ?
    Ils ont en effet l’air d »être beaucoup plus discrets que les maçons…

  • 3
    Minotaure 15 décembre 2017 à 18:47 / Répondre

    Dans une institution issue d’une initiative historique (dans le contexte belge du XIXème) de le Loge des Amis Philanthropes (Grand Orient de Belgique), et dont traditionnellement (sinon obligatoirement) la plupart des membres du corps académique sont maçons, et dont nombre d’étudiants sont fils et filles de maçons, et au sein de laquelle les diverses obédiences présentes en Belgique n’ont guère de peine à trouver des adhérents, les Ordres soit disant Secrets formés parmi les étudiants relèvent, en effet, essentiellement du folklore, c’est à dire de cette forme de dérision qui est le trait distinctif d’un Etat qui ne se prend plus depuis longtemps pour une nation. Cela dit la pérennité des Macchabées est notoire et remarquable, mais illustre ce cadre sans en rien le contredire.

  • 2
    Chicon 15 décembre 2017 à 13:43 / Répondre

    La GLUA (UGLE) mène actuellement une campagne active de recrutement auprès des universités et grandes écoles. Ces universités ont deja souvent une loge qui y est attachée de longue date, et certaines n’ont pas encore de loge. On retrouve un peu la filiation des Macchabes et du GOB de Bruxelles mais en plus affirmé.
    Peut être que le GODF a créé une loge à Sciences Po ou à l’Ecole Centrale ?

  • 1
    Chicon 15 décembre 2017 à 11:33 / Répondre

    Pour les français : « guindaille estudiantine » = fête entre etudiants souvent accompagnée de chants et de biére. Équivalent français : faire la fête. Apres une bonne guindaille on essaie de retrouver son « kot »

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
d48054e09629157ba23a85cb9f14780dHHHHHHHHHHHHH