La FM de Tradition en F

La Franc-Maçonnerie de Tradition en France

Par Géplu dans Edition

Le « Pôle Tradition » vient d’éditer un petit livret ainsi présenté :

Le paysage maçonnique français est pluriel. À côté d’obédiences dites libérales ou sociétales qui interviennent souvent dans le débat public, la voix des obédiences de tradition n’est guère entendue et l’originalité de leur démarche reste largement méconnue. Et pourtant certaines d’entre elles s’engagent et portent leur voix dans le monde.

Présenter la Franc-maçonnerie de Tradition – qui représente les deux tiers des franc-maçonnes et francs-maçons de France – ses principes et ses valeurs, son actualité son importance, tel est l’objet de cet ouvrage dû à l’initiative de quatre Grandes Loges représentatives de cette famille : la Grande Loge de France, la Grande Loge Féminine de France, la Grande Loge Traditionnelle Symbolique Opéra et la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

Elles souhaitent mieux connaître la diversité de leurs démarches et promouvoir leurs points de convergence : la valeur de l’initiation traditionnelle, la force de valeurs partagées et la richesse des rites qu’elles pratiquent. Les Grandes Loges réunies dans ce projet commun partagent une large communauté de vues. Elles se confortent et s’enrichissent dans leurs échanges au sein du « Pôle Tradition ».

Le petit livret de 100 pages au format 130 x 195 est divisé en trois parties. La première, titrée La Franc-maçonnerie de Tradition en France, nous présente celle-ci en cinq chapitres : La franc-maçonnerie de tradition, une longue histoire ; L’initiation au cœur de de la démarche maçonnique ; La tradition, expression d’un Ordre spirituel ; La fraternité, un chemin de spiritualité ; et enfin, Parler de spiritualité au XXIe siècle. La seconde partie donne la parole aux quatre obédiences, et la dernière présente les textes fondateurs que sont les Constitutions d’Anderson de 1723, le Discours de Ramsay de 1738, et le Manifeste du Convent de Lausanne de 1875.

La franc-maçonnerie de tradition en France, une démarche spirituelle et humaniste pour notre temps. Aux Editions Numérilivre, chez Amazon ou de préférence dans la librairie la plus proche de chez vous. ISBN : 978-2366320664

jeudi 25 janvier 2018 30 commentaires
  • 27
    joab's 29 janvier 2018 à 22:58 / Répondre

    Examinons la question « tradition » au regard d’un sujet qui suscite des passions : la question du sexisme en FM.
    Souvent un argument pour prétexter ce sexisme est justement « la tradition ».
    Et en effet les pères de la FM exigeaient d’être de mâles et en étaient exclus donc femmes, homosexuels, exclaves, athées, libertins, infirmes.
    On peut s’arrêter là pour pretexter de mainteanir le sexisme. Mais c’est bien simpliste.
    1) Comme on le constate, les autres exclusions ont été globalement abandonnées, y compris dans les groupes revendiquant « tradition ».
    2) Ces exclusions ne font pas l’objet de développement « maçonnique » (sauf croyance en Dieu) qui expliqueraient une incompatibilité avec l’activité francmaçonnique. Il s’agit donc de conformisme à la société de l’époque, dans laquelle il étaoit totalement impensable que des femmes puissent discuter esprit(les femmes n’avaient pas encore d’âme à l’époque), philosophie, pouvoir. La référence de notre société actuelle étant l’egalité entre les sexes, par le même conformisme, il est inadmissible de perpétuer un sexisme, n’existant que par conformisme à une epoque révolue.

    • 29
      SANJON 30 janvier 2018 à 08:57 / Répondre

      Tradition, transmission et trahisons font souvent trio infernal qui ouvre parfois sur la transgression et forcément l’adaptation !
      L’une étant prise pour le « prétexte de l’autre » et inversement, les véritables raisons sont tues.
      Du point de vue du travail et de la recréation il parait évident que nous ayons besoin de cette alternance qui ne peut être « bénéfique » que par un « espace-temps » libéré des « influences extérieures ». Or, Ce lieu/temps « cocon » implique des règles consenties et appliquées par toutes et tous.
      Il en va de l’apparence au comportement bien sur, le second étant primordial au point que le premier passe souvent pour l’essentiel…
      Dans ce « cadre » laisser les MM à la porte du T implique une égalité imposée comme règle primordiale et donc sous ce prétexte il est « facile de « rejeter » tout ce qui y déroge, y compris ceux ou celles d’un sexe différent de celui qui est primordial à la fondation de cet espace temps, prétexte aussi à un retour d’un « Eden » refondateur et « tranquillisant »…
      La peur, émotion construite sur le raisonnement et la « logique » se fait le moteur pernicieux qui va chercher le moindre prétexte pour ne pas affronter la réalité qui est en chacun et chacune. Plus que la peur de l’autre, il en va de la peur de soi, notamment dans ses propres rapports ressentis avec autrui.
      Mais, que faisons nous de nos outils ?
      Plus que d’avancer l’évolution des mentalités et de la « culture » dans notre société civile, (hélas le plus souvent qui va à l’inverse de nos espérances…), ne devrions nous pas rechercher le véritable sens d’une « tradition » interprétée le plus souvent au gré des « désirs » de VVMM n’ayant peut être pas le niveau de leur charge…
      Par Bots, bègues et borgnes, l’on sait qu’il s’agit des obstinés qui ont leurs deux pieds dans le même sabot, de ceux qui se répètent sans cesse dans un unique discours et de ceux qui ne voient que d’un œil !
      Le sexisme est encore de cet « héritage » religieux qui doit disparaître de là où il n’aurait jamais du se trouver si le véritable travail avait été fait !
      Nous sommes le contraire d’une secte, inutile d’en citer le pourquoi et s’il paraît normal à chacune et chacun d’entre nous de se « rectifier » par ses propres outils sous la réalité de l’éclairage vertical, la porte des temples reste plus facilement ouverte pour en sortir que pour y entrer !
      La véritable question relève donc du courage d’affronter ses propres « phobies », ses vices et donc de faire de nouveaux progrès en M…
      Cette réflexion aurait du amener devant le miroir chaque élément encore empreint d’une dualité perverse…
      Mais, tout est lié au point que racisme, sexisme, discrimination politique ou religieuse sont de plus en plus présents sous le couvert « des bonnes intentions ».
      La haine, moteur auxiliaire de la bêtise et de la violence motive l’exclusion parce que la peur est son essence.
      La véritable question serait alors de se regarder en face et de maîtriser le dragon de notre enfermement…
      Frat…
      Sanjon.

  • 26
    SANJON 29 janvier 2018 à 22:28 / Répondre

    D’où l’importance de l’instruction dans les différents degrés et au travers des charges qui devrait amener l’élargissement des cercles de conscience dans le respect fraternel et non pas la culture d’un égocentrisme entretenu par l’obsession d’un illusoire pouvoir !
    Ce qui nous ramène sans cesse à la représentativité objective face au déni pulvérulent drapé dans d’abominables guirlandes…
    Si nous allons plus loin, il s’agit de revisiter le mythe de Héra et donc la dépersonnalisation du représentant qui meurt de son ego pour devenir le véritable héros forlongeant la conscience collective…
    Mais, il ne s’agit que d’un mensonge révélateur de nos tristes réalités.
    En fait le ver était déjà dans le fruit…
    Ce qui signifie que toute forme décisionnaire est décidément trop sérieuse pour être confiée à une seule personne quelle qu’elle soit !
    Sanjon.

  • 20
    Joab’n 29 janvier 2018 à 13:47 / Répondre

    Petir exemple vecu il y a peu : une conference dans un temple maconnique celebre. Des membres de GO, GLDF, Glamf, glff, glcs, glefu. Banal ? Oui ! Mais n’est ce pas paradoxal jusqu’a l’absurde?
    Ce qui est le point commun de tous est d’être des FM. Et pour travailler ensemble, ils doivent être HORS tenue maconnique en situation reunion classique, donc comme des profanes!

    • 23
      Chicon 29 janvier 2018 à 18:39 / Répondre

      C’est simplement une armée de republique bananiére ou il y a plus de chefs que de soldats

      • 24
        Joab’n 29 janvier 2018 à 20:22 / Répondre

        Il y avait aussi plusieurs glnf ! Ca change ton avis ?

        • 25
          Chicon 29 janvier 2018 à 20:50 / Répondre

          (24) Non

          • 28
            joab's 29 janvier 2018 à 23:04 / Répondre

            Il s’agit donc d’une reponse polemique et militante. Tu n’as pas lu (ou je me suis mal exprimé)
            – Ce qui qui relie les participants à cette réunion c’est d’être des FM, régis par les règles de la FM.
            – Pour travailler ensemble, ils doivent abandonner leur condition de FM et mener une réunion profane (comme rencontres Lafayette) ..
            N’est-ce pas abberrant ?

    • 30
      luciole 30 janvier 2018 à 09:44 / Répondre

      Si c’est une conférence publique c’est une réunion profane, pas une tenue.
      Bien sur il serait souhaitable que ce puisse aussi être le cas dans une réunion purement maçonnique mais qui s’y oppose ?

  • 18
    SANJON 29 janvier 2018 à 10:37 / Répondre

    L’important ne devrait pas être ce que l’on croit, mais ce qui nous fait croître…
    En fait de croyances, religieuses ou « spirituelles », le mécanisme formate les neurones pour donner accès à d’autres concepts dans un domaine abstrait sans lequel il est impossible d’évoluer.
    Le risque étant toujours l’enfermement « communautariste » qui « organise le repli et l’exclusivité par l’exclusion, d’autant que le nombre est peu important…
    Ce que l’on peut trouver en M, au delà des « clivages » entretenus par ceux qui pensent détenir la « vérité » (croyants déistes, théistes et autres persuadés d’une « civilité » intolérante), c’est cette possibilité d’élargir les cercles des états de conscience !
    Or, les « guéguerres » infantiles entre les obédiences ne sont que le reflet d’une immaturité entretenue par le métal vicieux du pouvoir.
    Lorsque toutes et tous comprendront qu’une charge ne sert avant tout qu’à permettre d’évoluer au travers d’une vision et d’actes inductifs, nous pourrons dire que nous avons fait un grand pas vers une M U !
    Je vous oriente donc vers la lecture et la réflexion au travers du livre de Boris Cyrulnik « La psychothérapie de Dieu ».
    Alors, peut être comprendrez vous mieux que les « intransigeants » d’un bord et de l’autre ne sont finalement que des « psychopathes » qui s’ignorent !
    Mais, je ne doute pas que leur déni les empêche de soulever ne serait ce qu’un coin du bandeau…
    Donc, au lieu de polémiquer, un peu de lecture éclairerait les consciences, peut être…
    Sanjon.

    • 19
      Joab’n 29 janvier 2018 à 13:34 / Répondre

      On est d’accord sur le diagnostic : ce sont les pouvoirs obédientiels qui divisent les FM. Notre devoir de M Macons est de rassembler donc nous opposer a ces divisions, exlusions.
      Faut il juste se lamenter, gémir ? Est ce fatalité ? Nous sommes tous d’accord que NON. N’avons nous pas la solution sous les yeux? Soyons simplement Maçons adherant aux regles de TOUS les Maçons et si necessaire insoumis a des regles contre Maçonniques!
      Subversion? Non ! Conformité aux principes maçonniques!

      • 21
        SANJON 29 janvier 2018 à 14:17 / Répondre

        OK JOAB,N !
        Cependant, le fond bourbeux qui enlise toute possibilité d’évolution c’est la représentativité…
        Lorsque tous les ateliers seront souverains avec des officiers qui ne se prennent pas pour des généraux et que les « obédiences » ne seront plus considérées qu’étant la forme administrative de gestion, alors la pluralité deviendra l’essence de la complémentarité.
        Les GGMM et ceux qui se sont placés au dessus des LL ont sans doute oublié qu’un homme ne devrait se pencher vers un autre que pour lui tendre la main !
        Somme toute, faudra t’ il encore que la culture M soit empreinte d’une volonté non plus de tolérance, mais du devoir d’aimer réellement ses FF et ses SS !
        Donc, plus de faux semblants et des LL réellement ouvertes à toutes et à tous dans le respect du travail qui s’y pratique.
        Quand la GL-AMF ouvrira t’ elle ses portes aux frangines ?
        Il semblerait qu’il y ait des efforts en ce sens, mais de l’intention supputée à la réalité bilatérale…
        Sanjon.

        • 22
          Joab’n 29 janvier 2018 à 18:02 / Répondre

          Ok ! Mais si nous attendons quelque évolution spontanée côté obedience c’est illusion. Il revient a chaque MM et d’autant plus VM de se comporter en M et non en représentant d obédience. Il n ya rien à craindre.

  • 14
    Benjamin Rathery 25 janvier 2018 à 17:53 / Répondre

    C’est vrai qu’il vaut mieux « une démarche spirituelle et humaniste POUR NOTRE TEMPS » que pour avant-hier ou après-demain …
    Les neurones ont dû chauffer à la réunion pour trouver un titre aussi creux !
    Y z’ont pas des pubards professionnels du XXIè siècle dans ces obédiences ?
    Allez « Popaul » le ridicule ne tue pas

  • 10
    Christian C 25 janvier 2018 à 14:02 / Répondre

    Dire que la « maçonnerie de Tradition » représente les 2/3 de la maçonnerie française me semble tout de même un peu exagéré.
    On a pour habitude de dire qu’il y aurait autour de 180 000 maçons en France. Or la GLDF c’est 33 000, la GLAMF 15000, la GLFF 15 000 et la GLTSO 5 000. Le tout bien pesé, ce qui ne fait au mieux que 68 000 Frères et Sœurs, soit un gros tiers des 180 000…

    • 11
      Christian C 25 janvier 2018 à 14:11 / Répondre

      Et si l’on retire les Sœurs de la GLFF dont on se demande ce qu’elles vont faire dans cette galère de machistes qui ne les reçoivent pas (alors qu’eux s’autorisent les visites chez les Sœurs !), on redescend en dessous du tiers…

  • 9
    joab'n 25 janvier 2018 à 12:58 / Répondre

    Il est « commercialement » important de se réclamer de « tradition » …. ce qui donnerait une légitimité …
    Mais est-ce comme les traditionalistes de l’Eglise Catholique ?
    A quoi fait-on référence ?
    – A la tradition que piétinent ces obédiences de la reconnaissance TRADITIONNELLE des FM pour savoir qui entre en loge ?
    – A la traditionnelle FRATERNITE UNIVERSELLE clamée, mais piétinée en rejetant de tenue maçonnique sous prétexte du sexe-genre du FM ?
    – A la formule « rassembler ce qui est épars » tout en « éparpillant, divisant ce qui est rassemblé » (les FM selon la tradition de leurs rituels tricentenaires) ?
    ALors, de quelle « tradition » se reclament ces groupes obédentiels ? au dela du slogan commercial ?

  • 8
    Alain Terrieur 25 janvier 2018 à 12:33 / Répondre

    Mieux vaut en rire de peur d’en pleurer ! 😁
    Merci et bravo à tous ces FF pour leur humour, finesse, talent, dérision et culture. J’adore. Ils me donnent espoir dans une FM qui doit être pratiquée sérieusement, sans se prendre au sérieux. Et dans le temps, sans pression ni précipitation. Le chemin initiatique est affaire de chacun. Les stratégies d’obédiences me semblent assez éloignées du sens profond de la FM. Et tous les pôles me laissent froid 😀

    • 16
      luciole 25 janvier 2018 à 19:15 / Répondre

      La Tradition n’avait pas prévu Internet,ce qui nous laisse encore une marge pour garder le moral,les basic pp et la bonne humeur.

  • 6
    Chicon 25 janvier 2018 à 10:33 / Répondre

    La GLFF n’est pas une Maçonnerie de Tradition, c’est une Maçonnerie Sociétale à caractère Féministe.

  • 5
    Georges Clemens 25 janvier 2018 à 10:33 / Répondre

    Quelle est la définition de « Franc-Maçonnerie de Tradition » ? La plus ancienne obédience française, le GODF, ne ferait-elle pas partie de la Franc-Maçonnerie traditionnelle ?
    Rappelez-vous la phrase de Jaurès : « Etre fidèle à la tradition, c’est être fidèle à la flamme, non pas aux cendres »

    • 7
      Diderot 25 janvier 2018 à 12:17 / Répondre

      Cher Georges Pour répondre précisément à ta question et ainsi faire plaisir au maçon « tradi » qu’est Chicon (6) la Maçonnerie de Tradition qui englobe de fait toutes les obédiences « pieuses » est composée d’institutions qui considèrent d’une part que leurs sources cutuelles sont chrétiennes et qui par ailleurs sont dans une continuité des croyances et pratiques les plus anciennes, (primordiales-guénoniennes) dont tu trouveras des exemples dans un article sur ce blog
      http://www.hiram.be/blog/2018/01/11/prieres-franc-maconnerie-desprit-francais-xviiie-siecle/
      Mais tu as le droit de trouver comme moi que tout cela n’a rien à voir avec le FM Universelle !!

      • 15
        luciole 25 janvier 2018 à 18:29 / Répondre

        Cher Diderot
        Que cela soit obsolète,désuet,dépassé,regrettable voire honteux je dois le reconnaitre mais c’est historiquement et chronologiquement la Tradition avec ou sans majuscule.
        Bien f à toi.

  • 4
    Désap. 25 janvier 2018 à 09:53 / Répondre

    « Une démarche spirituelle et humaniste pour notre temps »
    !! ?? !!
    Ne serait-ce que cet intitulé … consternant de néant.
    Son inexistence faute de la moindre proposition cohérente d’ordre maçonnique, pousserait-elle le Popol (oui mon cher Lionel, c’est ainsi érectile !! ) de tradition à concurrencer le Rotary et le Lions ?
    On ne va pas tirer sur l’ambulance GLAMF qui va rapidement devenir une GL d’Apprentis et Compagnons,
    on ne va pas épiloguer sur la GL qui s’obstine à cultiver son complexe d’infériorité vis à vis du GO,
    on ne va pas rire d’une MT Besson qui n’arrive pas à digérer la scission GLIFF et qui ne sait plus quoi faire pour exister, au point d’être partie d’une organisation qui ne la reçoit pas en loge,
    quant à la GLTSO … on se demande ce qu’elle vient faire dans ce truc, par charité chrétienne sans doute,
    bref,
    non, on ne va pas s’occuper d’un centre commercial de recrutement.

    • 12
      Georges Clemens 25 janvier 2018 à 14:24 / Répondre

      entièrement d’accord, la formule est vide de sens

    • 13
      joab'n 25 janvier 2018 à 16:13 / Répondre

      Heureusement que la GLDesap relève le niveau …

    • 17
      Aumont 25 janvier 2018 à 19:54 / Répondre

      C’est effectivement un assemblage hétéroclite de GL qui n’ont en commun que le nom maçonnique sans plus. Du marketing maçonnique ?

  • 3
    Diderot 25 janvier 2018 à 09:47 / Répondre

    CES GENS-LÀ (avec la complicité de J Brel)
    D’abord, d’abord, y a l’aîné
    Lui qui s’est perdu avec sa déité
    Lui qui au REAA s’est vendu
    Lui qui sait plus son Gadlu
    Mais qu´on retrouve matin
    Dans l´église qui roupille
    Faut vous dire, Monsieur
    Que chez ces gens-là
    On ne pense pas, Monsieur
    On ne pense pas, on prie

    Et puis, y a l´autre garçon
    Qui comprend que dalle
    Au dieu du soleil de juillet
    Au Gadlu d’Anderson

    Et puis et puis
    Et puis il y a Frida
    Qui est belle c’est merveilleux
    Mais  que les autres n’en veulent pas
    Les autres ils disent comme ça
    Qu´elle est trop femme pour eux
    Elle dit qu´elle partira
    Pour un instant seulement
    Car on ne s´en va pas, Monsieur
    Chez ces gens-là
    On ne s´en va pas
    C’est la Tradition, Monsieur
    C’est la Tradition

  • 2
    Alain Terrieur 25 janvier 2018 à 08:20 / Répondre

    Paul et Mick sont dans un bateau. Mick tombe à l’eau. Qu’est ce qui reste ? Paul (et mille Victors) ou Paul (et deux traditions).

  • 1
    Lionel MAINE 25 janvier 2018 à 00:21 / Répondre

    Long vit au « Popaul de tradition » !!!

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
dff5c9484c7ca63b4b5fe6e438c86257]]]]]]]]