manuscrit Jardin

Aux sources du tableau de loge du 32ème grade du REAA

Par Géplu dans Divers

Aux sources du tableau de loge du 32ème grade du REAA

Dans la période contemporaine, marquée par une « frénésie de l’instant », où l’omnipotence du « tout émotionnel » nous empêche bien souvent de prendre du recul et de contextualiser les informations qui nous parviennent en rafale, Dominique Jardin nous propose un décryptage inédit de l’évolution d’un outil symbolique incontournable pour les francs-maçons : le tableau de loge. Il s’agit d’un « tapis », posé à même le sol, au milieu des assemblées, et sur lequel  les frères* sont invités à méditer.  Ce tableau comporte des symboles (emblèmes, animaux etc…), autant d’outils destinés à accompagner leur évolution spirituelle. Autrement dit tenter d’effectuer cette « bascule » du spéculatif, verbal et intellectuel, vers l’opératif : viser la modification de l’être, l’amélioration de l’individu. Un processus initiatique, selon leur terminologie, savamment orchestrée et qui suit une graduation.

Le 32ème grade, précède le 33ème, dernier et ultime grade du REAA. Que l’on soit sympathisant, ou non, de la Franc-Maçonnerie, son histoire et influence méritent d’être connues de tous. La communication de l’historien Dominique Jardin –  dont le titre précis est « Aux sources du 32ème grade du REAA, le tableau de loge du Ralliement des Princes Sublimes, manuscrit Saint-Domingue, 1764 »  – nous relate l’évolution historique de ce tableau. Comment les emblèmes chrétiens (le tétramorphe notamment) se « militarisent » pour devenir singulièrement « maçonniques » et rencontrer la postérité que l’on connait. Comment, aussi, en filigrane, théologie et politique se sont entrecroisées, nous sommes alors vingt années avant la Révolution Française… Amis du poète, académicien et « immortel** » Jean Cocteau, ne soyez pas ici surpris d’y croiser au détour d’un rideau qu’une main bienveillante soulèvera pour vous un « aigle à deux têtes », portant dans ses serres une dague et un cœur…
A vos réflexions et méditations !

* nous pourrions ajouter « les sœurs », mais rappelons qu’au XVIIIème siècle, les femmes n’étaient pas encore admises.  Se référer pour cela à la table ronde de Baglis TV intitulée Sur la place des femmes au sein de la franc-maçonnerie.
** précisons que sur sa tombe figure le clin d’œil « orphique » ( ?) « Je reste parmi vous ».

Baglis TV a réalisé un enregistrement de la présentation de ce grade par Dominique Jardin, effectuée lors du colloque Etienne Morin, 1717-1771, un homme aux sources de l’Écossisme. Le film complet peut être téléchargé à cette adresse.

Ci-dessous, un extrait :

dimanche 11 février 2018 5 commentaires
  • 4
    pierre noel 17 février 2018 à 12:11 / Répondre

    @ Emmanuel.
    La phrase « Qu’y a-t-il entre moi et toi ? » (ou l’inverse) est très courante dans la bible, notamment lors de l’épisode des noces de Cana ou lors de la résurrection d’un mort par Elie (dans le livre des Rois).
    En maçonnerie, je connais la citation de Ragon (Orthodoxie maçonnique, 1853, p.350),
    « Qu’y a t-il entre vous et moi ? Un culte
    Quel est-ce culte ? C’est un secret.
    Quel est ce secret ? La Maçonnerie »
    Ce dialogue est peut-être utilisé ici ou là (mais je ne l’ai jamais entendu « in vivo »)

    Désolé, je ne connais pas la formulation citée par Emmanuel, mais les inventeurs/adaptateurs du REAA sont capables de tout, surtout ceux qui ont pour guide la Philosophia Perennis !

    • 5
      Emmanuel 17 février 2018 à 15:46 / Répondre

      Merci Pierre.

  • 3
    Emmanuel 16 février 2018 à 23:38 / Répondre

    Mon cher Modo… Pourrais-tu transmettre à Pierre Noel la question suivante :
    J’ai en mémoire un rituel 1er degré ou p.être une instruction qui dirait : Q : Qu’y a-t-il entre vous et moi? R : Une lumière; Q : Quelle est cette lumière? R : C’est celle du GADL’U auteur de tout et cette lumière est Vérité; Q : Seriez-vous FM? R : Mes FF me reconnaissent comme tel…..
    J’ai trouvé dans Origine et Evolution des Rituels (SCDF 99) des choses approchantes et un FF me dit que la loge Thébah aurait une source qui correspondrait.
    Pouvez-vous m’aider à sourcer l’origine et le document qui contiendrait ce mode de question/réponses? Eventuellement me le communiquer en PJ
    Merci d’avance à vous deux.
    JML Réponse à Emmanuel

  • 2
    Chicon 14 février 2018 à 10:11 / Répondre

    (1) le Sphinx Tetramorphe semble être une autre interprétation du polymorphisme des vertus . Que signifie t il ?

  • 1
    pierre noel 13 février 2018 à 21:06 / Répondre

    Il est curieux, voire caricatural, de ne pas signaler que le tétramorphe (les quatre « animaux » d’Ezéchiel ou de l’apocalypse de St Jean ) sont bien présents sur les armes de la Grande Loge anglo-irlandaise « selon les anciennes Institutions » de 1751, sur celles de la GLUA et, surtout, à l’Orient de tout chapitre de l’Arche Royale (ou « Arc Royal »).

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
9200f7d11ddd2dc93e054b57b824b7eflllllllllllll