La machine, amie et ennemie de l’ouvrier

Par Géplu dans Divers

Ce dimanche 18 février à 15h, le Musée du Compagnonnage de Tours organise une visite thématique sur le thème La machine, amie et ennemie de l’ouvrier.

L’essor de l’industrie au XIXe siècle est allé de pair avec la multiplication des machines. Elle s’est révélée l’amie de l’ouvrier quand elle a facilité son travail, amélioré sa santé, abaissé le coût des produits. Mais elle fut aussi son ennemie en provoquant des accidents, supprimant des emplois et déqualifiant des artisans habiles réduits au rang de manœuvres…

Entrée : 5.80 €, Durée : environ 1h30

mercredi 14 février 2018 5 commentaires

Étiquettes : ,

  • 3
    Didier 14 février 2018 à 18:24 / Répondre

    Une guerre mondiale ou une grande épidémie le problème sera réglè

    • 4
      Aumont 16 février 2018 à 10:19 / Répondre

      @didier – Il y aura des décalés,en marge de ce progrès-mécanique de la civilisation qui n’avancera pas à la même vitesse partout. Ceux bloqués par les diktats de leur religion ( moyen orient ) ou par une désorganisation chronique fataliste ( afrique ). Guerre mondiale ou transfert de populations ?

      • 5
        Chicon 17 février 2018 à 09:33 / Répondre

        (4) avant la guerre Mondiale, si on donne des fusils et de l’alcool aux africains ne vont ils pas se reduire tout seul comme les Indiens aux USA? Ce n’est ni catho, ni franc-Mac, mais horriblement realiste comme les guerres….

  • 1
    Chicon 14 février 2018 à 11:51 / Répondre

    Le travail « à la chaîne » comme sur la photo a marqué le pas pendant un demi-siècle avec les « machines transferts » puis a repris son évolution avec les « robots ». Ceux-ci évoluent encore en rangeant les produits semis-finis comme chez Porsche.
    Actuellement avec « l’intelligence artificielle » il n’y aura plus besoin  » d’ouvriers » comme on en a connus chez Renault ,dans les mines de charbon ou dans l’industrie textile.
    Là où il y avait cinq ouvriers, il y aura un technicien supérieur avec un tournevis. Demain on peut imaginer que ce technicien sera remplace par un robot avec jambes et bras.
    Aujourd’hui on peut sculpter un détail de cathédrale par machine, le savoir-faire maçonnique Manuel risque fort de disparaître aussi.
    Une véritable révolution est en marche, comment sera le travail manuel demain, aucune idée …

    • 2
      Christian C 14 février 2018 à 12:28 / Répondre

      Il y a aussi une autre question : plus la population mondiale augmente (et dans des proportions et à un rythme affolant), moins on aura besoin de « travailleurs », les machines intelligentes feront, dans un avenir proche, quasiment tout.
      Que vont faire les hommes ?…

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
6204547ad40cd2821299eeb8099e5c3booooooooooooooo