La doctrine de la réintégration des êtres

6180240-9234765.jpg

La doctrine de la réintégration des êtres

Publié par Jiri Pragman dans Edition

Le Blog Maçonnique ne s’intéresse pas au martinisme et s’est parfois montré irrité d’un certain entrisme, voire prosélytisme, martiniste. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’un esprit un tant soit peu curieux ne doive pas se pencher sur ce qui relève d’une croyance que l’on retrouve par ailleurs dans un système maçonnique, le Rite Ecossais Rectifié, bâti par Willermoz

 

Ce qui surprend le Maçon « non rectifié », c’est ce caractère doctrinal du RER; Jean-Marc Vivenza écrit: Mais si l’on se dit maçon rectifié et qu’on souhaite le rester – ce qui n’est imposé à personne et relève du libre-arbitre de chacun – il faut adhérer à cette doctrine et la respecter, non chercher à la transformer en voulant la rendre conforme à l’enseignement dogmatique des confessions chrétiennes, fusse-t-il, pour un catholique, et nous mesurons ce qu’une telle affirmation peut avoir d’étonnant, mais il en va ainsi sur le plan initiatique, l’enseignement magistériel de l’Eglise. Lorsqu’on lit que la doctrine willermozienne, si elle ne prétend pas avoir autorité sur l’Eglise, et n’a évidemment pas la volonté de s’imposer à elle, ce qui n’aurait absolument aucun sens, est cependant la seule et unique source d’autorité théorique – accompagnée par la Sainte Ecriture regardée comme « loi du maçon », on a le sentiment d’être bien éloigné du libre-examen cher à de nombreux Maçons.

On s’est donc plongé dans La doctrine de la réintégration des êtres, tout au moins de la lecture qu’en a faite Jean-Marc Vivenza à la lumière de la pensée d’Origène  (185-252). Lequel est sans doute inconnu de la plupart d’entre nous. Pourtant, Vivenza montre son influence, non seulement auprès d’illuminés, mais jusqu’à aujourd’hui (allant jusqu’à citer Mgr André Léonard devenu archevêque de Bruxelles-Malines). 
 
La thèse reprise par les illuministes veut que l’homme, avant d’être incarné dans la forme qui est devenue la sienne, fut d’abord un être purement spirituel. Si Adam et Eve avaient un corps avant la faute originelle, il s’agissait d’un corps non corruptible, non mortel. Quant à la création, il ne s’agirait ni d’un mythe, ni d’un article de foi, mais d’un mystère. Grâce à Vivenza, on pourra vérifier comment PasquallySaint-Martin  et Willermoz voient l’apocatastase, qui, comme chacun sait, est la restauration finale de toutes choses en leur état d’origine. 
 
Une remarque à propos de la mise en page de ce livre: l’interlignage est trop important et nuit à la lecture.
 

30 déc 2013 46 Comments
  • Notubou 2 septembre 2014 at 0 h 33 min / Répondre

    Ne croyez vous pas que la Réintégration est compréhensible , comme le Martinisme et le RER , seulement en étudiant la kabbale ?

  • Fergus 8 mars 2014 at 10 h 56 min / Répondre

    @ Marcus
    Martinès de Pasqually a été baptisé dans sa plus tendre enfance, comme tous les catholiques de l’époque. Il ne s’est jamais « converti ». Vos certitudes de »bon chrétien » en disent long sur l’état de votre « désir ».

  • FRUNZ33 8 mars 2014 at 10 h 18 min / Répondre

    Marcus… Etes-vous a contrario un « bon » initié?

    Les mots que vous employez, de « juiverie » à « tout est resté juif » chez lui, portent des relents bien connus et néanmoins nauséabonds.

    Votre vision du RER (mon Prieuré- un grand- ne s’est jamais aussi bien porté!) témoigne également du fait que vous êtes loin du Vrai Bonheur.

    Et si vous deveniez tout simplement de nouveau cherchant?

  • Aladin 8 mars 2014 at 8 h 00 min / Répondre

    Jean Marc Vivenza donnera une conférence à Marseille le 28/3/2014 au restaurant Aljennah. http://cerwjb.hautetfort.com/apps/m/archive/2014/03/03/conference-jean-marc-vivenza-5313155.html

  • Marcus 8 mars 2014 at 1 h 35 min / Répondre

    Le RER tourne en eau de boudin. Moins il y a de membres et plus il y a de grands prieurés, directoires et autres mouvements groupusculaires. C’est exactement la situation de memphis-misraim.
    Willermoz a tourné le dos à Pasqually quand il a compris le personnage qui l’a volé, on dirait arnaqué aujourd’hui. Pasqually n’a pas berné et volé que Willermoz, il y en eut d’autres.
    La doctrine de la réintégration c’est une arnaque à l’image de son auteur. Les Chrétiens n’en ont nul besoin, les maçons sérieux non plus.
    Pasqually est de la veine des Cagliostro et autres Gugomos, des aventuriers apparus ici et aussi vite disparus. Willermoz catholique convaincu, on dirait aujourd’hui un « cul de bénitier », ne pouvait pas supporter longtemps les « juiveries » de Martinès qui ne s’est converti que par intérêt. Tout est resté juif dans le personnage. Quant à ce qu’en Willermoz en aurait compris ? Rien du tout. Il suffit de voir les exigences qu’il laissa dans son testament lesquelles démontrent qu’il fut un mauvais catholique, un mauvais initié, complètement en dehors de tout.
    Les gens dont vous parlez jouent aux personnages importants, indiscutables ! Ils représentent quoi au plan maçonnique français avec leur RER massacré ? Rien.

  • pascal de bresse 22 février 2014 at 21 h 51 min / Répondre

    Superbe livre sur le rectifié à lire , à relire que nous attendions tous ! du même auteur avec toujours cette qualité magistrale de Jean-Marc Vivenza et sur le même sujet, lire son dernier « L’Église et le sacerdoce selon Louis Claude de Saint Martin » ! Une fois lu, nous n’êtes plus tout-à-fait le même , merci à l’auteur.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

 

Signaler un contenu abusif