Alfons Mucha

Par Jiri Pragman dans Loges

REPUBLIQUE TCHEQUE. Alfons (Alphonse) Mucha est un des plus grands affichistes du début du XXe siècle. Parfois, à force d’évoquer les affiches réalisées en France – notamment des affiches de théâtre avec Sarah Bernhardt -, on en vient à oublier que Mucha était tchèque. Il est d’ailleurs né en 1860 à Ivancice en Moravie du Sud et c’est à l’âge de 27 ans qu’il est parti étudier à l’académie Julian à Paris. Le Musée Mucha à Prague témoigne d’ailleurs des racines slaves de l’artiste qui a raconté les légendes et histoires des peuples slaves. Après avoir connu la Paris, l’artiste est revenu en 1910 dans son pays (qui n’était pas encore alors indépendant) pour s’atteler pendant 18 ans à peindre les 20 toiles « L’Epopée slave ».

En 1939, à 79 ans, Mucha subit un interrogatoire de la Gestapo. Il décèdera quelques semaines plus tard le 14 juillet 1939. Il avait été interpellé comme Franc-Maçon. Il avait en effet été initié en la R.L. Les Inséparables du Progrès à Paris.

A Prague, une Loge créée en 1999 porte son nom. La R.L. Alphonse Mucha à l’Orient de Prague rassemble les Frères francophones (quelle soit leur nationalité) résidant en République tchèque. Cet Atelier de la Grande Loge de la République tchèque n’admet que les Francs-Maçons « réguliers ».

lundi 13 septembre 2004 1 commentaire

Étiquettes : ,

  • 1
    crosnier 17 novembre 2014 à 14:44 / Répondre

    Bonjour, voici ce que j’ai marqué sur mon site sur Alphonse Mucha : http://www.cpa-bastille91.com/carte-postales-mucha/
    Il meurt à Prague le 14 juillet 1939à l’âge de 79 ans, quelques jours après avoir été interrogé par la Gestapo.
    Du fait de son appartenance à la franc-maçonnerie l’Église catholique lui refuse une sépulture en terre chrétienne, son corps sera jeté dans la fosse commune.
    Une loge maçonnique francophone, à Prague, porte son nom
    On me soutient que Mucha n’a jamais été jeté dans une fosse commune…avez vous plus de renseignement sur cet événement …merci d’avance

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
ut ipsum leo. Phasellus quis odio nec adipiscing venenatis, risus ante. ut