De l’attitude en Loge

Par Jiri Pragman dans Non classé

Chaque Maçon a un jour assisté à une Tenue où les Frères conversaient à voix à peine basse (surtout lorsque l’un deux deviend sourd !). Ou à des interventions de Frères victimes du syndrome de Gilles de la Tourette (et incapables d’aligner une phrase sans la ponctuer de grossièretés), de la chorée de Huntington (ou danse de Saint-Guy, gesticulant de manière véhémente en s’exprimant), de logorrhée (infligeant peu fraternellement de longs discours dont eux seuls appréciaient les effets).

Les Constitutions d’Anderson de 1723 mentionnaient pourtant, à propos de la Loge lorsqu’elle est constituée : « Vous ne devez pas tenir de Réunions privées, ni de Conversations à part sans Autorisation du Maître, ni parler de choses inopportunes ou inconvenantes; ni interrompre le Maître, ou les Surveillants ni aucun Frère parlant au Maître : ne vous conduisez pas non plus de manière ridicule ou bouffonne quand la Loge traite de choses sérieuses et solennelles; et sous aucun prétexte n’usez d’un Langage malséant ; mais manifestez à votre Maître, à vos Surveillants et à vos Compagnons la Déférence qui leur est due et entourez-les de respect ».

Mais il est vrai que l’on a déjà entendu des Frères déclarer « les règles j’en ai rien à foutre ». Pourtant, l’Art royal, c’est aussi l’Art de la Règle. La mesure dans les propos comme dans l’attitude favorisent une expression sereine pour une meilleure écoute. Mais pourquoi ai-je parlé ici de Frères ? Tout simplement parce que l’attitude de nos Soeurs (dans la gestuelle et dans les propos) est plus rigoureuse.

Les Constitutions d’Anderson :


A noter : le site Chansons et Chansonniers maçonniques consacre une page aux chansons des Constitutions d’Anderson.

A lire : Les Constitutions d’Anderson. Texte de 1723 traduit par DE LA TI

samedi 21 octobre 2006 2 commentaires

Étiquettes :

  • 2
    danaux 15 janvier 2010 à 18:01 / Répondre

    Qui était vraiment le pasteur Anderson ?
    Il me semble primordial de respecter les règles en FM. On peut ne pas être d’accord avec elles mais dans ce cas, nous devons les remettre en cause suivant LES REGLES. Par contre, il ne me semble pas opportun de citer Anderson à ce propos. Les travaux historiques d’André Kervella le démontrent. Anderson était un donneur de leçon incapable d’appliquer pour lui même ses préceptes. La qualité d’un maçon se mesure à sa capacité à montrer l’exemple, d’après mon modeste point de vue.

  • 1
    Un fidèle lecteur 14 novembre 2006 à 15:41 / Répondre

    Je crois que les généralités ne sont pas bonnes.

    Dire: « l’attitude de nos Soeurs (dans la gestuelle et dans les propos) est plus rigoureuse » en est une et je peux témoingner avoir vu des Soeurs manquer de la plus élémentaire rigueur.

    Bien entendu cela n’excuse ni explique en rien le manque de rigueur des Frères.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
leo ante. Aliquam suscipit mattis tempus pulvinar quis vulputate, elit. amet,