Première pierre de l’Hôtel Dewez à Bruxelles, le discours

Par Jiri Pragman dans Manifestations

Le 18 mars 2001, Grand Orateur sous la grande Maîtrise de Monsieur Adolphe Adolphy, je terminais le rapport moral annuel de l’Obédience en « gageant que les Loges de la rue de Laeken qui nous ont accordé leur fraternelle hospitalité jusqu’à présent pourront, dans le cadre d’un développement futur, envisager favorablement la mise à disposition de l’Hôtel Dewez ».

Partis de la mise à disposition d’une bâtisse rénovée, nous passions rapidement à l’idée d’un bail emphytéotique sur un immeuble à rénover, pour aboutir à l’acquisition en pleine propriété et la rénovation lourde de ce qu’il est convenu d’appeler un morceau d’architecture… néo classique.

Plus de 6 ans d’épreuves donc, faites d’esquisses, d’avant-projets, de projets, de remises à plat, de reprises dans une corrida dont la musique est orchestrée par la Commission Royale des Monuments et Sites, la chorégraphie par les auteurs de projet et qui, fort heureusement ne s’achève pas systématiquement sur la mise à mort du Maître… de l’ouvrage.

6 ans et plus pour obtenir ce permis que l’on dit unique, l’arrêté de subsides, pour lancer un emprunt obligataire et une récolte de dons, négocier les contrats d’entreprise et les emprunts bancaires.

Dans toute la Belgique, de l’Occident à l’Orient, du Midi au Septentrion, les Francs-Maçons et leurs Loges se sont mobilisés, sans désemparer, pour apporter réconfort et soutien, tant moral que financier.

Mes premiers remerciements leur sont donc adressés : grâce à un élan qu’au siècle dernier l’on eût tôt fait de qualifier « irrésistible » nous pourrons demain, pour ses 175 ans d’existence, offrir sa maison à l’Obédience.

Une maison dédiée au travail administratif du personnel et des Officiers dignitaires.

Une maison dédiée à la recherche puisqu’elle accueillera le Centre d’Archives et de Documentation du Grand Orient de Belgique,

Une maison dédiée à la Beauté, enfin, puisque s’y logera le Musée Belge de la Franc-maçonnerie soutenu également par la Fédération belge du Droit Humain, la Grande Loge, la Grande Loge Féminine de Belgique et le Souverain Chapitre du Rite Ecossais.

(…) (remerciements personnalisés)

Une pose de la première pierre, hautement symbolique pour notre société de Francs-maçons, « tailleurs de pierre » spéculatifs, concrétise l’achèvement de la phase d’études ainsi que le début du chantier de restauration en concertation étroite avec l’entrepreneur, l’architecte, les ingénieurs et historiens, ainsi qu’avec le comité d’accompagnement de l’Administration des Monuments et sites.

(le SGM salue les représentants de plusieurs personnalités politiques et partenaires et les invite à prendre la parole avant d’inviter le conservateur du Musée de la Franc-Maçonnerie, Isy Brachot, à découvrir la plaque commémorative)

jeudi 28 juin 2007 Pas de commentaires

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
ipsum in ut Curabitur at ut commodo id Sed