La Clé Ecossaise en TV

Par Jiri Pragman dans Dans la presse

L’information vient de « tomber » : le documentaire La Clé Ecossaise de Tristan Bourlard et François De Smet (cfr notre article La Clé Ecossaise ou The Scottish Key sera diffusé pour la toute 1re fois en télévision le jeudi 31 janvier 2008 vers 22h, sur la RTBF (La Une.

La RTBF présente ainsi La Clef Ecossaise – Enquête sur les origines de la franc-maçonnerie :

La franc-maçonnerie : sujet sulfureux et énigmatique, propice aux allégations et aux fantasmes de toutes sortes. Cette association mystérieuse et discrète, répandue dans le monde entier, fait l’objet depuis plus de 300 ans de curiosité, de fascination et de méfiance. La franc-maçonnerie regroupe aujourd’hui plusieurs millions de personnes à travers le monde. À l’abri du monde, dont ils s’isolent le temps d’une soirée, les francs-maçons se réunissent en loge et y développent une spiritualité singulière. Comment est né ce mouvement ? Pour les profanes, comme pour beaucoup d’adeptes, ses origines demeurent mystérieuses. Les loges elles-mêmes ont oublié d’où elles venaient. Pour la première fois, ce documentaire d’investigation se penche avec sérieux sur la question des origines de la franc-maçonnerie en se basant sur les recherches les plus récentes. Quels sont ses liens avec les Templiers ? Est-elle la descendante des tailleurs de pierre du Moyen Âge ? Comment sont nées les premières loges ? Ce film nous fait découvrir un chemin ésotérique fait de mystères non encore résolus. Quelles étaient les véritables aspirations des hommes qui se sont lancés dans cette incroyable aventure ? Comment est née la société fraternelle la plus intrigante des temps modernes. En quoi consistent les loges de tailleurs de pierre, vieilles de plusieurs siècles ? Quel est leur rapport avec la franc-maçonnerie naissante de Londres. ? Comment les premiers francs-maçons se sont-ils inspirés de pratiques séculaires ? Quel rôle l’Écosse et les traditions médiévales ont-elles joué dans l’élaboration de ce mouvement ? Intervenants : Andrew Prescott : directeur de recherches sur la franc-maçonnerie à l’Université de Sheffield. Keith Moore dirige la Bibliothèque et les Archives de la Royal Society de Londres, fondée en 1660. Roger Dachez : historien de la franc-maçonnerie et actuel président de l’Institut maçonnique de France. Jessica Harland-Jacobs : professeur d’Histoire britannique et impériale, spécialiste de la franc-maçonnerie. David Stevenson : premier historien professionnel à avoir étudié les archives des premières loges maçonniques écossaises ; auteur de plusieurs ouvrages sur la question. Ewan Rutherford : ex-Vénérable Maître de la loge  » Chapelle de Marie « , l’une des plus anciennes loges du monde, située à Édimbourg, en Écosse. John Hamill : directeur des Communications de la Grande Loge unie d’Angleterre. Robert L. D. Cooper : curateur à la Grande Loge des Maçons anciens et acceptés d’Écosse. Il apparaît souvent à la télévision en tant qu’expert de la franc-maçonnerie.

mercredi 23 janvier 2008 28 commentaires
  • 28
    Génard P +++ 8 février 2008 à 14:50 / Répondre

    Salut.Les cléricaux,fachaux,profiteurs devraient regarder ((star académy)) voila pour les antis progressistes,les antis SCIENCE ! Le paradis leur appartient et il les attend.La F.°. M.°. n’a que faire de rapasses de cette frange.
    En ce qui concerne les grades en M.°. c’est comme dans la vie ou on tente de connaire d’autres Hommes ou on MEURT assis dans un fauteuil devant un téleviseur.
    Pour les antis,ceux qui en sont,j’ai dit.

  • 27
    Philippe 28 janvier 2008 à 20:53 / Répondre

    Il faut foi, espérance et charité pour continer à accomplir les tâches ingrates, peu prisées et sans hochets prévues pour elles dans les « voyages » en franc-maçonnerie.
    Quant à l’initiation il n’y en a qu’une qui se prolonge jusqu’au grand saut dans l’Orient.
    Face au grand saut j’ai rencontré professionnellement des initiés chez des profanes !!!

    La page va passer à l’Orient du blog à l’affichage du prochain sujet … exit

  • 26
    STOLKIN 28 janvier 2008 à 19:55 / Répondre

    perversité ,…fainéants,…inanité des couches de vernis,…feignasses,…gagner quelques apertailles,…briguer des fonctions,…

    comment fais-je pour me dés-initier ???

    JE ME TAIS !

  • 25
    Stéphane 28 janvier 2008 à 18:40 / Répondre

    A Stolkin

    « A chacun de choisir jusqu’ou il veut faire l’effort d’aller » Donc, en gros, ceux qui choisissent de rester dans leur Atelier pour travailler, que ce soit à l’organisation de la Loge ou à l’écriture de planches, sont de grosses feignasses… Laisse-moi rire ! Quel mérite y a-t-il a se prendre deux ou trois grades par an ? Quel approfondissement peut-on espérer avec quelques tenues annuelles ? Combien de Frères ne voient dans les Hauts-Grades qu’une occasion de plus de gagner quelques apertintailles ou de briguer l’une ou l’autre fonction ? J’ai dernièrement entendu parler d’une Loge du GOB où la condition sine qua non pour entrer dans la COD est de faire partie des Hauts-Grades. Quelle honte !

    J’ai dit !

  • 24
    Philippe 28 janvier 2008 à 16:05 / Répondre

    En effet après l’effort on peut en démissionner en règle de ses capitations quand on s’apperçoit de l’inanité des couches de vernis.

    Car STOLKIN sous entend avec perversité que seuls les fainéants ont un avis négatif sur ces grades.

    Mon précédent message : « Si on utilise le raisonnement analogique, la FM c’est un peu comme un matériau qui a été recouvert de couches de vernis.
    Les couches de vernis seraient les thèmes ajoutées par les différents intervenants historiques, à diverses époques, essentiellement par les tenants de deux religions de Livre et même plus tardivement d’une religion égyptienne partiellement rêvée, la religion chrétienne (son avatar catholique) y ajoutant la glorification de ses milices telle la milice templière. »

  • 23
    STOLKIN 28 janvier 2008 à 13:46 / Répondre

    La FM nous donne simplement 33 fenêtres par lesquelles nous pouvons « voir » le monde. A chacun de choisir jusqu’ou il veut faire l’effort d’aller.

  • 22
    Philippe 28 janvier 2008 à 09:19 / Répondre

    YVCA ET DOMINIQUE
    Selon les Obédiences, de façon institutionnalisée ou dans les têtes plus subtilement et hypocritement ce chemin (évoqué par yvca) est poursuivi en lui attribuant une essence supérieure à celle des grades bleus issu des valeurs des « métiers », apparaissent les valeurs des deux premières (chronologiquement) religions de la Bible, et les milices religieuses catholiques dites « chevaleresques ».
    Il s’agit d’une reproduction sociologique d’une banalité à pleurer des dominances constatées habituellement dans les sociétés dite profanes, le producteur (la masse laborieuse qui mouille sa chemise) dominé par guerrier et prêtres.
    On va me dire, c’est symbolique, c’est fait pour être dépassé, alors pourquoi par exemple dans toutes les publications, pour en quelque sorte en souligner le caractère « supérieur » et en « d’autorité » est-il noté : « UNTEL 33ème » alors que souvent la prose en est obscure et sans grand intérêt symbolique et ou philosophique, copiés collés de copiés collés !!!

  • 21
    yvca 28 janvier 2008 à 01:35 / Répondre

    A Stéphane,
    Il ne s’agit pas de « continuer (leur) son chemin « différemment », il s’agit, simplemenent, de poursuivre le chemin entrepris le jour de son Initiation,
    sans donner à cette démarche, ultérieure, une qualité supérieure…

  • 20
    Dominique 27 janvier 2008 à 16:44 / Répondre

    La Quête des origines… Perché no ? Cela n’empêchera pas le cheminement tout personnel. Je n’ai malheureusement pas de bonne traduction de  »side degrees ». La clef écossaise est un travail de mérite. Pour le reste…

  • 19
    Stéphane 27 janvier 2008 à 10:19 / Répondre

    A Philippe,

    Je suis entièrement d’accord avec toi, mais comme ces activités ne rapportent ni ruban, ni cordon, ni médaille, elles sont finalement assez peu courrues par une certaine catégorie de Frères. Je pense que les Side Degrees n’ont de réelle valeur que pour les Frères qui y voient, et là je rejoins Yvca, une façon de continuer leur chemin différemment.

  • 18
    Philippe 27 janvier 2008 à 09:18 / Répondre

    Dans mon précédent message
    Je voulais simplement pointer qu’il y a beaucoup d’activités humaines enrichissantes pour soi et les autres et que cela ne se limite pas aux thèmes repris dans les « hauts grades » les plus répandus.
    Par exemple s’occuper de l’intendance de la loge n’est pas « sale » et met en action le concept de fraternité dont beaucoup de fm se gargarisent sans mouiller leur chemise, de même s’informer, se cultiver hors la sphère FM pour offrir des Pl personnelles non copiées collées sur d’autres etc … etc …

  • 17
    Stéphane 27 janvier 2008 à 05:28 / Répondre

    A Philippe,

    Je ne parle nullement de « traduction », mais bien d’appellation. Effectivement, « Side Degrees » devrait être traduit par « Degrés à côté », mais cela sonne à l’oreille comme un barbarisme. Comme ces degrés sont une suite au corpus maçonnique principal (Apprenti – Compagnon – Maître) et qu’ils n’ont pas un caractère automatique, ils représentent (pour moi) un complément au parcours maçonnique, d’où « Degrés complémentaires ». CQFD 😉

    L’erreur que font certains Maçons est de considérer ces « Side Degrees » comme un but à atteindre absolument.

  • 16
    yvca 27 janvier 2008 à 00:41 / Répondre

    A propos des, dits, « Hauts Grades », terme jamais, ou , injustement, utilisé, ou contesté, au Chapitre ,à l’Aréopage ou au C.I.S. , je serais assez d’accord avec Stéphane,
    « Degrés complémentaires » correspond mieux aux « grades » atteints par les FF… qui poursuivent ,leur, démarche Maçonnique. De toute façon, l’on est Maçon dés la première initiation….C’est après qu’il faut le devenir…

  • 15
    Philippe 26 janvier 2008 à 10:01 / Répondre

    Il me semble que traduire side par « à côté » est plus réaliste que « complémentaires ».
    Ces grades sont-ils les seules activités à pouvoir être considérées comme constituant des « compléments » ???

  • 14
    patrick 25 janvier 2008 à 18:22 / Répondre

    En ce qui me concerne,(je suis profane).J ai acheté le dvd en question et celui-ci m a vraiment plu. je me suis beaucoup documenté sur la maçonnerie et je dois dire que ce reportage est vraiment un excellent support a toutes les recherches que j ai pu effectuer .(j ai un profond respect pour l art royal) et pour tous les francs-maçons(nes)…

  • 13
    Stéphane 24 janvier 2008 à 20:16 / Répondre

    A Philippe,

    Belle analyse. A propos des « Hauts Grades », je prônerais d’ailleurs plutôt l’appellation « Degrés complémentaires », plus proche de l’anglais « Side Degrees » (« Degrés sur le côté » sonnant un peu comme un belgicisme 🙂

  • 12
    SimonGo 24 janvier 2008 à 18:43 / Répondre

    Pour répondre à Georgius: ce film ne devrait pas être rapidement diffusé en France par la télévision, mais le dvd du film est facilement disponible.

  • 11
    Philippe 24 janvier 2008 à 15:16 / Répondre

    J’ai visionné le DVD deux fois.
    Il me semble qu’il peut inciter à intégrer la dimension démarche historique et même à donner le désir d’aller au-delà du DVD en consultant les recherches de certaines loges maçonniques dites de recherche et même de lire les travaux des historiens de la FM, historiens francs-maçons et non francs-maçons dont ce DVD reprend de façon simplifiée les précisions historiques documentées.
    Si on utilise le raisonnement analogique, la FM c’est un peu comme un matériau qui a été recouvert de couches de vernis.
    Les couches de vernis seraient les thèmes ajoutées par les différents intervenants historiques, à diverses époques, essentiellement par les tenants de deux religions de Livre et même plus tardivement d’une religion égyptienne partiellement rêvée, la religion chrétienne (son avatar catholique) y ajoutant la glorification de ses milices telle la milice templière.
    Ce DVD est une aide pour permettre, à celles ou ceux qui le désirent, de gratter les couches de vernis, citées ci-dessus et de revisiter ce que l’on sait en l’état actuel de la science historique de l’aspect et de la texture du matériau d’origine que l’on peut avoir tendance à ignorer ou oublier sous les couches successives de vernis !!!
    C’est un travail, qui éventuellement peut finir par des remises en cause personnelles, ou au moins des remises en perspective.
    Cette démarche est-elle ésotérique ?
    Est-elle sociologiquement moins valorisante que celle d’apposer du vernis ?
    Ceci dit une hiérarchie de dominance a été de fait établie par les grades maçonniques au niveau des thèmes et cela se traduit dans la réalité sociale maçonnique par le fait que s’intéresser aux thèmes religieux ou para-religieux (hauts grades) est plus valorisant que de s’intéresser aux valeurs se dégageant des Métiers ( que d’aucun qualifient de manuels).
    Qualifier certains grades de façon ridicule de « hauts » (ou le penser fortement) et aussi injurieux que de parler de baudruches !!!
    J’ai tendance à penser que tout cela est complémentaire, sous le niveau, et que les voies peuvent être parallèles…
    Vanité des vanités …

  • 10
    Georgius 24 janvier 2008 à 09:06 / Répondre

    Bonjour
    Quelqu’un sait si ce documentaire prometteur (je ne l’ai pas vu) a été acheté par une télévision française en vue de sa diffusion ?
    Merci d’avance

  • 9
    Stéphane 24 janvier 2008 à 07:36 / Répondre

    A Alain,

    Je caresse le projet d’un mini-trip en Ecosse, entre autres pour voir la Saint Mary’s Chapel à « Edimbragh ». Pourquoi pas un petit crochet vers Glasgow, en effet 🙂

  • 8
    Alain 24 janvier 2008 à 00:08 / Répondre

    A Stéphane
    je pense que nous aurions une belle discussion à propos de ce sujet. Mais autour d’une pinte avec du temps devant nous. Si tu passes par Glasgow un jour qui sait 😉

  • 7
    Alain 24 janvier 2008 à 00:04 / Répondre

    Allons, allons mes amis. Soyons sérieux !
    Ne divulguons le secret maçonnico-ésotérique

    Ce site est cité par la plupart des sites maçonniques à travers le monde, et des plus sérieux comme étant un site de qualité. Reconnu par la maçonnerie « anglo-saxonne », tendance UGLE, que je fréquente beaucoup (Pietre-stones pour ne citer que lui), Etats-Unis compris. Reconnu sur le continent par la maçonnerie « libérale » et par la « régulière ». Loin de divulguer quelque secret de polichinelle, il contribue à informer les profanes. Mais, bien sur, surtout les maçons, en étant le centre de l’union.
    Je dois beaucoup à ce site que je fréquente depuis des années. Des découvertes, des surprises, des éclaircissements et une envie de connaitre des frères qui n’ont pas la même vision que moi.
    Je tiens à préciser que je ne connais Jiri ni d’éve ni d’adam et que je suis même pas belge…
    De surcroit, je pense fondamentalement que la maçonnerie est ésotérique mais certainement pas celle du mépris

  • 6
    Stéphane 23 janvier 2008 à 19:01 / Répondre

    A Alain

    J’ai vu ce film à plusieurs reprises déjà et, très honnêtement, je ne vois pas en quoi cela va pouvoir dégonfler les baudruches fantasmatiques qui courrent sur la Maçonnerie.

  • 5
    jjdese 23 janvier 2008 à 18:44 / Répondre

    Oh! pardon, il m’avait pourtant semblé dans le texte ci-dessus y trouver déjà le mot « ésotérique » et le reste. Pardon, excusez-moi de vous avoir dérangé dans vos travaux de Maçons:.

  • 4
    Jiri Pragman 23 janvier 2008 à 16:47 / Répondre

    Le « Frère qui rejette toute forme de secret maçonnique, et surtout ésotérique » se demande ce que le commentaire a à voir avec le film.

  • 3
    jjdese 23 janvier 2008 à 16:37 / Répondre

    Bonjour,
    Glorifier un tel film, lui rendre dans votre blog un public hommage, quelque modeste qu’il soit; c’est déconcertant venant d’un Frère qui rejette toute forme de secret maçonnique, et surtout ésotérique:.
    J-J. de S-E.

  • 2
    Alain 23 janvier 2008 à 15:55 / Répondre

    Autre chose que des fantasmes. Tout simplement.

  • 1
    Stéphane 23 janvier 2008 à 12:33 / Répondre

    Ce film est un petit bijou… mais je ne vois pas trop ce que la grande majorité des profanes va pouvoir y trouver.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
commodo vel, ut ut id et, risus Lorem nunc fringilla pulvinar