Le convent du sang

Par Jiri Pragman dans Edition

Nous voulons bien parier l’équivalent d’un Tronc de Solidarité (dit aussi « de la Veuve ») un soir de Solsticiale que certains donneraient une main pour qu’Alain Bauer arrête ses déclarations d’ancien Grand Maître pour se consacrer à la littérature. Non pas aux essais maçonniques mais qu’il poursuive dans la voie qu’il a empruntée avec Roger Dachez, celle du roman historique policier maçonnique.

Evidemment, après Les mystères de Channel Row, on les attendait (« fraternellement ») au tournant. Le 2e ouvrage publié dans la collection Crimes et Loges chez Lattès après 2 ans est, à nouveau, un livre signé Bauer – Dachez (la collection leur est-elle réservée ?). Cette fois, le duo ne nous amène plus à Londres aux débuts de la Franc-Maçonnerie moderne mais se déplace une soixantaine d’années plus tard à Lyon.

La découverte d’un cadavre costumé en Templier va inquiéter Jean-Baptiste Willermoz, véritable autorité maçonnique et adepte de Martinès de Pasqually, ainsi qu’Antoine-François Prost de Royer, à la fois lieutenant général de police et Grand Prieur de France, président du Convent de Lyon. Un Convent qui, dans l’esprit de Willermoz devait mettre fin au mythe de la filiation templière de la Franc-Maçonnerie transmis par le baron von Hund qui créa la Stricte Observance Templière.

Le récit fait apparaître des personnages aussi célèbres que Giuseppe Balsamo (Cagliostro), cet aventurier qui inventa la Franc-Maçonnerie égypitenne, et l’inquiétant Adam Weishaupt, le chef des fameux Illuminés de Bavière, les Illuminati.

Bauer & Dachez citent à la fois Monsieur de Sartine (un personnage réel qui apparaît dans les enquêtes du commissaire Le Floch de Jean-François Parot) et le commissaire Marcas de Giacometti-Ravenne. L’approche historique les mène davantage dans le sillon de Parot, même si chez eux, l’intrigue policière continue à être secondaire.

  • Le convent du sang d’Alain Bauer & Roger Dachez (Jean-Claude Lattès, Crimes et Loges, 2009) disponible chez Amazon ou à La Cale Sèche
lundi 26 octobre 2009 1 commentaire
  • 1
    EMEREK 26 octobre 2009 à 08:02 / Répondre

    Faudrait-il plutôt dire ?

    « …… Tronc de la Veuve (dit aussi parfois dans certaines loges « tronc de solidarité ») « 

    ………………. »Une Veuve et ses Enfants » désigne la Franc-Maçonnerie !

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
eleifend sit Phasellus ut Praesent facilisis tristique libero