L’influence de la Franc-Maçonnerie à Lyon

Par Jiri Pragman dans Dans la presse

Dans son édition dominicale du 10 janvier 2010, le quotidien Le Progrès s’intéresse aux rapports Franc-Maçonnerie – politique.

Dans l’article A Lyon, la franc-maçonnerie se loge en politique, on peut lire une réponse du président de la Fraternelle parlementaire : « Au plan national, la Fraternelle parlementaire est effectivement une force de proposition sur un certain nombre de faits de société », admet son président, le sénateur UMP Bernard Saugey. Mais que les maçons décident entre eux de la politique à mener au sein d’une collectivité locale, « ce n’est que pur fantasme « 

L’article avec pour titre « La maçonnerie lyonnaise correspond à la centralité de la ville » est une interview de Bruno Benoît, professeur d’histoire à l’Institut d’études politiques à Lyon. Celui-ci admet que la franc-maçonnerie pèse sur la vie publique depuis la IIIe République (non par les maires mais par la présence maçonnique dans leurs entourages) tout en constatant que cette influence réelle jusqu’a Louis Pradel il y a 35 ans est certainement moindre. Il ajoute : L’influence qui peut demeurer repose surtout sur les relations d’homme à homme. Il n’existe pas de toile d’araignée ni de complot maçonnique mais des liens personnels.

dimanche 10 janvier 2010 Pas de commentaires

Étiquettes : , , ,

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
velit, quis, tempus ipsum libero. odio