Comment j’ai franchi les portes de la Grande Loge Unie d’Angleterre

Par Jiri Pragman dans Divers

Il suffit alors de se présenter à la réception du Freemasons Hall à la Great Queen Street (mentionné sur les plans de Londres) et d’annoncer que l’on vient par exemple pour une visite guidée (à 11h, 12h, 14h, 15h, 16h). Il suffit alors de se rendre à l’étage et de parcourir les couloirs jusqu’à l’entrée du Musée. Lequel est d’ailleurs ouvert gratuitement au pulic du lundi au vendredi.

Le guide qui vous accueille est plus anglais qu’on ne peut l’imaginer. Il invite aimablement à remplir si on le désire un registre où le visiteur peut mentionner ses nom et prénom, sa Loge et Obédience ainsi que le moyen qui l’a informé de la possibilité de visite. Après une introduction, le guide amène les visiteurs dans la salle des Grands Officiers où trônent leurs portraits. Il ne s’agit pas de « gens du commun »; le Grand Maître actuel est d’ailleurs le duc de Kent, Edward élu en 1967.

Un corridor mène ensuite devant l’imposante porte qui mène au Grand Temple. Celui-ci est tout simplement gigantesque. On dit souvent que le Grand Temple du Grand Orient de Belgique à Bruxelles est le plus grand d’Europe mais il faut sans doute préciser d’Europe continentale ! Ce Temple a une capacité d’environ 1.700 personnes… et l’immeuble comprend 21 autres Temples ! L’immeuble lui-même date de 1927-1933 et est dû aux architectes H.V. Ashley et F. Winto Newman. Il est considéré comme un des plus beaux monuments Art Déco d’Angleterre.

Le Musée lui-même vaut la visite car s’il n’est pas de grande taille (1 seule salle) il présente des objets variés, qu’il s’agisse de Décors, de bijoux, d’objets rituels, de vaisselle maçonnique ou, par exemple, de ces objets (gobelets par exemple) de corne gravés par des marins ou des soldats. Certains des objets ont appartenu à des célébrités comme Winstor Churchill ou Edouard VII.

Au sortir de la visite du musée, on croise des Maçons qui se préparent pour une Tenue. Le costume sombre et strict semble de vigueur; on est quelque peu éloigné des chemises hawaïennes chatoyantes parfois rencontrées dans des Loges continentales.

Le visiteur peut s’il le désire effectuer un tour du Masonic Shop. Cette boutique maçonnique propose des livres, des souvenirs et autres cadeaux. Avouons nous être laissé tenter par un mug maçonnique du plus bel effet (6.50 £). Cette boutique Letchworth est également accessible en ligne.

Dans les environs immédiats du Freemasons Hall se trouve l’auberge Freemason’s Arms – déjà évoqué dans la 1re version du Blog Maçonnique – un pub classique si ce n’est que, lorsqu’on se rend aux toilettes, on fait face à une signalétique indiquant à l’étage le bar de la Loge et la salle du Chapître. A l’entrée même du pub, une note rappelle que c’est dans cette auberge que furent décidées les règles du football.

Sans vouloir absolument effectuer un tour du « Londres maçonnique », le visiteur est amené à rencontrer d’autres « traces » maçonniques. Par exemple, à l’abbaye de Westminster, dans le Poets’ Corner (Coin des Poètes) sont enterrés ou commémorés plusieurs auteurs et poètes comme Rudyard Kipling, Robert Burns ou Walter Scott. Et à la British Library.bl.uk, une exposition sur des trésors de la littérature vous fait découvrir des livres d’Oscar Wilde ou des partitions de Haydn.

mardi 09 mars 2010 50 commentaires
  • 50
    Désap. 12 octobre 2018 à 09:48 / Répondre

    Ribaucourt avait l’habitude d’insister sur la nécessaire distinction qu’il convient de faire entre « cléricalisme » et « religion ».
    Il est très regrettable qu’aujourd’hui nombre de maçons confondent ou mettent sur le même plan « métaphysique » et « théologie ».
    Pour ce qui concerne les décisions prisent par le GODF au Convent de 1877, ce n’est pas tant la suppression de l’obligation de travailler ALGDGADL’U qui pose problème à mon sens, après tout le GODF chez lui fait ce que bon lui semble, mais ce qui est parfaitement inacceptable est que ces décisions, dans leur rédaction, visent à définir ce qu’est LA franc-maçonnerie et non l’idée particulière que s’en ferait le GODF.
    Comment les frères de cette époque ont-ils pu imaginer que Ecossais, Irlandais et Anglais accepteraient que le GODF définissent la franc-maçonnerie, lors même qu’eux, initiateurs, n’avaient jamais osé le faire ?

  • 48
    pierre noel 11 octobre 2018 à 22:19 / Répondre

    Les suites du convent de 1877, du moins celles qui concernent les relations internationales du Grand Orient, sont trop connues pour qu’on y revienne. Les ruptures en cascade des obédiences britanniques, puis l’isolement du Grand Orient de France, qui ne trouva plus de répondant qu’en Belgique et en Suisse, amenèrent à la situation toujours actuelle de la Maçonnerie du Grand Orient de France. A vrai dire, ces ruptures, pour dramatiques qu’elles paraissent à certains, n’en restent pas moins anecdotiques puisque par essence réversibles.

    La décision de 1877 ne fut qu’un moment d’une longue évolution. Un auteur aussi violemment anti-maçonnique qu’Henry Coston n’y consacre que quelques lignes. L’affaire, pense-t-il, était jugée depuis 1865 : l’article 1er n’était plus qu’une formule n’engageant pas les membres du Grand Orient. La résolution du convent, qui ne fit qu’entériner un état de fait, est un non-événement, négligeable à côté des menées politiciennes de l’obédience. Cette analyse n’est pas entièrement fausse si l’on prend en compte l’évolution idéologique des loges. Depuis le début des années soixante (du XIXème siècle), des maçons de plus en plus nombreux désiraient remplacer le déisme traditionnel de la franc-maçonnerie par le positivisme, philosophie qui encourageait l’adoption d’une interprétation matérialiste et mécanique de l’Univers. « Le positivisme de Littré, plus encore que celui d’Auguste Comte, avait détaché les francs-maçons du Grand Architecte de l’Univers ». La connaissance « positive », fondée sur les faits, la science et la raison, devait l’emporter sur les conceptions métaphysiques et théologiques. Jules Ferry évoquait en 1875 l’initiation de Littré au Grand Orient (à la « Clémente Amitié ») comme marquant l’entrée officielle du positivisme, révélant l’affinité intime et secrète existant entre celui-ci et la Maçonnerie. Ce positivisme n’avait que faire du Dieu transcendant des religions et Desmons put affirmer, en 1881, que le culte de la science était le seul culte de la maçonnerie.

    Mais cette conversion à l’idéal positiviste eut un corollaire, autrement lourd de conséquence : la révision des rituels, annoncée par Desmons à la fin de son discours. Les derniers rituels officiels du Grand Orient avaient été promulgués le 1er mars 1858, sous la Grand Maîtrise du prince Murat. Hormis quelques remaniements significatifs du grade de Maître qui enlevaient à la cérémonie beaucoup de son caractère, ils restaient très proches de ceux du Régulateur de 1801. Leur affirmation spiritualiste était évidente. Rien de tel dans les rituels révisés qui parurent en 1887. Leur rédaction se conforma à l’esprit nouveau. C’est alors qu’eut lieu la fracture qui fit du Grand Orient une institution qui, pour certains, n’a plus de maçonnique que le nom et les apparences. Ces rituels, il est vrai, conservent le schéma fonctionnel des rituels de 1801, déroulement des cérémonies, tripartition des grades, « secrets » de chacun d’eux, mais ils s’en éloignent par un sens, une intention radicalement différente. Comme de juste, le Grand Architecte a disparu, mais cette omission va de pair avec plusieurs autres. La « mutation ontologique », la « transmission » d’une influence spirituelle étaient occultées (en d’autres mots, le côté « magique » de l’exercice disparut !) Il fallut un Guénon pour que le souvenir de cette expérience fût rappelé aux maçons incrédules.

    La décision de 1877, en soi de peu d’importance, n’aurait pas eu le retentissement que nous lui attribuons sans cette révision des rituels et l’élimination systématique de toute référence spiritualiste.
    Laissons là cependant les idées reçues : la décision de 1877 ne concernait que la croyance en Dieu et en l’immortalité de l’âme, elle ne concernait ni la formule « A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers » ni la légitimité de l’ingérence politique qui ne fut pas discutée. Au contraire, l’interdiction de l’immixtion dans les affaires politiques fut constamment rappelée par le Grand Orient, avant et après 1877, alors même qu’une majorité des loges ne faisait rien d’autre.

    • 49
      ERGIEF 12 octobre 2018 à 09:12 / Répondre

      Merci infiniment Pierre pour cet exposé d’une grande objectivité, à la fois factuel et analytique. Nous avions tous besoin de ce rappel historique qui met fin a bien des idées reçues et coupe court a un débat récurrent. L’abandon officiel de l’invocation du GADLU et la transformation en profondeur des rituels ont entériné la rupture de fait entre le projet sociétal du GODF et l’idée maconnique originelle. Là est tout le drame de la franc maconnerie francaise dont l’image est phagocitée par celle d’une institution qui n’a plus grand chose en commun avec elle si ce ne sont des apparences. Il suffit de constater la présence des membres du GO arborant fièrement leurs décors dans les défilés de certaines grandes manifestations socio-politiques pour s’en convaincre. Dans un futur lointain, peut être qu’une assemblée générale annuelle de l’association GO décidera d’abandonner toute référence a la franc maconnerie dans ses textes officiels ?

  • 44
    pierre noel 10 octobre 2018 à 16:59 / Répondre

    L’article 1er de la Constitution du Grand Orient de France était, depuis le 10 août 1849 :
    « La Franc-Maçonnerie, institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive pour base l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme ; elle a pour objet l’exercice de la bienfaisance, l’étude de la morale universelle, des sciences et des arts, et la pratique de toutes les vertus. Sa devise a été de tous temps : Liberté, Égalité, Fraternité. »

    Le Convent de 1877 s’ouvrit le 10 septembre, sous la présidence de De Saint-Jean. L’examen du vœu n° IX, celui de la Fraternité Progressive, fit l’essentiel des travaux. Une commission de neuf membres, élue par l’assemblée, choisit pour rapporteur Frédéric Desmons qui lut son rapport le 13 septembre. Ce rapport, souvent évoqué, est mal connu, chacun l’utilisant au profit de ses engagements. Outre le Bulletin du Grand Orient de France, il se trouve dans La Chaîne d’Union (octobre 1877), dans le Bulletin du Centre de Documentation du Grand Orient de France 1958, n° 11-12, dans Frédéric Desmons et la Franc-Maçonnerie sous la 3e République de Daniel Ligou (1966), enfin en annexe à Les Francs-Maçons en France de Pierre Mariel (1969).

    « Le rapporteur propose la résolution finale, adoptée à l’unanimité de la Commission :
    1° L’Assemblée, considérant que la franc-maçonnerie n’est pas une religion ; qu’elle n’a point par conséquent à affirmer dans sa Constitution des doctrines ou des dogmes.
    Adopte le vœu n° IX (supprimer de l’article 1er « la croyance en Dieu et en l’immortalité de l’âme »)
    2° L’Assemblée décide que le second paragraphe de l’article 1er de la Constitution aura la teneur suivante : « La franc-maçonnerie a pour principes la liberté absolue de conscience et la solidarité humaine. »
    3° L’Assemblée supprime, comme faisant double emploi avec le second paragraphe modifié, le paragraphe trois, ainsi conçu : « La franc-maçonnerie regarde la liberté de conscience comme un droit propre à chaque homme et n’exclut personne pour ses croyances. »
    4° L’Assemblée décide enfin que l’article 1er de la Constitution aura désormais la teneur suivante : « La franc-maçonnerie, institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive, a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale universelle, des sciences et des arts, et la bienfaisance. Elle a pour principes la liberté absolue de conscience et la liberté humaine. Elle a pour devise : Liberté, Égalité, Fraternité ».

    Le vœu fut adopté sans que les voix aient été décomptées. On peut l’estimer aux deux tiers si l’on suit les avis préalables des loges
    Contrairement à une idée reçue, le convent de 1877 ne supprima pas l’invocation au Grand Architecte de l’Univers. Le discours de Desmons n’y fait pas allusion, pas plus d’ailleurs qu’il ne contient le mot Dieu. A la séance du Conseil du 28 octobre 1877, JM Caubet expliqua que la décision du Convent n’impliquait pas l’interdiction aux loges de faire usage de l’ancienne formule et d’œuvrer à la gloire du Grand Architecte de l’Univers. Devenue facultative, la formule fut maintenue sur les pièces officielles de l’obédience jusqu’en 1882.

    [Frédéric Desmons (1832-1910). D’une vieille famille protestante des Cévennes, il fit des études de théologie et devint pasteur de différentes communautés du Gard. Initié le 8 mars 1861 dans une loge de Nîmes, L’Echo du Grand Orient, il fonda la loge Le Progrès à Saint-Geniès-de-Malgoires (Gard). Très actif, il entra au Conseil de l’Ordre dès 1873. Il en fut président à plusieurs reprises de 1887 à 1910. En politique, il fut élu député d’Alès en 1881, puis sénateur en 1894, enfin vice-président du sénat de 1902 à 1906. Il démissionna de ses fonctions pastorales durant la campagne électorale de 1881.]

    • 45
      Géplu 10 octobre 2018 à 17:06 / Répondre

      Merci de ces clarifications Pierre. 🙂

    • 46
      ERGIEF 11 octobre 2018 à 01:25 / Répondre

      Mon cher Pierre merci pour ces précisions historiques. Celles ci toutefois ne justifient en rien le fait qu’un pasteur ait accepté d’être le rapporteur d’une motion par essence contraire a son engagement spirituel. Je persiste à nouveau et signe: Frederic Desmond est bien à la source de l’orientation socio-politico-libérale du GO. Certes il ne fut pas isolé mais sa personnalité et sa position en faisaient un leader d’opinion au sein du GODF. La suite de sa carrière maçonnique a d’ailleurs confirmé son influence au sein de l’obédience. Par ailleurs lorsqu’il dut exercer un choix de vie il opta résolument pour la politique et la FM et abandonna sa mission pastorale.
      Pour être précis il est né et a vécu à Brignon, petit village ou protestants et catholiques, repartis à 50/50, se regardaient encore en chiens de faience il y a 1/2 siècle au temps lointain de ma jeunesse. Je ne suis pas certain que cette situation ait beaucoup évolué depuis.

  • 41
    ERGIEF 10 octobre 2018 à 12:27 / Répondre

    @Desap. A la GLDF il y a aussi quelques loges RER (moins de 10). C’est une exception historique à sa vocation « mono-rite ». Mais la GLDF, contrairement au GODF, n’est pas une obédience libérale, travaille à la gloire du GADLU et proclame l’existence d’un Principe créateur ce qui est compatible avec un rite chrétien. En revanche le GO, depuis Frederic Desmond, a ouvertement rejeté ces valeurs, affiche un athéisme militant, prône une laïcité rigoriste et défend des avancées sociologiques, qui leur sont contraires. Ma question est donc: comment, dans un tel contexte, peut-on vivre sereinement son rite?
    Bien Fraternellement.

    • 42
      Géplu 10 octobre 2018 à 13:31 / Répondre

      Le RER est présent au GODF surtout en région Lyonnaise, dans le midi, à Paris et dans le Nord.
      Et ERGIEF se trompe quand il dit que Frédéric Desmond « a ouvertement rejeté les valeurs » (du GADLU), et que le GODF « affiche un athéisme militant ». Au Convent de 1870 Frédéric Desmond, pasteur protestant, a proposé – au nom de la liberté de conscience – de supprimer l’obligation d’invocation du Grand Architecte dans les loges du GODF. Ce qui n’est pas tout à fait la même chose. De nombreuses loges du GODF, notamment la plupart de celles qui travaillent au REAA et au RER, ouvrent leurs travaux au nom et sous les auspices du GADLU.

      • 43
        Ergief 10 octobre 2018 à 14:22 / Répondre

        Mon cher Geplu, je sais parfaitement tout cela, d’autant que je suis originaire du petit village du Gard ou est né F. Desmond, pasteur (un temps), franc maçon (longtemps) et politicien (beaucoup). Je possède une petite biographie (locale) de lui et pendant toute mon adolescence j’ai franchi un pont suspendu qui portait son nom. En revanche je confirme, persiste et signe, que,quelles qu’aient été ses raisons, c’est bien lui qui est à l’origine de la laïcisation et de la politisation du GODF, un comble(mais ce n’est que mon humble avis)pour un ministre du culte. En faisant supprimer l’obligation d’invocation du GADLU, il a ouvert la boîte de Pandore. Il aurait pu choisir une voie médiane en se contentant de déconnecter Dieu et le GADLU. Il a préféré jeter le bébé avec l’eau du bain et prendre le risque de couper la FM de ses racines Judéo-gréco-chrétiennes, ce qu’il a parfaitement réussi (du moins à ses yeux et à ceux de ses partisans) à voir l’action du GO tout au long des décennies écoulées, et à lire sa communication socio-politique actuelle. Quel est aujourd’hui le % de Loges symboliques de cette obédience qui se réfèrent encore au GADLU? En particulier au RF ? Et après ça on s’étonne de la perte d’identité culturelle de notre pays et du déficit de spiritualité de la société occidentale…
        Désolé cher Geplu de relancer ce débat mais ce n’est pas ainsi que je conçois la Franc Maçonnerie.
        Frat.

        • 47
          réboussié 11 octobre 2018 à 18:26 / Répondre

          Diable diable , perte d’identité culturelle de notre pays ? déficit de spiritualité? j’ai envie de te demander » que faites vous , avec votre GADLU ? sur le banc de touche ? à compter les points …perdus ? ne pas s’occuper du navire en perdition ? mais même pas une attention, un mot pour l’état des canots de sauvetage ? on coulera ensemble , camarade
          Cévenol moi aussi , ma religion ? au temple ou à l’église , ou ailleurs ? ça ne regarde que moi , le temple maçonnique ? le chemin initiatique ? je le fais debout et pas à genou
          est ce que je partage tes aspirations spiritualistes ? le symbolisme chrétien de nos rituels , nos racines ? oui .
          GO je suis , faire du social pour du social ? non . mais je maçonne pour me perfectionner , même si certains en doutent , car je ne suis pas seul sur le chemin de la vie , et beaucoup trop de mes frères humains dans le fossé ..
          Je ne crois pas l’égalité ( dans l’acception actuelle …) ni à la liberté ( dans l’acception actuelle de certains ) , je crois à la fraternité, et pas du tout au vivre ensemble actuel, qui n’est que l’abandon de cette fraternité, allant doucement au face à face dénoncé par un ministre de l’intérieur récemment
          j’écoute G Brassens , ceux qui croyaient au ciel ..et les autres … le droit naturel ? la loi de la jungle donc celle du plus fort , les droits de l’homme ? au logement , au travail …..c’est du social ? ça protège de la pluie ? du chômage ? se réfugier dans les mots , les dogmes ? les slogans ? le virtuel , le simulacre ? c’est travailler à une nouvelle spiritualité , hors religion , car sinon ? Dieu ? lequel ? le symbole ?les racines ? oui mais la dérive est tellement facile ….

  • 39
    Désap. 9 octobre 2018 à 23:34 / Répondre

    Grenouille de pavé mosaïque, serait-ce le profil des nouveaux à la GLNF ?
    Au fait frère Juju, si la maçonnerie doit opérer une modification, ce devra être nécessairement une « transmutation » parce qu’une « transformation », comme tu le suggères, ce n’est jamais qu’un simple changement de forme, une illusion en somme.

  • 36
    pierre noel 9 octobre 2018 à 22:19 / Répondre

    Chacun (ou chacune) peut franchir les portes de la GLUA de 10 à 17 h (les jours ouvrables) et visiter les lieux (ou consulter la bibliothèque).
    Après cette heure, on n’est accepté dans les locaux que pour visiter une loge. Un visiteur ne sera reçu que s’il est invité. Il doit pour cela être membre d’une loge de la GLUA, d’une Home Grand Lodge (Ecosse et/ou Irlande) ou d’une GL en amitié avec elles. La GLUA est chez elle et elle décide librement qui elle reçoit ou non, selon ses règles à elle (pas selon les règles des autres). Maçon ou non, on ne force pas les portes !

  • 35
    ERGIEF 9 octobre 2018 à 21:29 / Répondre

    Anecdote: Il y a 5 ans, lors de ma dernière visite au freemasons hall de la GLUA le guide, avec qui j’ai pu discuter en apparté, malgré mon anglais médiocre et le fait que mon obédience ne soit pas « reconnue », m’a montré quelques pieces particulières du musée dont le diplôme de Mason Master du chevalier d’Eon.

  • 25
    Diderot 9 mars 2018 à 10:55 / Répondre

    Toujours ces mêmes débats sur Dieu et la religion dans les blogs maçonniques. Débats inutiles car les choses les sont simples Au départ la religion est comme l’eau. Elle n’a pas de forme ou plutôt elle prend la forme du contenant de la religion qu’elle représente. Puis vinrent mes maçons qui transformèrent l’eau en glace avec GADLU+DIEU, et croyance en l’immortalité de l’âme et mysticisme. C’est solide, visible car cela s’appuie sur des textes fondateurs. Donc cela s’adressait aux théistes. C’est la référence de la GLUA et de la GLNF.
    D’autres firent bouillir l’eau et cela devint de la vapeur, du gaz sans forme, avec GADLU plus Principe Créateur, créateur de quoi on ne sait pas! Ils affirment que c’est du déisme mais personne ne peut donner de contenant à de la vapeur d’eau saut à admettre que la Bible est le livre de la Révélation! C’est la formule de la GLDF. C’est éthéré, invisible et non crédible puisque cela ne repose sur rien. Puis il y a ceux qui ont effacé la croyance en Dieu et en l’immortalité de l’âme et l’eau quelle soit liquide, sous forme de glace ou de gaz a disparu pour eux, en maçonnerie. Ceux-là n’ont pas d’état d’âme car il ne se pose pas, contrairement aux autres, la question du salut de l’âme rue Cadet. Tout le reste est du blabla !

    • 26
      Chicon 9 mars 2018 à 17:59 / Répondre

      @ Diderot – il y a les coupeurs de cheveux en quatre qui se demandent si dieu a bien ete crucifié avec des clous et si la vierge est bien vierge, et le monde anglo-saxon et americain, qui se contrefout de toutes ces questions. Et si nous français aimions disserter a n’en plus finir sur des choses qu’on ne s’expliquera jamais ?

    • 27
      Julius 8 octobre 2018 à 00:26 / Répondre

      Quel paradoxe.
      Il n’y a de débat sur Dieu, le théisme, le déisme… que chez ceux pour qui le travail maçonnique n’est pas un travail Spirituel.
      Chez nous, à la GLNF, autrement dit chez nous les Francs-Maçons Traditionnels, autrement dit encore : Reconnus Réguliers (…ne vous en déplaise), nous commençons, sur ce sujet de la spiritualité, à l’endroit où vous vous arrêtez…
      Paradoxalement, chez nous, les choses sont bien plus simples et plus libres que cela.
      Afin d’être moins nébuleux pour ceux qui demeurent sur le parvis et en bref : nous travaillons dans le **Sacré** pour rechercher la **Connaissance** afin de nous **transformer**. Et parce que nous nous serons transformés, alors le monde s’en portera mieux (et avant cela nous-même bien entendu!).
      Chez nous, il y a beaucoup de gens imparfaits (ça vous le savez déjà), mais surtout il n’y a ni religion, ni Rome, ni Londres, ni Vatican, ni pape, ni Évêque, ni prêtre, ni dogme, ni bouquin adoré, ni dieu, ni maître non plus : il n’y a que Franc-Maçonnerie.
      Le reste n’est que bavardage pompeux, malveillant et surtout ne voulant rien dire. La philosophie de comptoir n’abreuve que celui qui n’a pas soif.
      Sans doute ces distinctions (théiste, déiste etc.), qui n’ont aucun sens chez nous, vous servent-elles à projeter un masque rassurant sur cet Autre Radical que représente le « Cherchant » à savoir le Franc-Maçon Traditionnel ; celui pour qui la quête de spiritualité est centrale dans sa vie ; celui qui a pris son bâton pour faire son chemin de pèlerin ; celui pour qui surtout « il n’y a aucune limite à la recherche de la Vérité », sans doute, dis-je, cet Autre Radical, reste paradoxalement l’Homme que l’Humanisme bruyant du G.O.D.F. et de ses sous-produits…. n’arrive pas à comprendre réellement…

      • 29
        Charles G. 8 octobre 2018 à 17:54 / Répondre

        Tristes tes certitudes Julius.
        Celle d’abord d’appartenir à la seule vraie franc-maçonnerie, parce que « reconnue » !
        La belle affaire ! reconnue par qui ? Par une obédience politique, aux principes bricolés au début du XIXe siècle pour faire un compromis entre la maçonnerie « historique » et libérale de 1717 et sa copie catholique de Dermott d’un peu plus tard, et qui ne conçoit ses landmarks, revus à chaque fois que nécessaire, que comme une protection à son hégémonie…
        Triste encore plus celle de penser qu’il n’y a que dans ta chapelle où l’on demande la croyance en Dieu pour entrer (après tu fais ce que tu veux, me disait un éminent vieux F) que l’on maçonne correctement et que l’on sait ce que c’est que la spiritualité…
        .
        Je pense que c’est toi qui « n’arrive pas à comprendre réellement » les autres.
        Et pourrais-tu me définir ce qu’est la franc-maçonnerie pour toi, puisque chez toi « il n’y a que la franc-maçonnerie » ?

        • 31
          Julius 9 octobre 2018 à 20:23 / Répondre

          Je maintiens chaque mot et chaque phrase de mon commentaire que tu n’as, évidemment, et sans surprise, ni lu ni compris.
          Ta question est la preuve implacable.

          • 37
            Charles G. 9 octobre 2018 à 22:33 / Répondre

            Oui, oui. il est clair que nous ne vivons pas sur la même planète, camarade frère.
            Continue à chercher, cher « cherchant ». Car visiblement tu es loin d’avoir trouvé…
            Mais au fond, puisque tes certitudes te confortent, que chercher d’autre !
            (Dans ta maçonnerie « sans dieux ni maîtres » comme tu dis en parodiant – sans t’en rendre compte sans doute – le GO !)

      • 30
        Désap. 8 octobre 2018 à 18:47 / Répondre

        Mouais ………………….
        Eh bien au regard de l’état du monde, de la résurgence généralisé dans les Démocraties : des nationalismes, du repli identitaire, des idées du style « du temps des militaires et de la torture c’était mieux » (campagne électorale Brésil 2018), du Brexit, de l’extrême Droite en Europe, des USA qui font des fausses informations une religion à visée électorale,
        etc, etc, etc, etc, etc, etc !!!
        La Maçonnerie Reconnue GLUA/GLNF ferait bien d’en rabattre un peu, parce qu’elle ne démontre aucune capacité de transformation particulière et moins encore supérieure à toutes les Maçonneries qu’elle ne reconnait pas.
        Un peu de modestie évite le ridicule.

        • 32
          julius 9 octobre 2018 à 21:14 / Répondre

          @DÉSAP
          Pour rabattre la FM la plus répandue dans le monde et démontrer l’incapacité de nos travaux maçonniques, tu nous opposes l’état politique du monde ?
          AHAHAHAHAH !
          Eh bien !
          Es-tu conscient que ce sont là des sujets sont considérés **profanes** pour un maçon régulier ? Ces sujets ne nous occupent pas en loge et n’ont absolument rien à y faire.
          C’est ce qui sépare la Maçonnerie Régulière et Reconnue d’un club politico-social.
          Ce n’est tout de même pas rien.
          Par ailleurs, je ne suis pas plus responsable de l’état du monde que toi me semble-t-il et moins encore puisqu’en tant que maçon régulier (et reconnu) puisqu’aucun de nos travaux ne porte là dessus, alors qu’au contraire, de ton point de vue, c’est un sujet central pour ta vie de « maçon ».

          Relis mon commentaire précédent et goûte enfin le paradoxe.

    • 33
      ERGIEF 9 octobre 2018 à 21:19 / Répondre

      Rue Cadet il y a des loges et des frères (soeurs) qui pratiquent le RER. Quid pour eux de la question de l’immortalité de l’âme ?

      • 34
        Julius 9 octobre 2018 à 21:28 / Répondre

        Une meilleure question ne serait-elle pas :
        Que fait la loge dans une obédience pareille ?

        • 38
          ERGIEF 9 octobre 2018 à 23:00 / Répondre

          @ Julius. C’était au nième degré le sens de ma question.😁

          • 40
            Désap. 10 octobre 2018 à 10:16 / Répondre

            @ Ergief,
            Mon TCF, au GODF il y a 4 loges qui travaillent au RER, j’en connais trois et je te prie de croire qu’elles travaillent de manière absolument régulière au sens où nous l’entendons tous deux et surement Julius également.
            La quatrième aussi et très rigoureusement, elle est mixte et dirigée par une Soeur très érudite.

  • 21
    Laetitia 7 mars 2018 à 20:59 / Répondre

    Bonjour je suis française et je vais bientôt partir à Londre donc je voulais savoir si il y a des loge en Angleterre pour les français ? Si oui lesquelles ?
    Merci

    • 22
      Aumont 8 mars 2018 à 12:23 / Répondre

      (21) Tout dépend si tu souhaites une loge francophone ou une loge anglophone

      • 23
        Laetitia 8 mars 2018 à 17:40 / Répondre

        J’aimerai mieux une loge francophone car je ne suis pas encore très forte en anglais . Mais j’ai beau chercher hélas je n’en trouve pas

        • 24
          Aumont 8 mars 2018 à 18:25 / Répondre

          (23) DH et GODF sont implantés en GB. Demande à ces obediences Françaises quelles sont les LL qui y travaillent.

  • 20
    Belinga Salomon 6 février 2018 à 07:57 / Répondre

    Je suis un jeune camerounais de 30 ans ,comment faire pour y adherer a la confrérie

  • 19
    Comenius 6 mai 2010 à 14:37 / Répondre

    @morgan,

    Merci d’arrêter les clichés, que cela soit considéré comme déplorable ou non par certains, cela fait belle lurette que le FN français a ses entrées au GO. Les frères ne vont pas le crier à travers la loge c’est tout.

    • 28
      réboussié 8 octobre 2018 à 17:22 / Répondre

      par expérience personnelle , la qualification FN est décrétée bien souvent par les islamo gauchistes….ce qui enlève quand même beaucoup de crédibilité à l’affirmation , et ne croyant pas en dieu , ceux d’aujourd’hui , ceux de hier ,ceux de demain et ceux d’ailleurs , je n’ai pas peur du mot , ce qui me permet d’assister sereinement à des ouvertures de travaux au GADLU …….et même pire si vous voyez ce que je veux dire ….la liberté de conscience et son respect , si mutuel , me parait plus important que ces discours vaporeux ou même éthérés sur la licorne rose …..quant à la haine , elle est vouée à ce sort lamentable ……de ne jamais pouvoir s’endormir sous la table ….( Baudelaire ? )

  • 18
    Tétra-Pierre 27 mars 2010 à 16:58 / Répondre

    Logique et ignorance:
    les discussions sur théiste, déiste, matérialiste, athéisme et autres, sont fondées sur une logique aristotélicienne et donc un présupposé qui peut être contesté s’agissant de conceptions métaphysiques.
    La figure logique du tétralemme remet en cause cette logique en niant à la fois existence et inexistence. Au plan métaphysique, aucune affirmation ne peut être vérité absolue.
    Ainsi le concept GADLU ne saurait être vérité absolu: éventuellement symbole de celle-ci.
    Quant à l’affirmation d’un « principe créateur », celui-ci ne présuppose pas une création ex-nihilo, de même qu’il ne présuppose pas un commencement et donc une fin.
    Sur le tetralemme:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9tralemme
    Ainsi peut être réuni ce qui paraît épars!

  • 17
    Vieux Julien 10 mars 2010 à 22:24 / Répondre

    Flupke,

    Avant de balancer une pure insulte de type « ignorance crasse », arrêtons de jouer sur les mots et réflechis et médite également sur le sens que j’ai bien pu vouloir y mettre.
    J’entends par GADLU un principe créateur. La définition me suffit, pour faire court. Les amateurs de querelles byzantines pourront me taxer de déisme et ranger Dieu dans le tiroir qu’ils veulent.
    Pour que cela soit clair j’entends par athée le vrai matérialiste. Et je répète que je vois mal ce qu’il aurait à faire dans une Tenue qui invoque le GADLU puisqu’il ne croirait pas à ce qu’il dit. Si je ne m’abuse on rentre en Loge avec un minimum d’honnêteté avec soi-même. Je ne pense pas que cette contradiction soit puisse se résoudre au moyen d’une troisième voie et d’une nature naturante. Il me faudrait plus d’informations sur ce concept.

  • 16
    Raimondo 10 mars 2010 à 21:45 / Répondre

    Sono meravigliato della tolleranza dimostrata dagli interlocutori.
    purtroppo non si può fare una classifca delle famiglie massoniche, ognuno crede che la sua sia la migliore, quello che invece dovrebbe esser presente è la comune matrice e il rispetto degli altri.
    Cretini come Morgan abbondano anche in Italia, la mamma dei cretini è sempre incinta.
    Raimondo RL Cavour all’oriente di Firenze del Grande Oriente d’Italia
    Grazie Jiri per il tuo lavoro, è una pietra per la costruzione del tempio

    qUELLO CHE CONTa sono i principi

  • 15
    MiMi 10 mars 2010 à 19:03 / Répondre

    SOUVENIR… SOUVENIR…
    J’ai moi aussi visité ce merveilleux bâtiment. Il y a un couloir qui mène au grand temple dont les lambris sont faits d’un bois précieux qui n’existe plus aujourd’hui.
    Le temple est situé au centre de l’édifice et complètement isolé du vacarme extérieur. Si je me souviens bien, il fut mentionné qu’il ne servait que pour des occasions exceptionnelles telles que des convents et pas pour des tenues.
    Le Frère « guideur », en effet plus anglais qu’une caricature d’anglais, avait dû « se reprendre » quand je répondis par l’affirmative à sa question destinée aux visiteurs « Are there masons here? »… « Ohhhh!!! A lady freemason… ».
    J’avoue, Jiri, que moi non plus, je n’ai eu aucune envie de l’embrasser.

  • 14
    Denis Cliche 10 mars 2010 à 17:36 / Répondre

    @Flupke

    Débat de sémantique.

    Tiré de Wikipédia:

    L’athéisme est une attitude ou une doctrine qui ne conçoit pas l’existence ou affirme l’inexistence de quelque dieu, divinité ou entité surnaturelle que ce soit, contrairement, par exemple, au déisme, au théisme et au panthéisme qui soutiennent ces existences.

    (…)

  • 13
    Flupke 10 mars 2010 à 15:33 / Répondre

    @ Vieux Julien

    je suis fatigué par l’ignorance crasse.
    Pour moi le mot athée est un mot « obsolète ».
    Cela signifie que l’on se situe par rapport au « théisme », à ce titre les déistes sont des athées.
    D’ailleurs au 18ème siècle les autorités catholiques mettaient athées et déistes dans le même sac … et confondaient allègrement les deux.
    Aujourd’hui il y a les matérialistes et les croyants à un principe créateur.
    Mais comme Vieux Julien devrait le savoir que devient le ternaire, c’est à dire la synthèse des deux … ceux qui pense que la nature est naturante, c’est à dire qu’elle est son propre principe créateur, qu’elle se suffit à elle-même.
    Vieux Julien tu réfléchis et médites tu en as besoin !!!

  • 12
    miich 10 mars 2010 à 13:10 / Répondre

    J’ai lu que le palais de justice de Bruxelles étais un ancien temple maçonnique appelés autrefois le mammouth. Vrai ?

  • 11
    morgan 10 mars 2010 à 11:15 / Répondre

    Je m’appelle Robert, j’ai 55 ans, je suis routier. J’ai demandé à être initié à la GLFF. Cela m’a été refusé sous pretexte que je suis un homme.

    C’est inujuste et discriminatoire.

  • 10
    Jiri Pragman 10 mars 2010 à 11:10 / Répondre

    Etonnant comment un article quasi « touristique » soulève directement des réactions.

    Pour ma part, je connais les « règles » si j’entre dans des locaux de l’UGLE. Je n’ai rempli le registre que parce qu’on me l’a suggéré et j’ai pas cherché à me faire reconnaître comme Maçon par le guide par exemple car il était hors de question, pour moi, de l’embarasser. Disons que comme « visiteur-touriste », je respecte les règles du lieu d’accueil.

  • 9
    Michael 10 mars 2010 à 11:03 / Répondre

    Tant qu’il y aura discrimination il n’y aura pas Unité. Ce qui ne vas pas vers l’Unité va obligatoirement vers le chaos.

  • 8
    Vieux Julien 10 mars 2010 à 09:39 / Répondre

    Que l’on bataille contre l’exclusion de noirs ou d’homosexuels en Franc-Maçonnerie me semble normal. J’en fréquente dans mon obédience anglo-reconnue.
    Sur la question des femmes, je vais épargner à notre hôte une relance sur un sujet à haut potentiel polémique. Je tiens à rester en Loge avec des Frères uniquement, mais comprends à peu près que cela en outrage certain(e)s.
    Je comprends par contre mal dans le commentaire numéro 1 de Marcusfergus où est le scandale de refuser des athées dans une Loge régulière. Qu’est-ce qu’un athée a à faire dans un Temple où l’on travaille à la gloire du Grand Architecte de l’Univers? A part du tourisme?

  • 7
    marcusfagus 9 mars 2010 à 22:41 / Répondre

    Il est curieux mais hélas symptomatique du pseudo esprit maçonnique de certains que poser des questions judicieuses entraine des insultes. On est plus proche de l’Inquisition que de la tolérance et de la fraternité qui devraient animer ceux qui se réclament (en vain) du Grand Architecte. Oui ,ne déplaise à certains, les femmes,les noirs (qui ne sont pas libres ni de bonnes mœurs) ainsi que les bougres c’est à dire les homosexuels etc ne sont pas admis dans les loges anglo- saxonne en application des constitutions d’Anderson qui étaient révolutionnaires mais qui ne correspondent plus à notre époque. Ces textes dont certains passages sont encore d’actualité n’ont aucune valeur juridique et ceux qui veulent les appliquer de force au reste du monde me font penser au soviet suprême , à l’impérialisme britannique qui traitait les Irlandais et les canadiens français de sous hommes etc.Quant aux vraies provocations de certains qui croient me salir ,je pense qu’ils ne connaissent pas vraiment l’essence de la Franc maçonnerie et qu’ils ont plus besoin de certitude que de réflexion Dans le fond ils ont peut être raison, il y a des lieux où souffle l’esprit, ce n’est pas chez eux. et ne perdons pas notre temps à nous essouffler pour y voyager.

  • 6
    morgan 9 mars 2010 à 18:15 / Répondre

    @ Marcusfagus le provocateur :

    1) Je suis un ado de 17 et je suis curieu. Je peux assister à une initiation au GO ou au DH, par simple curiosité et prendre des photos pour montrer aux copains ? Non ???? C’est discriminatoire.

    2) Je suis militant au FN et membre actif de la Fraternité Saint Pie X. Je peux être initier au GO ? Non ????? C’est encore discriminatoire.

    3) Je vote à gauche, je suis prof et je défends l’égalité des sexes. Je peux être initié à la GLFF ? Non ????? C’est discriminatoire.

    4) Je suis smicard et j’ai une famille nombreuse. Je peux être initié au GO, DH, GLMU, GLMF, GLFF, GLDF, et payer moitié prix les cotisations (un prix « famille nombreuse) ? Non???? C’est discriminatoire.

  • 5
    René 9 mars 2010 à 11:56 / Répondre

    La très grande majorité des temples maçonniques sont ouvert aux visites aux public.

    Ceux de la Grande Loge de Washington et de New-York possèdent des salles magnifiques.

    Marcusfagus dans ta liste, qui a mon avis est erronée, il te manque le principal soit ceux qui ne sont pas  » de bon jugement » et j’ajouterais aussi, ceux qui ne peuvent se passer de porter des sandales et des « chemises hawaïennes » ?

  • 4
    Alain 9 mars 2010 à 11:39 / Répondre

    Merci Jiri pour cette visite.
    Le vieux débat, intêressant au demeurant, sur la conception de la maçonnerie des deux cotés du « Channel » ne sortira pas grandi par des saillies agressives et vulgaires. Sans défendre la conception de la GLUA, je trouve dommage l’invective discréditant la conception continentale de la maçonnerie.

    Et au fait je suis jaloux pour le mug !

  • 3
    François Ferba 9 mars 2010 à 11:34 / Répondre

    J’aime le commentaire de Marcusfagus.Il a le mérite de placer notre recherche sur ce qui fait l’humanité.Il manque « les arabes »,les « juifs »,les « communistes ».Mais il est possible que tous les « sous-femmes » et « sous-hommes » qu’il a cités soient aussi contenus dans ceux que je mentionne.Il en manque encore.Car l’on peut être nègre et pédé,donc une espèce de bonne femme;être athée et domestique (surtout les femmes car n’oublions pas la racine « domus » qui renvoit à la « maison » lieu où se trouvent les femmes,bonnes ou pas).Merci mon frère pour toutes ces précieuses indications.
    François Ferba du D.H.

  • 2
    Myosotis 9 mars 2010 à 10:59 / Répondre

    … et des andouilles provocants.

  • 1
    Marcusfagus 9 mars 2010 à 10:29 / Répondre

    Très bien cette visite mais peut on dire que l’on est du GODF,du Droit Humain,de la GLFF etc..qui ne sont pas reconnus par la Grande Loge Unie d’Angleterre ,qui rassemble, comme nous le savons , les seuls et vrais maçons, à l’exception naturellement des bonnes femmes,des pédés, des nègres ,des athées et des domestiques. (…)

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
massa lectus et, sed porta. ut libero.