Les catholiques belges et la Franc-Maçonnerie

Par Jiri Pragman dans Edition

Le livre Les catholiques belges et la Franc-Maçonnerie est signé par Hervé Hasquin. Docteur en philosophie et lettres, ancien recteur de l’Université Libre de Bruxelles (il y fonda la chaire Théodore Verhaegen de maçonnologie), cet ancien ministre libéral (et actuel secrétaire de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique) était particulièrement bien placé pour relater l’histoire des rapports souvent tumultueux entre les catholiques belges et la Franc-Maçonnerie, Il sera d’ailleurs assez souvent question dans son ouvrage de l’ULB, du Parti libéral et des Verhaegen, pas seulement Théodore mais de certains membres de sa famille (Arthur, aux convictions fort dissemblables.

Mais est-ce utile de rappeler ou plutôt de faire sortir au grand jour de vieilles histoires à l’heure où un abbé cosigne un livre avec un mécréant de Franc-Maçon, à une époque où un cardinal et un Grand Maître peuvent dialoguer avec respect et sérénité? L’heure n’est pourtant pas nécessairement à l’apaisement; d’ailleurs l’article du journaliste de La Libre Belgique, Christian Laporte, Catholiques et francs-maçons: vers l’ère de la transgression? » a suscité un flot de commentaires (plus de 300 en quelques jours, plus de 440 en près de 3 semaines), certains ressassant des poncifs antimaçonniques.

Des spécificités « belges »

L’ouvrage de Hasquin est très documenté mais il a l’avantage d’être lisible. Il n’est pas nécessaire d’être historien (ou Franc-Maçon) pour le suivre dans sa description de l’apparition sur les territoires de ceux qui deviendra la Belgique d’une Franc-Maçonnerie de souche catholique. Contrairement à ce que certains pensent en France (parfois au sommet de certaines Obédiences), ce n’est pas le Grand Orient de France qui a apporté la Franc-Maçonnerie en Belgique. Celle-ci était bien présente – même avant l’invasion/occupation française – que ce soit dans les Pays-Bas autrichiens, la Principauté de Liège ou ld duché de Bouillon et ces Loges sollicitaient des constitutions auprès de Grandes Loges étrangères comme la Grande Loge de France, la Loge Royale de la Grande Loge d’Angleterre, la Grande Loge des Provinces Hunies (Hollande) et même la Grande Loge d’Ecosse. Et c’est par la Grande Loge de Londres (moderne) que se fit reconnaître la Grande Loge Provinciale des Pays-Bas autrichiens!

Dans son ouvrage, Hasquin rappelle l’hostilité papale à la Franc-Maçonnerie et l’attitude des Francs-Maçons belges qui ne tenaient pas compte des bulles pontificales et rejoignaient les Loges. Des messes avant certaines cérémonies maçonniques, une participation à des confréries religieuses, des religieux membres de Loges et, à Liège, une Loge, La Parfaite Intelligence, dont tous les dignitaires étaient des dignitaires de l’Eglise… voilà qui ne manquera pas d’étonner ceux qui constatent que certaines Loges aujourd’hui sont quelque peu rétives à accepter des profanes dont les enfants fréquentent l’enseignement dit libre (confessionnel catholique). Mais il est vrai que l’instruction, l’école (avec ou sans dieu) furent au coeur du conflit décrit par Hasquin.

Et un antimaçonnisme de chez nous!

Et tout le travail d’Hervé Hasquin consiste à nous expliquer comment cette Franc-Maçonnerie « catholique » a glissé vers l’anticléricalisme et comment la radicalisation s’est portée sur le champ politique. A vrai dire, l’église catholique s’est montrée rapidement hostile à la Franc-Maçonnerie et, en Belgique, une lettre des évêques lue en chaire en 1838 (privant les Maçons de l’asbolution et des autres sacrements) devait durcir les positions. D’où l’intrusion de la politique en Loge (avec la suppression de l’article 135 des statuts du Grand Orient de Belgique) , encore qu’il ait été précisé: les loges discutent et ne votent pas (Verhaegen, 1862) et il ne nous appartient pas d’établir, en fait de religion ou de politique, un corps de doctrine, auquel nos Frères seraient tenus de se conformer (Van Schoor, 1864).

Ce qui est étonnant, c’est que la plupart des Belges qui s’intéressent à l’antimaçonnisme feront état des thèses d’Augustin Barruel ou de celles de Léon de Poncins en n’oubliant pas par exemple de mentionner Léo Taxil. Et pourtant, la Belgique fut « riche » d’une certaine production antimaçonnique et on y retrouve les mêmes thèses sur les Illuminés de Bavière, l’origine des révolutions, le complot judéo-maçonnique,… Des religieux notamment se sont appuyés sur des maisons d’édition pour diffuser ces thèses tandis que des journaux catholiques ouvraient leurs colonnes à toux ceux qui menaient ces combats. Avec, comme en France, la création d’associations antimaçonniques et la même volonté de dévoilement avec la publication des noms de Francs-Maçons ou prétendus tels.

Comme l’ouvrage est sous-titré, De la « rigidité Ratzinger » à la transgression?, on se doute bien qu’il sera aussi question de l’actuel pape, ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi qui, la veille de l’entrée en vigueur du nouveau Code canon en 1983 éclairait l’article 1734 pour rappeler que le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques n’avait pas changé.

Pour en venir à ces dernières années, Hasquin évoque des rapprochements ou tout au moins des dialogues entre catholiques et Francs-Maçons et n’ignore pas non plus certaines « affaires » ou un certain antimaçonnisme non catholique.

Dédicaces

Hervé Hasquin sera interrogé à propos de cet ouvrage par Jiri Pragman le samedi 3 décembre 2011 à 15h45 la libraire TaPage à Bruxelles (Etterbeek). Il y dédicacera également son livre. Cf. Entretiens et dédicaces à la librairie TaPage.

  • Les catholiques belges et la Franc-Maçonnerie. De la « rigidté Ratzinger » à la transgression de Hervé Hasquin (Avant-Propos, 2011) disponible chez Amazon et à La Cale Sèche
vendredi 02 décembre 2011 4 commentaires
  • 4
    Vandenbrande 23 mars 2016 à 11:34 / Répondre

    Pour l’heure, les Francs-Maçons ont gagné. Jusqu’à quand ? Mystère !

  • 3
    sycier 13 mars 2012 à 15:31 / Répondre

    L’Eglise catholique condamne les franc-maçons mais elle condamne aussi Jésus Christ dans ce qu’il a annoncé à Dozulé, en Normandie, au cours de ses Apparitions . Entre les deux, je préfère un franc-maçon qui a su reconnaître Le Christ à Dozulé plutôt qu’un catholique qui ne fait que condamner dans les 2 cas.
    Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond dans l’Eglise catholique, puisqu’elle se permet aussi de condamner l’annonce du Glorieux Retour du Christ faite à Dozulé , en Normandie en France .

     » Comme l’éclair, en effet, part du levant et brille jusqu’au couchant ainsi en sera-t-il de l’Avènement du Fils de l’homme  » St Matthieu ch 24 v. 27 – St Luc ch 17 v 24
    Dozulé : 28 mars 1972 : Première Apparition de la Croix Glorieuse, de l’Orient à l’Occident, vue dans le ciel de Dozulé par Madeleine Aumont suivi des Apparitions du Christ annonçant Son Glorieux Retour et un changement universel.

  • 2
    jean b 16 janvier 2012 à 05:06 / Répondre

    La F.M., trois petits points de rien du tout et une grotesque philosophie pseudo- humaniste et un intellectualisme de pacotille basé sur le zohar et la cabbale juive pour amadouer les masses et les faux intellectuels pervers, et au final espérer la mise en place au vatican d’une fausse religion mondialiste qui amalgamera le catholicisme,religion seule sainte avec les idioties perverses des Anglicans, Protestants, Évangélistes baptiste, musulmans, hindous, bouddhistes réincarnationistes et quoi encore sous prétexte de tolérance dans le seul but de disperser le troupeau et d’abolir les vrais sacrements en affirmant que Jésus n’est pas présent dans la communion,que les juifs n’on pas besoin de se convertir car ils ont la première alliance que toutes les religions mènent au salut, etc etc etc.. Satan doit bien rire de ces …grands maîtres… qui verront tous le jour de leur mort qu’ils ont étés trompés par le maitre du mensonge et qui auront l’éternité en enfer pour regretter tout ca.Que la justice du fils de Dieu Jésus Christ seul roi et prêtre pour l’éternité les jugent tous.

  • 1
    Jiri Pragman 2 janvier 2012 à 19:57 / Répondre

    L’ouvrage d’Hervé Hasquin a fait l’objet d’articles (avec interview) dans la presse belge ce 2 janvier 2012:

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
Aliquam leo. ut tristique Nullam libero Praesent Lorem Sed