Le Blog Maçonnique Hiram.be est en vacances

Rendez-vous le dimanche 18 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important, on réveillerait tout de même le blog avec un petit article,

et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes vous bien abonné ?)

.

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : 12 650 articles y sont stockés !

Quand le Suprême Conseil Mixte du Rite Moderne Français pour la Belgique effectue une mise au point…

Par Jiri Pragman dans Divers

Cette juridiction mixte regroupe les Ordres de Sagesse du Rite Moderne Français, du Premier Ordre au Cinquième Ordre, 9e Grade. Elle a constaté avoir suscité des commentaires et des affirmations parfois dénués de bonnes intentions, voire même peu fraternels, reposant sur une information incorrecte ou périmée.

Le Suprême Conseil Mixte du Rite Moderne Français a donc jugé utile de redresser les plus erronées, afin d’éclairer les Soeurs et Frères ui auraient peut-être été abusés.

De la patente

Il est rappelé que la patente n’émane pas du chapitre Les Pertuis de La Rochelle, bien que nous en ayons reçu une de sa part à une époque où nous pensions justifiée une filiation obtenue par ce chapitre via un chapitre hollandais de Rite Français, « fossile » providentiel mais qui n’a jamais existé. Jamais existé? Notre étude « sur le chapitre néerlandais de Rite Français De Roos » a démontré l’inexistence de cette filiation, et cette démonstration fut approuvée par deux des meilleurs historiens maçonniques français contemporains. René Guilly n’a jamais ramené de Hollande une patente d’un rite qui ne fut jamais pratiqué aux Pays Bas.

D’où des relations avec le Brésil, pays dans lequel les Ordres de Sagesse du Rite Français ont été préservés et pratiqués depuis 1822 sans interruption et en toute légitimité. Une démarche qui n’est pas inédite: Le Grand Chapitre Français l’avait fait avant nous, en 1979, rappelle-t-on. Ainsi les chapitres belges et suisse en ont obtenu patente en bonne et due forme, le Suprême Conseil du Rite Moderne du Brésil cautionnant de son prestige la reconnaissance de toutes les puissances philosophiques adhérant à l’Union Maçonnique Universelle du Rite Moderne.

Du Souverain Grand Commandeur

Visiblement, les critiques ne portent pas seulement sur la structure et sa légitimité mais aussi sur le Souverain Grand Commandeur: On prétend encore – avec une identique bienveillance – que le SGIG de notre juridiction ne serait membre d’aucune loge symbolique, constate le Suprême Conseil Mixte qui poursuit: Ce mensonge est indécent. Il est membre de loges bleues, sans interruption depuis 51 ans, dans divers rites, et est aujourd’hui Vénérable Maître d’honneur de la loge de Rite Français Tradition et Progrès à l’Orient de Mons, CDL Lithos, Belgique, et membre d’honneur de la loge symbolique d’études Los Modernos à l’Orient de Barcelone, Espagne.

De la concurrence

Pour le Suprême Conseil Mixte du Rite Français pour la Belgique, d’une façon plus générale, en France et en Belgique, une confusion s’est faite jour avec certains Grands Chapitres issus d’obédiences bleues, telles le GODF et la GLNF, ou le GOB et la GLFB. Pour ces Grands Chapitres, la constitution de chapitres et de loges est issue d’une autorité centrale, alors que la tradition fait venir toute création de la volonté de ses Sœurs et Frères fondateurs. Chaque loge, chaque chapitre doit décider ensuite de s’affilier, ou de ne pas s’affilier, à une obédience ou à un Suprême Conseil, ou Grand Chapitre, ou Sublime Conseil de son choix. C’est sur cette base que la franc-maçonnerie s’est fondée et s’est développée, en des temps ou plus de la moitié des loges et chapitres choisissaient de rester indépendants.

De l’UMURML’UMURM déjà citée ne serait donc pas une « autorité ». Elle viserait à réunir librement les pratiquants du Rite Moderne Français, aujourd’hui « planétaire » comme on dit à Paris. Ainsi il s’agirait d’un organisme ouvert reliant à travers le monde, sans européocentrisme outrancier, tous les chapitres de Rite Français qui le désirent, chacun conservant ses spécificités et ses sensibilités propres. Cet organisme n’est donc pas une « obédience » soucieuse d’imposer son autorité tant au plan rituel qu’au plan réglementaire.

(les intertitres sont de la rédaction)

jeudi 07 juin 2012 15 commentaires
  • 15
    luciole 11 juin 2012 à 21:31 / Répondre

    Je rejoins notre Frère Jean van Win pour apprécier le post d’Humilitas.D’où mon souhait d’une structure fédérale ou confédérale qui permette à toute obédience ou juridiction des rapports fraternels et sympathiques dans toute l’Europe,ainsi que des intervisites éventuelles.Chacun pourrait rejoindre un autre groupe s’il correspond mieux à ses affinités.Ce sont d’ailleurs les dirigeants qui freinent,le maçon de base est généralement pour!

  • 14
    Jean van Win 11 juin 2012 à 17:39 / Répondre

    @ Humilitas

    ma très chère Soeur ou mon très cher Frère,
    je ne sais qui vous êtes, mais permettez-moi de vous dire qu’un seul message tel le vôtre console d’une masse de médiocrités et d’avanies qui sont hélas devenues le lot commun d’une certaine maçonnerie belge.
    Je vous remercie de tout coeur.
    Nous sommes proches, j’en suis certain, sinon, vous n’auriez pas choisi un pseudonyme qui exprime toute la compréhension qui est vôtre de l’esprit du Rite Moderne Français.
    Recevez l’assurance de mes sentiments très fraternels et une solide accolade  » à la brésilienne » !

  • 13
    Humilitas 11 juin 2012 à 16:59 / Répondre

    Je voudrais simplement dire au SGIG et aux Frères et Soeurs de leurs chapitres que les attitudes de leurs détracteurs découlent du paysage maçonnique belgque devenu une parfaite bureaucratie des obédiences qui tels des partis politiques visent le monopolisme et l’imposition de leur unique forme de pensée et de pratique.

    Vous, (…) SGIG, vous vous revendiquez d’une loge de LITHOS CL aussi vous devez savoir que votre confédération a fêté cette année ses 5 ans d’existence et qu’elle n’a toujours pas été gratifiée d’une reconnaissance officielle et publique par les 4 obédiences dites adogmatiques belges; 5 ans pour reconnaître le travail de Frères et Soeurs…

    C’est un constat douloureux : dès q’une inititiative de Frères et Soeurs même reconnus pour leurs qualités maççnniques voit le jour, elle suscite méfiance, jalousie, … cela commence souvent par la critique de la patente puis on en vient, à défaut d’avoir trouvé la poussière, aux Frères et Soeurs … et comme votre patente vous vient du Brésil via l’UMURM, elle est non seulement incontestable mais témoigne d e la confiance que nos Frères Brésiliens vous accordent. Et cela, cela en gratouille certains.

    Je ne peux comprendre comment on peut parler de concurrence en l’idéal maçonnqiue qui doit nous animer alors que j’ai passé ma vie à le faire aimer de tous. Il m’importe peu que mon Frère soit membre du SCRE, de GCB ou de votre Suprême Conseil, il est simplement mon Frère qui partage nos valeurs de fraternité même s’il a choisit une voie qui n’est pas la même que la mienne mais qui lui sied. Quand serons-nous libres de vivre notre fraternité selon notre coeur et non selon les pactes d’amitiés et de reconnaissance signés par nos instances ? Si la GLRB est qualifiée de fermée, les instances obédientielles ou chapitrales adogmatiques le sont tout autant.

    Qu’est ce qui dérange ? Que vous ayiez décidé de pratiquer les Ordres de Sagesse et le Rite Français sur le sol belge, revenant ainsi à la tradition initiale de la franc-maçonnerie belge du début ?
    Qu’est-ce qu’on jalouse ? Peut-être le fait que fondé en début de cetet année, vous totalisez déjà 4 chapitres, ce qui prouvent que vous répondez à une demande voire que vous faites un travail sérieux ?

    Et si vos détracteurs faisaient au moins preuve d’intelligence ! Attaquer un SGIG dont chacun connaît l’identité par le site de l’UMURM relève de la pure idiotie. Je sais que vous avez fêté cette année votre jubilé de 50 ans de service à la maçonnerie avec toute les participation aux fondations de loge et que vous êtes encore très actif au sein de votre loge actuelle dont l’Ex-Vénérable est un ami.

    Alors, mes Frères et Soeurs, laissez pinailler vos détracteurs, c’est sans doute la preuve que vous avez effectué une belle réalisation.

  • 12
    Idesbald Ster 8 juin 2012 à 18:30 / Répondre

    @ Expat

    Bonne question. Tous les détails sur l’Union Maçonnique Universelle du Rite Moderne ont été donnés sur ce blog en date du vendredi 17 juin 2011. Il y est précisé, notamment, que les signataires de la Charte de Barcelone sont : le Supremo Conselho do Rito Moderno do Brasil, le Gran Capitulo General de Espana-Supremo Conselo del Rito Moderno para Espana, le Sublime Conseil du Rite Moderne pour la France et le Gran Capitulo General del Gran Oriente de Colombia.

    A la suite de ce Congrès international, tenu en présence des plus hautes autorités du SC du Brésil, des patentes furent décernées par l’ensemble des fondateurs de l’UMURM au Sublime Conseil du Rite Moderne pour l’Equateur, et au Suprême Conseil Mixte du Rite Moderne Français pour la Belgique.

    Mise à part la Belgique qui tient à préciser sa spécificité mixte, les autres Juridictions se contentent, comme le SC du Brésil, d’affirmer dans le texte de leur Charte qu’elle aident à rapprocher les Corps Philosophiques pratiquant le Rite Moderne en facilitant leur reconnaissance mutuelle « sans discrimination ».

    La première des discriminations étant, à leurs yeux, celle qui exclut de la pratique maçonnique leurs mères, leurs soeurs, leurs épouses et leurs filles.

    L’UMURM est ouverte à tout corps maçonnique qui pratique les Grades de Sagesse en ses cinq Ordres et neuf grades, et qui peut justifier d’une filiation initiatique régulière ( cet adjectif ne signifiant en aucun cas « admis par la Glua »).

  • 11
    Expat 8 juin 2012 à 16:46 / Répondre

    Une clarification je vous en prie:

    L’article en haut dise:
    « Le Grand Chapitre Français l’avait fait avant nous, en 1979, rappelle-t-on. Ainsi les chapitres belges et suisse en ont obtenu patente en bonne et due forme, le Suprême Conseil du Rite Moderne du Brésil cautionnant de son prestige la reconnaissance de toutes les puissances philosophiques adhérant à l’Union Maçonnique Universelle du Rite Moderne. »

    Si je ne me trompe pas le Grand Chapitre Français était créé par des frères qui pratiquaient le RF dans le GLNF. Obedience masculine.
    Le Le Suprême Conseil Mixte du Rite Moderne Français est mixte.

    Est-ce que tous les deux ont reçue leur patente du même Suprême Conseil du Rite Moderne du Brésil ou non?

  • 10
    Benacar 8 juin 2012 à 14:11 / Répondre

    @ luciole et al.

    la chatoyance de certains hauts degrés du REAA est la cause majeure pour laquelle nos amis français ont cessé vers 1850 (seuls les maçons Brésiliens opposent à ce triste abandon une remarquable exception !) de pratiquer les Ordres de Sagesse du Rite Français. Trente trois degrés, et donc trente trois titres et décors somptueux, contre un modeste total de neuf grades français : Apprenti, Compagnon, Maître Maçon, Elu Secret, Grand Elu écossais, Chevalier d’Orient, Chevalier Rose Croix, Chevalier de l’Aigle Blanc et Noir, Chevalier de la Sagesse, et voilà tout. On finit simple Chevalier, si on s’en est montré digne. Humilité et simplicité.

    Que peut donc un système aussi humble contre la chatoyance des Princes de Jérusalem, des Grands Pontifes ou Sublimes Ecossais de la Jérusalem Céleste, des Vénérables Grands Maîtres de toutes les Loges Régulières, des Princes du Tabernacle, des Princes de Mercy, des Souverains Commandeurs du Temple de Jérusalem, des Patriarches des Croisades Grand Maîtres de la Lumière, des Grands Inspecteurs Inquisiteurs Commandeurs des Tribunaux, des Sublimes Princes du Royal Secret des Consistoires…

    Et pourtant, bien qu’apparemment assez dissemblables, ces deux systèmes sont des frères , car héritiers tous deux d’une nébuleuse française de hauts grades, que Guérillot , à tort, baptise le Rite de Perfection, et que Bernheim, à juste titre, qualifie d’Ordre du Royal Secret. Ils sont frères, et sont nés en France la même année : 1786.

    Quant au Souverain Grand Inspecteur Général, sa fonction est identique au RMF et au REAA : l’inspection intransigeante des corps subordonnés ( loges de perfection, chapitres, aréopages) afin de prévenir les dérives inévitables créées avec persistance par des gourous mal inspirés. Ils portent donc à bon escient le même titre.

  • 9
    luciole 8 juin 2012 à 10:29 / Répondre

    SGIG veut dire :Souverain Grand Inspecteur Général qui est la désignation de tous les 33emes du REAA.
    J’aime bien « chatoyant » on devrait le mettre dans un Rite!

  • 8
    VAM 8 juin 2012 à 10:12 / Répondre

    Je fais partie du Suprême Conseil en question. Nous avons retenu notre appellation pour deux raisons :

    1. nous avons délibérément choisi de suivre la mouvance brésilienne du Rite Moderne Français, dont l’instance supérieure s’appelle « Suprême Conseil du Rite Moderne pour le Brésil ». Et ce depuis le début du XIXe siècle, et sans la moindre interruption au cours de ce siècle. Je ne vois pas pourquoi le REAA bénéficierait d’ un copyright sur cette appellation, qui doit probablement être partagée par d’autres rites, tels Memphis-Misraïm par exemple. Au sein de l’UMURM, nos amis français s’intitulent Sublime Conseil, de même que nos soeurs et frères équatoriens ; les Espagnols ont opté pour le classique Grand Chapitre Général. Les dénominations changent, montrant l’aimable diversité dans la liberté qui préside à tout ceci, de même que notre aversion pour toute uniformisation et toute rigidité

    2. Il y a déjà deux juridiction belges s’intitulant Grand Chapitre Général ; l’une masculine, l’autre féminine. La nôtre est mixte, et ne saurait être confondue avec les deux premières. Nous avons donc un Suprême Conseil.

    Enfin, notre Primus inter Pares porte le titre de Souverain Grand Inspecteur Général, ce qui est traditionnel (et se retrouve aussi au REAA, et pourquoi pas ?), chacun de ces quatre vocables exprimant bien ce qu’il implique au niveau de la structure initiatique.

    Que nous soyons donc chatoyants ou non est un compliment que nous acceptons avec fraternité.

  • 7
    eMeReK 7 juin 2012 à 21:55 / Répondre

    Je pensais que l’on parlait plutôt de « Souverain Collège » ou de « Grand Collège » dans le rite français…

    Suprême Conseil et Souverain Grand Commandeur …ça fait plutôt REAA …Non ????

    Bon ….Mais c’est plus chatoyant …..!!!

  • 6
    Fly Tox 7 juin 2012 à 19:18 / Répondre

    @ quén affère à Lidje

    …. »de crainte qu’il ne te corrompe ». Mais que pourrait encore espérer le SGIG qu’il n’ait déjà obtenu de blablabla sans tentative de corruption aucune, à ce qu’il semble ?

    Je veux bien parier que le SGIG ( mais ça veut dire quoi, finalement ?) n’est pas près de succomber, en odeur de sainteté, sous ses fleurs quelque peu dithyrambiques en effet, car il dispose, selon les Soeurs et les Frères qui ont l’heur d’être de ses amis, d’un énorme réservoir de calomnies et de diffamations, bien propres à rétablir l’équilibre nécessaire à l’entretien de son humilité, et à lui durcir le cuir. Mais les chiens aboient….vous savez bien la suite.

  • 5
    Fly Tox 7 juin 2012 à 19:00 / Répondre

    @ quén affère à Lidje

    … »de crainte qu’il ne te corrompe ». Mais que pourrait encore espérer le SGIG qu’il n’ait déjà obtenu de blablabla sans tentative de corruption aucune ?
    Je veux bien parier que le SGIG ( ça veut dire quoi ça , finalement ?) n’est pas près de succomber, en odeur de sainteté, sous ses fleurs quelque peu dithyrambiques en effet, car il dispose, selon les Soeurs et les Frères qui ont l’heur d’être de ses amis, d’un énorme réservoir de calomnies et de diffamations, bien propres à rétablir l’équilibre, à entretenir son humilité, et à lui durcir le cuir. Mais les chiens aboient…vous savez la suite.

  • 4
    quén affère à Lidje 7 juin 2012 à 14:37 / Répondre

    @ blablabla

    Ne flatte point ton frère.

  • 3
    blabla ect ect.. 7 juin 2012 à 12:39 / Répondre

    Évitons dans ce cas les détracteurs !

  • 2
    Jiri Pragman 7 juin 2012 à 12:29 / Répondre

    @blabla ect ect.

    Evitons quand même le dithyrambe !

  • 1
    blabla ect ect.. 7 juin 2012 à 12:17 / Répondre

    C’est un chapitre que je considère comme l’un des plus studieux ayant le soucis de la perfection..

    Que l’on cherche a discréditer le SGIG n’est qu’injustice ! C’est un personnage avec une grande qualité de cœur mais surtout d’une intelligence extrême… Qu’il peaufine ses recherches et les partage aux participants , n’est que HUMILITÉ , ce qui ne gâche rien..

    Que leur patente vienne du Brésil ou d’ailleurs ? quelle importance ? la nature et la qualité de leurs travaux ne sont elles pas primordiales ? longue vie a ce brillant chapitre ..et à son SGIG bien sympathique!

    La probabilité de les rejoindre ne font qu’accentuer mes envies d’y appartenir et je ne suis pas le seul..

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
pulvinar efficitur. id dictum vel, vulputate, Donec risus id, adipiscing velit,