Des Maçonnes à la ‘manifestation LBGT’

Par Jiri Pragman dans Anti-maçonnerie

Le Salon Beige, un blog quotidien d’actualité par des laïcs catholiques, parle ce 16 décembre 2012 d’un échec total de la manifestation LGBT: entre 10 et 15000 personnes. Selon l’article (repris par un site d’extrême droite), il y avait même une délégation de francs maçonnes gays avec leur écharpe. Une photo montre une rangée de Maçonnes portant le cordon de Maître (leur présence ne signifie pas nécessairement qu’elles sont lesbiennes mais, tout au moins, qu’elles soutiennent cette cause).

dimanche 16 décembre 2012 42 commentaires

Étiquettes : ,

  • 42
    Frédéric 16 janvier 2013 à 10:40 / Répondre

    Je propose de lire ceci http://www.erudit.org/livre/sqrsf/2000/000151co.pdf il s’agit d’une étude réalisée au Canada sur le développement des enfants de couples homos.

  • 41
    Jiri Pragman 15 janvier 2013 à 23:16 / Répondre

    @Terribisio Sarmaroga

    Ce n’est pas parce qu’une personne intervient dans cette zone de commentaires qu’il s’agit forcément d’un Maçon (loin s’en faut parfois).

  • 40
    Terribisio Sarmaroga 15 janvier 2013 à 23:13 / Répondre

    A lire certaines commentaires, comme ceux de blabla, je me demande vraiment ce que certains viennent faire en Franc-maçonnerie…

  • 39
    Flupke 21 décembre 2012 à 14:07 / Répondre

    « Sans parler, comme cela a déjà été soulevé de tous le problèmes éthiques que soulève le « droit à l’enfant » et sa consumérisation. »

    Ces problèmes tout le monde s’assoit dessus y compris … les bonnes âmes obédientielles itou …………. car l’adoption par les couples homosexuels mâles voire le droit pour eux à « utiliser » des mères porteuses sera la revendication suivante au nom de l’égalité vue sous l’angle égotiste.

  • 38
    Yasfaloth 20 décembre 2012 à 12:22 / Répondre

    @Frederic

    Bonjour

    Oui, d’accord sur ce coup là, mais le problème se pose de façon plus générale pour toutes les familles « officiellement » mono-parentales qui seraient près de 2 millions aujourd’hui en France…

    Par contre, je suis TRES dubitatif (malgré la lecture de l’article d’Elisabeth Badinter dans le monde d’aujourd’hui) vis à vis de la PMA non thérapeutique ou de la GPA… Pour la plupart des homosexuels il n’existe pas d’impossibilités « naturelles » leur permettant d’enfanter, et comme ils le disent si bien si l’état et la société n’a pas à se mêler de leur préférences intimes, ils n’ont pas non plus à en supporter et financer les conséquences.

    Sans parler, comme cela a déjà été soulevé de tous le problèmes éthiques que soulève le « droit à l’enfant » et sa consumérisation.

    Cordialement

  • 37
    frédéric 20 décembre 2012 à 12:03 / Répondre

    @blablabla, je ne pense pas qu’un enfant coure plus de risque de maltraitance s’il est élevé par des parents homos. Je pense que l’on peut être homo sans pour autant être pervers, et inversement. Pour ce qui est de l’école, le comportement des autres enfants est lié à leur éducation. Il appartient aux parents et aux enseignants d’apprendre aux enfants le respect des différence et la pratique de la tolérance. J’essaye pour ma part d’éduquer mes enfants dans ce sens et s’il se présentait qu’à leur école un enfant ait 2 papas ou 2 mamans, eh bien je ne manquerais pas de leur expliquer qu’il n’y a rien de mal avec ça. On ne lutte pas contre l’intolérance en pratiqunt la loi du silence.

  • 36
    frédéric 20 décembre 2012 à 11:54 / Répondre

    @ Flupke: peut-être faut-il, pour les couples homos, faire la différence entre le fait d’adopter « l’un et l’autre » un enfant et le fait d’apoter l’enfant légitime du conjoint afin de « régulariser » la bi-paternité ou bi-maternité, ceci afin d’assurer à l’enfant la garantie de « continuité » en cas de décès, par exemple. Je suis aussi favorable au fait de rendre les services de mère-porteuse ou d’insémination artificielle accessibles aux couples homos. Maintenant, pour ce qui est de l’adoption « classique », elle est pratiquement impossible car de nombreux enfants adoptables viennent de pays qui refusent systématiquement une telle situation…

  • 35
    frédéric 20 décembre 2012 à 11:45 / Répondre

    Je pense pour ma part qu’il est irresponsable d’interdire cette adoption, car dans l’état actuel des choses, l’enfant légitime d’une personne en couple avec un conjoint du même sexe n’est « rien », d’un point-de-vue légal, pour ce conjoint. Imaginons la situation suivante: Marie et Nathalie vivent en couple. Marie donne naissance à un enfant, ce dernier est élevé par le couple et a donc « deux mamans’. ans plus tard, Marie, la mère de l’enfant, décède dans un accident de voiture. Voilà l’enfant qui se retrouve seul avec… avec une amie de sa mère. D’un point de vue purement juridique, qu’est-ce qui garanti que cet enfant ne sera pas séparé de son autre « maman »???

  • 34
    Yasfaloth 20 décembre 2012 à 11:28 / Répondre

    @Calvariam

    Bonjour

    « je suis réticent à l’ouverture du droit à l’adoption pour les couples homosexuels »

    Le problème c’est que c’est déjà autorisé, mais indirectement par le fait qu’une personne seule (homme ou femme) puisse présenter un dossier d’adoption. Dès lors, si cette personne vit avec une quelqu’un du même sexe qu’elle, l’enfant est, dans les faits, élevé par un couple homosexuel.

    Ce qui semble être proposé par la loi c’est d’entériner cet état de fait, et de partager officiellement la responsabilité civile et éducative.

    Cette disposition me gène infiniment moins que la Pma par exemple, pour la simple et bonne raison que, comme tu l’as dit le processus adoptif est complexe et que les services sociaux enquêtent et ont le mot final, du moins en France, je pense qu’il faut leur faire confiance.

    Ils ne confieront pas un enfant à un couple qui présente, à leurs yeux, des caractéristiques douteuses ou insuffisantes. Par contre il est à craindre que, dans la mesure où des couples homosexuels risquent de se perçoir comme discriminés, eux-même ou les associations leur mèneront la vie dure.

    Pour les adoptions à l’étranger, le phénomène des enfants achetés et des complaisances intéressées dépasse de toute façon le cadre que nous évoquons ici.

    Pour ta conclusion, je suis entièrement d’accord avec toi, trop de gens dans cette affaire (y compris peut être moi-même) sont pris dans une fièvre existentielle, une bien-pensance progressiste ou traditionaliste qui leur permet de s’impliquer dans une « cause » bienvenue, au moment ou le tissus social et économique s’effiloche et où l’angoisse de l’avenir s’insinue à tous les niveaux de la société. Ils en oublient peut être l’essentiel…

    Cordialement

  • 33
    Flupke 20 décembre 2012 à 10:13 / Répondre

    à Casimir et à Frédéric

    je vois les choses du point de vue des enfants.
    Il faut bien qu’un fm en parle !!!

    Même les familles que les « gens biens » considèrent comme constituées de sous homme/femme …sont supérieures à toutes les familles d’accueil (quelque soit son appellation sociétale) sauf exception très extrême. Beaucoup de grossesses sont non désirées, hier encore plus qu’aujourd’hui, mais les parents finissaient par accepter et souvent en quelques heures ou jours !

    Sais-tu que des familles adoptives rendent des enfants après essai comme on rend une bagnole au concessionnaire auto !
    Sais-tu que certaines adoptions correspondent à des achats à des mères bien vivantes mais dans la misère (Haiti etc.) Néo-colonialisme bobo !
    Misère extrême comme l’étaient les générations de mes ancêtres journaliers des 18/19 ème siècles (je fais ma généalogie ! cà occupe les vieux !) Mes ancêtres n’ont pas vendu leurs très nombreuses bouches à nourrir !

  • 32
    calvariam 20 décembre 2012 à 10:11 / Répondre

    Etonnante cette idée comme quoi la question d’une parentalité assistée ou d’adoption serait une question strictement privée…C’est oublier qu’en cas de problême la question devient publique. En effet ce sont les services d’aide sociale à l’enfance qui prennent le relais, dûment financés par nos impôts…Pour ma part, au vue des cas rencontrés dans mon cadre professionnel, non seulement je suis réticent à l’ouverture du droit à l’adoption pour les couples homosexuels mais je suis pour un durcissement des critères en matière d’adoption pour tous les couples, il n’y a rien de pire pour le développement psycho-affectif et intellectuel que d’ètre l’objet d’un surinvestissement quand on ne peut s’y conformer. Cette problèmatique existe également chez les parents biologiques certes (on peut supposer que c’est un effet du contrôle de la fécondité), mais elle semble plus fréquente chez les parents adoptifs, à la hauteur de l’investissement (dans tous les sens du terme) qui a été nécessaire pour adopter.
    Je connais tous les reproches et critiques dont sont l’objet les enquêtes sociales menées auprès des couples adoptants, le tout au nom de l’égalité des droits (même de droits imaginaires comme le droit à la parentalité) et de la liberté, mais je rappelle que seules priment les droits fondamentaux, les besoins et la liberté d’une seule personne: l’enfant. Il n’est, et ne dois pas être un produit de consommation, la liberté des adultes s’arrête où commence celle de l’enfant. Quand on y réfléchi, nombre des problêmes rencontrés dans le secteur de l’enfance en danger peuvent se résumer à cela: l’enfant considéré comme objet, privé de sa liberté d’être.

  • 31
    Frédéric 20 décembre 2012 à 09:03 / Répondre

    Il arrive qu’une grossesse et la naissance qui en découle soient indésirées, mais c’est rarement le cas pour une adoption ou une insémination artificielle : les enfants des couples homos ont ainsi au moins la quasi certitude que leur naissance n’est pas « accidentelle »…

  • 30
    Casimir 20 décembre 2012 à 00:36 / Répondre

    @ Flupke – pour ma part, je ne crois aucunement à une époque radieuse durant laquelle l’acte de procréer aurait été totalement une pulsion gratuite et désintéressée de pur don de soi pour l’être à venir. Faire des enfants a toujours été également une pulsion pour nourrir l’égo des parents : vouloir transmettre SON nom, SON sang, SA chair, SON patrimoine, ….et se construire une part d’éternité. Pulsion bien égotique…non ?
    Bref, rien de neuf sous le soleil donc avec le débat actuel.

  • 29
    Flupke 19 décembre 2012 à 20:12 / Répondre

    à Casimir

    Il n’est pas interdit d’être utopiste en regrettant la dérive lente mais dérive progressive vers une société de consommation de plus en plus extravagante dans laquelle l’enfant devient un bien/objet acheté au service de la « liberté » des égos adultes.
    Ces « grignottages » successifs sous couvert de grands mots liberté égalité sont des pas de plus vers une marchandisation totale de l’enfant.

  • 28
    blabla 19 décembre 2012 à 19:09 / Répondre

    Sincèrement, on peut se soucier du sort de ces futurs enfants dans les cours de récréation, sans même parler de la question des abus sexuels dont tout le monde évite de parler mais qui doit se poser s’il est avéré qu’ils ont le plus souvent lieu au sein de la cellule familiale et pas nécessairement entre parent et enfant.

  • 27
    Casimir 19 décembre 2012 à 18:07 / Répondre

    @ Flupke, le débat actuel consiste au nom de l »égalité des individus de permettre à TOUS les citoyens, indépendamment de leur genre ou de leur sexualité (qui ne regarde personne, en tout cas pas la République) de pouvoir construire et renforcer s’ils le souhaitent, via le mariage, une solidarité à deux et entre générations avec leurs enfants actuels et à venir. C’est tout. Le débat consiste à étendre à tous un droit de protection et de solidarité qui l’est déjà pour la grande majorité.

    La question de la GPA (Gestation pour autrui) est toute autre. Puisque ce droit n’existe pour absolument personne en France. Ce qui n’empêche pas chaque année du reste des centaines de couples hétérosexuels argentés d’y faire appel à l’étranger et une petite dizaine de couples homosexuels de faire de même… Face aux dérives possibles (et fréquentes) bien que pas intraséquement obligatoires de marchandisation du corps, la véritable question pour les maçons me semble être – que fait t-on « Ici et Maintenant »….car le réel nous rattrape : ces enfants de mères porteuses existent !

  • 26
    Flupke 19 décembre 2012 à 13:50 / Répondre

    pour compléter Yasfaloth

    et les mères porteuses vendant leur ventre à des couples de mâles argentés, méprisant le droit d’un enfant à avoir une mère dans sa petite enfance ………… pour moi c’est une dérive égotiste …….
    société de consommation dans laquelle l’enfant devient un bien/objet acheté au service de la « liberté » des égos.

  • 25
    Yasfaloth 19 décembre 2012 à 12:23 / Répondre

    @Frederic

    – « l’Eglise n’a jamais reconnu le mariage civil »

    certainement pas comme un sacrement, c’est sûr ! Mais il est obligatoire d’être passé devant Mr le Maire pour pouvoir se marier à l’église, le curé qui contreviendrait à cette règle s’expose même à des poursuites.

    – « c’est oublier que ce qui donne son sens au mariage, c’est l’engagement solennel de fidélité et d’entraide. »

    Je suis personnellement pacsé et nous nous obligeons à « un engagement à une vie commune et un devoir d’aide matérielle et d’assistance réciproque ». La fidélité n’est pas mentionnée mais elle me semble implicite si on veut voir perdurer le pacs.

    – Concernant l’adoption, si j’ai bien compris, il s’agit surtout d’autoriser à se déclarer « co-parent » d’un enfant, que celui ci ait été déjà adopté par son conjoint, ou qu’il s’agisse d’une nouvelle adoption.

    Ce qui me gène personnellement le plus dans cette histoire, c’est d’une part la généralisation hâtive de la Pma, qui me semble impliquer des conséquences importantes relatives au champ de la bio-éthique.

    D’autre part de généraliser le terme de « mariage » qui me parait chargé d’une symbolique fondamentalement hétérosexuelle. Les droits civils afférents, eux, devant naturellement être généralisés à tous les couples par soucis d’équité.

  • 24
    Flupke 19 décembre 2012 à 12:20 / Répondre

    Le mariage entre personnes de même sexe ne me pose aucun souci au contraire au plan de la justice sociale, patrimoniale etc. …………etc. ……..
    Je serais sans doute brutal mais le seul problème est l’adoption par un couple de mâles.
    Par un couple de femmes je ne vois pas de problème … au contraire deux mères c’est le pied !
    Je me vois mal ne pas avoir eu de mère.
    Dans mon environnement les amis (es) rejetés(es) par leurs mères en sont tous perturbés … ils en parlent beaucoup …. beaucoup trop pour que cela soit négligeable.
    Si j’avais été adopté, avec cette nouvelle donne, on m’aurait privé de mère par décret des adultes !!!!!!!!!!!!!!!! Je pense qu’adulte à l’adolescence (période des oppositions violentes aux parents), je leur aurais cassé la g…..

  • 23
    Frédéric 19 décembre 2012 à 11:15 / Répondre

    Quelques réflexions personnelles :

    – A partir du moment où l’Eglise n’a jamais reconnu le mariage civil et qu’il n’a jamais été question de faire du mariage pour tous un sacrement, l’Eglise n’a aucune raison de s’opposer à ce mariage « en particulier’. Je comprendrais parfaitement que les croyants manifestent contre le mariage civil mais je ne vois pas en quoi, aux yeux des autorités religieuses, un mariage civil entre deux personnes de sexes différents serait plus acceptable qu’un mariage civil entre personnes du même sexe.

    – Prétendre que le mariage pour tous est superflu puisqu’il y a le PACS, c’est oublier que ce qui donne son sens au mariage, c’est l’engagement solennel de fidélité et d’entraide.

    – Il ne faut pas redouter que le mariage pour tous permette l’adoption d’un enfant par des parents du même sexe pour au moins 4 raisons: 1) le fait d’être mariés n’a jamais rendu systématiquement une adoption possible : chaque demande d’adoption est soumise à une enquête. De même, pour autant que je sache, il est possible à des couples non mariés d’adopter. 2) L’adoption est avant tout la « légitimation » d’une situation familiale : rien n’empêche un couple d’élever « parentalement’ des enfants sans pour autant que ceux-ci soient tous deux leurs parents, c’est un fait courant dans de nombreuses familles « recomposées » ainsi que dans des couples homos dont un des partenaires a la garde de son enfant légitime. 3) Aucune étude ne permet d’affirmer que le fait d’être élevé par un couple homo porte préjudice à l’enfant et de toutes manières. 4) interdire l’adoption ne permettra jamais d’interdire à un père ou à une mère d’avoir la garde de son enfant légitime sous prétexte qu’il vit en couple avec un partenaire du même sexe.

  • 22
    Flupke 19 décembre 2012 à 10:06 / Répondre

    Article premier: «Les hommes naissent et demeurent libres égaux en droits.»

    Une caricature que j’ai reçu représente un petit enfant devant le Père Noël.
    Il lui dit « je veux une maman »
    En second plan il y a ses parents : deux hommes …………………. habillés comme des bobos parisiens …….

    Les adultes, que ce soit dans un sens ou dans le sens opposé, décident pour les enfants.
    Alors dire «Les hommes naissent et demeurent libres égaux en droits.» vis à vis des enfants n’est-ce pas quelque peu erroné.
    Cette déclaration n’a rien d’universel car dans la vie REEELLE elle oublie les enfants, les simples d’esprit, les viellards largués dans les mourroirs etc.

  • 21
    Condorcet62 19 décembre 2012 à 02:14 / Répondre

    Article premier: «Les hommes naissent et demeurent libres égaux en droits.»
    Pour ma part, en tant que franc-maçon, je ne vois rien à ajouter. Depuis 1789, tous les combats justes ont été menées à la lumière de ce principe universel. Tout ce qui va à son encontre est amené un jour ou l’autre à céder le pas devant l’aspiration à la justice et ceux qui s’y sont opposés à passer pour ce qu’ils sont en réalité: des hypocrites ou des réactionnaires.
    Fraternellement.

  • 20
    Flupke 18 décembre 2012 à 21:44 / Répondre

    à luciole

    Mon raisonnement est partiellement issu de la remarque peut être passée inaperçue :
    « Vous n’empêcherez jamais à certains anti-maçons primaires de nous mêler à tout. »
    A partir du moment où nous nous disons société discrète ou secréte tous nos scrupules ou précautions ne servirons à rien.
    Un franc -maçon est pris la main dans un pot de confiture tous les francs-maçons ont la main dans des pots de confiture telle est la règle !
    et si nous sommes nulle part c’est encore plus louche ……………..

  • 19
    fred 18 décembre 2012 à 18:50 / Répondre

    que se passerait il si des maçons ayant un avis contraire (et c’est bien leur droit) venaient avec leur cordon dans une manifestation contre la création du mariage pour tous?
    la représentation d’un groupe, d’une association ou d’un parti dans une manifestation implique une prise de position de ce groupe, que je sache aucun membre de nos obédiences n’a le droit d’engager ses soeurs ou ses frères dans une idéologie quelconque. donc je crois indépendament de ce que je pense que la présence de ces soeurs était une trés mauvaise idée.

  • 18
    Luciole 18 décembre 2012 à 18:42 / Répondre

    a Flupke
    Nous sommes si souvent d’accord que je suis surpris de ton observation.
    Si un prêtre défile en soutane ou un militaire en uniforme, tout public en déduit que sa hiérarchie le cautionne.Vrai ou pas,réel ou pas,c’est ainsi dans notre monde imparfait.La FM se tient à l’écart des évènements politiques,par choix,par tactique,cela se discute mais c’est dans nos principes et constitutions.
    Il y eut des cas historiques où des Maçons ont mis en avant leur appartenance.Encore une fois quelle que soient leurs sentiments,ils ont eu tort (à mon humble avis) car ils n’avaient pas mandat pour cela!
    On ne peut faire fi du groupe auquel on appartient pour lui faire endosser une
    conduite et une manifestation personnelle.
    Nous demandons la parole dans l’espace clos d’une Loge et nous ne respecterions pas cette procédure en public? Cherchez l’erreur.
    Je me suis suffisamment exprimé et je ne veux pas polémiquer.3B

  • 17
    Yasfaloth 18 décembre 2012 à 18:39 / Répondre

    @Fox7ans

    Bonjour

    Il y a un adage qui dit que la liberté de chacun s’arrête ou commence celle des autres…

    Là une quinzaine de personnes mettent en cause environ 150000 autres.

    De plus, c’est la porte ouverte à tous les abus, tout à chacun peut aller s’acheter un cordon, se prétendre maçon et se pavaner en prétendant représenter l’ordre, (je ne dis pas que c’est le cas, mais ça pourrait l’être).

    Je dis donc aussi que ce balader en tête de manif avec son sautoir pour afficher à la fois ses idées et son appartenance ne correspond pas à ce qu’on peut attendre d’un maitre maçon responsable.

    Cordialement

  • 16
    Yasfaloth 18 décembre 2012 à 18:33 / Répondre

    @Fox7ans

  • 15
    Fox7ans 18 décembre 2012 à 14:44 / Répondre

    @luciole

    Je persiste. dire qu’on a pas le droit de sortir avec son cordon parce que ça « implique l’Ordre tout entier,les profanes ne faisant pas de différence », ça revient à interdire aux maçons qui veulent s’engager dans la cité en tant que tels de le faire.

    Au nom de TA liberté, tu prétends brider sévèrement celle des autres.

  • 14
    Flupke 18 décembre 2012 à 11:10 / Répondre

    à Luciole

    Il me semblait que nous n’avions pas le droit de révèler l’appartenance maçonnique des autres mais que nous pouvions révèler la notre.
    Se mettre en décors c’est révèler son appartenance mais pas celle des autres me semble-t-il. C’est ce qu’elles ont fait.
    Vous n’empêcherez jamais à certains anti-maçons primaires de nous mêler à tout.
    Mais, à contrario, il est certain aussi que les oligarchies des obédiences dîtes à tort libérales ou adogmatiques pourraient sanctionner ceux (baseux ou maçons de base) qui défileraient en compagnie ou à côté de certains groupements anti gays ou cathos etc.. On leur collerait très vite l’étiquette « homophobe » maintenant voisine de celle d’antisémite.
    On vit une époque merveilleuse de liberté à sens unique !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • 13
    luciole 18 décembre 2012 à 10:32 / Répondre

    A Fox7ans
    Sans doute as-tu mal lu mes propos.Je ne prône pas la non-intervention des individus mais celle des FM es-qualité.
    Aucune obédience à ma connaissance n’a autorisé des Frères et Soeurs a défiler en décors ce qui implique l’Ordre tout entier,les profanes ne faisant pas de différence!
    Amicalement

  • 12
    calvariam 18 décembre 2012 à 06:05 / Répondre

    Entièrement d’accord avec Didier et Yasfaloth. Concernant le sujet du mariage gay, j’aimerais signaler que même au sein des obédiences le débat et faussé. Pour preuve, il suffit d’examiner non seulement l’attitude du grand maitre du grand orient mais également celle de la grande maitresse de la grande loge féminine de France. A propos de la Grande Loge Féminine de France, une question à été posée aux loge sur la PMA uniquement, la question entendant implicitement que le mariage et l’adoption allaient de soi. Bel exemple de liberté de pensée, propre à certaine obédiences se prétendant libérales où un petit groupe de caciques s’arrogent le droit de réfléchir pour leur pauvres frères et sœurs attardés de province…Ah oui, pour être clair, personnellement je suis contre cette loi, parce qu’elle prend le problème dans le mauvais sens, à savoir les désirs d’une minorité primant sur l’intérêt de la majorité, le désir des adultes et non les besoins des enfants, pour la question des insuffisances juridiques du PACS et son caractère discriminatoire, une réforme de celui-ci était plus judicieuse : renforcement des droits et signature en mairie devant un officier d’état civil. Sur la question du mariage, le mariage est un cadre juridique dans lequel on s’inscrit, ou pas, d’autres formes de relations amoureuses autre que la relation homosexuelle ne s’y inscrivent pas, l’adapter à un type de relation amoureuse qui jusque là n’y entrait pas c’est implicitement autoriser son adaptation à d’autres relations amoureuses particulières (je laisse travailler votre imagination). Quant au droit à la parentalité, il n’existe pas contrairement au droit au logement qui devrait plus mobiliser le gouvernement et l’opinion en ce moment)…le droit des enfants lui existe, et je ne pense pas qu’il implique d’être pris en otage dans un débat de société, la question de l’adoption est une question complexe (je connais d’expérience les difficultés inhérentes à cette situation) et il est normal qu’un assistant social s’interroge sur la pertinence d’une adoption par un couple homosexuel, sans qu’il soit question d’homophobie d’autres situation atypiques sont traitées de la même manière, quant à la PMA elle pose des questions éthiques qui méritent mieux qu’un travail de lobbying.

  • 11
    Yasfaloth 17 décembre 2012 à 23:05 / Répondre

    @Fox7ans

    Tout ce qu’écrit Luciole et je suis 100% d’accord avec lui, c’est que le fait de défiler avec les décors fait penser aux profanes que « Les maçons » dans leur ensemble sont favorables aux manifestants.

    Alors que, je peux le témoigner, si la plupart des frères avec qui j’en ai discuté sont partisans d’une égalité de droit civils entre tous les couples, pour les autres points et en particulier la redéfinition du terme mariage et la pma, les avis sont plus que partagés.

    Il faut autre de mauvaise foi pour ne pas reconnaitre que le public ne distinguera pas entre les obédiences et les courants et que tous les maçons seront mis dans le même « sac ».

    Personnellement je ne me sens rien de commun avec les slogans outranciers et insultants voire fascisants qu’il viennent de Civitas ou de Inter-LGBT !

  • 10
    Fox7ans 17 décembre 2012 à 21:50 / Répondre

    @Luciole

    Perçois-tu le paradoxe de ton propos.
    Tu prônes pour toi-même la non-intervention des FM dans le débat public. Tu en as parfaitement le droit.
    Au nom de ce que tu prônes, tu interdit à ceux qui ont d’autres conceptions de faire valoir les leurs.
    Autrement dit, au nom de la ta liberté, tu prétend interdire à d’autres de profiter de la leur…

  • 9
    Flupke 17 décembre 2012 à 20:50 / Répondre

    la FM ne rassemble pas des clones
    Il me semble qu’un franc maçon peut comme franc maçon être différent d’un autre
    enfin je pensais que celà était possible jusqu’à ma fréquentation des blogs où les fms intervienent ……………………..

  • 8
    luciole 17 décembre 2012 à 20:28 / Répondre

    Comme l’exprime DIdier,les Maçons /Maçonnes qui défilent en cordons donnent à penser que toute la FM est derrière eux!
    Quel que soit le point de vue sur cette question ou une autre, ils n’ont pas à engager l’Ordre dans leur combat personnel!

  • 7
    Didier 17 décembre 2012 à 16:06 / Répondre

    La publication et la diffusion de cette photo, de Franc-maçon(ne)s revêtu(e)s de leur baudrier de Maître Maçon a quelque chose de choquant.

    Que les Maçonnes ou Maçons soient des gens engagés, nul ne leur dénie ou conteste le droit. Cependant, adopter individuellement la vêture (réservée qui plus est aux Travaux en Loge) pour l’exhiber dans la rue, reniant les serments que nous avons prêtés, me paraît inadéquat voire mystificateur !

    Aucune Obédience, me semble t-il, n’a appelé à se mobiliser pour le mariage homosexuel et à défiler dans la rue revêtu de nos décors maçonniques. Et je pense qu’au sein des Obédiences, les avis sur le mariage homosexuel – pardon « pour tous » – sont aussi partagés que dans la société civile.

    Il s’agit donc d’une affaire personnelle et d’un engagement civil et la maçonnerie ne saurait trouver sa place dans un débat complexe et qui n’est pas vraiment un sujet de société touchant aux libertés fondamentales et aux droits de la personne humaine.

  • 6
    Flupke 17 décembre 2012 à 15:31 / Répondre

    En résumé pour beaucoup, y compris de francs maçons :
    liberté de conscience = oui
    mais
    interdiction d’exprimer publiquement une opinion différente de la mienne

    Est-on réellement améliorable ?

  • 5
    frédéric 17 décembre 2012 à 15:20 / Répondre

    Le mariage pour tous n’est en rien une négation de la paternité et contrairement à ce que certains prétendent, le pacs n’a rien d’un mariage car le fondement du mariage, c’est l’engagement solennel de fidélité et d’entraide mutuelle alors que le pacs est juste un contrat. Bien sûr, l’Eglise a le droit d’exprimer son point de vue, mais je trouve (avec regrets) sur ce point que la droite Française se montre bien moins libérale que la droite Belge.

  • 4
    Casimir 17 décembre 2012 à 15:09 / Répondre

    Ayant défilé en cordon ce dimanche pour venir défendre à titre individuel dans le cadre de ce débat les valeurs de Liberté, Egalité, Fraternité et de Laicité qui structure mon engagement maçonnique à l’extérieur du temple, je peux témoigner de la réaction spontané et bouleversante de nombreux manifestants « profanes » : des « merci » à foison (comme quoi la maçonnerie est attendue sur ce terrain), d’autres en voyant nos cordons proclamant la larme à l’oeil « c’est émouvant » (de voir les francs-maçons dans ce combat). J’espère vivement que la franc-maçonnerie sera encore plus visible lors de la prochaine manifestation citoyenne du 27 janvier

  • 3
    blabla 17 décembre 2012 à 14:01 / Répondre

    Ne soyez pas sectaire, l’Eglise catholique est dans son rôle, a-t-on encore le droit d’avoir une opinion différente de la pensée dominante ?

    Ce projet de loi est discriminatoire à l’égard des hétérosexuels qui n’auront plus le droit d’être considéré comme père ou mère.

    Y en a vraiment ras-le-bol de toutes ces conneries :
    http://www.bvoltaire.fr/dominiquejamet/halte-a-lheterophobie,6224

  • 2
    Frédéric 17 décembre 2012 à 13:00 / Répondre

    Il est alarmant de voir qu’une certaine branche de l’Eglise catholique se montre de plus en plus ouvertement homophobe. D’autre part, la présence de maçons et maçonnes dans une telle manisfestation me semble naturelle. C’est au contraire leur absence qui aurait été regretable. Et en effet, pas besoin d’être gay pour soutenir cette cause. On peut aussi être pour la liberté de culte sans pour autant être croyant…

  • 1
    yox 17 décembre 2012 à 10:10 / Répondre

    voir les photos.
    la bastille c’est 32 000 mètres carrés
    occupé par la manif au max à 1/6e, soit 5400 mètre carrés
    vu les rangs clairesemés ça donne un max de 7/8000 personnes.
    Le 13 janvier, nous serons 2 millions.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
38a93f2d6a5aac3c4f3d60e2b8ede698666