Le Grand Maître de la GLDF et le ‘message révolutionnaire’ de Jésus

Par Jiri Pragman dans Dans la presse

Les paroles de Jésus avec le commandement « vous aimer les uns les autres » serait un message révolutionnaire, toujours d’actualité, dont la réalisation reste une espérance, une direction à suivre, voire un objectif pour tout maçon pratiquant le Rite écossais ancien et accepté dans une loge de la Grande Loge de France. Dixit Marc Henry, Grand Maître de la Grande Loge de France, dans Le Figaro Magazine à l’approche de Noël le 21 décembre 2012. Il fera ensuite référence aux 3 grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie que sont le volume de la Loi sacrée, le compas ou l’équerre (au REAA rappelons-le). Le Grand Maître rappellera aussi que Jésus peut être considéré comme un grand initié, sans que soit forcément pris en compte son caractère divin, voire même son existence en tant que simple mortel. Il ajoute: C’est pourquoi le symbole du Grand Architecte de l’Univers, à la gloire duquel nous ouvrons nos travaux, permet à chacun dans le cadre d’une spiritualité non dogmatique, de poursuivre sa quête de sens et de réfléchir à cette autre parole attribuée à Jésus: « Si quelqu’un dit « J’aime Dieu » et qu’il déteste son frère, c’est un menteur: celui qui n’aime pas son frère qu’il voit ne saurait aimer le Dieu qu’il ne voit pas.

dimanche 30 décembre 2012 57 commentaires

Étiquettes : , ,

  • 57
    guillaume 8 mars 2015 à 17:45 / Répondre

    Le frère Marc Henri, GM de la GLDF serait un parfait prêtre, il utilise la même tactique que les prêtres en utilisant un verset de l’Evangile de saint Jean qui lui convient, pour faire croire que son Jésus est un humaniste. Le mythique Jésus qui n’a pas écrit un seul mot comme Mahomet, (Dieu ne se sert que d’illettrés), aurait dit: Je vous donne un « commandement nouveau »: vous aimer les uns les autres (Jean 13:34), mais ce mythique Jésus n’aime pas les autres, les hérétiques (qui sont des maudits) et dit : « Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges » (Matthieu 25 :41). « Il n’y a de salut en aucun autre que Jésus, car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4 :12). C’est croire dans les fables de ce Jésus tyrannique ou c’est l’enfer pour tous les hérétiques auxquels j’appartiens. Celui qui ne croit pas dans le Fils n’arrive pas au Père. Même Mahomet qui n’accepte pas la divinité du mythique Jésus ne peut se trouver qu’en enfer, selon la doctrine évangélique. Un rôtisseur pareil, comment peut-on dire que c’est un initié », initié de quoi donc? Selon le pieux GM Marc Henri, les paroles soi-disant de Jésus, qu’il cite sont un « Message révolutionnaire » alors qu’en réalité il s’agit de paroles bien banales, que n’importe qui peut dire sans pour cela devoir être le soi-disant Fils de Dieu. Il n’y a rien de révolutionnaire dans ce commandement absurde. On ne « commande pas d’aimer ». Ensuite de telles paroles ont été dites et écrites des centaines d’années avant qu’apparaisse la « fable » de Jésus-Christ. Dans la Bible A.T (Thora), l’Eternel (révolutionnaire avant son Fils cher GM) dit: « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Je suis l’Eternel. (Lévitique 19-17). Ces paroles ont été dites et écrites, bien avant qu’on ait inventé la fable du petit Jésus, par son Père dans la Bible hébraïque. Jahvé et Allah ne veulent pas assumer la paternité du petit Jésus, il est donc orphelin. Le GM de la GLNF, refuse de mettre en pratique les paroles qu’il cite et attribuées à son gourou, sinon il n’interdirait pas les frères des loges qualifiés d’irrégulières dans sa loge régulière, ce qui est manifestement un acte de mépris, de manque de fraternité maçonnique, de violation d’un précepte maçonnique « la tolérance » aussi contraire à la fraternité maçonnique, puisque le Grand manuel maçonnique dit « qu’il faut aimer ses frères. Mais le GM Marc Henri en refusant l’entrée dans son temple maçonnique à tous ces frères maçons hérétiques, qui ne sont pas imprégnés de « religiosité » exécute comme bon chrétien les ordres du misogyne saint Paul: Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques. (Cor. 5:9) et ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger, quelle part le fidèle a avec l’infidèle? C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur. (Cor. 5:4-18 – 6-14).
    Le GM Marc Henri sait aussi que sur le site de la GLNF on peut lire: « Professe en tous lieux la divine Religion du Christ et ne rougis jamais de lui appartenir. L’Evangile est la base de nos obligations ; si tu n’y croyais pas tu cesserais d’être maçon », prescrit la Règle Maçonnique, en neuf articles, du RER (http://www.glnf.asso.fr/presentation/?ARB_N_ID=2684).
    La FM reconnue, régulière, sépare les maçons purs des maçons impurs, d’où interdiction des inter-visites pour ne pas s’enliser dans la maçonnerie « impure ». Marc Henri dit que le mythique Jésus peut être considéré comme un grand initié. A la commission des profanes, je ne laisserais pas passer un tyran pareil, qui veut nous tuer et griller si on refuse de croire dans ses paraboles ridicules et ses faux miracles. Les Evangiles sont contraires à tous les principes maçonniques d’humanisme, de tolérance. Les preuves irréfutables, on les trouve dans les Evangiles exécrables.
    Le frère Marc Henri, GM très pieux dit aussi:
    C’est pourquoi le symbole du GLADLU, à la gloire duquel nous ouvrons nos travaux, permet à chacun dans le cadre d’une spiritualité non dogmatique, de poursuivre sa quête de sens et de réfléchir à cette autre parole attribuée à Jésus: « Si quelqu’un dit « J’aime Dieu» et qu’il ‘déteste son frère, c’est ‘un menteur’: celui qui n’aime pas son frère qu’il voit ne saurait aimer le Dieu qu’il ne voit pas. (1 Jean 2:11). Alors T.C.F GM de la GLNF ce mythique Jésus n’aime pas Dieu, son Père que lui voit je suppose, parce qu’il dit être venu pour semer la discorde dans les familles et « opposer le père au fils et le fils au père »: Il dit: Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! 50 Je dois recevoir un baptême, et comme il m’en coûte d’attendre qu’il soit accompli ! 51 Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division. 52 Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; 53 ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. (Luc 12, 49-53). Jésus ce tyran exemplaire dit même: Si quelqu’un vient à moi et n’est pas prêt à renoncer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, et même à son propre moi, il ne peut être mon disciple. (Luc 14:26).
    • T.C.F. Marc Henri, ton gourou Jésus dit n’importe quoi notamment: Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. (Matt. 5:43-48). Aimez ses ennemis, c’est une logique immorale, absurde, suicidaire, autodestructrice. Ce sont là des maximes contraires au Droit naturel, à la raison, et à la justice qui nous conseillent de repousser le mal et de nous défendre quand nous sommes injustement attaqués, dit le prêtre Jean Meslier, dans son testament. « Le gourou Jésus, lui n’a aucune pitié pour ses ennemis, voilà ce qu’il en fait : Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence. 28 Après avoir ainsi parlé, Jésus marcha devant la foule, pour monter à Jérusalem. (Luc 19:27-28). L’incohérence de paroles attribuées à Jésus dans les Evangiles est telle, que les membres de sa famille disaient: « Il est devenu fou ». (Marc 3:20). Il est tellement fou, qu’il dit « Je suis la lumière du monde », (Jean 8:12-59), les psychiatres considèrent que de telles paroles indiquent un dérèglement mental.
    Jésus, le Juif circoncis », fait du racisme, de l’antisémitisme contre les Juifs: Vous, (Les Juifs) dit-il, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier depuis le commencement, et il n’a pas persévéré dans la vérité, car il n’y a pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et le père du mensonge. Mais moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas ».(Jean 8:30-45). L’Eglise catholique va se servir de ces propos haineux et cruels envers les Juifs, pour les persécuter pendant des siècles.
    Le GM Marc Henri peut croire bien sûr ce qu’il veut, mais ne pas nous prendre pour des ignorants, lorsqu’il s’exprime publiquement. Le père Gabriele Amorth, chef-exorciste au Vatican dit que Satan est parmi eux et affirme: « les cardinaux qui ne croient pas en Jésus, et les évêques qui sont liés au Démon», ont pour conséquences l’infiltration satanique.
    Qui peut croire, TCF Marc Henri qu’il y a un Dieu estimant nécessaire d’engendrer un fils dans le but de le clouer à ses 33 ans sur une croix, entre 2 malfaiteurs, sans quoi il lui était impossible de pardonner nos soi-disant péchés, dont il est d’ailleurs responsable, puisqu’il pouvait nous créer exempt de péchés? C’est aussi contraire à sa toute puissance, puisqu’il peut pardonner sans perpétrer un crime sur son fils. Heureusement que votre Dieu immoral et aliéné, n’existe pas, parce qu’il n’aurait pas accepté qu’on ait fait de lui un Dieu infanticide, pervers, fou et criminel. C’est la fable la plus perverse et insensée qu’on ait jamais inventée. Heureusement qu’on n’a pas guillotiné Jésus, sinon les frères pieux iraient prier devant une guillotine à l’Eglise, au lieu d’une croix. Les loges qui confondent franc-maçonnerie et Eglise, se livrent à la superstition comme les sectes. La doctrine religieuse est incompatible avec les principes maçonniques à moins qu’on transforme la loge en secte religieuse s’emparant de la Bible, se livrant à des prières à la gloire du GLADLU, etc. Les prières maçonniques ne font pas progresser l’humanité, mais collaborent au maintien de l’obscurantisme religieux. Les livres saints (Yahvé), Evangiles (Jésus) et le Coran (Allah et Mahomet) sont complètement immoraux et ordonnent de tuer l’infidèle. C’est donc une tromperie de parler du « Volume de la Loi Sacrée ». Les lois divines de la Bible (A.T.) ordonnent de tuer 15 catégories de personnes. Comment ose-t-on alors appeler ce livre, Volume de la Loi Sacrée?
    C’est le baron d’Holbach qui dit dans « Histoire critique de Jésus-Christ: « L’Évangile n’est qu’un roman oriental, dégoûtant pour tout homme de bon sens et qui ne semble s’adresser qu’à des ignorants, des stupides, des gens de la lie du peuple, les seuls qu’il puisse séduire ». Quant au prêtre et philosophe Jean Meslier, il dit dans son testament: Je crois pouvoir dire que quand il n’y aurait, par exemple, que les fables d’Esope, elles sont certainement beaucoup plus ingénieuses et plus instructives, que ne le sont toutes ces grotesques et basses paraboles, qui sont rapportées dans les Evangiles.
    Le pape Paul III : (1534-1549): s’adressant au duc Mendoza, ambassadeur d’Espagne, aurait dit: « N’ayant pu découvrir aucune preuve de la réalité historique de Jésus Christ de la légende chrétienne, j’étais dans l’obligation de conclure à un dieu solaire mythique de plus » Source: « Les lourds secrets du Golgotha -(R. Laffont éd., 1972)  » Robert Ambelain). Le pape Léon X (1475 à 1521) a dit: : « On sait de temps immémorial combien cette fable de Jésus-Christ a été profitable à nous et à nos proches. » (Quantum nobis nostrisque ea de Christo fabula profuerit, satis est omnibus seculis notu)
    • Le Pape Joseph Ratzinger, a écrit «La Résurrection ne peut pas être un événement historique dans le même sens que la Crucifixion. Elle n’est décrite en tant que telle par aucun récit, et sa réalisation n’est pas déterminée autrement que par l’expression de type eschatologique de :  » le troisième jour ».» Joseph Ratzinger, Les principes de la théologie catholique – Esquisse et matériaux, Téqui 1985, p.208)
    • Le Pape Ratzinger au sujet du mythique Jésus: Comme résultat naturel de ces tentatives, il ressort l’impression que nous savons très peu de choses fiables sur Jésus et que c’est la foi en sa divinité qui a façonné son image après coup. Est-ce le Jésus de l’histoire qui a donné naissance au Christ de la foi – c’est bien entendu la position classique de l’Eglise catholique (et des autres églises chrétiennes) – ou bien est-ce que le Christ de la foi qui a fait apparaître un Jésus historique ? » Joseph Ratzinger alias pape Benoit XVI dans « Jésus de Nazareth »
    • Heureusement que l’Inquisition n’existe plus, sinon le Pape Ratzinger aurait risqué d’être brûlé vif sur le bûcher comme hérétique, comme blasphémateur.
    • Une bonne lecture pour le GM Marc Henri serait certainement le Testament du prêtre Jean Meslier, il est publié sur Internet et également Le Traité des trois imposteurs (Moïse, Jésus et Mahomet), consultable sur internet, ainsi que les livres de Paul-Louis Couchoud (Le Mystère de Jésus » Rieder, 1927), John M. Allegro (« Le Champignon sacré et la Croix » / Albin Michel, 1971), Bernard Dubourg (« L’invention de Jésus » / Gallimard, 1989), Patrick Dupuis (« L’énigme Jésus ») voir atheisme.free.fr.

  • 56
    christophe 11 janvier 2013 à 19:38 / Répondre

    « Ce qui serait intéressant, c’est d’examiner le message d’il y a un an et de comparer ? »
    La question était pertinente. Quoiqu’elle a immédiatement soulevé la suspicion de ceux qui vénèrent leur GM quasi comme le nouveau messie de la GLdF, en l’absence de tout esprit critique.
    Puis le moraliste s’en est mêlé, en meer is nu, ‘n schieve coup de veine was een brave zievereer qui croit encore au père noël, ja echt !

    Mais la question est toujours là … ?!?

  • 55
    Flupke 7 janvier 2013 à 19:49 / Répondre

    à Fred

    « je ne comprends pas l’acharnement que vous avez à vouloir trouver une maneuvre dans les propos de Marc Henri »
    L’avenir nous départagera …

    Ceci dit avez-vous débattu en loge de possibles rapprochements avec des dissidents de la GLNF (vous savez le GADLU qui est Dieu),sans doute pas plus que nous quand notre conseil de l’ordre se fend brusquement d’une déclaration sur un problème de société ….
    Les gens du paraître fonctionnent un peu partout de la même façon …… ils veulent laisser « leur » marque ….. sans trop se préoccuper des autres. On passe en force et souvent il faut le dire çà réussi.

  • 54
    PB 7 janvier 2013 à 19:41 / Répondre

    La contribution 45 de Yasfaloth, polémiquant avec des francs-maçons « rationalistes athées », se termine par « Ne soyez pas étonnés des conséquences… » Y aurait-il donc des « conséquences » qui se préparent?

    Yasfaloth nous a recommandé le site http://www.jlturbet.net/article-la-franc-maconnerie-est-une-voie-spirituelle-113986842.html Le texte est intéressant même s’il aborde trop de sujets à la fois, assez souvent de façon partisane. Cependant, je n’ai ni envie, ni le temps de discuter avec lui et ce serait déplacé ici.

    Si je le cite, c’est qu’il précise, dans sa conclusion, les « conséquences » qui pourraient correspondre à ce qu’évoque Yasfaloth: la division de la franc-maçonnerie française en, d’un coté, « spiritualiste », celle qui « reconnaît les ‘landmarks’ » et prétend d’être, grâce à cela, la seule continuatrice de la « tradition », et de l’autre côté cette « autre » maçonnerie qui s’adosse à ce noble mouvement sans bien savoir pourquoi. Est-ce juste la vision de J.L.Thurbet ou bien c’est cela qu’on nous prépare derrières les coulisses ?

    Je ne doute pas de la sincérité de convictions des frères qui se croient « réguliers » ou rêvent d’être reconnus comme tels, ni de celle des négociateurs des cinq Obédiences « régulières » et de leurs partenaires français, menés par la GLDF. Je ne conteste pas non plus les démarches opposées. Je ne saurais pas trancher entre elles, même si les miennes penchent plutôt d’un côté que de l’autre – ou bien serait inverse? Je trouve cette diversité d’opinions et de pratiques très enrichissante.

    Ce qui m’exaspère, ce sont les généralisations hâtives et des simplifications accusatrices du genre « Les loges du GODF ne s’intéressent pas à la spiritualité », « Les loges de la GLDF ignorent la société », « Les francs-maçons de la GLNF sont affairistes » etc. Il suffit de visiter quelques loges de chaque obédience pour se rendre compte que ces classifications ne correspondent à rien.

    La maçonnerie, toute éparpillée qu’elle puisse être, a les mêmes fondements et les mêmes buts initiatiques. La plupart des loges façonnent leurs membres de manière très ressemblante. Malgré les apparences, la fraternité existe, plus ou moins profonde, mais (presque) tout le monde la désire et fait des efforts pour l’atteindre.

    Quant aux débats sur
    la « régularité »,
    les « landmarks »,
    l’identification du Grand Architecte à Dieu ou, au contraire, sa compréhension comme du symbole d’une force créatrice qui n’a rien à voir avec aucune église,
    de le débat sociétal en loge,
    l’admission des soeurs sur les colonnes (l’initiation des femmes n’est plus contestée par personne, même pas la GLUA / UGLE),
    ils sont intéressants tant qu’ils restent des sujets de discussion, mais mortifères quand ils deviennent la cause de désunions.

  • 53
    fred 7 janvier 2013 à 18:50 / Répondre

    a Flupke,

    je ne comprends pas l’acharnement que vous avez à vouloir trouver une maneuvre dans les propos de Marc Henri.

    à la GLDF le GADLU est à la fois un principe et un symbole,
    Un principe c’est à dire qu’il représente un axe autour duquel est batie la spiritualité maçonnique et un symbole qui puise son sens et sa réalité dans le regard personnel (et différent) de chacun.
    c’est le contraire du dogmatisme et cela permet aux croyants, aux agnostiques et aux athés (qui acceptent la notion de transcendance néanmoins) de trouver un sens à l’image mentale commune qui se crée en loge.

    personne à la GLDF n’oblige un maçon d’une autre obédience de travailler à la gloire du GADLU, personne à la GLDF n’impose pour le reconnaitre pour soeur ou pour frère au membre d’une autre obédience d’adhérer à cette acception du GADLU.
    les accords de reconnaissance et d’intervisite ne sont pas remis en cause et je vous engage si vous en avez la possibilité de visiter les loge de la GLDF, d’y prendre la parole et de donner votre point de vue sur le GADLU, vous y trouverez des frères qui seront d’accord ou non avec vous mais qui tous respecteront votre opinion.

    c’est réellement vouloir faire un procés d’intention gratuit que de croire qu’il en sera autrement dans le futur. c’est inutile et c’est à la limite de la mauvaise foi.
    cordialement,

  • 52
    Flupke 7 janvier 2013 à 17:24 / Répondre

    à PB

    « Grand Architecte de l’Univers » est une expression formée par un ensemble de 4 mots.
    Je me plaçais sous l’angle de l’imaginaire collectif que l’on ne peut aisément balayer d’un revers de main sous prétexte de symbolisme.
    Enfin l’imaginaire issu de l’éradication des religions antérieures … je ne sais évidemment pas quel était l’imaginaire des celtes !
    Ces 4 mots transportent (à mon humble avis évidemment) un imaginaire liée à notre culture occidentale actuelle résultat d’un ensemble d’héritages culturels, cultuels, historiques, imaginaire représenté par le tableau de William Blake « l’ancien des jours ».
    Très majoritairement pour cet imaginaire collectif GADLU = Dieu, c’est à dire celui des religions du Livre de nos enfances.
    Personnellement si pour moi (croyant, il s’agit d’une croyance, que l’univers n’a ni début ni fin et qu’il est son propre architecte) cela n’a que peu de sens par rapport aux origines, je lui reconnais une grande puissance poétique.
    Dans certains rituels de passage on présente au candidat deux globes celui symbolisant la Terre et celui symbolisant le Ciel ils feraient pour pour facilement office des 4 mots GADLU.
    Bon on peut plancher à l’infini.
    Ce qui m’irrite, j’en conviens, c’est le sempiternel raisonnement plus ou moins implicite qui ferait accroire qu’il n’y aurait de bonne franc-maçonnerie que « sous » le GADLU.
    C’est le comble en FM quand on semble désirer interdire toute discussion à son égard à l’instar de certains religieux par trop dogmatiques.
    Pour revenir au sujet de ce fil, et aux manœuvres clivantes actuelles un peu beaucoup basées sur ce concept de GADLU (et d’autres mixité etc.) des politiciens maçonniques recommencent ou continuent leurs pantalonnades ……..
    Le mot « Jésus » n’a pas été émis par pur hasard …………….

  • 51
    PB 7 janvier 2013 à 14:54 / Répondre

    « Tout est symbole d’accord mais ce symbole, ici le GADLU, est désigné par des mots »est le début de la contribution 44 de Flupke. Cela semble dire que les symboles ne peuvent pas être verbaux, comme si les mots avaient toujours un contenu déterminé et leur utilisation était régie uniquement par la logique. Ce n’est évidemment pas le cas (demandez aux poètes) et les mots peuvent être employés aussi bien par la pensée rationnelle que la pensée symbolique.
    « Si les langues de signes sont homogènes, composées du même matériau, par exemple le verbe, les langages de symboles peuvent être hétérogènes, composés de matériaux très diversifiés : objets, mots, représentations graphiques ou sonores, gestes, attitudes, parfois même goûts, parfums, éléments tactiles. »
    « Les mots ne sont pas universels et ils naissent, vieillissent, puis meurent. Par contre, les symboles passent de civilisation en civilisation sans aucun souci de chronologie ou de géographie. Les mots sont localisés dans le temps et l’espace, tandis que les symboles sont intemporels et universels. Ils représentent un puissant « espéranto spirituel ». »
    Outil de la franc-maçonnerie, le langage symbolique nécessite, comme toute langue, l’apprentissage et l’utilisation fréquente. On oublie les langues que l’on ne pratique pas.
    (Ces citations viennent de « Le mot, l’art et la pensée symbolique », publié par Humanisme en 2000, la seconde version par La Chaîne d’Union n° 39 / 2007. Il se trouve, encore un peu modifié, sur http://www.call-of-bratislava.com/index.php?option=com_content&view=article&id=45%3Ale-mot-lart-et-la-pensee-symbolique&catid=9%3Areflexions&Itemid=25&lang=fr)

  • 50
    Flupke 7 janvier 2013 à 14:24 / Répondre

    à Fred

    La vie des idées est faite de confrontations sur l’origine des valeurs.
    Les valeurs elles restent …
    On peut être de conceptions différentes sur les origines et avoir les mêmes valeurs

  • 49
    Flupke 7 janvier 2013 à 14:20 / Répondre

    à Yasfaloh

    je vous conseille la lecture de l’ouvrage cité dans :

    http://ahrf.revues.org/7333

    en vente un peu partout en ligne
    pour sortir du franco-français

    ainsi que les ouvrages d’Alain, Deleuze etc. concernant Spinoza

    A propos du GADLU j’ai parlé de l’imaginaire collectif induit par les mots de notre langue et non de votre GADLU que je ne connais pas.
    Au Moyen Age les discussions philosophiques et théologiques on appelait cela des « disputes » où est le problème ?
    Doit-on mettre un « voile » et ne plus disputer de rien … triste époque mon ami !!!

  • 48
    fred 7 janvier 2013 à 14:17 / Répondre

    à Flupke,

    la maçonnerie est un système qui dés l’origine a intégré la notion de GADLU pour des raisons historiques, culturelles et spirituelles. La remise en cause de cette notion remet également en cause la cohérence du système.

    au XIXème le rejet par une partie de la maçonnerie continentale du terme GADLU a développé un second « système » maçonnique qui depuis coexiste avec le premier, ce n’est pas génant dans la mesure ou les membres de chaque système se respectent et ne cherchent pas à s’affirmer comme seuls détenteurs de la vérité. laissons à chacun dans le secret de son coeur le choix de sa voie, le choix de passer de l’un à l’autre en fonction de sa propre évolution spirituelle.

    le problème de la recherche du centre de l’union se posait déjà à la création de la maçonnerie moderne avec la mise en place du concept de religion naturelle qui permettait dans une europe divisée entre catholique, anglicans et calviniste de trouver une base spirituelle commune.

    aujourd’hui le rationnalisme des individus, le nihilisme des sociétés modernes et l’intégrisme de certaines religions nous obligent à trouver un plus petit commun multiple spirituel et philosophique que nous appelons humanisme, c’est le point commun des francs maçons à partir duquel ils éloborent le sens de leur démarche. cela n’enlève rien à leurs convictions religieuses ou spirituelles.

    il est temps de cesser nos querelles bizantines, de s’affranchir des mots dont nous savons bien qu’il ne faut pas les prendre pour des idées et de nous retrouver autour des fondamentaux de l’Ordre maçonnique que déclinent chacunes de nos obédiences dans des systèmes cohérents de natures différentes mais de valeurs équivalentes.
    cordialement,

  • 47
    Yasfaloth 7 janvier 2013 à 13:17 / Répondre

    @Flupke

    Votre façon de pensée est vraiment curieuse, je n’ai vraiment pas l’impression d’avoir mis en cause votre personne… par contre je trouve votre allusion au Gadlu (entre autre) en tant que « objet transitionnel » à la limite insultante… oui…

    Enfin, chacun jugera.

    Pour info je me considère comme « moniste » et mon GADLU n’a rien d’anthropomorphique. Ce qui ne m’empêche pas de me sentir extrêmement proche des idées avancées par les GM de la GLDF que j’ai pu écouter.

    Comme quoi…

    « GADLU qui es la Divine Nature qui est Dieu »… l’idée de « Dieu » en tant qu’ être distinct m’est étrangère…

  • 46
    Flupke 7 janvier 2013 à 12:21 / Répondre

    à Yasfaloth

    Trois précisions :

    1) Vous attaquez ma personne sans argumenter contre mes idées, curieux !!!

    2) J’exerce ma liberté d’expression comme vous exercez la votre.

    3) Je ne suis pas athée mais je suis panthéiste (un peu dans la ligne philosophique de Spinoza … pour situer)
    Donc avec des contorsions langagières je pourrais tout comme vous me rattacher à un GADLU en déifiant, comme Spinoza désireux d’échapper à l’époque aux aurorités calvinistes, la nature sous l’expression « Divine Nature qui est Dieu » avec plein de majuscules partout !!!

    En conclusion faisons une synthèse « GADLU qui es la Divine Nature qui est Dieu » si vous êtes satisfait c’est vendu !

  • 45
    Yasfaloth 7 janvier 2013 à 11:51 / Répondre

    Bonjour Mr Flupke

    Ce qui est étonnant avec les « rationalistes athées » comme vous c’est que beaucoup d’entre eux se sentent le besoin de manifester leur opinion dans l’agression critique ou en tournant en dérision celle de ceux qui ne pense pas comme eux…

    S’il me semble que la plupart des « spiritualistes » que vous raillez ici respectent scrupuleusement la « liberté absolue de conscience », pensez vous que ce soit, Mr Flupke, le cas de votre post ci-dessus ?

    Cet esprit de « croisade » qui se croit éclairée mais qui, au final, bafoue les consciences et les croyances de ceux qui n’y adhèrent pas, constitue, à mon sens, l’un des principaux facteurs du clivage qui est en train de s’élargir dans la maçonnerie d’aujourd’hui. Ne soyez pas étonnés des conséquences…

    Cordialement.

  • 44
    Flupke 7 janvier 2013 à 11:03 / Répondre

    Tout est symbole d’accord mais ce symbole, ici le GADLU, est désigné par des mots, dans notre cas des mots de la langue française.
    Un architecte est une personne (un humain) qui dresse les plans d’une construction en 2D ou 3D (l’art du trait des charpentiers ou la stéréotomie des tailleurs de pierre)
    On peut tordre les mots au point qu’ils disparaissent dans un salmigondis verbeux amphigourique (ce que je fais à l’instant) dans lequel sombre parfois l’ésotérisme.
    Mais quoique l’on en dise il me semble que les mots sont têtus, issus d’une longue tradition/transmission de représentations mentales, et renvoient dans notre imaginaire à la notion d’un monde habité par un personnage « GADLU » qui a tiré les plans de notre monde « visible » donc un personnage très proche de la notion anthropomorphique du dieu ressemblant comme deux gouttes d’eau à l’humain puisqu’il a copié sa propre personne pour tracer son plan.
    Si ce concept GADLU renvoie à un « arrière monde » imaginaire, ce n’est pas un hasard, il nous intéresse sous cette forme car il peut avoir une vertu thérapeutique en diminuant notre anxiété existencielle … OUF il a autre chose après, un espoir d’autre chose !
    La GADLU c’est la « tututte » le « poupouce » du bébé en manque de sa maman … qui se sécurise de cette absence entre les tétées.
    N’y voyez aucune méchanceté car je pense que personne n’est à l’abri (pas plus ma personne), la fin approchant, d’évoluer comme l’oncle Sosthène de Maupassant en retrouvant la religion, quelle qu’elle soit, de son enfance ………. in extremis ………….

  • 43
    Yasfaloth 7 janvier 2013 à 10:40 / Répondre

    @PB

    Bonjour

    Vous me mettez dans votre dernier post allègrement dans le sac des « concrétionnistes », où m’avez vous vu donner une définition concrète quelconque du GADLU ?

    Au contraire je m’élève contre cette volonté qu’on certains ici, ou Mr Contremoulin sur son blog de faire dire à Marc Henry ce qu’il ne dit manifestement pas…

    Jean Laurent Turbet à parfaitement résumé la situation sur son blog :

    http://www.jlturbet.net/article-la-franc-maconnerie-est-une-voie-spirituelle-113986842.html

    Quand au rapport entre le Gadlu et le ou les univers, en comparant un concept d’essence métaphysique avec des concepts scientifiques vous comparez des pommes et des poires.

    Si vous voulez parler des fruits en général, référez vous par exemple à R. Guenon, et aux « Etats multiples de l’être »…

    Cordialement

  • 42
    PB 7 janvier 2013 à 10:01 / Répondre

    Gagevapi (contribution 41) nous « balance » sur la tête: « mettez l’un à côté de l’autre les messages de fin d’année de la GLNF et de la GLdF » et conclue « GADLU à géométrie variable, c’est du pipeau ! » Ma remarque qui suit ne s’adresse pas uniquement à Gagevapi, d’autres contributions sont tout aussi précipitées… mais, dans le cas présent, serait-il possible de se donner un peu plus de mal et de nous dire où trouver ce que nous sommes censés mettre  » l’un à côté de l’autre » et ensuite, de quel point de vue « c’est du pipeau » ?
    Pour Gagevapi GADLU est-il Dieu chrétien, un point c’est tout? Ou bien, au contraire, GADLU est un symbole (comme je l’affirme dans ma contribution n° 40) et pas la peine de se casser la tête sur ses diverses « concrétions » comme le font les contributeurs 37, 38 et 39? Ou encore, veut-il mettre dans le même sac GLNF et GLDF?
    Veuillez m’excuser de faire (encore) de la morale, mais si la franc-maçonnerie est « hors du temps », elle exige du temps…

  • 41
    gagevapi 6 janvier 2013 à 22:58 / Répondre

    Tenez, mettez l’un à côté de l’autre les messages de fin d’année de la GLNF et de la GLdF.

    Et demandez-vous lequel de ces messages est populiste et embrouillé (c’est pas moi qui le dit, mais je le pense aussi), et lequel est impeccablement construit avec un message clair (que je ne partage pas mais je peux en admirer l’intelligence et la rigueur).

    Et le reste … GADLU à géométrie variable, c’est du pipeau !

  • 40
    PB 6 janvier 2013 à 21:18 / Répondre

    Le Grand Architecte de l’Univers des fondateurs de la franc-maçonnerie moderne était un SYMBOLE qui incitait à réfléchir sur un principe indéterminé à l’origine de tout ce qui est. Puis peu à peu il est devenu synonyme de Dieu chrétien, donc un MOT AVEC UN SENS DÉFINI. Les symboles ouvrent, les mots précisent,donc délimitent, referment – a peuvent finir par diviser. En maçonnerie, « tout est symbole »(l’expression est de Goethe), et le symbole est l’outil initiatique par excellence ouvrant la voie vers la libre connaissance de soi-même et du monde. La transformation du « GADLU » en « GOD » est-elle l’une des raisons de la suppression de la référence au Grand architecte dans les rituels du GODF à la fin du XIXe siècle?

    Un siècle plus tard, les églises ont pris le chemin de l’œcuménisme et, comme par hasard, les rituels continuant à se référer au Grand architecte admettent de nouveau sa compréhension partiellement indéterminée. Aujourd’hui, le Grand architecte peut être Dieu, Jéhovah, Mahomet, Bouddha ou tout autre principe qui exprime la foi en une source unique de l’univers. Cette « source » n’est plus définie avec dogmatisme et, de ce fait, le symbole du Grand architecte pourrait éventuellement redevenir acceptable même aux obédiences « laïques ».

    Ceci étant, la science actuelle évoque de nouvelles hypothèses suivant lesquelles l’univers aurait non plus une source, mais plusieurs. Par rapport à cela, le Grand architecte pourrait s’écrire au pluriel et au lieu « de l’univers » on pourrait aussi parler « des univers ». Les francs-maçons traditionalistes seraient-ils capables de franchir ce pas?

  • 39
    Yasfaloth 6 janvier 2013 à 20:33 / Répondre

    @Raphodon

    Bonsoir

    L’absurdité de certains posts me sort de mon besoin de silence…

    Avez vous lu l’article du Figaro en question ?

    Cela s’est passé comme ça : le journaliste demande à Marc Henry à l’occasion de Noël : « Et pour vous qui est Jesus ? »; il répond : un grand initié (parmi d’autres…), etc… et boom voilà Jésus devenu le GADLU de la GLDF…

    Franchement le potentiel de bêtise (ou d’envie de nuire)… que confère parfois l’Internet et son anonymat est insondable !

    Cordialement (quand même !)

  • 38
    Flupke 6 janvier 2013 à 19:54 / Répondre

    GADLU = ?….. pour les autres
    entre autres possibilités :
    GADLU = la Divine Nature ?

  • 37
    raphodon 6 janvier 2013 à 16:41 / Répondre

    Une étude à faire :

    GADLU = Dieu (selon voeux 2013 GLNF)
    GADLU=Jésus (Selon GLDF)
    GADLU = ?….. pour les autres

  • 36
    Christophe 5 janvier 2013 à 20:01 / Répondre

    bobo morale ou bobo moraliste ou bobo la morale ?!?
    t’en est baba 🙂

  • 35
    Flupke 5 janvier 2013 à 16:09 / Répondre

    Intéressant ……. une nouveauté « bobo » la morale serait sale ……………………

  • 34
    Christophe 4 janvier 2013 à 22:07 / Répondre

    Les moralistes à l’oeuvre … !
    Attention un Christophe peut en cacher un autre, la marque n’a pas été déposé!

  • 33
    PB 4 janvier 2013 à 16:54 / Répondre

    Ne s’est-on pas un peu perdu par rapport au sujet de ce débat et des autres, liés à l’Appel de Bâle ? (1)

    Tous ces échanges sont passionnants, mais même Christophe a fini par s’énerver, pourtant si posé, si prudent, cherchant à ne blesser personne… Son « post » 20, complété par le 17, dit à haute voix ce qu’il insinue depuis le début. La contribution 32 complète bien ses propos.

    Pendant que nous discutons, une fédération d’Obédédiences « régulières » sort de terre – juste au bon moment par rapport aux négociations de la GLDF avec les représentants des cinq Obédiences qui ont lancé l’Appel précité, mais tout lien entre ces deux évènements est nié. J’attends impatiemment le 15 janvier où le GM de la GLDF doit faire une déclaration publique sur ces questions.

    (1) Pour mémoire, les débats en cours sont les suivants :
    https://www.hiram.be/Le-Grand-Maitre-de-la-GLDF-et-le-message-revolutionnaire-de-Jesus_a6989.html
    https://www.hiram.be/Les-5-Grandes-Loges-europeennes-regulieres–la-GLDF-et-la-GL-AMF-ensemble_a6653.html
    https://www.hiram.be/Une-certaine-Franc-Maconnerie-francaise-en-voie-de-recomposition_a6963.html
    https://www.hiram.be/Vers-une-Confederation-de-Grandes-Loges-Traditionnelles-regulieres-francaises_a6955.html?com#com_3447523
    https://www.hiram.be/Une-volonte-de-recomposition-du-paysage-maconnique-francais_a6956.html
    https://www.hiram.be/La-regularite-de-la-GLDF-vue-par-le-GODF_a6367.html?order=2#comments
    https://www.hiram.be/Le-Grand-Maitre-de-la-GLDF-et-le-message-revolutionnaire-de-Jesus_a6989.html
    .
    Par association d’idées, bizarrement, le blog de l’Express, toujours si prompt à relater l’actualité maçonnique ne s’intéresse presque pas à ces problématiques. Aux yeux de F. Koch, la GNLF serait-elle toujours le sujet primordial de la FM française? http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/

  • 32
    Flupke 2 janvier 2013 à 14:23 / Répondre

    Les exclusions lancées entre obédiences correpondent en général à des postures, pouvant ne rien signifier de positif pour les autres obédiences.
    Dans la société commerciale de la grande distribution on pourrait appeler cela des produits de tête de gondole …
    Chez nous, nous sommes « sociétaux » … chez nous, nous sommes « spiritualistes » … postures publicitaires destinées à appâter le client potentiel, tout en justifiant l’existence d’appareils administratifs.
    En loge tout cela est très changeant, quelque soit l’obédience, en fonction de la composition mouvante des membres ….. entraînant une labilité extrême des égrégores !
    L’individu, devant son miroir perso, sans son masque, seul il sait à quoi cela correspond réellement pour lui dans son comportement, dans sa vie personnelle, familiale et professionnelle.

  • 31
    eMeReK 1 janvier 2013 à 23:13 / Répondre

    certes dld ……
    Mais la plupart des obédiences ont calqué le calendrier maçonnique sur le calendrier « Vulgaire »…je me suis donc cru autorisé d’en faire de même !!!

    ….ça fait « gratter » pas mal cette histoire de confédération,je ne vois pas où se trouve le problème ??? …
    Mais l’Homme est toujours tenté de regarder dans l’assiette du voisin …c’est malheureusement l’origine de la plupart des conflits …

  • 30
    Adayom 1 janvier 2013 à 22:12 / Répondre

    Le message de Marc Henry est simplement un message de tolérance et de paix. La référence à Jesus est un choix personnel puisqu’il ne peut parler au nom de tous les Frères de la GLdF.

    Après lecture des précédents commentaires, je crois que nous avons encore tous beaucoup de travail devant nous, afin de tailler ces pierres brutes et faire régner la paix et l’amour (au REAA, bien sûr ⸮).

    Bon travail et bonne année.

  • 29
    dld 1 janvier 2013 à 21:50 / Répondre

    Entre une GLDF omniprésente et quatre autres obédiences qui ne font pas le poids face à elle, malgrès les très grandes qualités de la LNF et la GLTSO, la GLAMF est à peine reconnue et se doit de l’être dans le paysage maçonnique français en remplacement de la GLNF moribonde (sinon bye bye cette confédération) ; quant à la GLRI, qui est-elle ? Va-t-on de nouveau assister à un nouveau révisionnisme maconnique tel que la GLDF à pris l’habitude depuis une dizaine d’année et oublier que cette reconnaissance anglaise, elle la veut les années 30 (volonté unilatérale de se débarrasser des loges d’adoption issues de la GLSE pour être unisexe dans les années 30, imposition de la bible comme VLS à la fin des années 50 quant les Frères anglo-saxons arpentaient le couloirs de Putreaux, assimilation de la première GLDF, qui a donnée naissance au GO pour rappel, à celle fondée en 1894 par réunion des loges bleues de SCDF et des loges de la GLSE puis des loges mixtes de la GLSE maintenue au début du 20ème siècle, il y a 10 ans, etc)
    Le but de ces déclarations est de faire un super GL qui veut s’opposer au GO, c’est tout !
    Au fait : quid des loges Memphis Misraïm « régulières ». Elles n’ont pas été approchées ? Pas assez « chrétiennes » peut être, ou trop, si on connaît bien leur véritable histoire.

    PS : eMeReK, le 1er jour du 1er mois de l’année 6013 (VL), sera le 1er mars 2013 (EV), donc bonne année 2013 à tout le monde et rendez vous dans deux mois pour 6013

  • 28
    Christophe 1 janvier 2013 à 18:38 / Répondre

    Toujours ce non-dit, cet à peu près, cette dérision facile, ce manque d’humour, de distance, mais … ainsi va la toile !

    Je suis vraiment très heureux de savoir que le Figaro-magazine ne figure pas dans la presse à grand tirage, qu’il n’était réservé qu’aux initiés, pas tous, loin de là, seulement aux vrais initiés et sans e svp.
    Et je suis très heureux d’avoir rencontré un interlocuteur qui a trouvé sa voie, son lotus (bleu ?!?), qu’il a trouvé l’âme soeur avec qui partager sa vie et que sa fin dernière sera celle des poètes, tel un nuage passant tranquillement dans l’azur de nos rêves.

    Alors les combats, horreur, loin de moi !!!

    Ceci dit, pour cette fin d’année je trouvais que mon dernier post résumait parfaitement l’affaire. Sur ce coup-là, c’est moi l’adorateur! Mais évidemment, lorsque qu’une obédience entière est au pied de son grand timonier, s’inquiétant de son lieu de vacances, inférant la moindre brise philosophique, s’émerveillant de son hellénisme si discret (à raison d’ailleurs), ou d’un léger état grippal qui le ferait trébucher, réalisant une exégèse béate de ses moindres syllabes: c’est beau, y pas photo, c’est beau 😀

  • 27
    Yasfaloth 1 janvier 2013 à 11:46 / Répondre

    Bonjour Horus et meilleurs vœux 2013 à tous.

    J’ai vraiment énormément d’estime envers Alain-Noêl Dubart, je souscris volontiers à tout ce que tu as écris…

    Ce n’est pas parce que je l’ai entendu à chaque fois plancher sur l’ancien testament que je le crois « prosélyte » de ce livre, et Israël était plutôt là pour illustrer le fait qu’il n’y avait pas de correspondances ni de résonances particulières à mes yeux entre les 2 années vis à vis de la nature des discours, comme semblait vouloir le suggérer Christophe.

    Christophe qui m’a d’ailleurs fait sourire avec cette outrance presque comique (c’était peut être du second degré ?) :

    « Vous balancez pour laquelle de ces grandes révélations de ce subtil esprit maçonnique, répandues jusqu’à plus soif et pour notre plus grand plaisir dans nos journaux à grande diffusion? Pour la liberté de se marier avec qui on veut, et de mourir quand on l’a décidé? Ou pour jésus superstar grand initié révolutionnaire? »

    Je ne sais pas si c’est de Marc henry dont il parle, mais je ne le savais pas être la coqueluche de la presse 🙂

    Quand à « la liberté de se marier avec qui on veut, et de mourir quand on l’a décidé » je le remercie surtout de me laisser libre de mes opinions et de mes choix sur ces sujets intimes et graves, et ceci à la lumière de ce que je retire de mon propre parcours maçonnique…

    Bonne journée du nouvel an à tous !

  • 26
    HORUS 31 décembre 2012 à 22:04 / Répondre

    A Yasfaloth post 8

    « L’an passé c’était Alain-Noêl Dubart le GM de la Gldf, pour l’avoir entendu plusieurs fois je crois pouvoir dire que ses planches sont plutôt orientées vers l’ancien testament…
    Coïncidence ?… l’an passé, à cette époque il s’envolait vers Israël…
    »

    Je ne crois pas que l’on puisse enfermer Alain-Noël Dubart dans une catégorie.

    Je ne suis pas son avocat ni son groupie, mais pour l’avoir entendu plusieurs fois également in vivo dans diverses circonstances et lu sur la toile, j’ai plutôt l’opinion inverse et je crois pouvoir dire qu’il est plus hellénisant qu’hébraïsant, et donc beaucoup plus porté vers le nouveau testament que l’ancien.
    Mais il est en plus, bien en dehors de cette dichotomie. Il a une sensibilité « sociétale » (pas sur la tête SVP) certes non militante mais néanmoins réelle que l’on pourrait qualifier d’humanisme au sens philosophique, en plus de son humanisme de lettré.

    Visiter Israël ne fait de personne un prosélyte de l’Ancien Testament.

    Enfin, quand on cite Jésus, il faut toujours réaliser qu’il y a 3 sortes de Jésus : celui des théologiens et croyants d’une religion, celui des historiens (comme Flavius Josèphe), celui des initiés. Pour celui des initiés, catégorie dans laquelle j’ose mettre le GM de la GLDF, ce qui compte, c’est ce qui est mis dans la bouche de ce modèle archétypal. Peu importe qu’il ait existé ou pas, tel que rapporté ou pas.

  • 25
    Christophe 31 décembre 2012 à 20:13 / Répondre

    Je vous souhaite à toutes et tous une bonne année !

    C’est gai, on le choix de ses joujoux 🙂

    Vous balancez pour laquelle de ces grandes révélations de ce subtil esprit maçonnique, répandues jusqu’à plus soif et pour notre plus grand plaisir dans nos journaux à grande diffusion? Pour la liberté de se marier avec qui on veut, et de mourir quand on l’a décidé? Ou pour jésus superstar grand initié révolutionnaire?

    J’ai fait mon choix 😀

  • 24
    Flupke 31 décembre 2012 à 20:03 / Répondre

    Les gesticulations des « du paraître » publiées par les journaux, informés par eux d’ailleurs, peuvent faire l’objet d’une opinion des maçons et des autres.
    Que ce soit celles du GODF, de la GLNF ou de la GLDF et d’autres dans les mois et années à venir !
    Tout le monde prêche l’amour …
    Reconnaître Jésus comme grand initié c’est un peu au plan idéologique le baptême des ancêtres chez les mormons … non … oui !!!

  • 23
    fred 31 décembre 2012 à 19:55 / Répondre

    pourquoi prendre la mouche puisqu’il s’agit de conjectures?
    personne ici ne parle au nom d’une obédience et chaque opinion vaut autant qu’une autre. les membres de la GLDF ne peuvent que témoigner de leur vécus et de la confiance qu’ils ont dans leur propre obédience.
    bien sur ils ne sont pas naifs, ils savent que des enjeux de pouvoir (assez limité convenons en) et de reconnaissance (encore plus futile) existent mais leur expérience leur rappelle que a la GLDF ce sont toujours les frères de base qui décident in fine.
    les grands maitres passent et les loges restent.

    le discours de Marc Henri reflète bien la philosophie et la spiritualité qui accompagne la démarche de la GLDF depuis de nombreuses années.

    sans vouloir ouvrir de polémique je crains que l’histoire récente de la GLNF et peut etre aussi la méthode adoptée par le GO pour engager la mixité n’ai fait naitre une méfiance permanente et systèmatique sur toute les déclarations que font ou que pourront faire les instances maçonniques quelle qu’elles soient.
    c’est regrettable et c’est un risque pour la fraternité.

    bon bout d’an et trés heureuse nouvelle année à tous.

  • 22
    Yasfaloth 31 décembre 2012 à 19:55 / Répondre

    Il est évident pour celui qui a déjà écouté Marc Henry ou Alain Noël Dubart qu’il n’y a rien d’exceptionnel dans ces propos, si ce n’est la sérénité et la sincérité.

    Pour vous en convaincre allez simplement visionner les vidéos disponibles sur le site de la Gldf.

    Pour ce qui est de la confédération, je répète qu’à mon avis elle a (en partie) était provoquée par le double séisme qui a secoué la FM française : la déconfiture de la Glnf et l’activisme forcené des réformistes du Godf, symbolisé par l’imposition de la mixité.

    J’ai la sensation que si il y a un rêve au sein de la Gldf, c’est celui d’une maçonnerie ayant abolie les barrières artificielles entre tous ses membres.

    Face à un GO qui se radicalise dans son « sociétalisme » et qui ne semble plus tenir aucun compte de ses « partenaires » autrement qu’en donneur de leçons, la déclaration de Bâle offre une nouvelle chance de synergie et d’avancée vers cette maçonnerie universelle nécessaire et rêvée…

    C’est tout, mais ce doit effectivement être dur à avaler pour les habiles manœuvriers des loges du Godf « faiseuses d’obédiences »… et plus si opportunité…

  • 21
    eMeReK 31 décembre 2012 à 19:53 / Répondre

    Hybris …quand tu nous tiens !!!

    Bonne année 6013 …quand même !!!

  • 20
    Christophe 31 décembre 2012 à 19:01 / Répondre

    C’est marrant !
    C’est comme s’il ne s’était rien passé.
    C’est comme si 5 GLR n’avaient pas, après discussion avec la GLdF, fait appel à la GLdF.
    C’est comme si la GLdF n’avait pas pris parole avec de nouvelles GL issues de l’éclatement de la GLNF pour ces discussions, nouvelles GL, qui jusqu’à nouvel ordre, refusent la réciprocité des visites?
    C’est comme si toute tentative d’analyse était suspecte.
    C’est comme si toute tentative d’approfondissement d’une analyse est deux fois suspectes
    C’est comme si toute dialectique se résumait à: passer muscade, il n’y a rien à voir.
    C’est comme s’il n’y avait qu’une vérité.
    C’est comme si l’autre n’existait pas. Dans de telle condition, c’est facile l’amour du prochain … ce ne coûte rien, il n’existe quand même pas !

    Ben, pas de chance: le monde est ouvert, on s’informe, on observe, on essaye de comprendre, on pose des questions, on fait des rapprochements, on met en place des hypothèses, on les confronte, on les modifie selon de nouvelles observations, … bref, les autres ça existe !

    Et je pense en effet qu’un discours fait dans un canard de droite (il pouvait aussi choisir un canard de gauche, mais c’est son choix , pas de critique à ce niveau, il fait comme les autres), pour parler de jésus, grand initié révolutionnaire (!?!), c’est pas pour faire joujou à l’interne, c’est pour les péquenots à l’externe comme moi. Et si c’est la première fois, c’est circonstanciel.

    Mais le pecquenot que je suis doit la fermer car … « Quant à l’Amour du prochain, il fait partie intégrante du rituel du REAA déjà au premier degré…et aussi par la suite(…) mais pour cela il faut un peu avancer !!!!!! !  » cqfd!

  • 19
    Flupke 31 décembre 2012 à 18:59 / Répondre

    Si mes souvenirs sont bons dans les paroles prêtées à Jésus par des « scribes » qui l’ont certes pas connu il y a quelques rares paroles d’intolérance qui ont permis à certains violents d’y voir un justificatif.
    Celui qui n’est pas avec moi est contre moi. (Luc XI, 23)

  • 18
    eMeReK 31 décembre 2012 à 18:32 / Répondre

    Penser que le discours de Marc Henry est de circonstance révèle une méconnaissance profonde du REAA. pratiqué dans cette obédience.
    Il ne s’agit pas là d’un alignement quelconque sur Albion.
    Le REAA (en tous les cas celui que j’ai vu pratiquer à la GLdF) reconnait effectivement Jésus comme grand initié et ceci dans le sens non dogmatique……..
    Quant à l’Amour du prochain, il fait partie intégrante du rituel du REAA déjà au premier degré…et aussi par la suite(…)mais pour cela il faut un peu avancer !!!!!! !

    Je suis bien d’accord avec Yasfaloth …
    Cette suspicion permanente d’un éventuel alignement opportuniste de la GLdF devient vraiment très louche .
    On pourrait se demander s’il ne s’agit pas là d’un véritable « désir mimétique »…relire René Girard pour ceux qui ne souviennent pas de l’allusion.

  • 17
    Christophe 31 décembre 2012 à 17:53 / Répondre

    Difficile de se faire une opinion, mais j’avoue n’avoir jamais été déçu de mes visites dans les loges qui m’accueillaient, de quelques « bords » qu’elles soient -(un jour je suis me suis retrouvé assis avec un officiel anglais, lui avec ses manchettes et ses ferailleries, moi avec mon cordon bleu dégueux et rapé , et nous avons devisé le plus naturellement du monde après la réunion sur les sujets qui nous préoccupaient mutuellement 🙂
    C’est vrai, il ne m’a pas invité chez lui !!!

    J’avoue aussi que je n’ai jamais eu envie de me cacher, de visiter un endroit où on me disait « ne te fais pas remarquer ». Pour une raison simple: où que je sois j’exige le devoir d’apporter le témoignage de l’amitié de mes amis et de la mienne, et rapporter chez moi le témoignage de l’amitié de ces amis que je ne connaissais pas.

    Ce que je peux dire, c’est qu’une loge a une histoire. Sans histoire, il n’y a pas de tradition possible, sinon une tradition empruntée. Mais lorsqu’une loge porte l’histoire dans son histoire, avec ses filles, petites-filles, … qu’est-ce qu’une obédience ?!? Rien (j’exagère).
    Or toutes les loges ont une histoire. Parfois, souvent?, elles l’ont oublié.

    La mienne a fait les obédiences, pas l’inverse, et je souhaite qu’il en soit ainsi pour toutes les loges.
    Pour moi le projet maçonnique est porté par les loges, pas par une obédience.
    C’est pour cela que les discours des obédiences sont peu importants en soi.
    Quelque part cela leur permet d’exister et pourquoi pas. Cela fait plaisir à certains cordonneux et il en faut car il y a du travail derrière le cordon: ne jetons le bébé avec l’eau.

    Par contre lorsque les obédiences engagent les loges et leurs membres sur des chemins où l’exclusion de l’autre peut se trouver en bout de route, c’est contraire à ce que je souhaite.
    Or que constate-t-on ? Des anathèmes de toute part.
    C’est pour cela que j’ai le plus grand respect pour les frères et les soeurs de la « liberté absolue de conscience » en accord avec leurs déclarations, -je ne conçois pas d’autre chemin et cheminement maçonnique- c’est à dire refusant l’exclusion de l’autre, parce qu’il ou elle pense autrement, parce qu’il ou elle croie autrement, parce qu’il ou elle font autrement. Et quand bien même ce sont des pétroleuses et des pétroleurs, je les aime.

  • 16
    Flupke 31 décembre 2012 à 17:33 / Répondre

    Toujours les mêmes amalgames entre loges et les structures profanes que sont les obédiences, à ces « hauteurs » (les obédiences) on se fait reluire l’égos en prenant des postures … soit pseudo spiritualistes soit pseudo politiciennes.

  • 15
    Yasfaloth 31 décembre 2012 à 15:59 / Répondre

    Bonjour Christophe

    Je me sens obligé de répondre…

    Je n’ai pas été déçu par ma loge mère, et j’y conserve tous les amis que je m’y suis fait.

    J’ai simplement eu, ce qui se révèle aujourd’hui la chance de devoir la quitter pour des raisons d’éloignement, et je n’ai finalement pu me résoudre à rester au GO.

    Pourtant j’ai visité des ateliers « rigoureux » comme tu dis, mais partout, quand on est pas dans la ligne officielle actuelle « idéologique » « mixiste » et laïcarde » y règne un malaise, une méfiance par rapport à la hiérarchie, une forme de schizophrénie que je ne peux plus supporter.

    Figure toi, par exemple, que pas mal de frères du GO sont, dans leur cœur, très partagé vis à vis de l’adoption ou de la conception assistée non hétérosexuelle… peux tu imaginer leur état d’esprit actuel vis à vis des propos du GM ? Et, suite à ces même propos, que pensent les maçons du GO, il y en a, qui ont cru à la « liberté absolue de conscience » et essaient de concilier leur sympathies chrétiennes avec leur appartenance ?

    Il est facile de dire que ce n’est pas l’obédience qui fait la loge, certes non, mais quand l’obédience distribue les bons points laïques, assène médiatiquement une doxa idéologique, et saque sans pitié les réfractaires aux réformes à la hussarde, tu appelles cela comment ?

    Chaque fois que je visite un atelier du GO empreint de traditionalisme (et il y en a un excellent pas loin de chez moi), mon sentiment dominant est la compassion devant le grand écart de plus en plus acrobatique auxquels ils s’obligent, et le soulagement d’avoir réussi (psychologiquement) à quitter cette nef des fous !

    Cette « confédération régulière » qui à tant l’air de commencer à vous faire peur, j’aurai tendance à penser que c’est en partie aux caciques du GODF qu’on la doit : qui donne des leçons, qui lance des anathèmes, qui renie ses alliances, qui se donne des brevets « d’adogmatisme », qui pousse dehors des gens comme moi (« on ne retient personne ! »), et qui, finalement, se veut hégémonique en « corps intermédiaire de la république » ?

    Cordialement…

  • 14
    Saled 31 décembre 2012 à 15:16 / Répondre

    Nous voilà rassurés.

  • 13
    Christophe 31 décembre 2012 à 15:16 / Répondre

    La direction de la GLdF modifie son discours? Oui cela se peut bien, ce n’est pas d’aujourd’hui, et qu’il continue à l’infléchir vers plus de « régularité » à l’anglaise ?
    Mais de là à penser que c’est pour être reconnu par les anglais ???
    Je pense que cela fait partie des options, celle-là est moins possible que les autres (ou plus lointaine).
    Le but actuel n’est certainement pas une rupture à court terme avec le GOdF, ni avec la maçonnerie féminine.

    Je pense que l’option à court/moyen terme est de réaliser une espèce de confédération maçonnique de la « régularité », en ré-inventant une nouvelle « régularité » à la française. Et d’essayer d’entraîner dans son sillage la GL Alpina, dont les statuts sont très proches, à tout point de vue.

    Maintenant, les autres parties française prenantes des discussions ne poursuivent pas toute le même but. Là effectivement le but affiché, quasi unique, poursuivi, déclaré par certaines est la reconnaissance anglaise à tout prix. Donc une inflexion du discours est probablement nécessaire, cela ne coûte que le discours. Est-ce significatif ?

    Le spectacle de 2013 sera de voir comment les dirigeants de la GLdF feront le grand écart.

    Ceci dit, c’est assez typiquement français de croire que c’est l’obédience qui fait les loges. Pour moi, et très fondamentalement, ce sont les loges qui font l’obédience. Et si un membre du GOdF, déçu de ce qu’il trouve dans sa loge, va vers une loge de la GLdF pour y trouver plus de spiritualité, et qu’il la trouve, tant mieux pour lui. Mais pourquoi « injurier » d’où il vient avec des slogans? Il s’injurie lui-même. C’est qu’il n’est pas très sûr de son choix. Moi, je connais des loges du GOdF extrêmement rigoureuse sur le rituel et ne dédaignant certainement pas la spiritualité, se méfiant du socio-politique. Et je connais des loges de la GLdF bien moins rigoureuses et ne dédaignant pas le socio-politique. Et je connais des loge « régulières à l’anglaise » très chouettes, tolérantes et accueillantes, et je connais des loges de tout bord dont l’intolérance n’a rien à envier aux inquisiteurs de la reconquista !

  • 12
    fred 31 décembre 2012 à 14:19 / Répondre

    cher Christophe,

    ais je mal compris ou bien ton post suggèrerait il que la GLDF change son discours pour être reconue par l’UGLE?

    si c’est ce que tu penses je crois que tu te trompes, les propos de Marc Henri sont cohérents avec la philosophie et la spiritualité développée par la GLDF depuis de nombreuses années.
    il n’y a rien de clérical ni de dogmatique dans ces propos et il n’y a rien qui contraigne un membre de notre obédience à adhérer à une foi révélée.
    cordialement,

  • 11
    Yasfaloth 31 décembre 2012 à 14:13 / Répondre

    @Christophe

    Bonjour

    Je ne faisais pas particulièrement allusion à cet incident, mais je dois avouer qu’à l’époque (j’étais encore au GODF), les paroles d’Alain Noël Dubart et celles du suprême grand commandeur ont fait tilt… ainsi que la violence un peu puérile de la réaction de Lambichi…

    Surtout que la suite des évènements, la façon dont a été « décidée » la mixité, l’alignement « politique » du Go, la « ringardisation » assumée de la tradition spiritualiste de la maçonnerie (à travers notamment une simplification toujours plus grande des rituels, voire leur remise en cause par certains), ont donné à ces échanges un relief particulier.

    Du moins en loges « bleues »…

    Il m’avait été dit plusieurs fois que si je voulais faire du spiritualisme l’initiatique, c’est vers les « ateliers supérieurs » que je devais m’orienter… ce que je ne me suis jamais résolu à faire, tellement ce hiatus me semblait manquer de sens…

    Enfin, bref, je dois dire que depuis un an et demie que je fréquente puis appartiens à la GLDF j’y trouve un liberté et une fraicheur et une rigueur que j’avais oubliée. Toutes les sensibilités politiques (sauf les extrêmes) sont harmonieusement présentes dans mon atelier, on y trouve aussi bien des croyants pratiquants que des mécréants (comme moi), et laïcité y est synonyme de tolérance et de liberté et non de méfiance, d’invectives ou d’opprobre…

    Enfin, la visite d’un GM ou d’un dignitaire y est un moment de qualité, d’union et d’empathie… (oui je sais mes frères du GO, je vous jure que je n’ai rien fumé !)

    Je n’espère qu’une chose : que cela continue ainsi !

    Meilleurs vœux à tous pour l’année qui se présente !

  • 10
    Christophe 31 décembre 2012 à 12:37 / Répondre

    Merci pour ces diverses réponses.
    Il semblerait donc qu’il n’y ait pas eu de message de nouvel an en 2011-2012 de la GLdF ???

    Le terme « paleo-laïciste anti-cléricaux » fait référence, me semble-t-il, au déclarations du 21 juin 2009, du tjrs GM en 2011-2012, Alain-Noel Dubart… celui-là même qui a « initié » et poursuivi le processus avec les 5 GL « régulières ».

    Il est donc intéressant de continuer à chercher, à s’informer, pour comprendre!!!

  • 9
    Le Chien 31 décembre 2012 à 12:04 / Répondre

    Mouais… Déclaration plutôt christique, à mon sens plus en adéquation avec la pratique du RER que celle du REAA !
    Je pratique le REAA et je ne me sens toujours pas prêt à tendre l’autre joue ; )
    Bonne fin d’année à tous !

  • 8
    Yasfaloth 31 décembre 2012 à 11:48 / Répondre

    Bonjour

    L’an passé c’était Alain-Noêl Dubart le GM de la Gldf, pour l’avoir entendu plusieurs fois je crois pouvoir dire que ses planches sont plutôt orientées vers l’ancien testament…

    Coïncidence ?… l’an passé, à cette époque il s’envolait vers Israël…

    Il est sûr que cela doit faire bizarre à certains paleo-laïciste anti-cléricaux de voir les acteurs d’une obédience majeure trouver des résonances familières aux maçons dans les enseignements religieux, en particulier celui de la chrétienté… mais pas seulement :

    http://www.gldf.org/fr/videos/videos-conferences-2010-2011/563-5-mars-2011-condorcet-brossolette-l-spiritualite-maconnique-spiritualite-bouddhiste-quelle-inflence-dans-la-cite-r

    Cordialement et Meilleurs vœux à tous !

  • 7
    eMeReK 31 décembre 2012 à 10:11 / Répondre

    à Christophe

    Le message de qui ?
    Marc Henry(je me suis informé également ) est élu GM depuis Juin 2012

  • 6
    L''homme qui marche 31 décembre 2012 à 10:06 / Répondre

    (…) Marc Henry avait été saisi d’apprendre la nuance entre philein et agapê, tous deux traduits par « aimer » en français de manière impropre (comme beaucoup de choses dans la bible du reste); et notamment son usage dans le dialogue entre Jésus et Simon-Pierre. Cela a sans doute contribué à une vision « extraordinaire » du message.

  • 5
    Jiri Pragman 31 décembre 2012 à 09:15 / Répondre

    Peut-etre faut-il signaler cette coquille au Figaro (ou au GM de la GLDF)…

  • 4
    jccramnp 31 décembre 2012 à 08:13 / Répondre

    Les trois grandes lumières au REAA c’est le Volume de la Loi Sacrée, le compas ET l’équerre. Encore une coquille malvenue
    Bonne année à tous

  • 3
    Christophe 30 décembre 2012 à 23:11 / Répondre

    @eMeReK
    Je m’informe, avant de me faire une opinion; ce qui me semble une saine démarche !
    Je n’ai donc précisé aucune pensée, aucun jugement de valeur, aucun procès d’intention.
    Mais peut-être avez-vous la ou une réponse à mon questionnement ?

  • 2
    eMeReK 30 décembre 2012 à 20:01 / Répondre

    @Christophe
    Pourriez-vous préciser votre pensée ?

  • 1
    Christophe 30 décembre 2012 à 19:48 / Répondre

    Ce qui serait intéressant, c’est d’examiner le message d’il y a un an et de comparer ?

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
leo. non quis, libero commodo in ut et, Praesent ut