Café Maçon. Les révolutions sont-elles condamnées à être trahies?

Par Jiri Pragman dans Manifestations

Lyon. Le Café Maçon du jeudi 24 janvier 2013 à 18h30 abordera un thème fort: Les révolutions sont-elles condamnées à être trahies? D’un constat historique (Un peu partout le printemps arabe se termine par un recul des libertés. Comme en 1789, comme en 1918. Les processus révolutionnaires sont-ils incapables de tenir leurs promesses?, les organisateurs passent à un questionnement par rapport à la Franc-Maçonnerie (La franc-maçonnerie veut transformer le monde, est-elle un processus révolutionnaire? Ce qui devrait susciter pas mal de question. Ce Café Maçon se réunit au Café de la Cloche (4 rue de la Charité – 69002 Lyon). L’entrée est libre.

mercredi 09 janvier 2013 1 commentaire

Étiquettes : ,

  • 1
    SEVIN Pierre 9 janvier 2013 à 09:16 / Répondre

    Solidarité et Fraternité sont deux principes et buts initiaux de la F:.M:. ce qui est certes « révolutionnaire » face à l’égoïsme qui est le « principe directeur de « l’animal humain  » – …le processus est de longue haleine… et trois siècles n’y ont pas encore suffi, – quand bien même des êtres généreux, souvent FM ont été à l’origine de lois humanistes, concernant la société…lois et droits qui sont souvent remis en cause par les « possédants », quelquefois « Maçons » eux-mêmes.- « homo homini lupus est »

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
dictum commodo leo. sit fringilla ut nunc sem,