Meurtres rituels au Gabon, les Francs-Maçons parmi les accusés

Par Jiri Pragman dans Dans la presse

Dans un article du 28 mai 2013, Jeune Afrique est revenu sur un phénomène connu, celui des crimes rituels au Gabon, contre lequel la population se mobilise de plus en plus. L’article explique que des « pièces détachées » des victimes sont transformées en fétiches qui devraient permettre à leur possession d’accéder au sommet. Dans ce procès en sorcellerie, les hommes politiques sont donc pointés du doigt. Dans leurs prêches, les nouvelles Églises évangélistes entretiennent les amalgames, assimilant sans nuance sorcellerie, satanisme et ordres initiatiques. Même les francs-maçons en ont fait les frais.

mardi 28 mai 2013 2 commentaires
  • 2
    Joaben 29 mai 2013 à 10:53 / Répondre

    Il se fait le même constat (crimes rituels ?) au Congo-Bzv. Encore peu, mais là-bas aussi certains pointent les fm. Je crois que cet amalgame n’est possible que du fait de la qualité de recrutement des fm dans ces contrées : des personnes avides de pouvoir et prêt à tout pur en être et s’il s’avère que le sommet du pouvoir nous honore de sa qualité de fm, les courtisans s’affilient, s’affichent et drainent les métaux jusque dans les Loges et en font les Outils du Maçon aux yeux des profanes. Et les profanateurs que sont les églises s’en donnent à cœur à joie pour désigner d’un doigt accusateur … Augias Augias Augias ! Telle est la devise…

  • 1
    Frank Masson 28 mai 2013 à 23:11 / Répondre

    Là présentement je suis démasqué !
    C’est moi qui suis l’assassin-là
    Spécialiste en tous genres de grigri
    J’ai du stock en pièces détachées
    Ma petite entreprise elle connait pas la crise
    Et je livre tous les continents
    Sans exception !

    Frank Masson

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
eget justo id Praesent ut ut sit