à Toulouse, le Trait des Compagnons du Tour de France

Par Géplu dans Sites maçonniques

On le sait, les symboliques de la Franc-maçonnerie et du Compagnonnage sont assez voisines, de même que leurs valeurs, même si les différences entre les deux institutions sont aussi importantes.

Jean-Michel Mathonière, fin connaisseur de l’une et de l’autre et dont vous pouvez entendre l’interview réalisée par Jacques Carletto pour le Blog Maçonnique en juin 2013 vous invite à cette exposition en ces termes : « L’Art du trait : terme ancien dont l’usage a été conservé par les Compagnons du Tour de France pour désigner l’art de dessiner des ouvrages. Inscrit au Patrimoine culturel immatériel par l’Unesco, l’art du trait de charpente permet pour sa part de maitriser, par le tracé en trois dimensions, la conception d’un édifice complexe. Cette connaissance du trait s’est développée à partir du XIIIe siècle, à l’occasion des grands chantiers de construction des cathédrales, mouvement qui a favorisé l’essor des savoir-faire. »

L’exposition est visible jusqu’au 31 décembre 2014 au Musée du Compagnonnage, 12-14 rue Tripière à Toulouse, tous les mercredis et le premier dimanche de chaque mois, de 14h à 17h. Renseignements au 05 62 47 41 77.

Si ces sujets vous intéressent, vous pouvez lire le livre de Jean-Michel Mathonière Le plan secret d’Hiram : Fondements opératifs et perspectives spéculatives du tableau de loge

Vous pouvez aussi consulter l’article « Compagnonnage et franc-maçonnerie, quelle parenté ? » qu’il a écrit dans le numéro 27 d’octobre-novembre de Franc-maçonnerie magazine (accès payant).

Enfin vous pouvez aussi lire sur son site le « coup de gueule » sur ce qu’il estime être la récupération-interprétation fumeuse de la symbolique et des rites du compagnonnage dans les rituels de l’Oitar… Pas content le Jean-Michel !

samedi 10 mai 2014 5 commentaires
  • 5
    Chicon 13 mai 2014 à 18:47 / Répondre

    @2 – le travail manuel fait avec opiniatreté, précision, discernement, développe l’habilité, le savoir-faire qui conduisent au « chef d’oeuvre  » du Compagnon. Cette « maitrise » ( savoir ce que l’on fait : quel en est plan et idée directrice ) est acquise progressivement, elle fait atteindre parfois notre dimension « divine » intérieure (la question du pourquoi se posant souvent apres celle du comment ). Certes tous ne vont pas aussi loin.
    C’est également l’objet de la FM au moyen d’allégories et images immatérielles, sans le travail manuel des Compagnons. La FM a ete inspirée des Compagnons Ecossais du XV et XVIeme s.( Shaw puis Anderson en Angleterre au XVIIIeme s.). L’un et l’autre sont différents aujourd’hui.

  • 4
    Chicon 13 mai 2014 à 13:48 / Répondre

    @2 – je voulais simplement dire que l’apparition de cette conscience est confuse au départ, lente, elle vient de la pratique du métier pendant des années. Loin de moi l’idée de dire que les Compagnons sont incapables d’accéder a cette conscience, tout au contraire la pratique du « métier  » les prédispose.

  • 3
    Jean-Michel Mathonière 11 mai 2014 à 09:13 / Répondre

    « Confusément » conscience ? Certes, vis-à-vis des doctes spéculatifs, les compagnons peuvent apparaître trop ignares pour avoir clairement conscience…
    Soupirs…

  • 2
    Sarlat 11 mai 2014 à 09:02 / Répondre

    J’ai eu une enfance entourée de gens du Compagnonnage du Devoir de Liberté de multiples métiers, comme la boulangerie ou la mercerie, et non seulement les compagnons passants tailleur de pierres ou les couvreurs, charpentiers, menuisiers et ébénistes. Ils portaient encore la canne et les joints et m’avaient accepté comme Aspirant, j’aurai bien été ébéniste, mais mon père s’y est opposé. Dans le métier que je pu faire, la philosophie, j’ai cependant adopté la même démarche progressive de finalité et le même tempo qu’ils m’avaient appris et qui n’a rien à voir avec ce que Chicon raconte puisque le Compagnonnage est celui du Devoir de Liberté. J’ai notamment tracé le logo connu des très modernes Les Compagnons du Devoir. Jamais aucun franc-maçon n’a compris quoique ce soit à ce que je leur racontait, il n’y ont vu que du feu. En regard du Compagnonnage, tous les francs maçons ne sont que des profanes.

  • 1
    Chicon 10 mai 2014 à 14:26 / Répondre

    Le travail du Compagnon quand il prend forme lui fait prendre confusément conscience que celui-ci s’insère dans un vaste plan ,une savante géométrie. C’est l’aspect  » craft  » c’est a dire  » métier  » , a la base de la FM dans les trois premiers grades.
    Cette prise de conscience progressive par le métier d’une dimension vaste et universelle de notre travaiĺ sur terre, dimension qui nous échappe, participe a l’éveil de notre dimension supra-humaine.
    A ce titre les Compagnons sont me semble- t-il plus proche de la démarche M, que la FM française agnostique ou athée a preoccupation sociétale

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
5cd2d3da4be5b3c3df866b50e435bd2fdddddddddddd