Alain Juillet

Pour Alain Juillet, la Confédération c’est un autre chemin.

Par Géplu dans Interviews

Alain Juillet est le Président de la Confédération maçonnique de France, et l’ancien -et premier- Grand Maître de la GL-AMF.
Dans le profane, après avoir occupé d’importantes fonctions dans les services du contre-espionnage français il est actuellement conseiller senior dans un cabinet d’avocats international, spécialisé dans les problèmes de sécurité des entreprises. Ce que l’on appelle l’Intelligence Économique.

Comme pour l’interview de Jean-Pierre Servel du samedi 14, eu égard à l’intérêt de cette interview pour tous j’ai décidé de la laisser en accès gratuit plutôt que de la passer en mode abonnés, payant. Que cela n’empêche pas les Frères et les Sœurs qui estiment les articles du Blog Maçonnique intéressants de s’abonner. C’est un geste de soutien au travail qui est fait pour vous tous les jours.
Géplu.

_________________________________

Geplu : Bonjour Alain, tu es le président de la Confédération Maçonnique de France, et tu as accepté de répondre pour les lecteurs du Blog Maçonnique à quelques questions sur le présent et l’avenir de la CMF. Je t’en remercie.

à partir du moment où l’Angleterre avait décidé de re-reconnaître la GLNF, il était évident que l’on ne pouvait plus penser être reconnu

Alain Juillet : C’est moi qui te remercie de me permettre de m’exprimer. J’ai lu depuis quelques temps beaucoup de déclarations sur la reconnaissance, disant que la Confédération avait « loupé son coup » parce qu’elle ne serait pas reconnue par l’Angleterre et les autres grandes puissances maçonniques. Ceci me paraît d’une absurdité totale, parce qu’à partir du moment où l’Angleterre avait décidé de re-reconnaître la GLNF, il y a maintenant un peu plus d’un an, il était évident que l’on ne pouvait plus penser être reconnu, parce que la loi internationale, depuis 1929, c’est de dire que l’on ne peut avoir qu’une seule Grande Loge reconnue par pays. C’est le principe de la GLUA, et qui est appliqué aussi par les américains. Et selon ce principe, pour qu’une autre Grande Loge puisse être reconnue dans un pays, il faut que celle qui a été la première reconnue donne son accord. Or la GLNF a toujours dit qu’elle ne donnerait pas son accord, ni pour la GL-AMF ni pour la GLDF.

Pourtant Jean-Pierre Servel disait ici même il y a deux semaines être d’accord pour proposer la création d’une nouvelle confédération « régulière ».

Il dit « pour faire une Grande Loge Unie ». C’est-à-dire qu’il est d’accord pour que l’on vienne la corde au cou dire on s’incorpore à la GLNF. Ce n’est pas du tout une confédération. Une confédération c’est une association de Grandes Loges qui gardent chacune leur spécificité. Donc on ne peut pas être d’accord avec une GLU qui appliquerait uniquement les principes de la GLNF.

Les anglais eux-mêmes reconnaissent qu’il y a une différence entre reconnaissance et régularité.

Ensuite, comme les anglais Jean-Pierre Servel dit « Vous ne pouvez pas être réguliers si vous n’êtes pas reconnus. » Or il suffit de regarder ce qu’ont fait les anglais ces dernières années pour voir qu’eux-mêmes ne respectent pas ou n’appliquent pas ce qui est dit là. Et je te donne deux exemples : quand les anglais ont décidé de ne plus reconnaître la GLNF pendant l’affaire Stifani, ils ont dit dans leur communiqué nous ne les reconnaissons plus, mais ils sont toujours réguliers. Ce qui montre bien que c’est deux choses différentes. Et concernant les sœurs en Angleterre, la GLUA a dit bien sûr nous ne pouvons pas les reconnaître, ce serait contraire à nos principes, mais les sœurs anglaises sont régulières. Donc les anglais eux-mêmes reconnaissent qu’il y a une différence entre reconnaissance et régularité.

C’est très important car nous nous disons qu’il y a en France une troisième voie entre les sociétaux, le GO et les obédiences mixtes et qui pratiquent en priorité l’aspect sociétal de la franc-maçonnerie, et la version anglaise de la franc-maçonnerie que représente la GLNF. Entre les deux il y a une voie pour une franc-maçonnerie française régulière et qui n’a pas besoin d’être reconnue. Il lui suffit d’être régulière. Et là on arrive à un autre point, c’est qu’il faut s’entendre sur ce qu’est la régularité.

Les Grandes Loges américaines n’ont pas les mêmes références de régularité.

La GLNF et d’autres disent la régularité c’est la règle anglaise de 1929. En disant ça c’est aussi dire la régularité telle qu’elle a été définie par Anderson, ça ne compte pas, on ne prend que celle de 1929. Là où ça devient intéressant, c’est que la régularité anglaise n’a rien à voir avec la régularité américaine. J’étais aux E.U. la semaine dernière à la Conférence des Grandes Loges Américaines. Les Grandes Loges américaines n’ont pas les mêmes références de régularité. Par exemple chez les américains bien sûr il y a la croyance en un Dieu « Etre Suprême, Supreme Being, Grand Architecte de l’Univers », mais il n’a jamais été un Dieu révélé. Pourquoi ? Par ce que les américains savent bien que si l’on dit on doit croire en un Dieu révélé, on exclut de la franc-maçonnerie la plus grande partie de la population du monde, puisque le Dieu révélé n’existe que dans les trois religions du Livre. Donc ça veut dire que la franc-maçonnerie n’est plus universelle. Et c’est pour ça qu’entre ses premières Constitutions et les deuxièmes, Anderson a changé son texte sur ce point pour justement ramener au principe de l’être suprême ou du principe créateur. Et chez les américains, parmi les principes qu’ils appliquent l’interdiction des femmes en Loge est considéré comme essentiel.

Lorsque l’on nous dit « vous êtes irréguliers », c’est faux.

Cela veut dire que lorsque l’on nous dit à nous, GL-AMF et GLDF « vous êtes irréguliers », c’est faux, parce que sur le plan de la maçonnerie américaine nous sommes totalement réguliers dans le respect des principes de régularité. On nous dit donc vous êtes irréguliers du point de vue de la GLUA, mais pour les américains et les autres qui sont beaucoup plus nombreux que les anglais, nous nous sommes en règle.

Ensuite on veut nous faire croire que la régularité c’est quelque chose que l’on donne à une Grande Loge. « Puisqu’elle est reconnue, elle est régulière ». C’est absurde. La régularité, c’est la pratique des principes par chacun des frères. La régularité, elle est individuelle. Chaque Frère s’engage par serment pour ça lors de son initiation. Et c’est quand les frères pratiquent la régularité dans une loge ou une Grande Loge que celle-ci devient régulière.

Au GODF par exemple, à certain rite (le RER), on sait qu’il y a des loges qui ouvrent sur les 3 Grandes Lumières, qui croient en Dieu parce que leur rite les y oblige, qui ne reçoivent pas de femmes, et qui pratiquent tous les principes de la régularité. Donc ces loges là, même si elles sont dans une obédience irrégulière, ces loges là et les frères qui sont dans ces loges sont parfaitement régulières.

Mais, comme tu le disais en introduction, ce sont les anglais qui font la loi internationale pour les loges bleues.

Oui, tout le monde dit la GLUA a ses règles, et dans le concert international c’est la GLUA qui fixe les règles. D’accord, donc je sais que la Confédération ne sera pas reconnue par la GLUA et par d’autres, mais peu importe. Ce qui importe c’est que l’on soit régulier. Et je prétends qu’au niveau de la Confédération que nous avons créée, nous sommes réguliers.

Entre les sociétaux du GO et la GLNF, il y a une troisième voie.

C’est très important, parce que entre les sociétaux : le GODF et les obédiences qui sont proches, qui ont leur approche maçonnique, différente de la notre parce qu’essentiellement sociétale (on réforme la société pour se réformer soi-même), mais qui est tout à fait respectable, et de l’autre côté la GLNF, la succursale de la GLUA qui elle applique toutes les règles de la GLUA, il y a une troisième voie, une voie centrale de la maçonnerie française, parfaitement régulière sans pour autant être inféodée à la GLUA telle que l’est la GLNF.

Et on peut vivre sa franc-maçonnerie régulière en France avec d’autres dans le cadre d’une Confédération. Cela permet de regrouper les Frères des différentes obédiences françaises en 3 groupes : les anglais et la GLNF d’une part, le GODF et ceux qui ne sont pas intéressés par le respect des principe de la régularité d’autre part, et cet ensemble central dont on s’aperçoit aujourd’hui en France qu’il est très important en nombre. Et ce sont des frères qui depuis très longtemps ne se sont pas ou peu exprimés parce qu’ils étaient enfermés dans une sorte de ghetto dont il est temps de sortir en étant toujours parfaitement réguliers, en disant on existe et en affirmant nos caractères spécifiques.

La Confédération n’est pas morte, au contraire.

Donc, la Confédération n’est pas morte, au contraire. Car ce que je suis en train de te dire, ça ouvre les portes à beaucoup de monde.

Oui, mais en sachant que ceux qui vous rejoindraient feraient une croix sur la reconnaissance de la GLUA.

Mais quelle importance ? Tu as la reconnaissance et la régularité dont on vient de voir qu’elles sont deux choses bien différentes. Or dans les règles, anglaises ou autres, il est bien dit que l’on ne doit fréquenter que des Grandes Loges régulières. Si je suis régulier, et que je respecte les principes internationaux de la régularité, je peux donc fréquenter les Grandes Loges régulières. J’ai le droit d’aller voir d’autres Grandes Loges qui sont régulières également.

L’Angleterre a peut-être eu tort, mais elle a donné le mauvais exemple avec l’affaire de la GLNF.

Le GODF se présente aussi comme une « puissance symbolique régulière souveraine ».

Oui, mais c’est là où il faut s’entendre sur les mots car le GO a une vision de la régularité qui n’a rien à voir avec la notre. Nous on parle des réguliers traditionnels. Pas des réguliers sociétaux qui sont une autre forme de régularité. Je parle de ceux qui respectent les règles de la régularité comme le sont les américains et beaucoup d’autres, dont un certain nombre d’européens d’ailleurs aussi.

En résumé les règles de la régularité telles que les a définies Alain Bernheim dans son récent livre la Régularité maçonnique.

Absolument. Et ce bouquin a été utile pour rappeler un certain nombre de choses, car sous la pression des uns et des autres on a perdu ou oublié au fil du temps un certain nombre de principes et de règles.

Tu me disais nous ne croyons pas en un Dieu révélé. Or il y a des ambiguïtés avec de récentes déclarations, notamment de Claude Beau qui a dit être à la GL-AMF comme à la GLDF c’est croire en Dieu.

Nous, réguliers, nous disons que nous croyons en un Dieu principe créateur, être suprême, Grand Architecte de l’Univers.

Non, ce n’est pas ça. Les anglais disent il faut croire en un Dieu révélé. Nous, réguliers, nous disons que nous croyons en un Dieu principe créateur, être suprême, Grand Architecte de l’Univers. Ce n’est pas du tout la même chose. Ca veut dire que pour certains des frères ça peut-être un Dieu révélé, mais que pour d’autres ça peut-être tout autre chose. Ça peut aussi bien être Vishnou que Bouddha, qu’Allah ou ce que tu voudras. Si tu es bolivien et que tu crois dans le soleil ? Tu n’as pas le droit d’être franc-maçon ? Mais si tu dis Dieu est une expression qui désigne aussi bien un Dieu révélé qu’un principe créateur, si tu en reste à quelque chose qui est un principe créateur, ça te fait une franc-maçonnerie universelle. Pour ceux qui croient en quelque chose bien sûr. Ceux qui n’y croient pas, il ne faut pas qu’ils viennent chez nous. Il faut qu’ils aillent au GODF par exemple.

Mais n’est-ce pas pour éviter ces ambiguïtés sémantiques sur le contenu et le sens du mot Dieu qu’a été inventé l’expression « le Grand Architecte de l’Univers » ? Pourquoi ne pas travailler simplement au GADLU si Dieu n’est pas forcément Dieu ?… Comme le fait d’ailleurs la GLDF.

Lorsque l’on est sorti de la GLNF il y avait le poids des habitudes. Avec le recul personnellement je pense que le GADLU aurait été la bonne solution et que c’est une évolution. Je ne suis pas choqué parce le Grand Architecte a l’énorme avantage de rappeler qu’il n’est qu’un principe, une origine, et non un Dieu révélé. Nous ouvrons et fermons les travaux en évoquant le GADLU.

Tu me parlais du GODF, est-ce que tu considères que la démarche du GO est une démarche maçonnique ?

Mais bien sûr, il y a plusieurs chemins et plusieurs approches dans la franc-maçonnerie. Plusieurs rayons pour aller de la circonférence au centre du cercle. La franc-maçonnerie du GODF a évoluée dans le temps par vagues successives pour arriver à une franc-maçonnerie qui privilégie l’aspect sociétal et qui a rejeté tous les aspects croyances et réflexions religieuses. C’est une voie. Pourquoi elle serait mauvaise ? Il y a des frères qui se trouvent parfaitement bien dans le cadre d’une approche qui est celle du GODF. Ce sont des francs-maçons, ce sont des frères.

Tu as aussi les différents rites qui permettent à chacun de trouver sa place. On ne peut pas dire il y a sept rites principaux en France, il y en a un qui est bon et les autres qui sont mauvais. Bien sûr que non. Chaque rite permet à un frère, s’il s’y sent bien, de progresser dans la connaissance et dans la recherche de ce qui l’intéresse. Les rites contribuent à faire des francs-maçons, avec des approches qui sont différentes mais des buts qui sont les mêmes. Tous les chemins mènent au Père.

Le but du GODF, comme celui de la GLDF ou celui de la GL-AMF est le même.

Le but du GODF, comme celui de la GLDF ou celui de la GL-AMF est le même. Qu’est-ce qu’on recherche ? Un homme meilleur, par la défense, l’appréciation et l’utilisation d’un certain nombre de valeurs fondamentales. Après que les chemins soient différents pour y arriver, c’est normal. C’est la pluralité des pensées qui permet de progresser. Et en franc-maçonnerie qui est par essence une structure dans laquelle chacun doit pouvoir s’épanouir à partir de ses propres sentiments, la formidable chance que nous avons c’est qu’il y a plusieurs possibilités.

Nous, nous sommes traditionnels et réguliers, et de ce fait très proches d’un grand nombre de Grandes Loges dans le monde qui ont fait des démarches proches de la notre. Mais il y en a d’autres aussi dans le monde qui ont eu une évolution comme celle du GO et qui donc sont proches du GO. Et c’est très bien ainsi.

Nos amis de la GLDF viennent de faire un pas en arrière en reconnaissant qu’ils étaient incapables d’interdire les intervisites avec les irréguliers sans provoquer un clash. Or c’est un des points qui est fondamental pour être régulier. Qu’est-ce qu’il va se passer maintenant ?

A la GLDF, quant on a commencé à parler de la Confédération, 95% des frères étaient pour.

Oui, c’est vrai, mais je crois qu’il y a deux choses. D’abord, je n’ai pas à juger, mais je pense que ça a été très mal présenté. A la Grande Loge de France, quant on a commencé à parler de la Confédération, 95% des frères étaient pour. Et puis l’on a vu des campagnes de déstabilisation, venant de tous côtés d’ailleurs, arriver pour dire et raconter aux frères de la GLDF des choses qui étaient fausses. Les frères ont été manipulés, il n’y a pas d’autre terme, en croyant des informations qui étaient totalement fausses.

Par exemple ?

Par exemple le fameux Dieu révélé. Ça m’a frappé le nombre de fois où dans des réunions en province des frères de la GLDF me disaient tu comprends, on ne peut pas aller dans une Confédération dans laquelle vous avez le Dieu révélé parce que nous ce n’est pas notre principe. Et je devais expliquer que nous on n’avait jamais parlé du Dieu révélé. Le Dieu révélé c’est à la GLNF et chez les anglais, pas à la CMF.

De même pour parler des intervisites, on parlait tout à l’heure de la régularité individuelle. Qu’est-ce qu’on dit ? On dit que si un frère du GO ou du DH veut venir nous voir, que ce soit à la GLDF ou à la GL-AMF, pourquoi lui refuserait-on l’entrée ? A partir du moment où quant il vient chez nous, il vient parce qu’il est d’accord avec nos règles, et qu’il respecte nos règles.

Cette fameuse signature du document en 7 points au dessus de la feuille de présence. Soyons clairs. Le frère visiteur qui signe ce document reconnaît-il « faire sien » ces principes, c’est-à-dire en fait reconnaître être un frère régulier, ou simplement déclare-t-il en comprendre les principes, et s’engager à les respecter le temps de sa visite ?

Nous considérons que nous recevons dans nos Loges les frères réguliers, c’est-à-dire ceux qui partagent les valeurs de la régularité.

Un Frère qui vient d’une autre obédience s’il veut participer à nos travaux doit signer en disant je suis d’accord, effectivement ces principes ce sont les miens. Alors, Eh bien mon frère tu es le bienvenu chez nous, c’est tout. Tu es franc-maçon, et je te reconnais comme tel. Nous considérons que nous recevons dans nos Loges les frères réguliers, c’est-à-dire ceux qui partagent les valeurs de la régularité.

La différence qu’il y a entre la GL-AMF et la GLDF, c’est que la GLDF donne l’autorisation à ses frères d’aller visiter des Loges du GO bien que théoriquement ils ne doivent pas visiter des loges où il y a des sœurs. Mais nous ne pouvons pas mettre un contrôleur derrière tous les frères de nos obédiences. Chaque frère s’est engagé par serment à respecter les principes et les règles de la régularité, c’est à dire à ne pas visiter de loges où l’on ne pratique pas la régularité. Si un frère ne respecte pas ces règles, c’est face à lui-même qu’il se retrouve. Ceci dit je suis trop attaché aux libertés pour empêcher un frère de faire ce qu’il a envie de faire. Mais en dehors de ces considérations philosophiques il faut aussi ramener à leur vraie valeur ce que cela représente. A la GLDF tu dois avoir 1 à 2% des frères qui vont visiter les loges du GO ou d’ailleurs. Ce n’est pas une énorme masse.

A la GL-AMF on a décidé que l’on ne pouvait pas visiter les frères du GO parce qu’au GO il y a une chose que l’on ne peut pas accepter si l’on est régulier, c’est qu’il y a des femmes, c’est la mixité. Sur ça on ne peut pas transiger, parce que ça fait partie des règles internationales

Et tu trouves ça normal, de maçonner uniquement entre hommes aujourd’hui au XXIe siècle ?

Travailler sans les sœurs cela ne me dérange pas pour le moment parce que c’est un principe international.

Moi je considère que les sœurs sont aussi régulières que nous, notamment à la GLFF, et qu’elles travaillent comme nous. Mais travailler sans les sœurs cela ne me dérange pas pour le moment parce que c’est un principe international admis par tout le monde. Je suis convaincu qu’un jour cela changera mais pour le moment c’est comme ça, c’est une règle. Mais à la GL-AMF dans tout ce qui n’est pas les tenues nous acceptons les sœurs.

Et jusqu’il y a peu de temps le GODF lui aussi était interdit aux femmes. L’ouverture est récente. Ce n’est pas parce que le GO a changé d’idée il y a moins de dix ans qu’il faut que tout le monde se mette à la suite du GO. Le GO n’est pas en France celui qui dit ce que doit être la franc-maçonnerie. Il n’en est qu’une des composantes. Et moi je refuse tous les impérialismes, quels qu’ils soient.

Je ne te demande pas de te positionner par rapport au GODF, mais par rapport à notre époque, notre société, dans laquelle en moins d’un siècle la femme qui n’avait quasiment aucun droits est devenue, au moins légalement, l’égale de l’homme dans tous les domaines.

Je pense que c’est un problème de travail. Quant il s’agit de travailler ensemble, en loge, pour bien travailler il faut le faire dans un cadre strict. Et pour bien travailler, il faut séparer les hommes et les femmes, même si aujourd’hui on est très proches, et fort heureusement il y a eu une évolution dans ce sens là. Ce n’est pas non plus une question d’égalité parce qu’évidemment nous sommes égaux les uns les autres, c’est simplement une question de mode de travail. Les sensibilités ne sont pas les mêmes, les problèmes ne sont pas vécus de la même manière. N’importe quel psychologue peut te l’expliquer. Donc je pense que le fait de se voir tout le temps, d’être partout ensemble c’est bien, mais qu’en ce domaine précis de la Tenue que chacun reste et travaille dans son coin est je pense une bonne chose. Mais ça c’est mon opinion personnelle, et ça n’engage que moi.

Les frères de la GLIF viennent de quitter la CMF. Pourquoi à ton avis ?

Parce que eux depuis le premier jour avaient dit la seule chose qui nous intéresse c’est la reconnaissance. Donc à partir du moment où ils constatent que ce n’est plus possible avec la CMF parce que la GLNF a été reconnue, ils disent non, on ne peut pas rester et on préfère être dans notre coin tout seuls, en travaillant uniquement sur la reconnaissance. Mais ils ne pourront pas l’avoir tout seuls non plus, et ils le savent. Si leur but unique c’est la reconnaissance, il est évident qu’une partie des frères en tout cas rejoindra la GLNF, c’est inéluctable, mais une autre partie refusera.

Quel est à aujourd’hui l’avenir de la CMF ? Que va-t-il se passer dans les mois qui viennent ?

Ce que je suis en train de te dire sur la régularité aurait été perçu comme révolutionnaire il y a simplement 10 ans.

D’abord il y a les élections à la Grande Loge qui vont avoir lieu au mois de juin. On va voir la position du nouveau Grand Maître. Il ne faut quand même pas oublier une chose, c’est que même si Marc Henry n’a pas voulu déposer ses modifications de textes au mois de décembre il n’empêche quand même que la grande majorité des frères, et de loin, était pour ce que l’on était en train de faire. Ce qui s’est passé c’est que Marc Henry n’a pas voulu créer une fracture dans la GLDF. Il a dit je ne veux pas être celui qui aura perdu des Frères, qui aura perdu 5 ou 10% des frères qui seraient partis ailleurs. Donc je veux convaincre. Mais comme je n’ai pas le temps je suspend le vote et l’on va reprendre le problème. Il a tout à fait raison. On n’est pas dans une course contre la montre. La maçonnerie c’est une question de temps, il faut que les esprits évoluent. Ce que je suis en train de te dire sur la régularité aurait été perçu comme révolutionnaire il y a simplement 10 ans. Et aujourd’hui c’est accepté non seulement chez nous, mais il y a des Grandes Loges américaines qui disent oui vous avez raison.

Le simple fait de dire aujourd’hui que le Grand Orient de France est une obédience maçonnique est aussi une grande évolution dans le discours des réguliers !

Mais oui, mais dans un temple il y a deux colonnes, non ?

Bien sûr, mais jusqu’il y a peu ce n’était pas le discours.

Eh bien il y a d’un côté la colonne des irréguliers, des sociétaux comme on dit maintenant, et de l’autre celle des traditionnels. Et les deux montent vers le même triangle en haut.

On ne peut pas comprendre le GODF actuel si l’on ne regarde pas l’histoire et l’évolution de l’histoire.

C’est plus facile de dire sociétaux d’un côté et traditionnels de l’autre que de dire réguliers et irréguliers, ou adogmatiques et dogmatiques… Des maçons réguliers ne sont pas dogmatiques. Les dogmatiques ce sont ceux qui croient au Dieu révélé avec les religions qui s’imposent derrière. Or je viens de t’expliquer que ce n’est pas notre cas. Pour moi les dogmatiques c’est la GLNF, c’est clair. Et si tu me dis d’un côté il y a les dogmatiques c’est la GLNF et de l’autre les adogmatiques c’est le GODF, je te répond qu’au milieu il y a toute une tranche qui se positionne avec une autre vision. Et moi je prétend, pour avoir beaucoup travaillé sur Anderson et sur tous les autres des débuts, que cette tranche est beaucoup plus proche de ce qu’était la maçonnerie du début, que ce qui est arrivé avec l’intégrisme des uns et l’ouverture sociétale des autres. Mais cela c’est l’histoire. On ne peut pas comprendre le GODF actuel si l’on ne regarde pas l’histoire et l’évolution de l’histoire. De même pour la position de la GLUA et de Jean-Pierre Servel, qui est aussi fonction de l’histoire, mais pas de l’histoire française.

Tu veux dire que la GLUA a plutôt été façonnée par le colonialisme de l’empire britannique et le GODF à travers la troisième République ?

Exactement.

Mais si tu veux bien j’aimerai pour conclure cet entretien parler un peu de la GL-AMF. Quand on a quitté la GLNF, on est parti écœuré, mais on était tous conditionnés parce que l’on est tous des vieux frères, parmi les plus anciens de la GLNF. La moyenne d’âge de ceux qui ont fondé la GL-AMF était pratiquement de 60 ans. Mais au fil des contacts et des échanges, en allant discuter avec les uns et les autres, avec les autres obédiences, on a découvert qu’en définitive ça allait beaucoup plus qu’un simple rejet de la GLNF telle qu’elle était devenue, avec ses turpides. On s’est la plupart d’entre nous rendu compte que l’on était conditionné par quelque chose avec lequel on n’était pas totalement d’accord. A savoir qu’être inféodé sur un système qui était totalement calqué sur le système britannique, ça ne marchait pas. D’où le fait que l’on soit parti sur une pratique de la franc-maçonnerie plus libre, une fédération de Loges dans lesquelles les frères ont leur mot à dire. Un changement complet pour nous. On a donc ouvert, mais en sachant que notre point fort était que nous étions des réguliers pratiquant des rites traditionnels et que c’est ça qui nous intéressait. Et c’est là-dessus que tout se construit, autour, car on s’est aperçu en allant voir les frères de la GLTSO et de la GLDF que l’on était extrêmement proche de ces frères. On a nos différences bien entendu, mais on est très proches. Donc on a tout intérêt à se retrouver dans cet ensemble de francs-maçons réguliers.

Tentons de refaire l’histoire : il y a trois ans quand vous avez quitté la GLNF, l’opportunité de la reconnaissance existait puisque la GLNF venait de la perdre. Pourquoi cela ne s’est-il pas fait ?

Si les anglais ont décidé de reconnaître la GLNF extrêmement vite, c’est parce que c’est leur succursale.

Oui, on aurait pu effectivement à cette époque, nous ou eux, l’avoir, mais il se trouve que les anglais ont fait un choix très net et très rapide, alors que la plupart des autres Grandes Loges européennes et d’autres leur disaient de prendre leur temps. Ils ont décidé de reconnaître la GLNF extrêmement vite, plus vite que prévu, parce que c’est leur succursale. C’est ça la réalité, et de leur point de vue ils ont raison.

Comment expliques-tu que les 5 de Bâle aient fini par se lasser, ne vous soutiennent plus et ont fini eux aussi par reconnaître la GLNF ?

Je crois qu’il ya deux choses différentes. A partir du moment où la GLNF était reconnue, il devenait très difficile pour les Grandes Loges européennes de ne pas la reconnaître. Elle était reconnue, ils sont eux-mêmes reconnus, c’était difficile de dire on ne les reconnaît pas. Ils auraient pu prendre le risque effectivement de nous reconnaître aussi s’il n’y avait eu que la GL-AMF, mais alors on n’aurait pas eu la possibilité d’essayer de construire cette voie centrale avec la GLDF. Et nous n’avons rien fait pour arranger les choses. C’est vrai que si l’on avait dit dès le départ on est purs et durs, vive l’Angleterre, la situation n’aurait pas été la même. C’est parce que nous avons décidé de faire une confédération. Et certaines Grandes Loges européennes continuent de suivre et d’encourager la confédération. Regarde la déclaration des Allemands. Ils disent on continue d’encourager la création de cette confédération. Car il faut du temps. On ne peut pas en deux ou trois ans changer le cours de l’histoire. Quant aux Suisses ils ont leur Grande Loge en juin, et je suis quasiment certain qu’ils vont dire la même chose que les allemands : on continue de suivre attentivement ce qui se fait en France chez les réguliers.

Tout ce que je suis en train de te dire est en train de se construire peu à peu.

Tout ce que je suis en train de te dire est en train de se construire peu à peu. Evidemment si tu ne regardes que le problème de la reconnaissance tu vas dire mais ils ne sont pas reconnus. Mais ce n’est pas le problème. L’an dernier on a fait voter les frères de la GL-AMF pour leur demander ce qu’ils préféraient : la reconnaissance ou continuer les intervisites avec la GLDF et la GLTSO. A 85% ils ont dit préférer continuer les intervisites.

C’est aussi ce qui s’est passé à la GLDF mais dans l’autre sens, les frères ont voulu garder les intervisites avec les obédiences sociétales.

Il faut donner du temps au temps. On ne peut pas tout changer d’un coup.

Oui, on le sait bien, donc il faut donner du temps au temps. On ne peut pas tout changer d’un coup. La GLNF a mis cent ans à s’imposer comme la représentante pure et dure des anglais. Le GO ça fait 300 ans ou presque qu’il est là. Nous on est en train de construire quelque chose qui est différent et spécifique d’une approche française parce que chez les traditionnels réguliers il y a un niveau de spiritualité, une recherche en spiritualité qui est très importante. Or cette recherche de spiritualité, en dehors de la France il faut bien reconnaître qu’on ne la trouve pas beaucoup. Et ça aussi c’est un élément du problème. Les américains par exemple sont orientés essentiellement vers des actions de charité. Il est évident que nous nous sommes très différents. C’est un autre chemin…

Le GODF et la GLNF viennent d’annoncer organiser un colloque commun fin mai sur le thème « La franc-maçonnerie, école de pensée, école de spiritualité ». Qu’est-ce que cela t’inspire ?…

Il y a plusieurs aspects là-dedans. Tout d’abord à la GLNF, ayant constaté que nous à la GL-AMF nous sortons et nous parlons, ils ont senti qu’ils étaient en train de se faire marginaliser complètement. Donc ils ont décidé de bouger : on ouvre les temples aux fraternelles, on reçoit le convent de la GLTSO, on organise un colloque avec le GODF. Je dis que ça c’est bien, parce pour eux qui ont toujours vécu, et nous aussi du temps où l’on était avec eux, complètement fermé sans parler à personne, il y a là une évolution qui me paraît nécessaire. Et je m’en réjouis.

C’est un peu surprenant de voir le GO et la GLNF faire un colloque ensemble. En fait, c’est de la politique de communication.

Le deuxième point, c’est le coup de Lafayette. Je trouve très bien qu’on fête Lafayette, mais pas qu’on le récupère. J’ai la désagréable impression qu’en cette année anniversaire on va avoir tendance à récupérer de tout côté Lafayette en disant « c’est mon maçon ». Or quand on connaît l’histoire, il n’est ni aux uns, ni aux autres, ni au GO ni à la GLNF.

Et troisième point, c’est un peu surprenant de voir le GO et la GLNF qui sont vraiment à l’opposé faire un colloque ensemble. En fait, c’est de la politique de communication. C’est un moyen de dire il y a deux pôles qui sont les pôles de référence, le GO et la GLNF, et en dehors de ça il n’y a pas de salut.

samedi 28 février 2015 23 commentaires

Étiquettes : , , ,

  • 13
    Reco-et-c-est-Frere 1 mars 2015 à 20:12 / Répondre

    Finalement, la photo est particulièrement conforme aux propos d’AJ… C’est gris !

    Tout est confus, gris et même aigri…

    Le pire dans les amalgames qui sont faits, bien que tout le monde sache qu’il s’agit de trouver une posture pour concilier l’inconciliable, est que si AJ prétend véritablement ne pas comprendre de quoi il est question quant à la « volonté révélée », alors il démontre magistralement qu’il a pu se faire nommer Grand Inspecteur National de la GLNF par FS et qu’il espérait en devenir GM sans ne jamais avoir ouvert une seule fois ni les cahiers de formation, ni le livret d’accueil…

    Il démontre dès lors qu’il n’était qu’un usurpateur ou un homme de la pire mauvaise foi…

    • 14
      abibala 1 mars 2015 à 21:09 / Répondre

      TC Reco, suis complètement d’accord avec toi, comme je le disais plus bas, en bon homme du renseignement il arrive toujours à retomber sur ses pieds, un classique, mais seul brutus n’arrive pas à le voir ou fait semblant de ne pas le voir, serait il de mauvaise foi, non je ne peux le croire … 🙂

      Je crois que tu te trompes, je suis sur aujourd’hui, que nos « amis » AJ et Brutus, n’ont jamais ouverts les différents carnets etc…mais alors que faisaient ils à la GLNF ? peut être un rêve de cordonnite ? Non ! là aussi je ne peut le croire 🙂

      • 15
        brutus 1 mars 2015 à 22:52 / Répondre

        @alibaba
        Les carnets de formations appelés modules évoquaient jadis des livres sacrés ou la volonté révélée de dieu n’avait pas sa place (religions asiatiques)
        Ce module, le dernier, est aujourd’hui introuvable.
        Jamais, je dis bien jamais, avant Servel il n’a été demandé aux frères de la Glnf comment ils croyaient en dieu.
        Exiger d’eux qu’ils croient en la révélation est purement et simplement contre maçonnique.
        Nombre d’excellents frères de la Glnf avec lesquels j’ai coutume de déjeuner toutes les semaines refusent cette orientation.
        Certains viennent de quitter la Glnf pour cela. D’autres jurent que si un pseudo dignitaire (qu’au demeurant ils méprisent) avait l’audace d’invoquer ce viol des consciences ils s’opposeraient à lui farouchement.
        C’est un odieux mensonge que de dire qu’avant Servel on attentait, à la Glnf, à la liberté de conscience. Même Stifani ne se serait pas permis une telle obscénité et sur ce point il est plus tolérant que Servel.
        La glnf de Servel est une dictature théocratique
        Pas étonnant que Servel n’ait pas eu un seul mot pour déplorer l’assassinat des caricaturistes.
        La Glnf est un repère de l’extrême droite chrétienne. Un relais du Tea party en France,
        Croyez moi votre réputation sur ce point sera faite.

        • 16
          abibala 1 mars 2015 à 23:03 / Répondre

          ben on devait pas fréquenter les mêmes frères qui eux étaient au courant…mais nous t’avons bien compris, tu déjeunes souvent avec l’ensemble des frères de la GLNF et surtout les 2000 qui intègres la GLNF chaque année tu vas avoir du boulot mon frère…malheureusement tu vas être déçu car l’ensemble des frères de la GLNF adorent Jean Pierre, sa fraternité et son humour ne peuvent que te déranger…
          Quant à notre réputation je suis d’accord avec toi, elle est faite, d’ailleurs le constat est bien là…retour de l’ensemble des reconnaissances des GL moins une ou deux…et au fait, votre réputation à la GLAMF est faite ?

          Mais tu vois la différence entre toi et moi c’est que je te souhaite une bonne continuation dans ton obédience qui est respectable.

        • 17
          Reco-et-c-est-Frere 1 mars 2015 à 23:58 / Répondre

          Jaaaamais ! tu dis bien jaaaamais !

          Il ne te suffira pas cette fois de jouer les vierges effarouchées hurlant des cris d’Orfraie.

          Tu mens !!! Ouvre tes modules. Les tiens, ceux que tu as eu si tant est que tu les ais jamais ouverts. Et tant que tu y es prends ceux d’Alain Juillet s’il les a eu un jour et lis nous :

          Cahier N°1 pages : 8, 12, 14, 15, 43, 44, 47, 72
          Cahier N°2 pages : 21, 22, 24, 25, 41, 42, 43, 44, 49, 50, 52, 69, 70, 71

          Ce sont toutes les pages où il est fait référence à la Révélation. Fais preuve pour une seule fois d’honnêteté intellectuelle et de courage. Envoie tes exemplaires comme ceux d’AJ à Géplu. Il nous dira qui mens de toi, Juillet ou moi.

          Tu es, vous êtes… grotesques.

          • 18
            brutus 2 mars 2015 à 05:09 / Répondre

            @reco
            Oui il y avait bien un module comportant la liste des livres sur lesquels les serments pouvaient être prêtés dont tous ceux des religions et sagesses asiatiques qui ne croient pas en la révélation.
            Dis moi Reco cela ne te gêne pas de dire que puisqu’ils ne croyaient pas en la volonté révélée de dieu, Newton (qui nous a inventé) Voltaire, Lafayette, Franklin, Bolivar, Atatürk, Condorcet, d’Alembert, d’Holbach, et une centaine d’autres de même renommée, devraient, parce que déistes, être exclus de la franc maçonnerie que tu dis régulière, ainsi que la totalité du monde asiatique ? Crois-tu vraiment qu’une fatwa de ton modeste grand maître contre toute la philosophie des lumières dont les franc maçons furent les zélés propagandistes grandit ton obédience ?
            Crois-tu que vouloir faire de la franc maçonnerie une succursale des synagogues des églises des temples et des mosquées (enfin pas des mosquées car cela va fâcher vos nombreux cotisants frontistes) soit oeuvre utile ?
            En fermant la porte au monde des idées et au monde scientifique qui ne sont pas religieux et auxquels vous interdisez vos temples, vous démontrez votre anachronisme et votre absolue inutilité.
            On m’a rapporté que Servel voulait que la première question de la cérémonie d’initiation soit désormais celle-ci : « Croyez vous en dieu et sa révélation? »
            En tout cas ce serait honnête de votre part de poser cette question pour éloigner nettement de vous ceux qui ne sont pas bigots.
            Avec de pareilles inepties dans la tête vous n’irez pas très loin.
            Qui est grotesque au juste ?
            Votre obédience n’a qu’une seule raison d’être aux yeux de vos dirigeants: permettre à la droite extrême de pouvoir dire en 2017 qu’une partie des maçons ne leur est pas hostile.

            • 19
              Reco-et-c-est-Frere 2 mars 2015 à 09:47 /

              tu mens encore !

              Non seulement tu n’as pas l’honnêteté de répondre. Mais toujours dans TES cahiers qui TE servaient de support de formation (comme à ton chef AJ du reste), Newton est traité dans le Cahier N° 2 : p 38, 41, 42, 43, 44, 46 et Cahier N°3 : P 1, 8, 9, 10, 11, 15, 17
              etc.
              Tes affirmations sous forme de slogans binaires ne sont encore que mensonge et mauvaise foi.
              Toi comme AJ démontrez que vous n’avez fait qu’usurper et tromper les FF tant à la GLNF qu’après

            • 20
              abibala 2 mars 2015 à 11:16 /

              Brutus, tu vois tu n’es plus bien chez nous…et tu es mieux chez les irréguliers puisque tu ne fais que de la politique, je ne comprends même pas tes propos liés aux futurs élections, comme quoi tu es à la bonne place 🙂

              Quand au reste, Reco a raison, j’ai vérifier dans les cahiers tout est bien écrit…

              Dire que tu as passé tellement de temps à la GLNF et que tu es passé à coté de tout cela, c’est impressionnant.

              Un conseil, relis bien tous les textes de la GLAMF parce-qu’à mon avis tu passes à coté de beaucoup de points.

              Au lieu de te faire rapporter des éléments, que seul ceux qui te rapportent connaissent, fait comme tout le monde vérifie tes informations auprès des bons et pas dans ton monde combattant anti GLNF

          • 21
            brutus 2 mars 2015 à 13:55 / Répondre

            Ils sont drôles les Reco Ali :
            Au lieu de dire par exemple : les déistes et asiatiques sont quand même tolérés à la glnf, ils soutiennent que leur exclusion est juste et qu’il en a toujours été ainsi à la Glnf.
            Autrement dit : «Je suis intolérant certes, mais j’ai l’excuse de l’avoir toujours été»
            Complètement bornés ces deux là !

            • 22
              abibala 2 mars 2015 à 14:17 /

              oui oui, Et toi brutus, tu réponds pas à la question que faisais tu à la GLNF toutes ces années ? et toi en bon avocat tu inventes ou plutôt tu penses à notre place en nous tenant des propos ou des exclusion imaginaires..

              C’est aux frères concernés d’avoir une réflexion, ils sont libres de leur choix, tu voudrais leurs imposer une pensée particulière ?

              Bornés ? bornés ? tu t’es vu quand tu as bu 😉 tu n’arrêtes pas sur tous les blogs de France et de Navarre (même aux grand secrétaires des GL étrangères 🙂 ) à écrire des mensonges et tu oses dire que nous sommes bornés…

              Il me semblait que tu étais au REAA, et là aussi, apparemment tu n’as pas vécue la symbolique du miroir, mais à la lecture de tes commentaires je peux le croire puisque tu n’as jamais su ou lu nos cahiers de formations.

              je ne savais pas que les asiatiques étaient interdit de GLNF, ça doit être une nouvelle religion 😀

            • 23
              Reco-et-c-est-Frere 2 mars 2015 à 17:27 /

              Il n’a que toi pour soutenir tes mensonges. J’observe d’ailleurs que tu ne réponds à aucune des questions particulièrement précises.

              Ainsi, tout comme les cahiers de formation n’ont pas changé et disent ce qui était déjà vrai de ton temps et de celui d’AJ. Ils maintiennent aussi la cohérence de l’ouverture aux asiatiques notamment. C’est toujours du reste dans le livret d’accueil page 27.
              Extrait :
              « I.4 F – Livres saints et Livres sacrés
              Les Livres Saints doivent présenter les caractéristiques fondamentales de
              révélation, ce sont :
              – La Bible (Ancien et Nouveau Testament) – Seul Volume de la Loi Sacrée.
              – Le Coran, des Musulmans (ne peut être le VLS).
              – La Thora ou Tora ou Torah, du Judaïsme (ne peut être le VLS).
              Outre ces Livres Saints, la Grande Loge Nationale Française admet comme
              Livres Sacrés pour l’Obligation :
              – Les Quatre Livres, de la Doctrine de Koung-Fou-Tseu.
              – Le Tao Teh King, des Taoïstes.
              – Le Tripitaka, du Bouddhisme.
              – Les Vedas, de l’Hindouïsme.
              – Le Zend Avesta, du Zoroastrisme. »

              Vous seuls par mauvaise foi, mensonge et calcul affirmez le contraire. Tes tentatives de démontrer une incohérence ne fait que confirmer ce que j’affirme. Vous êtes avec ton AJ, soit des menteurs, soit des usurpateurs qui ont occupé des fonctions à la GLNF sans ne jamais en lire un seul des supports que vous aviez la charge de faire connaître.
              Tu es, vous êtes malhonnêtes !

  • 12
    Oscar 1 mars 2015 à 10:34 / Répondre

    Non seulement la CMF n’existe plus, si elle n’a jamais existé… mais il est à se demander si la GLAMF n’est pas en train, elle aussi, de se fissurer, avant de peut-être exploser.
    En effet ce conflit qui éclate maintenant au grand jour à l’intérieur de cette obédience entre d’une part les toujours tenants de la régularité et de la recherche de la reconnaissance, et d’autre part ceux qui veulent évoluer (faute de mieux) vers une maçonnerie résolument libérale, laisse mal augurer du futur.
    Il va bien falloir choisir, et les quelques mois de réflexion annoncés par AJ ne seront sans doute pas de trop pour essayer d’éviter une éventuelle scission officielle entre ces deux courants !
    Et il faut également ajouter un autre conflit maintenant quasiment reconnu entre Claude Beau l’actuel GM de la GLAMF issu du Rite Français très minoritaire dans cette obédience, et la Maison du RE2A représentant environ 90% de son effectif qui veut bien entendu continuer à imposer ses vues partisanes.
    Là aussi cela risque de ne pas être facile !
    Comme on peut le voir, l’avenir de la GLAMF semble bien incertain !
    Beaucoup de Frères de cette obédience l’on bien compris qui viennent d’ores et déjà frapper à la porte de la GLNF chez qui les demandes de réintégration affluent de plus en plus nombreuses.

  • 6
    danielDH 28 février 2015 à 18:23 / Répondre

    À titre personnel, j’ai choisi la mixité, car je ne me vois pas me priver de la sensibilité de 50% de l’humanité.
    Que dire de l’affirmation : »Quant il s’agit de travailler ensemble, en loge, pour bien travailler il faut le faire dans un cadre strict. Et pour bien travailler, il faut séparer les hommes et les femmes, « ? Remplacer un dogme par un autre dogme?
    Enfin Bouddha (le Bouddha historique) n’a rien révélé, et ne le bouddhisme ne demande pas la reconnaissance d’un principe créateur quel qu’il soit (c’est la notion de l’impermanence et celle de la vacuité qui dominent).

  • 4
    brutus 28 février 2015 à 16:20 / Répondre

    Saluons Alain Juillet pour cette interview franche et claire si porteuse d’espoir pour notre troisième voie, non politique ni religieuse et fidèle aux valeurs primitive de 1723

    • 5
      jean Rosen 28 février 2015 à 18:06 / Répondre

      Bonjour Brutus,
      Voir dans la pénombre, s’orienter dans les marécages que voilà une belle performance .
      Trop de lumière nuit, c’est clair !
      Voie ou impasse, telle est pourtant la question ?
      A moins que ce ne soit qu’une question de Foi en … A Juillet 🙂
      Jean

    • 7
      abibala 28 février 2015 à 18:48 / Répondre

      On peut imaginer aussi une quatrième voie et une cinquième…bienvenue en France 🙂

      • 8
        brutus 28 février 2015 à 20:32 / Répondre

        Il n’y a qu’une voie en effet : celle de la Glnf : croyance en un dieu révèlé sinon dehors + dictature des courtisans du Suprême Conseil + multiplication d’illétrés enrubannés et infatués de titres courtelinesques.
        La Glnf n’est prise au sérieux que par elle même. Les anglais, qui veulent la ruine de la maçonnerie française, se rient du bon tour qu’il lui ont joué en reconnaissant le royaume fantoche du père Ubu.

        • 9
          abibala 28 février 2015 à 21:13 / Répondre

          Brutus cela fait très très très longtemps que nous avons tous compris ton aigreur envers la GLNF, tu sais, celle dont tu as fait partie pendant de longues années et dont tu as même tout fais pour la défendre au tribunal…seul toi ne l’a pas vu désolé, mais bon courage dans ta nouvelle obédience, travail et persévère ! 🙂

          • 10
            brutus 1 mars 2015 à 07:22 / Répondre

            @alibaba
            Mon aigreur à l’encontre de la Glnf à une cause et une seule : 
            Du temps de Stifani il n’y avait aucune démocratie mais aucune querelle religieuse dans la Glnf.
            Du temps de Servel il n’y a toujours pas de démocratie mais en plus règne (statutairement et concrètement) l’intolérance religieuse : 
            les Déistes, Bouddhistes,et autres Sagesses asiatiques ou africaines sont exclus. 
            Seuls les juifs, les musulmans (mais pas trop) et les chrétiens sont bienvenus. 
            Pourquoi ? Parce-que Servel à décrété :
            «Le Grand Architecte de l’Univers c’est Dieu, parce que s’il n’est qu’un symbole chacun peut y mettre sa propre conception et ce qui n’est pas du tout le cas de la franc-maçonnerie régulière.»
            Et bien, qu’un prétendu maçon (comme cet avocat de province) prétende à contrôler la liberté de conscience et à sonder les âmes, est une abomination.
            Il est du devoir de chacun dans ou hors de la Glnf de s’insurger et de dénoncer cette contre maçonnerie qui n’hésiste pas à renier notre seule et unique raison d’être au Monde : l’esprit de Tolérance.
            Cette guerre de religions dans la Franc maçonnerie, c’est bien Servel qui l’a déclarée. 
            La guerre n’est pas finie : elle commence et elle sera longue.

            • 11
              abibala 1 mars 2015 à 07:58 /

              Euh….il va falloir que tu fasses « la guerre » (bonjour les propos pour un maçon..) aux 170 GL qui respectent les Basic Principle…et ta jalousie du petit avocat parisien me surprend surtout entre confrère 🙂

              Servel n’a rien introduit, j’ai 28 ans de GLNF et je l’ai toujours su…

              Mais si tu n’as rien d’autre à faire, que faire la guerre ? et bien amuse toi 🙂

              Nous, nous allons faire de la maçonnerie et essayer de perpétrer l’amour de notre prochain par un travail personnel….mais sans toi c’est mieux, je ne voudrai pas me faire tuer (humour)

              Bon courage mon frère c’est comme ça qu’on dit non ?

  • 3
    Oscar 28 février 2015 à 14:45 / Répondre

    Voilà bien un monument de mauvaise foi, de contradictions, d’amalgames, de contre-vérités et d’interprétations fallacieuses et tendancieuses… dont la complexité touffue me semble précisément calculée… pour que personne n’y comprenne rien.
    Et aussi pour essayer de faire croire aux lecteurs de ce blog que la GLAMF et la CMF sont régulières… alors qu’elles ne le sont, bien entendu, absolument pas.

    J’ai par ailleurs noté les propos suivants, imputés à Jean-Pierre Servel :

     » Vous ne pouvez pas être réguliers si vous n’êtes pas reconnus.  »

    Alors quand on pousse la mauvaise foi à ce paroxysme, quand on utilise le mensonge de cette façon éhontée pour essayer de déconsidérer un éventuel adversaire, cela me parait quand même bien grave, même si je veux bien reconnaitre que la frustration engendrée par les échecs récurrents de la Glamf et de la CMF, depuis plus de deux ans, puissent pousser certains à perdre un peu leurs nerfs.
    Trop gros, monsieur Juillet… beaucoup trop gros !
    A qui pensez-vous faire croire que le GM de la GLNF ait put dire une ânerie de ce genre ?
    Ou alors, vous avez mal compris…sans doute a-t-il dit :

    « Vous ne pouvez pas être reconnus (GLAMF et CMF) car vous n’êtes pas réguliers »

    Géplu,pourrais-tu, en tant que réalisateur de cette interview, demander précisément à AJ… ou et quand JP Servel aurait pu écrire ou prononcer cette phrase ?
    Je doute, et nous sommes nombreux dans ce cas, qu’il puisse y répondre !

  • 2
    abibala 28 février 2015 à 10:55 / Répondre

    TC Alain Juillet, la différence avec le GM Jean Pierre Servel est que lui précise bien lors de toutes interventions que la GLAMF a choisie sa voie et c’est respectable alors que dans tes propos, à part dire que la GLNF est une succursale et se marginalise je ne vois rien de positif…

    Ce qui me fait sourire énormément c’est que tu dis que la GLUA a reconnue très rapidement la GLNF parce qu’elle « serait » sa succursale…tu me diras comme les 170 GL mondiale. Mais surtout ce qui me fait éclater de rire c’est ce qui si vous aviez été reconnue avant….comment auriez vous traité le point du Dieu révélé ? puisque c’est la règle…mais ça on ne le saura jamais et aujourd’hui il est plus simple de dire que ce n’était pas dans tes intentions…

    Tes qualités d’homme de renseignements et « d’arrondissement » de situation te permette de toujours retomber sur tes pieds, mais c’est pas important…ce qui est important c’est que les frères de la GLAMF se sentent bien dans leur spécificité.

    Soyons très prudent jamais la GLNF ne sera le GO et inversement, mais rien n’empêche des colloques ou conférences ouvertes !!! si le thème reste maçonnique, moi je trouve cela intéressant.

    Surtout arrêtons de dire qui est meilleur que l’autre, libre à chacun de choisir son chemin dans le respect…

  • 1
    jean Rosen 28 février 2015 à 09:00 / Répondre

    Bonjour,

    Dieu que c’est compliqué tout ça !
    « ce qui est compliqué n’est pas maçonnique »…. alors simplifions.
    Régularité est une chose
    Reconnaissance en est une autre
    on peut donc être régulier mais pas reconnu.
    Pas reconnu pourquoi ?
    parce que
    Dieu
    Dieu révélé
    Grand Architecte de l’Univers ,
    ça ce complique !
    Si le GADLU est Dieu il s’agit de facto de Dieu révélé, il suffit de levé les yeux pour le croire !!
    Alors simplifions parlons de
    DIEU
    de croyant et de non croyant en Dieu et tous les réguliers seront reconnaissables
    Les femmes, ah les femmes !
    le seul problème est qu’elles sont femmes et moi homme
    alors oui oui oui mais à partir d’un certain âge
    d’un âge certain
    après avoir passé les quarantièmes rugissants
    les cinquantièmes hurlant
    les soixantièmes apaisants
    et qu’apparaissent au loin,les étendues lumineuses du paradis blanc 🙂
    Alors pour l’instant nous ne sommes pas assez vieux, pas assez grands
    pour travailler au quotidien avec nos moitiés
    Retrouvons-nous au sommet, lors de sommets
    entre frères et sœurs voilées, de pudeur.

    Au final deux obédiences
    l’une athée et une autre où théistes et déistes devraient pouvoir se comprendre
    à deux ce serait mieux et plus maçonnique parce que moins compliqué.
    Mais alors se pose un énorme problème
    il suffirait de deux GM….!!!!!
    Ici en France, c’est un problème majeur, n’est-ce pas M Juillet ?
    Jean Rosen

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
odio dictum ipsum tristique neque. Praesent facilisis leo accumsan