L’islamophobie ou la fabrication d’une idéologie

Par Géplu dans Edition

Notre frère Philippe Foussier, président délégué du Comité Laïcité République m’a autorisé à reproduire la recension qu’il a effectuée du livre d’Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau, Islamophobie : la contre-enquête, paru aux Éditions Plein Jour.

_____________________________

C’est un livre très éclairant que proposent la journaliste Isabelle Kersimon et le juriste Jean-Christophe Moreau, en invitant le lecteur à les suivre dans une enquête sur l’origine du mot « islamophobie » et sur la fabrication d’une idéologie. En refermant le livre, on se dit qu’on n’emploiera plus ce mot comme avant… voire plus du tout. On remarquera d’ailleurs qu’un certain nombre d’esprits avisés ne l’utilisent jamais, lui préférant lorsque cela se justifie la désignation d’une « haine contre les musulmans », tout à fait différente de ce terme d’islamophobie qui sous-tend qu’on ne peut critiquer une religion.

C’est le mérite de cette analyse d’établir de manière distanciée, références à l’appui, comment le concept est instrumentalisé et comment il sert d’arme politique et médiatique aux intégristes. Loin des anathèmes, ce livre permet de prendre la mesure du phénomène. Les auteurs proposent un détour par les instances internationales, certaines d’entre elles ayant relayé le terme au service d’une interdiction du « blasphème » et on perçoit la logique pernicieuse qui vise à imposer le mot dans des instances officielles pour lui assurer une légitimité, même si les médias ont déjà largement assuré sa publicité. Kersimon et Moreau illustrent aussi leur propos au regard d’épisodes comme la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école, votée à la quasi-unanimité du Parlement, et dont les propagandistes du concept d’islamophobie tentent souvent avec succès de contester la légalité.

Charb Lettre aux escrocs« Notre société est peut être plus saine que nous le pensons », soulignent les auteurs. « Elle est certes traversée de crispations, de peurs irrationnelles, de réflexes de rejet et hélas d’extrémismes mais elle n’a pas commis ce crime contre la raison qui serait un rejet total de l’islam et des musulmans », avancent-ils à rebours d’un discours dominant d’autant plus asséné qu’il n’est jamais étayé. Notre société, poursuivent-ils, « tente indéniablement, parfois avec des maladresses, parfois avec des arrière-pensées, d’offrir aux musulmans une place digne de l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes : la place de citoyens libres et égaux en devoirs et en droits. Naturellement, une France viscéralement islamophobe aurait mieux convenu aux théoriciens de l’éternelle culpabilité. C’est sans doute pourquoi ils mettent tant de passion à la fabriquer. »

En complément, il faut lire le bref opus de Charb, bouclé deux jours avant qu’il ne tombe sous les balles de kalachnikov des fanatiques, Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes (Les Echappés, 96 p., 13,90 €). On sera ainsi tout à fait vacciné contre l’emploi du terme.

Philippe Foussier

________________________________
Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau, Islamophobie : la contre-enquête, Plein Jour, 288 p., 19 €.

samedi 02 mai 2015 16 commentaires
  • 14
    guillaume 6 mai 2015 à 16:36 / Répondre

    L’islamophobie (composé d’islam et de phobie – du grec phobia, qui veut dire craindre, avoir peur), a été inventée par l’ayatollah Khomeiny dans le but d’interdire toute critique de l’islam. Les islamistes utilisent le mot islamophobie en essayant d’assimiler l’islam à une race et ainsi d’obtenir par ce subterfuge la condamnation pour racisme ou à défaut pour blasphème. Beaucoup de politiciens utilisent ce mot dans le sens de racisme, comme le souhaite les islamistes. (57 pays musulmans demandent à l’ONU que le blasphème soit puni dans tous les pays). Ainsi la liberté d’expression serait supprimée sur le plan mondial. On a le droit d’être islamophobe, christianophobe, protestantophobe, cathophobe, ou bouddhaphobe, etc. On a le droit d’avoir peur des religions, parce que cette phobie est justifiée et n’a donc aucun sens pathologique (je mets religion au pluriel), pas uniquement l’islam – 16 siècles de persécution chrétienne criminelle, contre des sorcières ou des hérétiques innocents, le justifient amplement, mais aussi la barbarie religieuse actuelle, par des attentats islamistes, partout dans le monde ou l’intolérance religieuse chrétienne aux Etats-Unis, plutôt une semi-théocratie qu’une démocratie.
    Il faut que chacun sache qu’on a le droit d’aimer, d’adorer, de vénérer, d’aduler, de glorifier une « idéologie » qu’elle soit « religieuse » ou « pas », mais on a aussi le droit de mépriser, haïr, détester, répugner, exécrer une idéologie religieuse ou pas ou de s’en moquer. L’idéologie religieuse ne peut pas être soustraite au libre-examen comme toutes les autres idéologies. Une idéologie est dépourvue de « tout sentiment », elle ne peut s’émouvoir, il est donc impossible de diffamer lune idéologie, contrairement à ce que l’islam prétend, pour nous bâillonner, nous museler. Le Coran dit des infidèles: Les infidèles sont des méchants (Sourate II, 25, 26, 255, sourate VIII,38, sourate LII,47, Sourate LXXI,29)des perfides (II,26), des imposteurs (Sourate III,54), des impies (Sourate III,144)des pervers (Sourate V,75) les plus pervers de tous les êtres créés (Sourate XCVIII,5) des menteurs (Sourate VI, 28, Sourate LI,10) des réprouvés (Sourate VII, 44) pas animaux plus vils, sourds et muets (Sourate VIII, 22, 57),des idolâtres (Sourate IX, 5) des criminels (Sourate X,14, Sourate LV,43 ? Sourate LXXVII, 46) des injustes (Sourate IX, et Sourate X, 53)) des hypocrites (IX, 69) des maudits (Sourate IX, 69) des prévaricateurs (sourate XLVI, 19) des fourbes (Sourate LII, 46), des suppôts de Satan (Sourate IV, 78). Le Coran (de la sainte intolérance) qui déshumanise le mécréant et l’insulte à chaque page, devrait donc rester préservé de toute critique, sinon c’est de l’islamophobie méritant la peine de mort. Comment les musulmans ne sont pas offusqués en lisant ce que le Coran dit des non-musulmans? Comment peuvent-ils accepter cette idéologie haineuse et criminelle coranique, et même vénérer des vers coraniques tout à fait criminogènes? L’islam veut imposer sa loi ici en Europe, d’une part à l’aide du Conseil européen pour la Fatwa et d’autres part par la terreur, comme cela s’est encore passé à Charlie Hebdo (plusieurs attentats successifs), où le dernier fit 12 morts. Le but de tels crimes islamiques abominables est « d’imposer déjà la charia par la terreur » en contraignant les Européens à l’autocensure complète (plus aucune critique sur l’islam), pour éviter d’être assassinés. Les islamistes veulent déjà maintenant nous enlever nos libertés et déterminer ce que nous pouvons penser, dessiner, dire ou écrire, sous peine de mort. Il ne faut pas oublier Théo Van Gogh assassiné pour ses critiques sur l’islam et tous les autres tués ou menacés, ni les attentats islamiques de Londres ou de Madrid, qui ont pour but de nous imposer la soumission par la terreur, sans que nos politiciens bougent, mais viennent même radoter que cela n’a rien à voir avec l’islam, par lâcheté pour par intérêt politique. Il faut avoir le courage de s’y opposer. Le croyant est protégé, pas sa croyance, sinon c’est la dictature des croyants sur les incroyants, via une loi anti-blasphème. La liberté religieuse n’existe pas sans la liberté de ceux qui pensent autrement. C’est pourquoi il est inadmissible que des pays européens à majorité chrétienne au parlement, continuent à maintenir en vigueur des lois interdisant le blasphème. Ces chrétiens estiment qu’eux seuls ont le droit de ce qu’on peut penser, c’est de la dictature religieuse et indigne de pays européens. Que pensent-ils si demain une loi punirait l’athéophobie de 25.000€, ce qui est le prix pour le blasphème en Irlande? Le pape Benoît XVI assimile les athées aux nazis, il est libre de penser ce qu’il veut, mais les chrétiens n’ont pas alors à nous interdire d’avoir aussi une opinion sur leur religion ou de critiquer la pape qui critique les athées.

    • 15
      Chicon 7 mai 2015 à 18:50 / Répondre

      Il’est utile comme vous l’avez fait de montrer le contenu des Sourates ce que personne ne fait jamais.

    • 16
      Luciole 8 mai 2015 à 15:38 / Répondre

      Hélas d’accord avec Guillaume!

  • 12
    carbon14 5 mai 2015 à 11:35 / Répondre

    Le jour où on ne mesurera pas son émotion face à un drame, un crime à savoir la nationalité, la religion, l’ethnie de la victime ou de l’agresseur on aura un peu progressé.
    Accident aerien : 150 morts … Ah ! pas de français … c’est bon alors !

  • 11
    astronome64 3 mai 2015 à 18:10 / Répondre

    Plaque en hommage à Ian Halimi brisée… Jack Lang appelle à lutter contre le racisme et l’islamophobie… il n’a pas du avoir le temps de lire ce livre….

  • 7
    bibiche 3 mai 2015 à 10:53 / Répondre

    Et si on arrêtait d’en parler, c’est à dire à toujours remettre de l’huile sur le feu et, de ce fait, à entretenir ce qu’on dit « condamner » ?

  • 6
    Duterroir 3 mai 2015 à 10:27 / Répondre

    Pour ma part, je n’utilise jamais le terme d’islamophobie pour deux raisons: d’abord, les phobies sont une catégorie de la psychiatrie et donc se défier des fondamentalistes violents totalitaires et barbares relèverait précisément de cette discipline, ce que je récuse et d’autre part, on voit tout de suite l’instrumentalisation politique qui est derrière: un tel mot c’est du nanan pour des Tariq Ramadan et autres propagandistes d’une religion totalitaire aux visées conquérantes quand elle est promue par ces gens là. Il convient donc de lutter contre eux, car si la loi protège la foi, la foi ne saurait faire la loi. Nos sociétés sont laïques et ce n’est pas pour rien. « Notre père qui êtes aux cieux, restez-y »! (Jacques Prévert)

    • 8
      perhouan mik 3 mai 2015 à 11:26 / Répondre

      Plus précisément la loi ne protège pas la foi, elle organise un espace de liberté pour la « la liberté de conscience  » et toutes les formes d’expression auxquelles celle-ci nous permet d’accéder;
      Ainsi la loi,  » protège » (en votre sens) aussi, je dirai même avant tout, ceux dont la liberté de conscience n’est déterminée par une foi, qui n’ont pas la foi, qu’elle soit religieuse ou d’autre nature .

      • 9
        perhouan mik 3 mai 2015 à 11:28 / Répondre

        …. « ceux dont la liberté de conscience n’est pas déterminée par une foi, qui n’ont pas la foi, qu’elle soit religieuse ou d’autre nature . »

    • 10
      astronome64 3 mai 2015 à 11:58 / Répondre

      Pas faux…. nos amis staliniens et autres kmers avaient (ont ??, même s’ils s’affublent aujourd’hui d’autres identités) le talent pour placer en psychiatrie les opposants avant d’en faire ce que l’on sait… Ramadan …mmmm un grand humaniste…

    • 13
      Chicon 5 mai 2015 à 21:00 / Répondre

      @ duterroir – C’est dommage qu’on n’apprenne plus ni latin, ni grec, on aurait pu trouver un autre nom qu’islamophobie qui presente en effet un cote medical.

  • 4
    Guy 3 mai 2015 à 08:15 / Répondre

     » i have the dream » et si on supprimait toutes nos religions, nos magouilles politico financières , si au lieu de ce parler par sms ou mail on aillait chez l’autre.
    c’est une idée pour connaitre son voisin non!!
    GUY

    • 5
      astronome64 3 mai 2015 à 09:07 / Répondre

      « and if…. » Ami de l’utopie et de l’uchronie, bonjour ! habitant sur la côte basque, je suis persuadé qu’ils seraient nombreux à vouloir aller chez l’ autre et profiter des vagues ( mmm un petit 2 m. bien glassy..) et de la piscine…maintenant aller à Trappes ou Marseille, je suis dubitatif…. just kidding !

  • 3
    astronome64 3 mai 2015 à 07:38 / Répondre

    Si les membres de l’extréme gauche, d’Europe Ecologie les verts, de la gauche inspirée des thèses de Terra Nova, des mouvements communautaires type CCIF ou MRAP, les gens des médias et bien sur le journaliste-commissaire du peuple-se prenant pour Zola, achètent ce livre…la fortune de leurs auteurs est faite et la bêtise reculera d’autant.

  • 2
    Chicon 2 mai 2015 à 21:00 / Répondre

    Entre les islamophobes et chretienophobes, on n’est pas sauves.

  • 1
    perhouan mik 2 mai 2015 à 10:07 / Répondre

    « …tu ne prendra pas les mots pour les idées »

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
eget elementum Sed felis Nullam id