lettres persanes

Comment peut-on être maçon à la BnF ?

Par Alain Bauer dans Contributions

Il est des chercheurs et des historiens maçonniques contemporains comme des persans de Montesquieu il y a trois siècles. Au lieu de se féliciter du choix des américains de choisir Paris, des anglais d’y venir de bonne grâce, des français de les accueillir avec joie, des italiens, espagnols, allemands, suisses, suédois, danois… de venir avec intérêt, on regarde de loin, on critique, on ratiocine. Alors disons le franchement, et donc fraternellement, la conférence organisée par nos amis (et frères) américains fut un succès pour la science, pour le débat, pour l’échange. Et pour la maçonnerie française dans sa pluralité et sa diversité.

Nul besoin de contorsions ni de mensonges sur la régularité. Rien que de la bonne fraternité de celles et ceux qui ont appris à lire et à écrire. Et qui ont savamment épelé toutes les lettres de l’alphabet pour mieux entendre, mieux apprendre et mieux comprendre. Un cycle ouvert en 2003 avec la création de l’institut maçonnique de France (outil ouvert à celles et ceux qui publient des études et des recherches), se poursuit avec les salons du livre maçonnique, avec les conférences et expositions des musées maçonniques, avec la conférence de Mai 2015, avec la grande exposition à la bibliothèque nationale de France à partir d’avril 2016, puis une nouvelle conférence mondiale en 2017 organisée à nouveau par nos amis et frères de Washington,…

Jamais autant d’ouvrages français n’ont été publiés pour le public maçonnique anglo saxon. Paris est devenue la capitale mondiale de la franc maçonnerie. Sans rien ignorer, sans rien renier. Par hospitalité et fraternité. Force, Sagesse, Beauté se conjuguent aisément avec Liberté, Egalité et Fraternité, et si nous ne sommes pas encore tous satisfaits d’avoir reçu un salaire intellectuel mérité, reconnaissons au moins aux frères américains et anglais, de nous avoir retrouvés….

Tout le reste n’est que diplomatie de bazar.

Alain BAUER
Franc Maçon

mardi 02 juin 2015 9 commentaires
  • 4
    jean-Pierre Bacot 2 juin 2015 à 17:28 / Répondre

    Je n’ai malheureusement pas pu assister à ces débats
    Mais si jamais actes il devait y avoir
    Critica Masonica se ferait un devoir d’en rendre compte

  • 3
    astronome64 2 juin 2015 à 11:04 / Répondre

    Comme il n’y a pas à chaque tenue Mozart assis sur les colonnes, c’est un plaisir que de lire les propos du F Bauer, c’est consolant …et puis la statue de la liberté est française !!! Na !!!

    • 7
      Czerniak Léon 3 juin 2015 à 13:06 / Répondre

      en 1968, quand j ‘étais profane et que j ‘ai appris que la statue de la Liberté a été faite en France par Bartholdi franc maçon , je me suis dit que je serai fier d ‘etre franc maçon.
      fraternellement à toutes et à tous
      Léon Czerniak initié en 1969

  • 2
    alain-jacques Lacot 2 juin 2015 à 10:19 / Répondre

    Diverses initiatives, colloque à la BNF, rencontres maçonniques La Fayette, salon maçonnique du Livre de Paris 2015, montrent qu’il est possible, au-delà des querelles de chapelles de créer des évènement qui rassemblent la Maçonnerie Française, dans sa pluralité et sa diversité.
    Tout ce qui peut « réunir ce qui est épars » est à encourager, pour faire entendre la voix de la FM dans le monde car, ne l’oublions pas, nos valeurs communes, plus importantes que ce qui nous sépare, régressent partout dans le monde, en même temps que les effectifs de la FM anglo-américaine.

    • 5
      Yasfaloth 2 juin 2015 à 20:20 / Répondre

      Oui, enfin, tout cela reste quand même de l’ordre du profane le plus strict. Ce n’est pas vraiment l’objet de la maçonnerie, et concerne assez moyennement le frère apprenti de Carcassonne…

      • 8
        Roger Dachez 3 juin 2015 à 20:27 / Répondre

        Sans doute, Cher Yasfaloth, mais rien n’empêche l’apprenti de Carcassonne d’apprendre à lire !…
        Si les maçons consacraient moins de temps aux querelles obédientielles et davantage d’efforts à la connaissance plus approfondie des sources historiques et intellectuelles de l’Ordre maçonnique, le petit monde des loges, surtout en France, irait peut-être mieux.
        Au cours de ce weekend, à Paris, l’érudition maçonnique internationale s’était donnée rendez-vous : pas de concours de gros bras, d’inepties dans le genre  » mon Rite est plus traditionnel que le tien », « mon obédience plus ancienne », etc. Juste la convivialité naturelle et la courtoisie de gens qui ont étudié des sujets dont ils aiment parler, notamment pour comparer – et non confronter – leurs points de vue éventuellement divergents. Un seul objectif commun: non pas avoir raison contre l’autre, mais partager les questions qui permettent d’approcher le cœur de phénomène maçonnique dans toute sa complexité historique.
        Et cela n’aurait rien à voir avec la maçonnerie ? Sincèrement, j’ai un peu de mal à le penser…

        Frat.

        • 9
          Yasfaloth 3 juin 2015 à 22:32 / Répondre

          Mon TCF Roger, je vais essayer de ne pas faire trop long…
          .
          Je pense que la finalité première de la maçonnerie est d’initier des maçons, des femmes ou des hommes, qui à travers un processus intime et individuel de transformation, vont chacun à leur mesure pouvoir rendre meilleure notre société.
          .
          Tout ce qui n’est pas directement lié à ce processus, qui se passe en loge, me semble être de l’ordre du profane… maçonnique bien sûr, mais profane quand même : cela se passe devant le « temple », pas dedans. Je n’ai pas dit que ce n’était pas intéressant, voire passionnant, ni que cela ne pouvait pas être l’occasion de mettre en œuvre et de démontrer la fraternité qui doit nous inspirer. Tout ce qui peut réunir ce qui est épars est effectivement une très bonne chose.
          .
          Ce que je voulais surtout dire en évoquant mon « apprenti de Carcassonne », c’est que j’ai un problème avec la floraison d’études et manifestations historiques concernant la maçonnerie, et surtout leur « publicité ». En effet qu’elle que soit votre honnêteté intellectuelle en tant qu’auteur ou chercheur, vous avez (presque) tous la particularité d’être directement impliqués dans votre objet d’étude.

          Pour illustrer : il est évident que ce n’est pas faire injure à un historien de l’aviation lié au groupe Dassault de penser qu’il n’écrira pas le même livre qu’un historien de chez Boeing.
          .
          Mon apprenti court alors, au risque de se perdre, trois dangers : le premier c’est d’être trop tôt confronté à l’aspect, un peu chaotique, de l’histoire de notre ordre, et d’y noyer, par un questionnement trop précoce, les quelques repères qui lui seront nécessaire pour réussir les premiers temps de son initiation dans la structure obédientielle qu’il a choisie.
          .
          Le second, s’il se contente, comme c’est souvent le cas, d’un ou deux auteurs, c’est d’intégrer sans s’en rendre compte un point de vue historique connoté, et ce, alors qu’il n’aura pas encore intégré l’appareillage critique nécessaire.
          .
          Et enfin le dernier danger, et non le moindre est de se voir dévoilé, même qu’allusivement, des éléments du processus initiatique qui ne sont pas de son « niveau » et de voir ainsi pollué le dit processus, qui plus est dans des formes parfois éloignées de ce qui sera la sienne.
          .
          Et donc, mon TCF Roger, je suis raisonnablement convaincu, qu’il est bon pour un jeune maçon de s’en tenir, dans un premier temps, au schéma historique simplifié que lui propose sa structure, quelle qu’elle soit, même s’il n’est pas « universel »; et de ne conseiller « l’approfondissement des sources historiques et intellectuelles de notre Ordre » qu’aux maçons expérimentés aptes à en éviter les pièges et à en tirer la « substantifique moelle ».
          .
          Fraternellement

  • 1
    Augustin1813 2 juin 2015 à 09:52 / Répondre

    Ah mes Amis français, vous m’épaterez toujours! Voici Paris promue au rang de Capitale Mondiale de la Franc-Maçonnerie!!!
    Félicitations…

    • 6
      Luciole 2 juin 2015 à 20:34 / Répondre

      On n’a que le plaisir que l’on se donne!

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
Aenean Phasellus elementum adipiscing nunc Lorem ut Nullam