Humanisme 311

« Humanisme » de mai 2016 veut réinstituer la République

Publié par Géplu

Humanisme 311Evoquant Edgar Quinet, ce Frère républicain exilé de France à cause de ses idées républicaines pendant le Second Empire, Samuël Tomei, le rédacteur en chef d’Humanisme, écrit dans son éditorial : (…) faut-il rester spectateur de l’effritement des quatre piliers sur lesquels repose l’édifice républicain : indivisibilité, laïcité, démocratie et solidarité ? Doit-on rester passif face au lent effondrement d’institutions maîtresses comme l’école, qui n’instruit plus le suffrage universel de demain, ou l’université, placée sous l’emprise des gestionnaires… ? (…) les citoyens de demain pourront-ils seulement dire que la République était belle sous la Cinquième agonisante ? Ne revient-il pas à des foyers de réflexion comme le Grand Orient, qui doit constituer une sorte de temple de l’exil intérieur, de penser la réinstitution de la République ? (…)

Que faire quand Marianne pleure sur le devenir douloureux de notre république ? Se demande Charles Coutel responsable du dossier de ce numéro. Pour commencer à répondre à cette interrogation, Humanisme a posé la même question à une dizaine d’auteurs : Pourquoi et comment réinstituer la république aujourd’hui ?

Dire l’objet précis de nos souffrances politiques est un grand pas, mais ceci ne suffit plus, explique Charles Coutel. L’explication, si brillante fut-elle, n’est rien sans un processus de mobilisation active et continue. Par elle, nous cherchons à comprendre pour agir et (re)construire. C’est toute l’ambition de ce dossier, dont les contributeurs ont accepté de « jouer le jeu ». On pourra lire leurs interventions en suivant un ordre de succession chronologique et historique (suivi par le sommaire), ou un ordre plus thématique reliant toutes les contributions dans un dialogue confraternel.

Consultez le sommaire du numéro : Sommaire Humanisme 311
Humanisme peut être commandé chez Conform-Edition

dimanche 29 mai 2016
  • 11
    357
    4 juin 2016 à 12:10 / Répondre

    Belle présentation d’Hiram.be dans ce numéro d’Humanisme. Géplu, modestement, ne l’a pas signalée. Donc je le signale car c’est mérité.
    J’aime ceux qui entreprennent, qui créent, qui construisent. Ce vent optimiste fait du bien.

  • 8
    Giorgio Gelsi
    1 juin 2016 à 00:10 / Répondre

    J’ai eu la chance de participer à différents numéros de la revue Humanisme et je dois dire que je suis fier d’avoir travaillé avec « la bande de M. Toméi » et que ce sont plutôt les commentaires d’un Jean de Mazargues qui donnent envie de fuir la FM. Etrange méthode que de faire dire à M. Tomei exactement le contraire de ce qu’il écrit à longueur d’articles… Mais c’est normal, M. de Mazargues (courageux détracteur sous pseudonyme), de son propre aveu, ne lit plus Humanisme. Ce qui en dit donc long sur le sérieux de tous ses commentaires sur Hiram.be. Morgue et paresse intellectuelle vont souvent de pair.

    • 9
      lazare-lag
      1 juin 2016 à 03:52 / Répondre

      Evitons les excès de toute part.
      L’un veut partir à cause de Samuel Toméi (au passage je ne vois pas pourquoi ici, et surtout entre frères, on lui donne du M.Toméi), l’autre fait mine de faire de même à cause de gars comme Jean de Mazargues.
      Comme je l’ai esquissé dans mon commentaire précédent, si chacun excommunie l’autre on n’est ni fraternel, ni constructif. Et surtout on signifie ici qu’on réagit ainsi en profane, pas en franc-maçon, donc qu’on n’a rien à faire sur les colonnes.
      Je reviens un instant sur ce numéro d’Humanisme, pour moi son sommaire me parait très attractif. C’est ça l’important. Faire vivre une revue n’est pas simple, avec des dossiers et des participations comme celles proposées ici voilà de belles pistes de réflexion pour chacun. La République mérite bien ça.
      Quant à l’utilisation d’un pseudonyme, ce n’est pas un argument en soi sur un blog, qui plus est maçonnique. Si l’on doit ne participer que sous son identité réelle, on prend le risque de faire fuir les intervenants. Et de tuer le débat.
      Ce n’est pas cela le but. J’espère.

  • 3
    Adrien Bl.
    29 mai 2016 à 18:21 / Répondre

    Jean, si ce n’est celle-ci, elle est comment ta République ?
    Quelles sont ses valeurs, qui différeraient de celles exprimées ici ?

    • 4
      Jean de Mazargues
      30 mai 2016 à 09:18 / Répondre

      Je pense que M. Toméi n’est pas républicain.

      • 5
        Adrien Bl.
        30 mai 2016 à 10:00 / Répondre

        Ce qui ne nous dit pas, Jean, quelle est ta définition et conception de la République…

        • 6
          Jean de Mazargues
          30 mai 2016 à 14:26 / Répondre

          Ma conception de la république se situe à mi-chemin entre Pettit et Rawls. Pour moi, la République est un Etat de droit dans lequel le pouvoir politique procède du peuple et qui garantit à chaque individu son autonomie et l’absence de domination. M. Toméi conteste la notion d’Etat de droit, a une conception jacobine et autoritaire du pouvoir et subordonne l’autonomie de l’individu à la souveraineté de l’Etat.

  • 2
    RENAULT Michel
    29 mai 2016 à 18:16 / Répondre

    Il y a urgence à agir pour REINSTITUER LES VALEURS DE LA REPUBLIQUE ET LES PARTAGER
    FRATERNITE

  • 1
    Jean de Mazargues
    29 mai 2016 à 16:47 / Répondre

    Ma République ne sera jamais celle de M. Toméi… et le fait que sa L/ soit dans mon obédience me fait songer assez souvent à partir. J’ai par ailleurs renoncé à lire Humanisme, la Pravda de M. Toméi et de sa bande.
    La Chaîne d’Union est bien mieux et c’est une vraie revue maçonnique.

    • 7
      lazare-lag
      31 mai 2016 à 22:30 / Répondre

      D’autres ayant posé la question sur la conception de la République propre à J. de Mazargues, je n’y reviens mais ça méritait d’être éclairci.
      Songer à partir parce que la loge de Samuel Tomei est dans la même obédience, Diable!
      Que je sache cette obédience, qui est également la mienne, c’est quelque chose comme 1.200 loges.
      Forcément, à Mazargues, ou pour Samuel le rédac’ chef, ou pour moi-même d’ailleurs, il y aura toujours une loge qui déplaira, un frangin avec lequel ça ne passera pas.
      Comparer enfin Humanisme et Chaîne d’Union est par définition « incomparable ».
      L’une est une revue ouverte aux profanes, l’autre exclusivement aux initiés. Ce faisant, et même si Humanisme a pu évoluer, notamment ces dernières années, on ne s’adresse pas pareillement à des publics assez différents.
      Il me revient enfin, si la géographie marseillaise est toujours la même, que Mazargues n’est pas le plus mauvais quartier marseillais. Grosso modo, le boulevard Michelet, à partir de l’immeuble de Le Corbusier c’est même assez « rupin ». La République de Jean est peut être (peut être…) plutôt à droite, celle de Samuel plutôt à gauche (Pravda?).
      Cela étant, nous sommes tous au G.O.D.F., et nous nous devons de laisser les métaux en dehors du temple. Les tendances politiques pouvant aussi être des métaux. Et la tolérance devant nous guider en tant que frères, dans le respect des autres et de soi-même.
      Et l’ironie de tout ça veut que le prochain Convent se déroulera à Marseille, à l’autre extrémité de ce boulevard Michelet, juste à coté du Stade Vélodrome, le stade « populaire » des footeux.
      Il faut de tout pour faire une République. Et il faut de tout pour faire une Obédience…

      • 10
        Jean de Mazargues
        1 juin 2016 à 08:59 / Répondre

        Cher Lazare-Lag,
        Le problème est que M. Toméi et sa clique tiennent la revue.
        Quant à Mazargues, je n’y habite pas: c’est le quartier d’origine de ma famille.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Signaler un contenu abusif