Humanisme-313

Humanisme 313 : les limites de l’extrême

Par Géplu dans Edition

le numéro 313 de novembre 2016 d’Humanisme, la « revue des francs-maçons du Grand Orient de France » est sorti. Son dossier est consacré aux limites de l’extrême, ces extrémismes qui nous submergent actuellement.

humanisme-313Parlant de « L’ennemi » , titre de son éditorial, Samuël Tomei écrit : « (…) A cause de notre paresse intellectuelle, de nos abandons, de nos imprécations creuses, nous ne paraissons pas avoir assez pris la mesure de l’émergence d’un autre ennemi qui, lui, égorge nos fils et nos compagnes – et au sens propre hélas.
Au moment où nous semblons œuvrer contre nous-mêmes à force d’user d’une rhétorique éculée, n’y a-t-il pas urgence à un salutaire examen critique ? Seule une claire perception de ce que sont nos ennemis – qui ont vocation à être détruits – , de ce que sont nos adversaires – qui n’ont vocation qu’à être combattu -, nous permettra de nous grandir, de nous affiner dans confrontation avec eux ; donc, plus que jamais, compte l’exactitude des mots employés pour les caractériser, gage de notre victoire. »

Des propos qu’Alexandre Dorna explicite encore un peu plus dans l’introduction du dossier : « (…) Aujourd’hui, à l’heure du terrorisme mondialisé, le moment est effarant, car penser implique de s’asseoir au bord de l’abîme et de réfléchir à la défaite de la pensée occidentale, aux dénis de démocratie et aux délits commis contre l’humanité, de dénoncer les mensonges d’hypocrisie des cyniques qui nous gouvernent. Faut-il assumer la culpabilité de ces milliers de personnes qui sont écrasées par les nouvelles guerres injustes et de la masse d’émigrants qui meurent englouti dans la mer et qui se précipitent aux portes de nos frontières dans une terrifiante globalisation de l’indifférence.
Le terrorisme de l’État islamique vise une guerre civile mondialisée. Nous avons ainsi l’impression d’un retour de la barbarie et de la loi du plus fort. Il y a là un devoir de mieux comprendre l’enjeu actuel, afin de refonder la politique, pour sauver nos propres valeurs et le sens humain de la morale. (…)  La modernité a cessé de nous éclairer, par l’abdication de ses principes et ses propres excès. Le moment est celui de la rupture du symbole de la chaîne d’union de l’humanité. Non sans excès, l’islam est une religion conquérante. Alexis de Tocqueville disait à ce propos « je la regarde comme une décadence plutôt que comme un progrès. » (…) »

Téléchargez le sommaire du numéro : h313-som1  h313-som2
Humanisme est en vente au numéro ou par abonnement chez Conform Edition.

dimanche 27 novembre 2016 2 commentaires

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
consequat. venenatis ut elit. ante. diam