FMM 53

Franc-Maçonnerie Magazine N°53

Par Géplu dans Dans la presse

Franc-Maçonnerie Magazine de janvier/février est paru. Le dossier du numéro est consacré aux relations entre les jésuites, le pape et les francs-maçons.

Jean-Marc Vésinet, rédacteur en chef, présente ainsi le sujet dans son éditorial : Les jésuites exerceront une influence majeure sur la bourgeoisie naissante du XVIIIe siècle, touchant peu à peu toutes les classes de la société. Entre jésuites et francs-maçons va s’établir une forme d’attraction-répulsion, encore vive aujourd’hui. Des jésuites francs-maçons on en trouvera aussi. Quelle position le pape François, jésuite, pourrait-il prendre sujet de la franc-maçonnerie ? Un sujet passionnant à découvrir dans ce nouveau numéro de Franc-maçonnerie magazine.

Quand à Jean-Moïse Braitberg, auteur du dossier, il introduit celui-ci en ces termes : L’élection en 2013 du cardinal jésuite argentin Berdoglio et les positions en apparence « progressistes » qu’il a prise en tant que Pape François ont fait renaître le vieux fantasme d’un complot maçonnique à l’intérieur de l’église. C’est oublier que la même accusation d’infiltration fut portée dans le passé par les francs-maçons contre les jésuites. S’il faut faire table rase aujourd’hui de ces accusations, l’Histoire montre que les relations entre la compagnie de Jésus et le courant spiritualiste de la franc-maçonnerie sont empreintes d’une fascination réciproque.

Un dossier très travaillé et bien documenté sur un sujet sur lequel on ne s’attend pas à trouver autant d’intérêt.

Mais le numéro, de 66 pages, ne contient pas que ce dossier. Découvrez tous les autres sujets développés dans son sommaire : sommaire n53

vendredi 13 janvier 2017 5 commentaires
  • 4
    Chaboud 14 janvier 2017 à 11:20 / Répondre

    Cher monsieur Vincent de Beliou,
    Il semblerait que vous refusiez aux membres (hommes et femmes) de la franc-maçonnerie « irrégulière » la possibilité d’être croyants.
    C’est la première fois que je vois évoquer sérieusement la qualité de « rosicruciens » pour les rejetons incertains et éphémères, mais « faux maçons »de ce qui ne fut qu’un superbe canular .
    Comme disait Raymond Devos, la conclusion de ces sérieuses assertions, un peu dépassées, pourrait être : « il était une foi(s), la mienne ».
    Jack

    • 5
      Chicon 15 janvier 2017 à 19:08 / Répondre

      Le franc-maçon découvre lui-même à force de pratiquer la dimension de son existence. Le chrétien profane la découvre en soumettant sa pensée aux dogmes chrétiens en y adhérant, c’est la foi.
      Le franc-maçon cherche , le profane trouve sans chercher.

  • 1
    Vincent de Beliou 13 janvier 2017 à 14:05 / Répondre

    A l’heure d’une guerre déclarée, par la France, entre autres pays, contre l’origine d’ actes barbares et de menées insidieuses identifiables, il n’apparaît en effet pas
    inapproprié de considérer enfin sérieusement la possibilité d’alliances objectives entre chrétiens et maçons réguliers pour faire pièce aux menées des partisans de la « soumission ». Depuis Houellebecq il n’est plus possible d’ignorer que la traduction en français du terme « islam » est « soumission » à la charia ,cette loi qui est celle de la théocratie ,si incompatible avec la démocratie que le Général de Gaulle les avaient comparées à l’huile et au vinaigre qui sont ,disait il, insolubles l’un dans l’autre,et dont l’improbable émulsion est en tous cas si instable qu’elle mérite d’être écartée résolument comme hypothèse de travail . La maçonnerie spiritualiste régulière, par sa doxa, est si peu éloignée de l’Eglise Catholique, déjà rapprochée des luthériens depuis les récents accords d’Augsbourg,que le maçon régulier qui a solennellement protesté de sa croyance en Dieu ,est un homme libre dans une loge libre qui recherche, à sa manière par un travail libre sans considérations religieuses et politiques et qui ne s’arrête jamais, le mystère qu’il ne connaitra qu’à son passage à l’éternel Orient .Ce maçon régulier diffère peu d’un judéo-chrétien conséquent .Ce maçon spiritualiste n’est pas, en tous cas, un ennemi de l’Eglise comme tenteraient de le faire croire certains prêtres intégristes qui s’essayent à justifier les anciennes condamnations par les papes de la maçonnerie en général . Ils font,ces catholiques intégristes, l’économie d’établir une distinction entre les obédiences sociétales ,très respectables au demeurant,qui ne se cachent pas de vouloir influencer les fonctionnements de la société profane et celles, régulières, ne professant que la quête spirituelle individuelle n’excluant pas le rayonnement uniquement spirituel de chacun dans le monde profane. Ils allèguent,ces intégristes, que la maçonnerie spéculative dont la fondation en 1717 à Londres résulterait de la volonté de protestants rosicruciens ( Désaguliers et James Anderson),avait pour but de détruire l’Eglise Romaine!La création de la Maçonnerie régulière selon eux serait le résultat de l’alliance de ces prétendus sectateurs anglais avec la respectable société des maçons bâtisseurs d’églises ,en perte de vitesse opérative et eux même en quête d’intellectualité .Cette approche équivaut à présenter la Maçonnerie régulière comme le faux nez présentable d’ennemis inavoués de l’Eglise.
    Cette habile mais fallacieuse présentation est évidemment de nature à discréditer, à cet égard en tous cas, les intégristes catholiques qui ,voulant éviter à l’Eglise un rapprochement avec la maçonnerie spiritualiste , veulent la priver d’un allié objectif dans la guerre évoquée supra . Ils en seront ipso facto soumis au jugement de l’histoire .

    • 2
      Emmanuel 13 janvier 2017 à 18:30 / Répondre

      <>

      Et ça serait dommage car tout insolubles qu’ils sont l’huile et le vinaigre font d’excellentes vinaigrettes et même de succulente mayonnaises.
      Et je te laisse le soin de développer dans le cadre de ta réflexion sur la compatibilité entre théocratie (ce qu’est l’église romaine) et la démocratie… voire la maçonnerie.

      • 3
        Chicon 13 janvier 2017 à 21:06 / Répondre

        @emmanuel – ne s’agit il pas plutôt de notre devenir, qui procéde de l’intuition et qui n’a qu’un rapport eloigné avec les pouvoirs de toute nature

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
vel, Praesent commodo ante. leo. porta. Aliquam