follow your dreams

Liberté, Egalité,… Education !

Par Géplu dans Contributions

Pascal Vesin a pris la (bonne) habitude de nous communiquer régulièrement les réactions que lui inspirent l’actualité. Voici son dernier billet. Pour lire les autres contributions de Pascal, tapez « Pascal Vesin » dans le moteur de recherche, en haut à droite de la page.

_______________________________

J’aurais pu commencer en écrivant « Je fais le rêve … » et poursuivre en énumérant savamment les souhaits pour une nouvelle république fraternelle, équitable et laïque. Ceux-ci, relevant plus de l’élucubration personnelle d’un être contraint à pleurer plus qu’à rêver, se trouvent supplantés par un questionnement incessant.

Pourquoi ce goût amer en cette période électorale où la démocratie et la souveraineté du peuple devraient être honorées ?
.

UNE CLASSE POLITIQUE AU-DESSUS DE LA JUSTICE ET DE L’ÉTHIQUE

Pourquoi une justice à deux vitesses ?

– Les politiciens français -députés et autres- sont plutôt discrets : ils se gardent bien d’accabler François Fillon. Tous profitent du système mettant la classe politique au-dessus des lois et de l’éthique.
– Christine Lagarde est reconnu coupable de négligence mais dispensée de peine. Le « responsable mais pas coupable » du sang contaminé n’est pas si loin !
– De même, sous d’autres cieux, le gouvernement roumain tente de passer nuitament une ordonnance de modification du Code pénal sur la corruption. Cette décision a généré de nombreuses et imposantes manifestations (du jamais vu depuis 1989 et la révolution !) Malgré le courage du peuple roumain, descendu dans la rue et obligeant le gouvernement à faire marche arrière, l’affront est prégnant.

Que signifie encore aujourd’hui la séparation des pouvoirs ?  A quand la même justice pour tous, à quand son indépendance ?

Ces revendications du XVIIIème siècle n’ont rien perdu de leur actualité et de leur pertinence. La révolution nous a été confisquée ! Nous avons soif d’égalité.
.

UNE DICTATURE QUI NE DIT PAS SON NOM : LE QUATRIÈME POUVOIR

Locke et Montesquieu, initiateurs du principe de « séparation des pouvoirs », et leurs successeurs ne pouvaient imaginer le pouvoir des médias. Ces derniers et leurs accointances avérées avec le pouvoir politique semblent galvauder ce principe même de séparation. Trois éléments sur l’acharnement médiatique que subit le candidat Fillon nous questionne sur la dépendance de nos outils d’information :

– J’écris volontairement « le candidat » Fillon, tant les malversations éventuelles du citoyen ou de l’homme politique n’intéressaient pas les journalistes avant les primaires de la droite. Pourquoi ce timing ? Pourquoi, si la culpabilité de François Fillon n’est pas prouvée, retirer du choix des électeurs ce candidat promis à un avenir présidentiel ?
– Face à cet acharnement comparable à une véritable curée, osons-nous poser la question : À qui profite le crime ?
– Les preuves contredisant les accusations « d’emplois fictifs » ayant été remises à la justice, que fait-on de la présomption d’innocence ?

Il est répugnant que soit livrées au peuple qui s’en délecte de telles accusations outrageantes non vérifiées. Nous en faisons, malheureusement, l’expérience quotidiennement avec l’avènement des réseaux sociaux, devenus premier vecteur de circulation de l’information, vérifiée ou non. Liberté de la presse et devoir de réserve sont-ils compatibles ? Quelle limite existe-t-il entre information et propagande ?

Comment les médias peuvent-ils retrouver plus de liberté, plus d’indépendance et donc leur vocation à informer ?

Toute réception de l’information impose au lecteur une exégèse.
Nous avons tous besoin d’éducation, source de liberté, d’esprit critique et d’émancipation. 
.

UN BIPARTISME SCLÉROSANT

En France, nos regards sont tournés vers l’élection présidentielle. Celle-ci focalise le débat politique depuis déjà de nombreux mois, délaissant les préoccupations quotidiennes de la grande majorité des Français : se nourrir, se loger, se soigner … vivre. Telle concentration sur cet unique point de mire nous leurre. Nous oublions qu’à l’élection présidentielle succéderont, courant juin, les élections législatives. Ces dernières sont d’une importance … heureuse et inespérée !

Et ceci pour trois raisons.

– Un combat  incessant contre le populisme :
Quels projets de loi soucieux de progrès social, respectueux des valeurs laïques, défenseurs des minorités et porteurs d’humanisme pourront être votés si un grand nombre de députés issus du Front National siègent au Parlement ? Combattre les idées véhiculées par les partis populistes ne connaît pas de limite : après l’élection présidentielle, à dimension nationale, le combat devra se poursuivre lors de scrutins à dimension plus locale.

– Un nouveau modèle à accueillir :
Quelle majorité parlementaire offrir à un Président qui ne se réclamerait d’aucun parti ? À celui qui ne cristalliserait pas l’ensemble des différents courants du parti dont il se réclame ? À celui qui serait élu par défaut ? Ces élections législatives pourraient nous orienter vers un changement de paradigme, en imposant au Parlement un gouvernement de coalition.

– Un appel à la liberté de conscience :
Je me rappelle cette confidence d’un ami député (ex UMP), dans laquelle ce dernier me confiait ses difficultés à voter, selon les indications de son parti, contre le mariage pour les personnes de même sexe : son garçon vit depuis de longues années avec un compagnon ! Ce nouveau modèle parlementaire pourrait honorer la liberté de conscience de nos élus. Finies les postures idéologiques … Finis les votes imposés par les groupes parlementaires … Finies les compromissions et l’allégeance au parti … La seule obligation de fidélité, l’élu la doit à ses électeurs.

Il nous presse d’être représentés par nos élus; notre voix a besoin d’être portée.
Revendiquer cette liberté de conscience pour nos parlementaires est une chance pour la démocratie.

Moi qui pensais ne plus pouvoir rêver …
Utopies ? Peut-être les vérités de demain.
Folie ? Je l’assume.
Vérité ? Elle n’existe pas, on ne peut que s’en approcher.

« Lorsqu’un homme rêve seul, ce n’est qu’un rêve ;
si beaucoup rêvent ensemble, c’est le début d’une nouvelle réalité ».
(F. Hundertwasser)

samedi 18 février 2017 3 commentaires

Étiquettes :

  • 3
    hirani 19 février 2017 à 15:39 / Répondre

    Ne tombons pas dans le monde de bisounours:.l’argent roi, c’est la nouvelle réalité qu’il faut dénoncer avec force et vigueur.C’est la religion de l’argent qui mène aujourd’hui le monde à sa perte pas les religions classiques contre lesquelles souvent nous déversons à bon compte notre ire en instrumentalisant la laïcité…Alors que les oligarchies financières exploitent,pillent et bénéficient des privilèges,corrompent la justice,dégradent la morale,l’éthique,transformant l’homme en marchandise et alors que l’on est dans un système où tout est à vendre,tout se négocie,tout s’achète,les fm revêtus de leurs breloques ,rubans et autres cordons dorés et scintillants ne doivent plus se contenter de psittaciser et psalmodier des rituels surannés, hors du temps réel.

  • 2
    tartuf_rit 18 février 2017 à 11:16 / Répondre

    Tout ceci est bel et bon. Mais nier les accointances du fric (des actionnaires) dans la politique médiatique c’est exonéré un peu vite les vrais détenteurs du pouvoir.
    Par ailleurs citer le mouvement Bleu Marine sans souligner sa turpitude à 300k€, qu’elle refusait de rembourser jusqu’à il y a peu. C’est se refuser à montrer ce qu’elle et son mouvement sont. On me dit cela ne servirait à rien mais si agir comme cela fait perdre quelques points lors des élections…..
    Enfin faut-il être naïf pour ne pas voir que nous sommes mis fans l’entonnoir pour nous Macroniser. Pascal relis toi tu reconnaîtras la signification de ton discours. La nécessité aujourd’hui c’est d’imposer le retour à une logique du partage. Sauf que dans le contexte actuel il faudra contraindre les réels détenteurs du pouvoir à accepter la suppression de leur capacité de nuisance. Il ne faudra pas se cacher sue cela risque d’être violent les intéressés n’ayant jamais accepté cela. Alors Pascal à toi de conclure mon Frère.

  • 1
    Mg RENAULT 18 février 2017 à 10:51 / Répondre

    Oui nous avons tous besoin d’un grand chemin d’espérance.
    Du travail digne pour la jeunesse et pour tous.
    Plus de respect, moins de charge de travail, plus de repos pour les travailleurs.
    De la culture accessible au plus grand nombre.
    L’argent doit faciliter la vie de tous, aider et ne pas exterminer.
    L’Homme n’est pas sur terre pour faire l’argent roi.
    Bon courage à tous
    FRATERNITE

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
ut ante. leo justo Aenean risus Donec mi, Praesent commodo