ICOM GLDF

ICOM 2017 : une réussite qui annonce ICOM 2019

Par Géplu dans Divers

.
Un premier bilan des 1ères Rencontres internationales des loges maçonniques de recherche
par Michel Lecour, animateur du comité d’organisation :

.

Très belle réussite d’ICOM 2017 à Toulon les 19, 20 & 21 mai

Les 3 journées de rencontres internationales ICOM 2017 se sont clôturées dimanche 21 mai sur un constat unanime : la réussite a été exceptionnelle, qualitativement et quantitativement. 2 300 visiteurs et participants ont comblé les conférenciers dans le vaste programme des 3 conférences plénières et des 19 tables-rondes.
Le thème d’étude de cette année, la Tradition des Anciens et ses développements dans le monde, a permis d’explorer des sujets de travaux qui éclairent utilement une histoire de la maçonnerie parfois mal connue.

Vendredi 19 mai, la conférence privée des personnalités, conférenciers et partenaires a réuni une centaine de personnes, précédant une soirée très fraternelle dans l’Hôtel de la Grande Loge de France à Toulon.

Samedi 20 mai, l’inauguration officielle a réuni
Geneviève Levy, députée du Var et première adjointe au maire de Toulon, Hubert Falco,
Louis Trebuchet, Vénérable Maître de la loge nationale de recherche de la GLDF, Marquis de La Fayette,
Michel Lecour, Vénérable Maître de la loge régionale de recherche de la GLDF, Mare Nostrum,
et Philippe Charuel, Grand Maître de la Grande Loge de France
qui ont salué le succès de l’ouverture des journées ICOM, la large mobilisation qu’elles ont suscité et la rigoureuse organisation qui les a portées.

Un plateau de conférenciers exceptionnel

26 conférenciers et animateurs de loges de recherche de 13 pays réunis par Louis Trebuchet et Alain Bernheim ont confirmé le besoin et la possibilité de fortifier un pôle international de recherche maçonnique de haut niveau.
L’ensemble des principaux rameaux de la Franc-maçonnerie française et internationale étaient présents : 45 obédiences, juridictions, loges de recherche et organismes de recherche privés et publics étaient présents. Le succès d’ICOM confirme la vertu de la recherche dans la reconnaissance active de l’unité des Francs-maçons et des Francs-maçonnes et au delà ; on y a notamment remarqué la présence de Margaret Jacob, de l’Université de Californie Los Angeles (UCLA) et le partenariat d’ICOM avec le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine de l’Université de Nice Sophia-Antipolis.

La table-ronde présentée par Georges Vieux, de la Grande Loge de Californie, et animée par Dominique Freymond, président du groupe de recherche Alpina de la Grande Loge Suisse.
Conférence d’ouverture : Michel Lecour, animateur du comité d’organisation
et Vénérable Maître de la loge régionale de recherche Mare Nostrum, et Louis Trebuchet, président du comité scientifique d’ICOM, et Vénérable Maître de la loge nationale de recherche Marquis de La Fayette,
Conférence de clôture : John Belton membre et éditeur de la loge de recherche Quatuor Coronati de la Grande Loge Unie d’Angleterre, et membre de divers organismes de recherche maçonnique en Angleterre et aux USA.

Le Diner des Lumières

Jean-Noël Jeanneney, historien, ancien ministre, ancien président de la BnF, a enchanté les 300 convives de la soirée de gala. Il a éclairé avec humour et érudition le rôle et la responsabilité de l’historien dans la société face aux désordres du monde et à la crise de la civilisation.

Agora des rencontres, Salon du livre et Comptoir des vins

La trentaine d’exposants largement répartis dans les étages du palais Neptune ont exprimé leur grande satisfaction quant à l’organisation, la fréquentation et l’intérêt manifesté par les très nombreux visiteurs. Rendez-vous, rencontres impromptues, dédicaces et dégustations allaient bon train dans une ambiance studieuse mais détendue et particulièrement accueillante et conviviale.

L’exposition

Composée avec près de 150 pièces issues des collections de la Grande Loge de France et de collections privées, elle a constitué le point d’orgue culturel des Rencontres, illustrant les Racines de la Franc-maçonnerie en France.
Maillets, bannières, tableaux, fac-similés, cartes, documents originaux, tabliers, et projection vidéo étaient pour la première fois exposés à Toulon.
A la Une de Var Matin dimanche 21 mai, Michel Raday, commissaire de l’exposition Racines de la Franc-maçonnerie en France, symboles, décors et tradition.

La reconstitution de Saint Jean d’Ecosse

300 Sœurs et Frères (la cérémonie était réservée aux francs-maçons) ont offert une “standing ovation” aux Frères de la loge n°1 de la Grande Loge de France, Saint Jean d’Ecosse, Mère loge écossaise de Marseille, qui ont reconstitué une cérémonie d’initiation au 1er degré selon le rituel du XVIIIe siècle en vigueur jusqu’au début du XIXe siècle. L’évocation était de toute beauté, marquée par la qualité des morceaux de musique ancienne joués par les deux violonistes et le claveciniste.

L’organisation

Les 135 volontaires répartis dans une vingtaine de métiers différents, ont assuré sécurité, logistique, accueil, transports, informatique, sûreté, et accompagnements. Ils ont épaulé les professionnels du palais des congrès, les techniciens, les agents de sécurité, les traiteurs, les hôteliers. Sans eux rien n’aurait été possible.

Et l’avenir ?

ICOM 2017 a confirmé l’engagement des loges de recherche de la Grande Loge de France, et en particulier de Mare Nostrum, la loge de recherche régionale méditerranéenne, à contribuer à haut niveau au rayonnement de la recherche dans la dynamique des initiatives internationales de l’obédience.
Forts des enseignements de cette première édition, engagement est pris de ré-éditer ICOM en 2019 et de l’inscrire dans une semaine française de la recherche et de l’histoire maçonnique.

vendredi 26 mai 2017 4 commentaires

Étiquettes :

  • 3
    Jean VILA 29 mai 2017 à 19:58 / Répondre

    Grand merci à Michel Lecour pour cette mise au point à propos de la diffusion du contenu des travaux. Ils seront lus avec plaisir sur un site ICOM qui m’est révélé…
    Effectivement, je n’étais présent à Toulon. (Si les modestes retraités ont du temps disponible, ils n’ont plus les moyens financiers de courir de Toulon à Bruxelles, de Bordeaux à Strasbourg au gré de leurs sujets d’intérêts…). D’où mes interrogations sur les grandes lignes des interventions.
    Pour le ton général se voulant plus plaisant que sceptique, convenons que : salon du livre, expo, reconstitution historique et… comptoir des vins, ne sauraient constituer l’essentiel d’une rencontre de « Loges de recherches ».
    D’où mes interrogations… etc…
    Plus sérieusement, une véritable et générale prise de conscience des TCFF et TCSS de l’importance des recherches en maçonnologie ( à quand une chaire universitaire ?) permettrait d’édulcorer la transmission paresseuse de récits aussi mythiques qu’infondés et sur lesquels la FM s’est largement endormie !!!
    Pour ce qui est de la GLDF, la fréquentation de « LA » Loge de recherche de la rue Puteaux ne m’a pas outre mesure convaincu, comme pour d’autre à la GLNF ou GODF. Quand et comment y fait-on de la « recherche », nécessitant un quasi plein temps en Tenue ou Atelier ? Et selon un plan d’oeuvre continu et établi sur une, année entière, voire plusieurs…
    C’est pourquoi, étant alors parisien, j’ai participé un certain temps à une structure mise en place par René Guilly et ne comportant pratiquement que des Loges de recherches; à chaque rite et à chaque étape d’évolution de conscience. A cette aune, ce sont des centaines de Loges quêteuses que devraient comporter les « Grandes » obédiences…
    Je ne doute pas de la qualité de la démarche de la RL Mare Nostrum, dont je salue fraternellement le VM, qui a pris de son temps pour répondre à un commentaire pas assez explicite.
    Mais qu’il veuille bien accepter que me soit revenu en mémoire certain incident où l’un de nos plus éminents chercheurs fut interdit de parole, en Loge provinciale GLDF, par oukase venu de très-haut…
    Cela pour non conformisme à une « vérité » historique, apparemment mal fondée !!!
    La RL Mare Nostrum serait-elle prête à écouter les arguments d’un tel orateur et d’en échanger… en toute distanciation académique…??? (A moins que ce ne fut déjà fait…).
    Merci encore pour les informations et la possibilité d’en échanger.
    Très Frat.

    • 4
      Michel Lecour 30 mai 2017 à 08:34 / Répondre

      Ca pourrait tourner au simple dialogue, et on s’en tiendra donc là pour le moment, mais puisqu’il faut mettre les points sur les i et les barres sur les t pour une bonne lecture, disons qu’effectivement, pour être plaisant et pas seulement académique, ICOM a agrémenté le colloque historique qui fait son socle et son centre, d’un salon du livre, d’un comptoir des vins, d’une agora de rencontres, dans un juste rapport de proportions ; outre l’intérêt de découverte que cela présentait aux yeux des non spécialistes (tout le monde n’a pas plusieurs décennies de recherches derrière lui), ça a surtout été apprécié des intervenants “savants” qui y ont trouvé, de leurs propres termes, ce qui manque aux réunions strictement académiques.
      Et le gotha des historiens maçonniques réuni là a eu la faiblesse de considérer que l’exposition et la reconstitution de Saint Jean d’Ecosse relevaient plus de la recherche maçonnique que du divertissement.
      Chacun a pu apprécier, et c’est tant mieux pour tous et pour notre idéal, que réunir formalisme et impromptu, convivialité et rigueur cultive le “ET versus le OU” qui nous est cher.
      Notre Frère Jean Vila, qui a le grand mérite d’argumenter et de questionner, et de dévoiler – un peu – d’où il s’exprime, pouvait lire la présentation détaillée et explicite de cela en grand et en détails sur le site d’ICOM.
      Et si à la GLDF nous venons de loin en matière de loges de recherche, on peut considérer positivement que LA seule qui existait il y a 15 ans ait été rejointe par 4 autres depuis, 3 de plus étant en gestation. Ceci dit il faut il est vrai, pour cela, aller les visiter en province, et nos pensions sont maigres …
      Enfin, un avis tout à fait personnel : je ne souhaite pas une maçonnerie lourdement lestée de « centaines de loges de recherche » ; elles sont des outils nécessaires et indispensables mais la finalité initiatique et spirituelle se construit pour l’essentiel dans les loges symboliques et au delà.
      Alors oui, nous avons effectivement un regret quant à ICOM, regret qui mérite d’être gardé en mémoire ; le rameau de la maçonnerie qu’évoque notre Frère en était absent. Force invitations, écrites, verbales, par différents canaux et intermédiaires, lui ont été faites, tant les précédentes occasions de travail en commun – notamment avec Mare Nostrum – avaient été intéressantes. Mais la tour d’ivoire n’a pas daigné répondre, ni même formuler un refus ; superbe et regrettable isolement, de son propre fait.
      Notre espérance et notre souhait est que ces fameuses loges de recherche soient (bien) représentées dans ICOM 2019 tant elles comptent de chercheurs discrets mais compétents.
      Merci à Géplu d’ouvrir les colonnes d’Hiram.be à ces échanges.

  • 1
    Jean VILA 29 mai 2017 à 08:42 / Répondre

    Jean VILA
    Voilà qui est bien et fort alléchant… Toulon, beau temps, belle mer, bon rosé, soirée maçonnique très folklo, ambiances des plus agréables, etc… Mais, il s’agissait de « Loges de recherches » et qu’ont-elles cherché ? Qu’ont-elles trouvé ou retrouvé ?
    Voilà qui nous intéresserait au plus au haut point !
    Quand et sous quelle forme aurons-nous accès à une compilation de ces laborieux débats ?
    Sans quoi, tout ce lustre ne serait que vernissage de surface pour une GLDF se voulant redorer son blason,
    jadis un peu terni par certaine controverse historique sur son… historicité !!!

    • 2
      Michel Lecour 29 mai 2017 à 14:01 / Répondre

      Il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, dit le bon sens populaire. Autrement dit, sur le site d’ICOM, depuis juillet 2016, tout un chacun(e) pouvait commander l’enregistrement intégral des conférences et des tables-rondes, même sans être inscrit pour y participer.
      Nos équipes travaillent d’arrache-pied depuis lundi dernier pour que ces enregistrements – 24h au total, tout de même -soient livrés très vite, et ce sera fait. Les powerpoints remis par les conférenciers seront aussi très vite disponibles, gratuitement.
      Quant à des Actes papier, cela demandera du temps pour tout transcrire et mettre en page, mais on s’y prépare.
      Maintenant, ceux qui étaient à Toulon pour ICOM parce qu’ils étaient vraiment intéressés, eux savent ce qu’il y avait à trouver.
      Par son expression « laborieux débats » Jean VIla manifeste clairement qu’il n’était pas présent, et manque d’informations. Qu’il interroge les représentants de la maçonnerie anglo-saxonne, celle des antipodes (Australie, Nouvelle-Zélande), comme celle d’Amérique, ou d’Europe (Angleterre, Ecosse, Irlande, Allemagne, Grèce, Suède, Belgique, Espagne, Roumanie, France etc.), et même d’Afrique ; qu’il questionne ceux qui représentaient les différents rameaux de la maçonnerie qu’elle soit dite régulière, reconnue, théiste, déiste, adogmatique, libérale ou même “marginale”, et il aura la réponse ; mais veut-il vraiment savoir ? Le ton un tantinet persifleur permet de se poser la question.
      Les controverses étaient constructives, éminemment fraternelles, et argumentées, loin, bien loin des jugements à l’emporte-pièce et des préoccupations de blasons.
      Patience, et bienvenue à ICOM 2019, dans 2 ans.
      Michel Lecour
      VM loge régionale de recherche #1306 Mare Nostrum GLDF
      Comité d’organisation d’ICOM 2017
      http://www.icom.fm

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
consectetur consequat. dolor. massa sit risus efficitur. Phasellus amet, tristique vulputate,