sceau du GODF

L’État chez lui, l’Église chez elle

Par Géplu dans Divers

Communiqué du Grand Orient de France

« L’État chez lui, l’Église chez elle ».

Ces mots prononcés par Victor Hugo le 14 janvier 1850 à la Chambre des députés, rappellent que la séparation des Églises et de l’État est la condition irréfragable de la liberté absolue de conscience, clé de voute de la laïcité républicaine française, principe constitutionnel de notre République.

Par ses deux premiers articles, la loi du 9 décembre 1905 fonde, structure et détermine l’organisation laïque de la République. Elle dit dans son Article deux : « La République ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte. »

En participant à la Conférence nationale des Évêques de France et en y déclarant vouloir « rétablir le lien entre l’Église et l’État », le Président de la République s’exonère de la loi commune en vigueur. L’affranchissement du respect de la loi de Séparation de 1905 et de la Constitution fait le lit du retour du cléricalisme, soit l’implication du religieux dans le politique.

Le Grand Orient de France souligne qu’en agissant ainsi, le Président de la République réintroduit les Églises dans le champ politique en contradiction avec l’esprit comme la lettre de l’idée laïque de la République. Le recul de la laïcité républicaine française, née d’un processus émancipateur exemplaire qui la distingue des autres formes de sécularisation, traduirait une vision passéiste et rétrograde de la société, contraire à la philosophie des Lumières.

Le Grand Orient de France appelle à la plus grande vigilance devant le risque que s’installe au plus haut niveau de l’État un retour aux anciennes pratiques du cléricalisme et avec elles, la remise en cause de l’égalité républicaine et l’émergence de communautarismes brisant le pacte républicain national. L’égalité des droits de tous les citoyens quelles que soient leurs origines ou leurs religions est un principe fondamental de la République, une et indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Dans des temps de mutation et d’inquiétude, toute brèche dans la loi de Séparation des Églises et de l’État participe à la déconstruction de l’édifice laïque républicain, d’autant plus quand elle se produit au plus haut niveau de l’État. Face aux nouveaux dangers auxquels doit faire face notre République, la laïcité républicaine est le ciment de notre société, elle en est aussi le rempart contre les totalitarismes et les obscurantismes.

En conséquence, mesurant la portée de cette grave entorse au principe républicain de laïcité, le Grand Orient de France demande solennellement et avec la plus grande fermeté au Président de la République de revenir sans ambigüité sur cette réintroduction inacceptable du cléricalisme dans la République, et de faire sienne la phrase de Victor Hugo, « L’État chez lui, l’Église chez elle ».

Le 10 avril 2018

_________________________
Voir aussi le communiqué du 5 avril du Collectif Laïque National : La remise en cause de la loi de séparation des Églises et de l’État dans la loi « pour un État au service d’une société de confiance » est inacceptable.

mardi 10 avril 2018 25 commentaires

Étiquettes : , , , ,

  • 23
    DaXaD 13 avril 2018 à 15:03 / Répondre

    Je trouve que la réaction de la direction du GOdF est bien trop précipitée. Elle manque de recul et d’analyse. Certains responsables du GOdF surréagissent trop vite et trop épidermiquement à tout ce qui leur paraît attaquer leur conception étroite de la laïcité, qui n’est pas partagée par nombre de FF de cette obédience, loin de là. À titre d’exemple, voir ce post de 357 qui me semble bien plus mesuré et plus juste : http://357.hautetfort.com/archive/2018/04/12/macron-et-la-laicite.html

  • 20
    Jules 13 avril 2018 à 12:57 / Répondre

    Quand les calotins veulent reprendre le pouvoir, c’est un devoir que de rechanter « à bas la calotte » !
    Mort à tous les cléricalismes, vive la liberté de conscience.

    • 22
      Jean_de_Mazargues 13 avril 2018 à 13:48 / Répondre

      Soyons sérieux une minute : où avez-vous vu que les calotins veulent / peuvent reprendre le pouvoir? C’est n’importe quoi.

    • 24
      henno 15 avril 2018 à 19:15 / Répondre

      réaction d’un autre siècle !Pourquoi substituer le « dogme laïcar » aux dogmes religieux? la tolérence se fait semble-t-il de plus en plus rare au GODF.

  • 17
    Mai 68 12 avril 2018 à 07:14 / Répondre

    La laïcité est un des piliers du GODF. J’ai toujours souhaité que notre « devise » soit clairement :
    Liberté! Egalité! Fraternité! Laïcité!
    Les FF & SS qui ne partagent pas cette orientation spécifique sont membres d’obédiences amies que nous pouvons visiter avec fraternité : c’est une des différences qui nous enrichit.
    Arrêtons de nous juger et de nous comparer car « Comparer n’est pas raison ».

    • 18
      Jean_de_Mazargues 12 avril 2018 à 12:11 / Répondre

      Non, la devise du GODF est désormais : Laïcité, Laïcité, Laïcité.
      On se demande parfois ce qu’il reste de franc-maçon dans certains ateliers.

    • 25
      Jean_de_Mazargues 16 avril 2018 à 08:32 / Répondre

      C’est un non sens : Liberté, égalité, fraternité, sont des valeurs. Le principe de laïcité est une modalité d’organisation, qui permet d’aller vers plus de liberté et d’égalité. Quand je dis je suis favorable au principe de laïcité, je ne dis rien sur mes valeurs.

  • 16
    Jeroboam 11 avril 2018 à 22:24 / Répondre

    Celles et ceux qui pensent qu’une fois un pays laïcisé, celui-ci ne risque plus rien de sa religion dominante historiquement, et donc que les réactions « laïcardes » sont hors de proportion face à ces modestes « accrocs » à la laïcité, ces personnes-là donc, devraient relire attentivement l’histoire de la Turquie de ces 20 dernières années.

  • 13
    Makhno Nestor 11 avril 2018 à 14:29 / Répondre

    Makhno Nestor 11 avril 2018 à 10:38 / Répondre

    Macron tu dérapes,
    Les récentes apparitions de Monsieur le Président de la République font parler, c’est le moins que l’on puisse dire. Le président a-t-il dérapé ?
    Je pensais avoir affaire à un président philosophe, erreur. Il semble ressembler à ces profanes vulgaires qui confondent spiritualité et religion.
    En effet, la spiritualité fait partie des « besoins naturels », une tête bien faite a besoin de se ressourcer, elle a besoin de spiritualité, comme nos poumons ont besoin d’air, le corps de sang. Chacun aura ses légendes, sa cosmogonie, sa vision du monde et des choses. Même le plus athée des athée a une vision spirituelle, certes, ce ne sera pas le dieu de ma grand-mère, ce sera celui du philosophe, de la nature, celui de Spinoza. Mais tous sont en recherche de quelque chose que l’homme n’a pas découvert ou qu’il ne découvrira jamais. L’essentiel n’étant pas le but, mais le bout de chemin pour y parvenir peut-être un jour. Mitterrand croyait bien aux forces de l’esprit. Tout le monde croit à quelque chose qui le dépasse. Et souvent dans s’en rendre compte, « à l’insu de son plein gré ». La difficulté peut-être, c’est de donner une limite à cette « croyance ». Car elle est extrêmement personnelle.
    Alors que la religion, c’est tout à fait autre chose, et Monsieur le Président vient de le prouver, la religion c’est de la politique, un grossier détournement de la spiritualité dans un but identitaire. Les pharaons de l’Egypte ancienne et nouvelle, L’Empereur Constantin, Clovis et bien d’autres l’avaient et l’ont bien compris. Toutes les dictatures, pouvoirs autoritaires et théocraties du monde s’en inspirent, tout cela est pathétique. Les religions déclinantes sont à l’agonie et cherchent à se ressourcer en faisant de la Politique et du lobbying et du marketing. En voulant intervenir sur l’emploi de ma propre vie, elles sortent de leur cadre. Elles deviennent rebelles.
    Qu’un Président de la République Française, garant des institutions, se laisse piéger par ce genre de vulgarité est étonnant.
    Toute la loi de 1905…

    • 14
      Yasfaloth 11 avril 2018 à 14:49 / Répondre

      Allez Makhno : un bon petit curé à la broche pour la St jean d’été dans votre loge ?
      .
      Attention de le kidnapper à l’avance, ils se font rare !

    • 15
      ERGIEF 11 avril 2018 à 16:06 / Répondre

      Comme l’a écrit un jour un musicien et penseur africain « on ne peut pas tracer du blanc sur du blanc ou du noir sur du noir, l’un a besoin de l’autre pour se révéler ». Bien malin celui qui saura démêler dans l’histoire des religions le bien a mettre à leur actif et le mal à mettre à leur passif. En revanche sont de tristes imbéciles ceux qui les condamnent comme ceux qui les adulent. Le vrai maçon ne doit par essence se classer dans aucune de ces deux catégories. Le faux a déjà pris parti.

  • 9
    Bernard B 11 avril 2018 à 12:27 / Répondre

    Je suis atterré (le mot est faible) par la nature et la virulence de la majorité des commentaires concernant le communiqué somme toute tres modéré du GODF.
    Qu’aurait on si le GODF avait ecrit la vérité? : « On avait la Republique des patrons , voila celle des curés. »
    BB 87

  • 6
    Jean_de_Mazargues 11 avril 2018 à 08:54 / Répondre

    La direction du GODF, qui réduit la FM à un plus petit dénominateur commun, qui serait d’après lui une laïcité anticléricale toute tournée contre l’Eglise catholique – alors qu’elle ne représente plus de danger sérieux pour la République et les libertés – n’en manque pas une pour se couvrir de ridicule et finit par porter atteinte à l’image même de la FM dans la société française.

    • 8
      ERGIEF 11 avril 2018 à 11:18 / Répondre

      Et,dans les pas du GO, le DH, la voix de son maître, joue aussi au petit père Combes. Je ne suis pas non plus un suppôt de Macron ou de l’église de Rome, mais les petits propos des organes directeurs de ces obédiences me conduisent à applaudir un president, des prelats et la reprise d’un dialogue qui en d’autres temps m’auraient laissé indifférent. Comment au XXIème siècle peut on encore être aussi bornés, arrièrés, radicaux, laïcards, sectaires (le vocabulaire me manque…) et prononcer ensuite le mot Fraternité sans que cela vous brûle les lèvres ? Comment alors que cette société souffre d’un immense déficit de spiritualité et devient chaque jour un peu plus la proie d’une autre religion prosélyte, déviante et mortifère peut on encore ainsi crier implicitement « à bas la calotte »? Je suis infiniment triste pour mes soeurs et frères en particulier et l’ordre maçonnique en général.

      • 11
        Yasfaloth 11 avril 2018 à 13:32 / Répondre

        Quand on a un fond de commerce il est de bonne guerre de le cultiver…

  • 4
    réboussié 10 avril 2018 à 20:32 / Répondre

    on a eu les grands frères dans les quartiers , bilan ? Les 5 ou 6 millions de chômeurs ? les derniers ici seront les premiers la haut ? le prêtre à l’église ? le chômeur à la messe ? Quand au financement …..on sait tous ou presque ce qu’il en est ..Nota : les FM du GO et d’ailleurs je pense ont chacun leur opinion , fruit des débats , réflexions personnelles , lectures , participation aux décisions …..pas de dogme chez nous ,de bible , liberté absolue de conscience , je ne sais même pas si c’est pas à cause de ça que certains ne nous aiment pas ???

  • 3
    Stella-matina 10 avril 2018 à 18:51 / Répondre

    Mais quel rapport ?!

    Le GODF se prend pour qui pour donner des leçons au chef de l’Etat ? Quel place a-t-il dans les institutions de la Ve République ?

    Que chacun reste à sa place et Macron a le droit de dialoguer avec les religions tant qu’il n’en favorise aucune et que l’Etat n’en finance aucune.

    La vision intégriste de la laïcité prônée par le GODF est au moins aussi intolérante que les religieux extrémistes qui voient le mal partout dès qu’on sort de leur sacro-sainte vision des choses.

    C’est pour cette raison que je ne visite plus le GODF depuis des années, qui s’époumone à donner des leçons en s’imaginant être encore à l’époque d’une IIIe République fantasmée…

    • 5
      lazare-lag 11 avril 2018 à 02:46 / Répondre

      Le G.O.D.F. n’est plus visité par Stella Matina?
      Tabernacle, en voilà une sacrée information.
      Le G.O.D.F. va-t-il s’en relever? Rien n’est moins sûr. Il en tremble déjà.
      A propos, comment fait-on pour visiter le G.O.D.F.?
      Personnellement, je ne suis capable que de visiter des loges. Pour prétendre visiter le G.O.D.F., faut-il avoir visité au moins une fois chacune des 1.300 ateliers de l’obédience? Commençons sans tarder.
      Et il me semble aussi que l’on écrit : « quelle place a-t-il dans les institutions ».
      Et ce on l’écrit quelle que soit l’obédience,je crois même aussi en milieu profane.

      • 7
        Stella-matina 11 avril 2018 à 09:19 / Répondre

        Merci de m’avoir éclairé par cette réponse constructive sur le fond du sujet 🙂

    • 10
      Daniel Depris 11 avril 2018 à 12:37 / Répondre

      Un « chef de l’Etat » qui préfère manifestement les leçons des gourgandines et de chez Rothschild ans Co.

  • 2
    MG RENAULT 10 avril 2018 à 18:02 / Répondre

    La loi de Séparation des Eglises et de l’Etat de 1905 est la clé de voûte de la laïcité.
    Bon courage à tous
    FRATERNITE

  • 1
    Daniel Depris 10 avril 2018 à 17:59 / Répondre

    Je possède une affiche éditée pour le 1er mai de l’année 1955. Le texte dit « le prêtre à l’église, le pays au travail ». C’était à l’époque où les dirigeants des partis socialistes étaient encore de vrais socialistes !

    • 12
      Yasfaloth 11 avril 2018 à 13:36 / Répondre

      Oui, c’est un combat de « vieux », de ceux qui ont eu parfois à souffrir de professeurs en soutanes et qui se sont emmerdés à la messe où leurs parents les conduisaient de force. Pour la nouvelle génération qui parfois n’a jamais vu un curé « en vrai » c’est juste un anachronisme…

      • 19
        Daniel Depris 13 avril 2018 à 12:24 / Répondre

        Je me souviens des corteges du 1er mai où il était d’usage de chanter « À bas la calotte » en passant devant le collège des jésuites. Par, les temps qui courent, on serait sans nul doute tabasse par la police et traité de tous les noms d’oiseaux possibles et imaginables. Mais je parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître (dixit Aznavour).

        • 21
          Jean_de_Mazargues 13 avril 2018 à 13:47 / Répondre

          C’est sûr que crier « à bas la calotte » dans une manifestation, c’est une attitude fraternelle et mesurée digne d’un Frère …

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
id ut vulputate, consectetur ultricies Donec ut consequat. venenatis, porta. risus. vel,