Gerard Delfau

Une relecture cléricale de l’histoire de la République

Par Géplu dans Divers

Gérard Delfau, président fondateur de l’association EGALE et ancien sénateur PRG, est le responsable de la collection Débats Laïques des éditions l’Harmattan. Il nous a fait parvenir cette réflexion sur le récent discours d’Emmanuel Macron devant la Conférence des Evêques de France.

___________________________

Le discours du Président de la République devant la Conférence des Évêques de France, c’est une relecture cléricale de l’histoire de la République et un danger immédiat pour l’esprit et le contenu de la loi de Séparation des Églises et de l’État (1905).

Ne nous voilons pas la face. Ne nous payons pas de mots. Le discours d’Emmanuel Macron, son contenu, les circonstances, où il s’est tenu, sont une tentative de revenir sur un peu plus d’un siècle de « République laïque », si durement conquise contre les forces coalisées des conservateurs et de l’épiscopat français. Pour ceux qui en doutent, qu’ils se reportent à la Commune de Paris, écrasée dans le sang, et à la tentative d’instaurer l’Ordre moral, à la demande de l’Église catholique, suscitant le coup d’État du président éphémère de la République, que fut le maréchal de Mac-Mahon. Le Président Macron ferait bien de se souvenir de cet épisode politique, alors que les Français se déclarent laïques pour 90 % d’entre eux, et que, parmi eux, deux tiers sont athées, agnostique ou indifférents.

Imagine-t-on Vincent Auriol, l’athée, De Gaulle, le catholique pratiquant, François Mitterrand, l’agnostique, aller devant une telle assemblée et faire ainsi allégeance à un appareil religieux, celui justement qui a laissé les pires souvenirs à la France, depuis l’Inquisition jusqu’à son soutien inconditionnel au maréchal Pétain, et tout récemment son appui à l’homophobe et mal nommée Manif pour tous ? Plus que beaucoup d’autres, je n’ignore pas qu’il y a une minorité courageuse et active de catholiques pratiquants laïques. Parce qu’ils font partie de la version lumineuse de l’histoire de France, celle de Lamennais ou d’anonymes Résistantes et Résistants, j’ai tenu à leur donner la parole dans la collection Débats laïques, que j’ai fondée, grâce à L’Harmattan. Sous la signature de Monique Cabotte-Carillon, leur livre résume dans son titre l’accord majoritaire, sur lequel s’est fondée la République, depuis 1905 : Citoyens d’abord, croyants peut-être, laïques toujours. Telle n’est pas, telle n’est plus, la ligne de conduite de celui que nous avons élu, et je reconnais y avoir contribué par ma modeste voix. Prenons-en acte et organisons-nous pour défendre l’essentiel : la liberté absolue de conscience pour les croyants comme pour les non-croyants, et le refus viscéral qu’un appareil religieux vienne combattre ou freiner le progrès des libertés individuelles, celles, notamment, si difficilement arrachées par les femmes et par les minorités homosexuelles. Car tel est l’enjeu immédiat, sans oublier, bien sûr, ce combat séculaire en faveur de l’école publique laïque, dont il est clair que le Président de la République ne le partage pas.

Gérard DELFAU, 11 avril 2018

jeudi 12 avril 2018 7 commentaires
  • 6
    réboussié 13 avril 2018 à 09:30 / Répondre

    le chalutage en eaux profondes est autorisé , faut donc pas attendre de l’Europe qu’elle légifère sur la pêche aux voix et sur l’écartement des dents du râteau …..personnellement , je ne suis ni pour ni contre , bien au contraire ….

  • 3
    Jean_de_Mazargues 12 avril 2018 à 12:21 / Répondre

    Une chose est certaine : M. Delfau n’a pas lu le discours du Président de la république.

    • 7
      Chicon 14 avril 2018 à 18:00 / Répondre

      (3) Qu’on le veuille ou non, nos pays d’europe se sont lentement impregnés de christianisme pendant dix a vingt siecles avant que le progres scientifique ne vienne nuancer cette impregnation.. Que notre president s’adresse aux catholiques comme il l’a fait avec d’autres religions, il n’y a pas de quoi declencher une guerre pichrocoline au nom de la defense de la laïcité qui n’est. nullement en péril.

  • 2
    hector 12 avril 2018 à 11:31 / Répondre

    Dans un pays Véritablement laïc Chacun peut avoir les croyances qu’il désire : c’est entièrement personnel !
    MAIS :
    – Depuis avant 1905, il y avait des anti-cathos : A bas la calotte …. Ils existent encore!
    – Actuellement, sous prétexte de lutter contre le terrorime, on fait la guerre à l’islam!
    – Tel ou tel politicard cherche à gratter des voix en s’aplatissant devant telle ou telle religion.
    DONC:
    Il faut absolument mettre les croyances et les anti-croyance au ban de la socièté : Chacun prie qui il veut, mais c’est du domaine privé …..

    • 4
      Jean_de_Mazargues 12 avril 2018 à 13:09 / Répondre

      c’est où ça, le pays véritablement laïc ? sur la lune ? sinon Corée du Nord?

    • 5
      Daniel Depris 12 avril 2018 à 13:12 / Répondre

      C’est vrai. On peut être croyant et farouchement anticlerical. Ce fut le cas pour Thomas Jefferson qui fut sans nul doute l’un des plus honorables parmi les présidents americains. Mais le sieur Macron préfère copier ce guignol de Trump, un « bon chrétien » bien formate par les precheurs made in USA.

  • 1
    Daniel Depris 12 avril 2018 à 01:58 / Répondre

    Il n’est pas inutile, en ce temps de retour de l’obscurantisme, de rappeler le « discours sur l’enseignement laïque  » que fut Jean Jaurès par devant les députés, le 11fevrier 1895. J’en ai mentionné de large extraits dans le livre dont je viens de terminer la rédaction. Il disait notamment : » Ce qu’il faut sauvegarder avant tout, ce qui est le bien inestimable conquis par l’homme à travers les préjugés, toutes les souffrances et tous les combats,c’est cette idée qu’il n’y a pas de vérité sacrée, c’est cette idée que ce qu’il y a de plus grand dans le monde, c’est la liberté souveraine de l’esprit; c’est cette idée qu’aucun pouvoir et aucun dogme ne doit limiter le perpétuel effort et la perpétuelle recherche de la raison humaine… Aucune intrigue céleste ou terrestre ne doit jamais restreindre ou fausser les opérations …si dieu lui-même se dressait, visible, sur les multitudes, le premier devoir de l’homme serait de refuser l’obéissance ou de le traiter comme l’égal avec qui l’on discuté, non comme un maître que l’on subit… Pour la suite, je renvoie au texte complet de Jaurès. Il serait bon de le rééditer. il est aussi important, si pas plus, que le fameux  » Discours à la jeunesse » de 1903 qui dit que le courage,c’est de chercher et dire la vérité mais qui dit aussi que le courage, c’est de ne pas subir la loi du mensonge qui passe et de ne pas faire echo, de notre âme, de notre bouche et de nos mains, aux applaudissements imbéciles et aux huees fanatiques.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
tempus vulputate, adipiscing mi, Sed ipsum amet, Aliquam nec Phasellus