Jean-Philippe Schreiber
Jean-Philippe Schreiber, photo Johanna de Tessières, la Libre.be

les Protocoles des Sages de Sion, avatar de l’antimaçonnisme

Par Géplu dans Manifestations

Ars Macionica, la loge de recherche de la Grande Loge Régulière de Belgique, organise le samedi 26 mai à 10h30 dans le grand temple de la GLRB, 265 rue Royale à Bruxelles une conférence publique sur le thème « Le complot des Juifs et des francs-maçons : les Protocoles des Sages de Sion, avatar de l’antimaçonnisme ». La conférence sera suivie d’un débat.

Le conférencier sera Jean-Philippe Schreiber. Jean-Philippe Schreiber est professeur ordinaire à l’Université libre de Bruxelles (ULB) et directeur de recherches au Fonds National de la Recherche scientifique (FNRS), ainsi que professeur invité aux Universités de Paris XI et de Lausanne. Historien des religions, il a dirigé à l’ULB, de 2003 à 2007, le Centre interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité (CIERL). Il dirige actuellement un portail Internet intitulé «Observatoire des Religions et de la Laïcité» (ORELA), un site d’information et d’analyse sur l’actualité des religions.

Les «Protocoles des Sages de Sion» sont connus comme un monument de l’antisémitisme racial au XXe siècle. Toutefois, même si ce pamphlet n’a pas été rédigé dans le contexte du combat antimaçonnique mené par l’Eglise catholique et s’il a surtout fait la fortune de l’extrême-droite politique dans l’entre-deux-guerres, l’argumentaire sur lequel il est construit repose sur certains des thèmes classiques de l’antimaçonnisme du XIXe siècle. Ce sont les traits essentiels de cette rhétorique antimaçonnique, à l’œuvre depuis l’abbé Barruel et présente dans les «Protocoles», que cet exposé se propose de traquer. Nous aurons donc deux objectifs : dégager les éléments saillants du discours antimaçonnique recyclés ici et ailleurs dans la veine antisémite ; situer les motifs pour lesquels, à partir du milieu du XIXe siècle, discours antimaçonnique et discours antisémite ont été réunis par de nombreux auteurs, encouragés officiellement en cela par l’Eglise catholique à partir des années quatre-vingt, construisant ainsi le mythe d’une conspiration judéo-maçonnique.

Conférence à 10h30, suivie d’un lunch à 12h30. Entrée libre à toute personne intéressée. Pour le repas, il faut s’inscrire avant le 21 mai 2018 auprès du Maître des Banquets, Pierre Noël : pierrefnoel@yahoo.com

dimanche 15 avril 2018 5 commentaires
  • 5
    Peter Bu 19 avril 2018 à 20:58 / Répondre

    Je suis un peu surpris par cette présentation du « Protocole des sages de Sion ». L’anti-maçonnisme de l’église catholique du XIXe siècle est évident, mais quel rapport cette église a-t-elle avec l’ouvrage précité? Il a été fabriqué « par un informateur de l’Okhrana (la police secrète de l’Empire russe), Mathieu Golovinski » et destiné au tsar Nicolas II. Les Russes n’étaient pas très catholiques…

    A part cela, j’ai connu « Les protocoles » par un hasard cocasse.

    En 1992 je préparais l’allumage des feux de la première loge maçonnique à Bratislava où, comme dans tous les pays du bloc communiste à l’étrange exception de Cuba, ce mouvement était interdit depuis un demi-siècle, jusqu’à la chute du Mur de Berlin. J’ai donc rencontré un impétrant qui, après m’avoir invité chez lui, dans un appartement protégé par cinq serrures de sécurité, m’a montré, avec des regards pleins de sous-entendus, « Les protocoles ». Je les ai parcourus et dit, amusé par ce ramassis d’âneries, à mon hôte: « Mais si tout ce que ce livre raconte est vrai, les francs-maçons sont des diables! » Il m’a répondu « Oui, c’est pour cela que je voudrais y être admis ».

    Quelque temps après, il m’a croisé dans la rue et s’est plaint: « Ils ne m’ont pas pris. Encore un groupe qui ne sait pas apprécier de vrais talents. »

  • 4
    luciole 15 avril 2018 à 22:43 / Répondre

    Ce livre continue de se vendre et de se lire dans tout le moyen-orient et plus.Il se veut la justification de la Théorie du complot .

  • 3
    Bob 15 avril 2018 à 21:18 / Répondre

    Hello tous et toutes !
    C’est génial de rappeler cela à une époque ou les fausses nouvelles construisent des empires et brexit le Monde et plus encore … il y en a marre des mensonges et des trahisons intellectuelles et morales. Les manipulations de l’info et l’impression d’être pris pour un con il faut bien le dire comme ça !!

  • 1
    au moment oùl 15 avril 2018 à 15:38 / Répondre

    Le nom exact de la Loge est « Ars Macionica ».
    La publication annuelle, créée en 1991 par la GLRB, s’appela d’abord « Acta Masonica », avant d’être rebaptisée « Acta Macionica »; la Loge a été créée en 1994.

    Paul Lux

    • 2
      Géplu 15 avril 2018 à 17:12 / Répondre

      Toutes mes excuses Paul pour cette coquille que je viens de corriger.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
da70ea22bf5bb9b3a0aed663d1243191HHHHH