Le Blog Maçonnique Hiram.be est en vacances jusqu'au mercredi 15 août.

 

Rendez-vous le jeudi 16 août pour la reprise

 

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important, on réveillerait tout de même le blog avec un petit article,

et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes vous bien abonné ?)

.

Profitez de ces vacances pour visiter la base de données du site : plus de 11 000 articles y sont stockés, sur tous les sujets maçonniques !

transhum en question 220618

Le Transhumanisme en question

Par Géplu dans Divers

Le vendredi 22 juin, les loges du GODF La Tradition maçonniqueLes Charpentiers du Futur et Les Frères du Solstice organiseront à 19h45 dans le temple Arthur Groussier de la rue Cadet une conférence publique sur le thème Le transhumanisme en question : un regard éthique sur l’homme augmenté.

Les conférenciers seront
Jean-Louis Bischoff, Docteur en philosophie, Directeur de l’École Doctorale, Fédération Européenne des Écoles,
Jean-Baptiste Delmas, Médecin généraliste, Président fondateur de SOS-Médecin France,
Christophe Habas, Ancien Grand Maitre du GODF et Chef du service de Neuro-imagerie du Centre National d’Ophtalmologie des Quinze-Vingts,
et Romain Piovan, Biologiste.

Inscription gratuite et obligatoire : www.weezevent.com/conference-publique-2018
Téléchargez l’invitation : Transhumamisme en question 220618

lundi 18 juin 2018 15 commentaires
  • 12
    M.A.N. 20 juin 2018 à 07:28 / Répondre

    la question est : voulons nous devenir des « Trans Hommes » ……

  • 4
    Christian 19 juin 2018 à 10:57 / Répondre

    Serait-il possible qu un frère qui ai assisté à cette journée nous fasse un petit compte rendu ?

    • 15
      Joe The Frye 25 juin 2018 à 21:31 / Répondre

      Oui, un compte-rendu est prévu, en espérant votre patience

  • 3
    Christian 19 juin 2018 à 10:53 / Répondre

    Tout à fait d accord !

  • 2
    Désap. 19 juin 2018 à 09:44 / Répondre

    « un regard éthique sur l’homme augmenté »
    Doit-on comprendre que « l’homme augmenté » par la machine est un principe acquis et qu’il ne s’agit que d’y mettre de l’éthique pour le rendre présentable ?
    C’est Prométhée, le Golem, Frankenstein dont on voudrait nous faire croire qu’il peut être civilisé.
    Si ce principe est accepté par des initiés, c’est consternant.
    Ce principe d’augmentation de l’homme par le matériel, éthique ou pas, est caricaturalement emblématique de la négation de l’initiation, c’est le propre de la contre-initiation.
    Le mécanisme érigé en principe d’évolution, ainsi l’homme qui ne comprend rien à l’Univers, qui ne se trouve capable que de saisir à peu près des lois valables uniquement pour la banlieue de la Terre puisqu’il est incapable de faire coïncider relativité générale et physique quantique, ne trouvera que ce qu’il souhaite trouver et pas plus que l’enveloppe de la matière et le néant du point de vue de l’esprit.
    Ce type de réflexion dénuée de tout intérêt, dont l’objet devrait même être condamné tant il est symptomatique de l’erreur, sauf pour des raisons de réparation, me fait penser à ces Maitres qui accèdent aux Chapitres bien qu’ils n’aient en rien épuisé la signification de la première phrase du rituel du grade qui leur a été confié, lors même que ceci détermine la justesse de la transmission dont ils ont la charge et le devoir.

    • 5
      briand 19 juin 2018 à 14:22 / Répondre

      Désap Aaaah ! J’adore la façon dont Désap répond à tout de manière définitive, genre : « je suis tout à fait d’accord avec ce que je dis, pas vous ? » Bon, ce dossier est un sujet plus que grave, il va arriver dans … disons maintenant. Au-delà d’être FM (serait-ce l’ultime des vertus ?) nous sommes des citoyens et ce à 99% du temps. S’emparer du sujet et ne pas le laisser de côté est un devoir. Le jeter aux orties comme Désap. le fait n’a aucun intérêt sauf à le laisser à ceux qui veulent en faire une nouvelle transformation de la société, un boulevard pour assumer leur projet. Je ne considère pas ceci comme une contre initiation ou quelque faribole mystico-cosmique, mais bien comme un danger pour le système. Et l’idée de condamner avec des phrases définitives du genre : « on ne devrait jamais quitter Montauban !  » n’apporte rien au débat. La fuite peut être salvatrice d’un point de vue psychanalytique (CF Henri Laborit) mais sûrement pas sur l’avenir (ou pas) de la société.Au contraire, il faut impérativement s’en emparer et ne pas le laisser aux seuls soi-disant spécialistes.

      • 8
        Désap. 19 juin 2018 à 20:42 / Répondre

        Briand, ne pense pas que je sois dans le « mystico-cosmique », ce serait une erreur, je pense simplement que rien n’est le fruit du hasard sans pour autant prétendre connaitre ni même me faire une idée de l’arbre, je n’ai par ailleurs aucun goût pour les thèories religieuses.
        Je partage ton avis, cet « homme augmenté » est un réel danger, une éventualité qu’il faut combattre dans son principe même.

    • 6
      Patrice Deriémont 19 juin 2018 à 16:08 / Répondre

      @DESAP. Je crois que l’on peut être franc-maçon et d’une avis différent du tien. On traduit systématiquement trans humanisme par « homme augmente » , on pourrait peut-être aussi parle « d’humanisme augmenté ».Les prédispositions morales de l’humain tel que nous le connaissons nous paraissent-elles si idéales que nous ne devrions en rien envisager d’y toucher ? Portent-elles un caractère sacré ? Pourquoi nous interdire d’agir autrement que par l’éducation et la culture ? N’avons-nous pas au contraire intérêt, individuellement et collectivement, à essayer de les améliorer par tous les moyens si nous en devenons capables ?
      Amélioration morale est à prendre ici comme amélioration du consensus collectifs, au-delà des morales culturelles et des religions, pour nous rapprocher d’une vie sociale juste et harmonieuse. Par exemple, la tradition occidentale a accouché progressivement des Lumières, des Droits de l’Homme, puis d’une Déclaration dite universelle.

      • 9
        Désap. 19 juin 2018 à 21:10 / Répondre

        @Patrice Deriémont,
        La question est, à mon sens : avons-nous épuisé nos possibilités naturelles d’amélioration pour nous en remettre à des solutions matérielles ?
        Je suis certain de la réponse : c’est non.
        Très interessant de lire « La route du temps » de Philippe Guillemant, physicien de renommée mondiale.
        Je pense vraiment que nous avons beaucoup mieux à faire que nous enferrer dans des systèmes contrôlables par le marché.
        J’ai confiance en l’Homme comme entité de la nature, mais aucunement en les hommes.

    • 7
      Chouilla 19 juin 2018 à 16:13 / Répondre

      L’avenir, pourtant bien proche, n’est pas cet homme augmenté. Ce qui se prépare, c’est une fonte de l’humain dans le monde numérique, une nouvelle réalité qui n’aura plus rien de « virtuel ». Et ce n’est pas du tout de la science fiction. Ca représente un changement de paradigme d’une toute autre dimension. Mais la culture numérique des FF en général étant au même niveau que celle des bananes au pôle nord, c’est pas gagné de faire comprendre ce qui se passe.

      • 10
        Désap. 19 juin 2018 à 21:14 / Répondre

        Il faut développer.
        Si nous ne sommes pas spécialistes du numérique, nous sommes en revanche parfaitement en capacité de comprendre un raisonnement n’importe lequel soit-il.

      • 11
        Chouilla 20 juin 2018 à 07:21 / Répondre

        @DESAP.
        Pour développer, il me faudrait toute une planche. Ce qui se prépare (et est déjà réalité dans une certaine mesure) c’est la liaison directe cerveau-ordinateur. Ceci permet de plonger quelqu’un dans un univers numérique ou le sujet peut voir, entendre, goûter et toucher avec les mêmes sensations que dans notre monde naturel. Le cerveau ne fera pas la différence entre cette réalité là et notre réalité actuelle. Pour info, nous ne pouvons déjà plus faire la différence entre la conversation avec un être humain et une intelligence artificielle. Ces mondes numériques seront aussi réels que celui-ci. On pourra y boire, manger, b**er et y vivre des aventures libres ou scénarisées. On y croisera des êtres humains et des intelligences artificielles. Il ne manque actuellement que deux choses: une liaison cerveau-ordinateur facile (actuellement, les capteurs doivent se trouver sous la calotte crânienne) et la puissance numérique bon marché pour atteindre un niveau de définition suffisant pour que l’on ne puisse plus distinguer la différence entre un monde numérique et le monde naturel. Au rythme actuel du développement, je dirais dix ans. Avec l’arrivée de l’informatique quantique, peut-être moins encore.
        Les géants de l’IT comme Microsoft ou encore Elon Musk investissent très lourdement dans ces technologies. Ca veut dire qu’ils s’attendent à un retour commercial dans de relativement brefs délais.
        Je ne dis pas que ce sera bien ou mal. Ce sera, c’est tout. Du coup, les discours sur « l’homme augmenté » sont déjà complètement dépassés.
        Et ne me dites pas que le public n’est pas prêt à ça. Le jeu le plus vendu dans le monde, c’est SIMS. Et SIMS, c’est exactement le même principe sauf que c’est sur un écran.

        • 13
          Désap. 20 juin 2018 à 14:10 / Répondre

          Ce n’est ça « l’homme augmenté », ça c’est le choix de devenir mytho ou de rester dans la réalité.
          L’homme augmenté c’est beaucoup plus dangereux,
          c’est l’homme qui fusionne avec une machine et puisqu’il est considéré comme « augmenté » son jugement sera considéré comme supérieur et primera sur tout autre.
          Staline ou les nazis à côté c’est du pipi de chat, c’est pour cela que je suis sidéré que l’on puisse envisager une vision éthique de ce genre d’horreur.
          Il y a trois illustrations assez précises de ce danger : Orwell 1984, l’homme que valait 3 milliards (ne riez pas, c’est excellent) et j’hésite entre Matrix et Inception du splendide Christopher Nolan.

          • 14
            Détèr 22 juin 2018 à 17:58 / Répondre

            La question du « mytho ou réalité » est beaucoup plus compliquée que ça. Non seulement l’authenticité (si ce mot veut dire quoi que ce soit…) n’influence pas les choses en soi (une chaise est une chaise, et ce n’est pas parce qu’elle provient du 18e s. qu’elle sera plus ou moins confortable qu’une chaise design des années 80). Mais en plus, notre cerveau ne sait pas faire la différence entre simulation et la « réalité ». Une expérience bonne le sera, ou pas, mais pas en fonction de son caractère « authentique » ou « réel ».
            À côté de cela, ce que Désap. évoque à propos des jugements vaut la peine de s’y pencher. Et c’est précisément parce qu’il y a un risque que les jugements des humains « augmentés » soient considérés comme meilleurs que ceux des humains qui ne le sont pas qu’il faut y réfléchir. Qu’il faut se réunir pour en parler. Qu’il faut échanger à ce propos. Bannir le sujet avec quelques points Godwin n’a que très peu d’intérêt. D’ailleurs, je ne vois pas en quoi 1984, Matrix et Inception aborde la problématique des jugements des humains « augmentés » écrasant ceux des humains « non-augmentés ».
            Par contre, de ce que je sais des recherches sur le sujet, les choses sont encore très loin d’être proches d’une « liaison cerveau-ordinateur ». Aussi, je m’interroge sur quoi se base Chouilla pour énoncer sa prédiction de 10 ans et moins pour que cela arrive…
            Et, au fait, le jeu le plus vendu du monde est TRÈS LOIN d’être les Sims. C’est Tétris.

  • 1
    Chouilla 19 juin 2018 à 07:20 / Répondre

    C’est drôle que l’idée commune de l’avenir est un envahissement numérique de notre monde alors que ce qui se prépare, c’est plutôt l’inverse: c’est l’homme qui va intégrer le monde numérique. Et ce changement complet de paradigme implique un redéfinition de l’éthique à bien plus grande échelle que ce qui est envisagé.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
mi, elementum id ut id, nec dolor.