Macron et François

Le changement c’est … jamais !!!

Par Pascal Vesin dans Contributions

« L’idée d’une autre société est devenue presque impossible à penser, et d’ailleurs personne n’avance sur le sujet, dans le monde d’aujourd’hui, même l’esquisse d’un concept neuf. Nous voici condamnés à vivre dans le monde où nous vivons. »

Cette vision fataliste de François Furet, ancien militant du PCF, dans « Le passé d’une illusion » (1995) semble, chaque jour, se vérifier … et les promesses non-tenues d’un nouveau monde, version Macron, ou d’une nouvelle évangélisation version François, ne viennent en rien l’infléchir. Et combien d’autres …

Il ne veut pas être de droite …
Il ne veut pas être de gauche …
Il veut être DEVANT !!!

Il ne veut pas des amitiés franco-libyennes à la Sarkozy …
Il ne veut pas des amitiés franco-saoudiennes à la Hollande …
Il cire les pompes du Maréchal Al-Sissi !!!

Il ne veut pas être de droite …
Il ne veut pas être de gauche …
Il veut être DEVANT !!!

Après deux quinquennats décadents, nos attentes, à nous les « pauv’cons », les « sans-dents » qui coûtons « un pognon de dingue », étaient grandes. Grandes, à la hauteur de notre déception d’aujourd’hui.
Dommage …

Il ne veut pas être de droite …
Il ne veut pas être de gauche …
Il veut être DEVANT !!!

Devant, comme le premier de cordée !
Mais un premier de cordée qui oublie les plus fragiles dans le dur contre la paroi, suspendus au-dessus du vide. L’image des troupeaux en montagne dont le berger marche toujours en queue pour ramasser les petits, les faibles, ceux qui suivent à un autre rythme, aurait été plus parlante. Encore aurait-il fallu que notre président endosse la tenue de serviteur. Impossible pour Jupiter.
Dommage …

Alexandre Benalla, Françoise Nyssen, Agnès Saal, … Du déjà vu … Et plus récemment encore, la nomination, comme consul de France à Los Angeles, de Philippe Besson, justifiée par ces propos : « C’est traditionnelça s’est toujours fait … » Nommer des hommes de lettres dans les ambassades tels Romain Gary, Jean-Christophe Rufin, Olivier Poivre d’Arvor, … Rien de scandaleux … mais du déjà vu …
On nous avait promis un nouveau monde. Ce dernier n’est qu’un leurre, une illusion au goût de déjà-vu.
Dommage …

Habemus papam !
Exit Benoît XVI et son conservatisme ! Vive François !
Une chance pour l’Eglise ! Peut-être la dernière !!!

L’élection du Pape François, avec ses paroles d’un naturel désarmant et ses gestes d’une simplicité que l’on ne connaissait plus, est devenu, sur internet, la personnalité la plus citée de l’année 2013 ! Cinq années plus tard, elle est la plus en vue lorsque sont évoquées les questions de pédophilie ! Nouvel homme, même méthode !
Dommage …

Habemus papam !
Exit Benoît XVI et son conservatisme ! Vive François !
Une chance pour l’Eglise ! Peut-être la dernière !!!

Attaqué de toutes parts, le Pape François a insisté, dans son homélie du 3 septembre dernier, sur la vertu du silence face à ceux « qui cherchent le scandale et la division ». Et quid du silence des évêques, en particulier, et celui de l’Institution, en général, devant les actes de pédophilie commis par des prêtres ? « Silence. Parce que la vérité est douce, elle est silencieuse, elle n’est pas bruyante », a-t-il répété. Une vérité douce ? Celle que l’Eglise n’a jamais voulu faire, laissant son silence briser les vies de trop nombreux enfants ?

Devant tant de monstruosités, le silence complice de l’Eglise fait obstacle à la vérité, et cette dernière s’impose comme nécessaire. L’interprétation du texte d’Evangile auquel se réfère François est audible : elle est la sienne. Elle ne peut taire cependant une autre interpellation du Christ (au chapitre 8 de l’Evangile de Jean) : « La vérité vous rendra libres » !

Exit Benoît XVI et son conservatisme !
Exit François, son silence et son mépris !
Une chance est passée …

Tant d’occasions manquées … Pourquoi est-ce si dur de changer ? Ce vieux monde doit disparaître …
Que reste-t-il de l’utopie ?

– Notre devise « travailler à l’amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité » ne devrait supporter aucune entorse. Par ses méthodes, notre société initiatique, ne s’efforce-t-elle pas de libérer ses membres de tout préjugé, de leur inculquer l’amour de la vérité, du beau et du bien, de leur apprendre à penser, à juger, à décider ?
– Dans notre société, sans perspective d’avenir, la Franc-Maçonnerie n’est-elle pas une voie pour examiner et expérimenter des alternatives, pour repenser l’homme et le monde, une ouverture d’esprit « utopiste » ?
– L’utopie concrète de la loge nous permet de rêver … Comment œuvrer pour changer les choses sans auparavant l’avoir rêvé ?

L’utopie, la capacité de changer, la transgression, la révolution … sont de notre responsabilité ! Entrer en combat pour arriver à changer, pour finir de végéter et enfin …Vivre. « Vivre c’est changer, et être parfait c’est avoir changé souvent. »
John Henry Newman

Pascal Vesin

samedi 15 septembre 2018 24 commentaires
  • 20
    brubsbeck 18 septembre 2018 à 09:52 / Répondre

    merci pour Hundertwasser (dans la grande lignée de la Vienne joyeuse) et Camus, cela relève le niveau – ils n’étaient pas maçons…

  • 14
    Brumaire 17 septembre 2018 à 14:08 / Répondre

    La FM est aussi censée nous apprendre à être libre, oui, ou non?
    L’échange, en loge, sur les préoccupations normales de la vie contribue à notre progrès personnel, et à des propositions pour que l’Humanité ne sombre pas. Du moins, c’est ce que je pense.
    Pascal Vesin a subi assez pour s’interroger à haute voix et partager ses doutes et son désir d’utopie réalisable.
    A nos réflexions, en ou hors de la loge:
    « Chaque fois qu’une voix libre s’essaiera de dire, sans prétention, ce qu’elle pense, une armée de chines de garde de tout poil et de toute couleur aboiera furieusement pour couvrir son écho » (A.Camus, dans Démocratie et modestie)
    et aussi, pour nous tous:
    « Si on rêve seul, ce n’est qu’un rêve; mais si beaucoup rêvent ensemble, c’est le début d’une réalité » (F.Hundertwasser)

    • 17
      lazare-lag 17 septembre 2018 à 20:32 / Répondre

      @ Brumaire:
      Quelle est cette oeuvre d’Albert Camus « Démocratie et modestie »?
      Elle m’est totalement inconnue, mais il est vrai que je n’ai pas la prétention de dire que j’ai tout lu de Camus.
      S’agit-il d’un livre?
      D’une pièce?
      Du titre d’un article de presse?
      Et de quand cela date-t-il? Une oeuvre de jeunesse? Un peu marginale? Un peu méconnue?
      D’avance, merci d’étancher ma curiosité.
      Quant à F. Hundertwasser, c’est pire encore, c’est l’ignorance la plus crasse le concernan, je l’avoue
      Là aussi, personne ne t’en voudra de proposer quelques pistes pour mieux le connaître.

      • 18
        Brumaire 17 septembre 2018 à 21:39 / Répondre

        @Lazare: « Démocratie et modestie » c’est une chronique d’A.Camus parue dans le journal Combat (1947 ou 48, je ne sais plus).
        Et Hundertwasser est un peintre autrichien au parcours très particulier, il a été également architecte; les artistes savent aussi traduire leurs rêves.

        • 21
          lazare-lag 18 septembre 2018 à 22:29 / Répondre

          Suite à ton information,Brumaire, j’ai retrouvé cette chronique dans un livre de ma bibliothèque.
          « Démocratie et modestie » est effectivement un article de « Combat », publié le 30 avril 1947.
          Il n’est pas inutile de rappeler que « Combat » est un journal issu de la Résistance.
          Plus précisément il est issu de la fusion du réseau créé par Henry Frenay, et auquel appartenait par exemple Bertie Albrecht, le Mouvement de Libération Nationale, qui publie un bulletin intitulé « Vérités », et de celui de François de Menthon « Liberté » qui édite une feuille éponyme.
          « Combat est donc le produit de la fusion de ces ceux publications clandestines « Vérités » et « Liberté ».
          Vérité et Liberté, des termes finalement très camusiens.
          Il paraît que le titre serait une réaction, en négatif évidemment, au Mein Kampf de Hitler. Mais une traduction littérale, Notre Combat, est jugée inopportune, ça sera donc Combat, uniquement.
          Camus rejoint le journal Combat à l’automne 1943. C’est Claude Bourdet qui le reçoit et qui, bientôt lui en confiera la rédaction en chef car Bourdet, comme Fresnay d’ailleurs sont bien plus occupés par de la Résistance plus active, plus opérationnelle.
          Pour ces informations, je cite ma source, un livre publié 2002, puis en Folio/Essais n°582 en septembre 2013, et intitulé « A Combat ».
          C’est une sorte de compilation des articles qu’Albert Camus a publié dans Combat de 1944 à 1949.
          « Démocratie et modestie » est l’un de ces articles.

        • 23
          lazare-lag 19 septembre 2018 à 19:01 / Répondre

          Oublié quand même de préciser hier soir que le journal « Combat » disparaîtra en 1974 et que son dernier rédacteur en chef en sera Philippe Tesson, de 1960 à 1974, celui-là même qui fondera la même année 1974 « Le Quotidien de Paris », également disparu désormais. Avec comme ossature quelques transfuges de chez « Combat ».

    • 19
      ERGIEF 17 septembre 2018 à 21:40 / Répondre

      Il y a des cafés philo, des cercles de réflexion, des clubs, des partis politiques etc et des forums comme celui-ci…pour ça. Ce qui me fait réagir ce n’est pas le mot d’humeur de Pascal Vesin, c’est le commentaire de Geplu précisant que dans les Loges « libérales » les Maîtres tiennent ce type de propos. Ce n’est pas la conception que je me fais de la Franc Maçonnerie et je le lui dis.
      Par ailleurs, je suis allé par pure curiosité je le confesse (!), faire un tour sur le blog de P Vesin et j’avoue que j’ai été très surpris par l’aigreur de ses propos et l’esprit revanchard qu’il manifeste. Si je comprend sa colère face la réaction de l’Eglise de Rome je ne peux partager son raisonnement: en entrant au GO il connaissait pertinemment le risque qu’il encourrait et la sanction qui planait au dessus de lui. On ne peut gagner tout seul contre un tel système vieux de plus de 2 millénaires. Sil est réellement chrétien et croyant, il n’avait qu’à rejoindre une des multiples églises réformées ou il aurait ou poursuivre son ministère tout en conservant son appartenance maçonnique.
      Or ce que je constate c’est qu’il poursuit l’Eglise Catholique (que je ne porte pas dans mon coeur non plus mais par pur choix éthique)de sa vindicte et que cette attitude n’est ni chrétienne ni maçonnique.
      Mais il est vrai que s’il appartient toujours à une loge du « libérale », ce n’est pas dans un tel lieu ou les Maîtres se livrent à des billets d’humeur socio-politico-religieux qu’il va trouver le pardon, la tolérance et la paix de l’esprit, après le terrible coup du sort qu’il vient de subir.

  • 12
    ERGIEF 17 septembre 2018 à 09:53 / Répondre

    Geplu 11.
    Bien cher Geplu 2 réponses à ton questionnement:
    – Antinomique avec ma propre conception de la Franc Maconnerie, renforcée par des années de pratique au cours desquelles j’ai appris à n’accepter aucune idée sans avoir auparavant vérifié la justesse.
    – Plus généralement pour une bonne définition de  » l’ Idée Maçonnique » se référer à l’ouvrage éponyme* de Henri Tort-Nouguès + ancien Grand Maître de la GLDF que J’ai eu le bonheur de côtoyer alors que je faisais mes premiers pas
    Fraternellement

    * chez Guy Tredaniel Editeur.

  • 5
    HRMS 16 septembre 2018 à 16:12 / Répondre

    Des utopies ? des tables rases ? Nous avons appris et par expérience qu’il reste d’abord des millions de cadavres … Est-ce bien sur le malheur de ceux ci qu’avance le monde sur la flèche du temps ?

  • 2
    M; ducas 16 septembre 2018 à 08:25 / Répondre

    NI religion ni politique!!!!!!

    Il vous faut trouver une autre planète avec des staline des membres du kgb et tant d’autres qui nous ont fait la démonstration de leur humanisme et du respect que toute personne est en droit d’avoir.

    SURPRIS QUE HIRAM.BE PUISSE DIFFUSER UN TEL ARTICLE réservez cela aux journeaux ….

    MIchel.D.

    • 3
      Géplu 16 septembre 2018 à 09:23 / Répondre

      Il s’agit ici de ce qu’on peut appeler en journalisme un « billet d’humeur », et en franc-maçonnerie libérale une « planche d’humeur » ou d’actualité (à dimension et vocation humaniste).
      Au GODF particulièrement les Frères Maîtres ont la possibilité de proposer à leur vénérable de commencer (ou finir) la tenue par de petites interventions comme celle-ci, dans lesquelles ils évoquent leur ressenti sur un événement ou un fait de société qui les interpelle.
      Ça fait parfois du bien de pouvoir s’exprimer ainsi, librement, devant ses frères et sœurs.

      • 7
        Jean_de_Mazargues 16 septembre 2018 à 18:39 / Répondre

        Rien de maçonnique dans le texte de M. Vesin qui semble ne pas avoir digéré de s’être fait virer de l’église catholique… Cela dit, en effet tout doit pouvoir se publier et … se critiquer … ou pas !
        Frat.

      • 10
        ERGIEF 16 septembre 2018 à 23:32 / Répondre

        Cher Geplu à la lecture de ton commentaire je me félicite de ne pas appartenir à une obédience « libérale ». Ce type de billet d’humeur est antinomique avec l’idée maçonnique. Alors apprendre que les maîtres dans certaines loges pratiquent ce genre de d’intervention me sidère. En revanche dans un cénacle politique ou sur ton blog ça ne me dérange pas mais dans l’espace sacralisé de la loge, diantre…

        • 11
          Géplu 17 septembre 2018 à 08:20 / Répondre

          « antinomique avec l’idée maçonnique », allons bon.
          Il y aurait donc « une » définition et bonne pratique de la franc-maçonnerie ?
          Peux-tu nous préciser quelle est cette « idée » pour toi ?

          • 13
            HRMS 17 septembre 2018 à 11:50 / Répondre

            la FM : pratique pour acquérir une conscience de sa conscience, pour être au monde tel qu’il fonctionne et avoir conscience de ce qui s’en déduit, pour agir en conscience sur la bases d’idéologies qui nous sont propres, accordées à nos serments éthiques lors de nos admissions conscientes en FM… Ce n’est donc pas une sinécure dogmatique et de caporal-chef, que d’acquérir la liberté de la conscience, mais démarche opérative lent,,e longue plutôt douloureuse, en regard des contradictions et conflits rencontrés

          • 16
            Jean_de_Mazargues 17 septembre 2018 à 19:53 / Répondre

            Ni politique, ni religion.

    • 4
      luciole 16 septembre 2018 à 11:56 / Répondre

      Nous ne sommes ici ni en loge ni dans une tenue.Hiram.be est ouvert aux profanes et un(e) FM est aussi citoyen ordinaire.

    • 6
      brubsbeck 16 septembre 2018 à 18:03 / Répondre

      « La vérité vous rendra libre. » – C’est bien la recherche de celle-ci qui fait les utopistes (quand ils ne s’endorment pas). C’est bien ainsi que parle Pascal Vesin, qui a vécu la politique d’une religion. C’est une bonne chose pour les FM que Géplu permette cette publication.
      Je fais parti d’une machine obédientielle régulière, et, véritablement, de la politique religieuse nous en faisons à chaque invocation, à chaque santé.

      • 8
        Désap. 16 septembre 2018 à 20:52 / Répondre

        Et tu as l’air d’en être fier, c’est pathétique.
        Comme le GODF avec la politique, la GLNF profane la Maçonnerie avec la religion.
        Chacun dans votre spécialité vous n’êtes plus rien d’autre qu’une « force » d’appoint, de la Gauche pour l’un et de la Droite pour l’autre, fallait-il le préciser.
        Mais de maçonnique plus rien du tout, à tel point que Macron se déplace pour rencontrer les Catholiques et vous reçoit pour des raisons de pure forme qu’il s’efforce de bien souligner.
        Bref, la franc-maçonnerie française n’a plus rien à dire, elle se consolera en regardant vers sa soeur mondiale qui se réduit comme peau de chagrin parce que les même causes produisent les mêmes effets.

      • 9
        HRMS 16 septembre 2018 à 21:54 / Répondre

        Attention mon F « «La vérité vous rendra libre.», ce n’est pas du St Jean, mais du St Paul, cet hébreux romain apocryphe tombé de cheval et aveuglé, et qui depuis traque les déviants de tout poils (notamment les FF de St Jean), pour les déciller et les engorger de force avec sa VERITE, qui nécessité de les engéoler, des les aliéner, pour qu’ils puissent espérer intérioriser l’illusion de la liberté; bis repetitat, c’est pathétique

        • 15
          luciole 17 septembre 2018 à 18:55 / Répondre

          Des phrases pompeuses de 40 ou 50 mots pour ne rien dire de nouveau ou qui soit dans le sujet!!!
          je voudrais savoir où et quand St Paul a pu rencontrer des FF de St Jean au point de les traquer?

          • 22
            guillaume 19 septembre 2018 à 18:13 / Répondre

            • Comment peut-on encore se référer à des saints comme ce pseudo Saint Paul, qui n’a rien de saint, mais est un personnage exécrable qui a méprisé les femmes, se croyant supérieur par son sexe et ayant produit une prose misogyne exécrable que les curés n’osent plus citer sous peine de poursuites sur base de la 10.5.2007 contre la discrimination entre les hommes et les femmes. La bible AT et NT contiennent la même misogynie et ces livres immoraux, tout comme ces saints immoraux, ont infériorisé la femme avec toutes les conséquences qui en résultent encore aujourd’hui.
            • La prose misogyne de Saint Paul, est abjecte, répugnante et il n’est pas le seul saint misogyne, il en a bien d’autres:
            • « Que les femmes se taisent pendant les assemblées; il ne leur est pas permis d’y parler, elles doivent obtempérer comme le veut la loi. Si elles souhaitent une explication sur quelque point particulier, qu’elles interrogent leur mari chez elles, car il n’est pas convenable à une femme de parler dans une assemblée. » (Paul 1 Cor 14.34-35)
            • « Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de faire la loi à l’homme, qu’elle se tienne tranquille. C’est Adam en effet qui fut formé le premier, Eve ensuite. Et ce n’est pas Adam qui se laissa séduire, mais la femme qui, séduite, a désobéi. » (Paul 1 Tim 2.12-14)
            • « C’est une gloire pour la femme de porter les cheveux longs ;
            la chevelure lui a été donnée en guise de voile. » (Paul, I Co 11.15)
            • « Le chef de tout homme ,c’est le Christ ;le chef de la femme ,c’est l’homme ; le chef du Christ, c’est Dieu. » « « Toute femme qui prie ou prophétise, tête nue fait affront à son chef ; car c’est exactement comme si elle était rasée. » « Si la femme ne porte pas de voile, qu’elle se fasse tondre ! Mais si c’est une honte pour une femme d’être tondue ou rasée qu’elle se voile.

            (Thomas d’Aquin, De Veritate, 5, 9, d, 9)
            • Comment une femme est née pour être une femme
            • À Proprement parler, la femme est un monstre de la nature
            • Dans la procréation, l’homme est actif, la femme est passive
            • La graine mâle contient une force active qui provient de son parent mâle
            • La force active de la graine mâle dérive aussi de la puissance des corps célestes
            • La graine mâle prend sa nourriture de la mère
            • Malgré leur fonction inférieure, les organes sexuels féminin demeureront à la Résurrection (womenpriests.org)
            « S’il n’y avait pas un pouvoir qui voulait que le sexe féminin existe, la naissance d’une femme ne serait rien d’autre qu’un accident comme la naissance des autres monstres.
            • Le genre féminin ne peut représenter le Christ,
            parce que les femmes sont des êtres humains incomplets. » (Thomas d’Aquin, III Supp. 39,1)

            • 24
              HRMS 20 septembre 2018 à 16:09 /

              Mon intervention citant St Paul( ici opposé aux St Jean) qui est connu sous ce pseudo et je n’y peut rien) sous entendait tout ce que vous dites et plus encore et sa vérité était celle des dictatures et de la mort… avec la propagande de l’illusion la résurrection pour les spiritualistes;
              Quoiqu’il en soit pour saisir l’évolution progressive historique anthropologique progressiste des mœurs et de la pensée, l’anachronisme par idéologie n’aide pas à saisir l’œuvre incessante en cours.

  • 1
    brubsbeck 15 septembre 2018 à 09:25 / Répondre

    Oui, sur la montagne, plutôt un berger qu’un vainqueur de sommet. Cependant, souvent, les « utopistes » dont l’on parle ici, se sont endormis à vaincre plutôt qu’à porter l’agneau.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
mattis Lorem elit. justo Sed risus. nec ut accumsan fringilla at