Vilnius

la photo maçonnique du dimanche 16 décembre 2018

Par Géplu dans Photos

C’est Catherine qui nous a envoyé cette photo :

C’est en me promenant à Vilnius en Lituanie que j’ai découvert ce décor architectural sur la façade d’un bâtiment, siège de bureaux d’import/export.
Le bâtiment date vraisemblablement de la fin du XIXeme. Il est étonnant de voir que ces symboles maçonniques n’ont pas été cachés ou détruits durant la période communiste.

Si vous aussi près de chez vous ou en voyage vous remarquez un bâtiment un objet ou une décoration maçonnique ou évoquant la maçonnerie, n’hésitez pas à nous en envoyer des photos avec quelques explications.
Ces « témoignages » plaisent beaucoup aux lecteurs du Blog.

dimanche 16 décembre 2018 10 commentaires
  • 8
    Clem 18 décembre 2018 à 21:49 / Répondre

    selon un spécialiste ….ni FM , ni compagnonage ….plutôt illuminati …….
    rien à faire ici ….

    • 9
      Géplu 19 décembre 2018 à 00:27 / Répondre

      Quel « spécialiste », et qu’est-ce que les « illuminati » viennent encore faire là-dedans ?….
      Tu peux argumenter un peu, Clem ? 🙂

      • 10
        BAUDOIN 19 décembre 2018 à 09:03 / Répondre

        un spécialiste en histoire du compagnonage et de de la franc maçonnerie , je n’en connais qu’un …Jean Michel Mathonière …demande lui son avis sur cette photo et il te donnera la réponse .il a une page Face de book …

  • 6
    Michel 16 décembre 2018 à 21:08 / Répondre

    Cher Joel, ta lithographie est très émouvante par la fraicheur qu’elle dégage. Est-ce une création maçonnique ou une reprise compagnonique ? Un tuilage ou une guilbrède ?
    Pour la photo du jour, ce qui est étrange, c’est ce niveau à l’envers, ce fil à plomb qui pend du compas.
    Après quand on regarde le haut détérioré et l’absence de joints visibles,la voute avec les créneaux, j’ai l’impression d’un moulage en ciment. Surtout que en regardant les fenêtres, le mur n’est pas bien épais pour encastrer une telle moulure en pierre …
    Faut aller voir sur place !

    • 7
      Joël 17 décembre 2018 à 09:58 / Répondre

      Comme je l’ai laissé entendre au post 5, il s’agit de l’illustration des invitations aux tenues de la Loge bruxelloise Aux Vrais Amis de l’Union (années 1780). L’auteur en est Antoine Cardon. Il a gravé de nombreux diplômes et emblèmes destinés à la Franc-maçonnerie.
      Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Cardon
      Cette illustration s’inscrit donc dans un cadre tout à fait maçonnique.

  • 4
    Bilboquet 16 décembre 2018 à 11:05 / Répondre

    ni durant la période nazi …

  • 3
    Joël 16 décembre 2018 à 09:52 / Répondre

    Je peux me tromper mais cela m’a l’air plus ancien que la fin du 19e siècle…

  • 2
    Michel 16 décembre 2018 à 09:33 / Répondre

    Remercions catherine pour cette belle photo.
    On peut dire que les lituaniens en ont bavé depuis 100 ans entre les russes et les allemands.
    Ces symboles ont justement pu être caché, à la chaux, au platre.
    Je vois un compas et un niveau, plutôt qu’une équerre.
    Avec les angelots et la demi-couronne de feuillage, ce serait typiquement compagnonique en France ou en Allemagne…Mais alors en Lituanie…Mystère !

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG 16 décembre 2018 à 04:28 / Répondre

    Effectivement, l’histoire de la Franc-Maçonnerie en Lituanie n’est pas un long fleuve tranquille…
    Les premières Loges furent créées à la fin du XVIIIe siècle. En 1780-1789 et 1812-1822. Quelques-uns des professeurs et d’adjoints de l’université impériale de Vilnius, des ecclésiastiques, des aristocrates, des artistes de Lituanie appartinrent à la célèbre Loge « Gorliwy Litwin ».
    En 1822, par un décret du tsar de Russie Alexandre Ier (1777-1825), la Loge fut fermée, les documents confisqués et évacués à Saint-Pétersbourg, alors capitale impériale et centre culturel de la Russie, et son bien transmis à la société de charité de Vilnius.
    Pour mieux comprendre la renaissance de la Franc-Maçonnerie, une fois l’indépendance de la Lituanie prononcée le 11 mars 1990, je vous conseille de vous reporter à l’excellent ouvrage de Yves Hyvert-Messeca « L’Europe sous l’acacia : Histoire des franc-maçonneries européennes du XVIIIe siècle à nos jours – Le XXIe siècle, Chant du cygne, dilution, nouvelles frontières ou fécondes métamorphoses ? » Tome 4 (DERVY, 2018), qui reçut, en 2016, le Prix spécial du jury de l’Institut Maçonnique de France au Salon Maçonnique du Livre de Paris pour l’ensemble de son œuvre.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
commodo Aenean leo libero pulvinar ipsum Curabitur commodo sem, mattis