tradition amphis

La tradition maçonnique à l’épreuve de sa jeunesse

Par Géplu dans Manifestations

L’association Les Amphis de la vallée du Rhône, organise ce mercredi 23 janvier à 19h à l’hôtel de la GLNF, 140, avenue de L’Industrie à Rillieux-la-Pape, une table ronde inter obédientielle sur le thème La tradition maçonnique à l’épreuve de sa jeunesse. Les interlocuteurs seront :

Marie Thérèse BESSON ancienne Grande Maîtresse de la GLFF,
Jean François DEMULIER Grand Maître Honoris Causa de la GLDF,
Bernard GRANGE Grand Maître adjoint de la GLTSO,
Pierre MOLLIER pour le GODF, conservateur du musée de la franc-maçonnerie,
Bruno PINCHARD Grand Orateur National de la GLNF,
Josiane REYNAUD Conseiller Fédéral de la FFDH.

Au cours de cette soirée seront abordées des questions qui devraient susciter un débat passionnant, et dépoussiérer quelques poncifs et préjugés :

–  Quelles exigences des nouveaux temps modernes et de la jeunesse ? (impératifs familiaux, professionnels, vitesse, efficience, trouver du sens …)
–  La Franc-Maçonnerie est-elle encore capable d’attirer de jeunes postulants en 2019 ?
–  Quelle réflexion est en cours dans les Obédiences ? A-t-on pris conscience de ce phénomène ?
–  La FM 2.0 (ou la maçonnerie face à l’ère électronique)
–  La Maçonnerie doit-elle évoluer dans la société et dans son milieu et que signifie la Tradition ? Quelle différence d’approche face à la jeunesse ?
–  La formation est-elle une garantie de pérennité pour les jeunes maçons ?
–  Y-a-t-il perte d’effectifs ? Quelle réalité sur le terrain ?

La spécificité et les rites de chaque obédience sont définis dans leurs Constitutions respectives. L’histoire de la Franc-Maçonnerie française, longue de trois siècles, a façonné de nombreuses approches différentes, conduisant à un paysage maçonnique contemporain riche d’obédiences féminines, masculines, mixtes. Ce sera l’occasion de les rencontrer.

Téléchargez l’affiche : Les Amphis 23 janvier 19

mercredi 09 janvier 2019 24 commentaires
  • 20
    GranPan 11 janvier 2019 à 22:32 / Répondre

    Je suis jeune maçon dans les deux sens, j’ai 36 ans dans la vie profane et je ne sais qu’épeler.

    Pour ce qui est de mon interprétation d’aréopage , je me réfère à la définition du dictionnaire. ( Assemblée de juges, de savants, d’hommes de lettres très compétents.) et je trouvais que la manière dont était écrit le post de JEAN MABUSE était un peu « moqueur » et « dénigrant » car j’ai l’impression que des jeunes maçons , comprendre 25 ans, ne seraient pas capable de bien faire selon les « vieux ».

    Apres je comprends également l’argument de la stabilité qui arrive chez l’Homme vers 35-40 ans et qui permets de se consacrer de la bonne manière à l’Art Royal.

    Pour ce qui est de l’autre définition d’aréopage, pas besoin d’aller bien loin (malheureusement ? ) pour la trouver. https://www.hiram.be/blog/2007/03/27/areopage/

    • 21
      Désap. 12 janvier 2019 à 00:03 / Répondre

      Il y a une dimension qui disparait au 3eme grade : le temps.
      C’est parce que tu auras fait ton temps dans le temps que tu pourras prétendre avoir 7 ans ET plus et que l’on te recevras comme tel.
      Oublie ton age profane, il est totalement subjectif et d’aucun objet en maçonnerie.
      Raison pour laquelle la question posée par cette association et commentée (en espérant qu’aucune ne cherche à y répondre) par pas moins de six obédiences n’a aucun sens.
      La maçonnerie ne saurait être une quelconque question d’age, c’est uniquement une prédisposition pour les deux premiers grades et une capacité d’écarter toute contingence au troisième, seule possibilité de progression.
      N’écoute jamais ceux qui te donnent des conseils, ce ne seront jamais les payeurs, écoute ceux que te proposent de réfléchir.
      Bien Frat.

    • 22
      lazare-lag 12 janvier 2019 à 05:52 / Répondre

      Malheureusement, oui et non…
      Si ce n’était pas ici que tu l’avais trouvé, tu l’aurais trouvé sans difficulté autrement, ailleurs sur internet bien évidemment, ou en farfouillant parmi les bouquins du rayon Franc-Maçonnerie d’une bonne librairie.
      Mais de même que lire, digérer, comprendre, assimiler tous les bouquins, toutes les revues, écouter toutes les émissions de télé ou de radio sur la F.M. (au hasard s/France Culture tous les dimanches matins à 09h40 in « divers aspects de la pensée contemporaine »)ne livre pas tous les secrets maçonniques,avoir trouver la ou une définition ne fait que poser le sujet. L’exposer est tout autre.
      Comment dire?
      Le profane que tu étais il y a quelques mois encore, voire quelques semaines seulement, devait s’imaginer mille choses sur son initiation, sur ses premiers pas à vivre en Maçonnerie.
      Avoir la définition d’un terme maçonnique, c’est rester à la surface des choses, c’est l’aborder bien superficiellement.
      Lorsque j’étais maître, je ne m’imaginais même pas me projeter au delà, au delà au sens de venant cumuler d’autres expériences maçonniques. Et puis, sans crier gare, sans avoir rien demandé, je me croyais bien trop jeune dans le grade, il m’a été proposé de poursuivre.
      En fait nul ne sert d’ambitionner en la matière, ta volonté ne servant ici qu’à peu de choses. Par contre, l’apprenti que tu es, le compagnon que tu seras un jour, le maître ensuite, seront remarqués, favorablement ou pas.
      Ce n’est pas une question d’âge, c’est seulement une question de travail, autant individuel que collectif; d’esprit et d’équipe, en quelque sorte.
      Vouloir évoluer, vouloir progresser sans travailler, vouloir sans pouvoir, sans s’investir, vouloir juste pour la carte de visite sert ici de peu.
      J’avais 44 ans lors de mon passage sous bandeau.
      J’observe qu’avoir un avis sur une accession jeune en maçonnerie, disons avant 30 ans, peut aussi être influencé par son propre âge d’accès.
      Je voudrais éviter cela, ce n’est pas forcément la bonne focale.
      En vécu, en expérience directe, ce que j’ai pu observer, rarement ces candidatures jeunes ne sont pas si fréquentes, c’est que les jeunes qui viennent à nous sont souvent des fils ou des neveux de Frères.
      A moins de 30 ou 35 ans, quelle est la part d’atavisme, quelle est la part d’influence familiale, quelle est la part environnementale dans ce choix, dans cette démarche?
      En posant la question en négatif, ou en contre-jour, quelle est la part de volonté réelle, de maturité uniquement personnelle? C’est là peut-être, mais je peux également me tromper dans la façon de l’aborder, un des points saillants de la question…
      Car, en fait, la question de maturation dans la démarche de frapper à la porte du temple se pose à tout âge, je crois bien.

      • 23
        GRANPAN 13 janvier 2019 à 23:08 / Répondre

        A lire beaucoup d’entre vous sur ce sujet, je constate que vous êtes tous d’accord pour dire que l’age profane n’a que peu d’importance en Loge et que seul le temps Sacré sert d’échelle au parcours du chemin initiatique qu’est, selon moi, la Maçonnerie spéculative.

        En revanche, point d’atavisme chez moi ou de cooptation. Je suis le seul maçon à ma connaissance dans ma famille proche.Et je ne connaissais aucun maçon « déclaré » avant d’être initié.

        Le destin m’a montré que je côtoyais régulièrement des Frères et c’est en toute humilité que j’ai frappé, seul, à la porte du temple après avoir cherché et trouvé. La suite logique est l’ouverture de la porte.

        Pour terminer avec cette table ronde inter-obédientielle, si vous êtes « tous » d’accord pour dire que ces questions n’ont pas à être traitées car non-avenues. Et j’imagine que vous êtes bien tous plus aptes que moi à juger de cela.

        Pourquoi, alors, certains haut dignitaires de nos obédiences respectives débattent-ils de la question ?

        • 24
          yasfaloth 14 janvier 2019 à 00:39 / Répondre

          Alors juste pour apporter ma pierre, je pense que le « temps profane » a une importance, ne serait ce que par les contingences propres à chaque « âges » de la vie d’adulte, et au contraire je trouve très bien que les obédiences discutent entre elles sur cette question ou sur d’autres, cela permet de se rapprocher collectivement du « centre du cercle ».

  • 17
    Chouilla 10 janvier 2019 à 11:29 / Répondre

    Je ne peux que « plussoyer » a tes propos, même si je ne suis plus très primesautier moi-même …
    Transmettre entre vieux n’a aucun sens. L’avenir appartient à la jeunesse. C’est sur eux qu’il faut investir même si il y a parfois des ratés.
    D’ailleurs, au 18ème, ils n’hésitaient pas à initier dans la vingtaine. Et la FM de cette époque me semble plus prospère et radieuse que celle d’aujourd’hui.
    Parce qu’un « jeune maître » ne peut pas être quelqu’un qui se soucie plus de sa prostate que de l’avenir du genre humain.

  • 15
    Chouilla 10 janvier 2019 à 11:20 / Répondre

    Je suis un ardent partisan de l’initiation de jeunes. Je suis d’ailleurs toujours réticent devant une candidature de qqn. de 60 ans et plus. Plusieurs raisons:
    – Le parcours initiatique nécessite une certaine souplesse d’esprit. Et il n’y a pas que les articulations qui raidissent avec l’âge.
    – Quand un gars commence après 60 ans, le temps qu’il arrive à la maîtrise, il est souvent déjà trop vieux que pour assumer une charge lourde telle M des B ou M des Cer. Dommage.
    – Il ne faut pas se faire d’illusion, plus on vieillit, moins on a d’énergie.
    – On parle de rayonnement de la FM. Quel est le sens d’un rayonnement réservé au 3ème âge?
    – Nous devons transmettre. Bien. Mais si on veut transmettre, c’est il me semble pour la continuité et l’avenir. Et tout le monde sait que l’avenir appartient à la jeunesse.
    – Les loges vieillissent globalement et de façon inquiétante. Pour attirer la jeunesse, il faut initier des jeunes. Qui se ressemble s’assemble.
    – Un jeune c*n plein de f**tre et d’hormones, s’il suit le chemin, a toutes les chances de devenir un vieux sage. Un vieux sage n’a aucune chance de devenir un jeune c*n plein de f**tre et d’hormones. 🙂

    Alors oui, il y aura des ratés et des échecs. Et alors?

    La jeunesse, c’est l’avenir et la vie.

  • 6
    Letram 9 janvier 2019 à 17:48 / Répondre

    L’absence de formation conduit les jeunes initiés à confondre maçonnerie et club service, comme Table ronde, Lion’s club ou autre Rotary
    Les « vieux maçons », souvent dans leurs prétentieux ateliers dits « supérieurs «  ont oublié leur devoir de transmission alors que leur expérience serait formidablement utile.
    En fait , ils s’isolent et sont coupés de la réalité
    Il est plus que temps d’engager une réflexion sur notre avenir, toutes obédiences confondues, sinon le déclin est proche.
    Alors que la maçonnerie est une belle discipline intellectuelle, bien encadrée par de beaux rituels et normalement une grande école de fraternité

    • 9
      Béatrice 9 janvier 2019 à 19:44 / Répondre

      « les » vieux maçons … ont oublié leur devoir de transmission, dis-tu Letram. Pas très gentil cette généralisation. Crois-tu que tous les FF et SS d’un peu d’expérience « snobbent » les jeunes maçons ? Pas chez moi en tout cas.

      • 10
        Letram 9 janvier 2019 à 20:13 / Répondre

        MTCS
        Tu as raison
        Ne généralisons pas ! ;disons « majoritairement »…
        Ce déficit de formation, une certaine course au recrutement , une discrimination par l’argent (capitations élevées,agape, décors,élévations…) constituent globalement les problèmes que nous devons résoudre pour assurer l’avenir
        Nos Conseillers de l’ Ordre en sont ils conscients ?

    • 11
      Brumaire 9 janvier 2019 à 20:15 / Répondre

      Formation est souvent synonyme de conformation, voire de déformation…et les 2nds Surveillants se prennent souvent pour des « je sais tout » et de -mauvais- profs, plutôt que d’être des éveilleurs discrets. Les apprentis ne sont plus des gamins à tancer, mais des adultes qui ont à apprendre. Nous,les plus anciens, nous avons le devoir de montrer, d’informer, de faire essayer, de donner généreusement les outils de la progression personnelle, de la connaissance de leur loge, de leur obédience, de la Règle.
      C’est quoi, Letram, les « prétentieux ateliers dits supérieurs »? Pour moi, qui ces ateliers-là, sont juste ceux d’une progression et de connaissances plus aiguisées sur le rite qu’on pratique, afin de pouvoir aider les jeunes à aimer ce qu’ils font, à échanger, à être curieux, et à y entrer, s’ils le souhaitent.

      • 16
        Chouilla 10 janvier 2019 à 11:22 / Répondre

        Bien d’accord sur le constat des 2nd S.
        Je dois justement constituer une COD et comme on a récemment initié des jeunes (- de 35 ans) et que ça va continuer, je compte choisir un jeune maître qui n’est pas si loin de son initiation que pour avoir oublié ce que c’était d’être jeune initié.

        • 18
          Brumaire 10 janvier 2019 à 19:28 / Répondre

          Le « jeunisme » n’est pas mieux que de ne recruter que des retraités. il faut un mélange de générations dans les loges,les jeunes ont besoin de l’expérience, de la mémoire, de la culture des « vieux », et ces derniers ont besoin des jeunes pour ne pas perdre le fil de la vie normale, active, différente de celle qu’ils ont vécue. Les loges savent très bien faire l’alchimie entre jeunes et vieux,il suffit d’un peu de fraternité, et ça marche très bien.
          Un collège d’officiers doit refléter cette alchimie-là.
          Attention tout de même aux Surveillants sans expérience, et avec une culture maçonnique un peu « juste »…

          • 19
            Chouilla 11 janvier 2019 à 04:58 / Répondre

            D’accord pour le mélange des tranches d’âge. Mais il n’y a pas besoin de recruter des « vieux ». Les jeunes vieilliront bien tous seuls! 🙂

  • 5
    Béatrice 9 janvier 2019 à 17:36 / Répondre

    Souvenons-nous de ce qui est dit pendant la chaîne d’union au Rite Français : … Cette chaîne nous lie dans le temps comme dans l’espace. Elle vient du passé et tend vers l’avenir. Par elle nous sommes rattachés à la lignée de nos ancêtres, nos maîtres vénérés qui la formaient hier … Enrichissons là de nombreux et solides anneaux de pur métal …

    • 7
      lazare-lag 9 janvier 2019 à 18:39 / Répondre

      Pas seulement au Rite Français…

      • 13
        Georges 9 janvier 2019 à 22:13 / Répondre

        Et si on gardait un peu de mystère côté ritu tout en respectant nos engagements au passage ? À moins que tout cela soit considéré comme du folklore.. Quand on me dit que la FM disparaît il m’arrive de penser qu’elle a déjà disparu… Et puis je me reprends !

        • 14
          lazare-lag 9 janvier 2019 à 23:19 / Répondre

          C’est bien la raison pour laquelle, en ce qui me concerne, je ne suis pas davantage explicite et que je vois que j’ai été compris entre les lignes, sans avoir à développer.
          Je n’oublie jamais que si nous sommes ici majoritairement F.M., nous ne sommes exhaustivement pas entre nous.
          Mais peut-être ai-je été trop subtil pour le coup…

  • 4
    LIONEL MAINE 9 janvier 2019 à 17:06 / Répondre

    Jeanne CALMENT, cent un ans de Franc-Maçonnerie ; info ou intox ?

    • 8
      lazare-lag 9 janvier 2019 à 18:42 / Répondre

      Devant pareille interrogation on n’en « maine » pas large…

  • 1
    Jean Mabuse 9 janvier 2019 à 07:07 / Répondre

    Un aeropage de jeunes

    • 2
      yasfaloth 9 janvier 2019 à 12:50 / Répondre

      aREOpage !
      🙂

      Sinon c’est la marotte actuelle dans mon obédience, et j’y crois très moyennement, pratiquer la maçonnerie de façon suivie et « sérieuse » demande une certaine stabilité géographique, matérielle et émotionnelle et une « maturité » que peu de personnes ont en dessous de 35-40 ans !

    • 3
      GranPan 9 janvier 2019 à 15:35 / Répondre

      Bonjour,

      Moi même jeune maçon comparé à la moyenne nationale, j’ai peur de mal saisir votre commentaire.
      La jeunesse est-elle un défaut ?

      La Franc Maconnerie se meurt à petit feu selon moi. Je trouve tout a fait bien que certains jeunes décident de visualiser le futur ensemble.

      Car quand tous les « Anciens » auront rejoint l’Éternel Orient. Ce sera à nous, jeunes, de transmettre nos Rites et Rituels en Loge.

      Cordialement.

      • 12
        lazare-lag 9 janvier 2019 à 21:49 / Répondre

        Si tu es jeune maçon, au sens d’apprenti voire compagnon, il est vraisemblable que la notion, au sens maçonnique, d’aréopage, comme celle de conseil philosophique ne te soit pas connue. Ce n’est pas trop ici l’endroit de l’évoquer.
        Un site n’est pas un temple.
        De vieux maçons de ta loge, au sens qui ont bien roulé leur bosse maçonnique pourraient, éventuellement, t’en dire plus.
        Il est donc normal que tu saisisses avec difficulté le commentaire n°1, souvent en maçonnerie on a le sentiment que quelque chose nous échappe, même après plusieurs années.
        D’ailleurs c’est quand on croit avoir tout saisi, qu’il faut s’inquiéter de sa place en Franc-Maçonnerie.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
sit Curabitur justo ut Praesent neque. elit. libero ultricies eget