comment les FM chiffraient

L’alphabet maçonnique : trop simple ?

Par Géplu dans Dans la presse

Le site Futura Sciences vient de consacrer un article à ce que beaucoup appellent tout simplement « l’alphabet maçonnique » et dont le vrai nom est le « Code pigpen ». Un éminent scientifique, Hervé Lehning, normalien et agrégé de mathématiques le trouve trop simple. Il est vrai qu’il ne s’agit pas d’un code militaire secret défense, et que nos frères du XVIIIe siècle qui l’ont inventé n’ont pas cherché de complication. Wikipédia le définit comme suit : « Le chiffre des francs-maçons, aussi appelé chiffre pigpen, ou chiffre du parc à cochons, est un chiffrement élémentaire par substitution simple qui s’appuie sur une construction géométrique mnémotechnique. »

Sa grille de chiffrage/déchiffrage est effectivement on ne peut plus simple et très facile à utiliser :

L’auteur termine son article en expliquant comment déchiffrer un message utilisant ce type de code sans en avoir la clé, ce qui n’est effectivement pas difficile.

Evidemment le code pigpen n’est plus utilisé aujourd’hui à des fins de transmission de messages secrets. L’a-t-il d’ailleurs jamais sérieusement été ? Il n’est plus que folklorique, mais étant très graphique il est très « décoratif » et agréable à regarder et même s’il n’a plus rien de secret, il participe encore aujourd’hui pleinement à la légende de secret qui entoure la franc-maçonnerie. Personnellement j’aime bien de temps en temps m’amuser à l’utiliser. 🙂

Signalons enfin pour ceux qui seraient intéressé qu’Hiram.be a consacré en avril 2015 un article à ces alphabets, et que l’on peut télécharger des polices maçonniques utilisant ce code « pigpen » adapté aux claviers français (AZERTY) chez notre ami Daxad : www.daxad.be (la plupart de celles qui circulent sont en QWERTY).

mercredi 23 janvier 2019 5 commentaires
  • 4
    Tournesol 19 février 2019 à 14:28 / Répondre

    Est-il faible ou fragile?
    🙂

    • 5
      DaXaD 19 février 2019 à 15:31 / Répondre

      Le terme exact est « faible » car ils fonctionnent tous fondamentalement sur la base de la transposition, même celui qu’on estime le plus compliquer : le Copiale.
      Mais ils intriguent et demandent un effort pour les déchiffrer. Finalement à l’image de la FM : pas compliquée mais nécessite au moins un légère opiniâtreté.

  • 3
    Jean-Pierre Savelli de Guido 27 janvier 2019 à 15:16 / Répondre

    Trop facile, il y a d’autres alphabets maçonniques bien plus ardu.

  • 2
    Claude de NardI 24 janvier 2019 à 17:07 / Répondre

    Homère. Claude de Nardi.C

    Cet alphabet nous fut présenté en 1948 en classe de cinquième dans un séminaire de Redemptoristes par un professeur qui nous dèmontrait par là ce qu’était la Franc-maçonnerie secrète. Nous l’utilisâmes longtemps entre nous par amusement. Il était tel que présenté ici…je ne l’avais jamais revu tel quel depuis…

  • 1
    Joël 23 janvier 2019 à 14:10 / Répondre

    Personne ne semble avoir fait le rapport entre « pigpen » et « Big Ben » !

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
leo. sit fringilla Nullam nunc diam Aenean risus