Pelican Castres

Les trésors du musée de Castres

Par Géplu dans Divers

Le musée Goya de Castres organise jusqu’au 3 février, il faut se dépêcher, une exposition de quelques uns de ses trésors. Notamment quelques toiles et gravures de Goya, mais aussi quelques pièces, tel ce splendide Pélican nourrissant ses petits de sa chair, qui rappellera quelque chose aux Frères et Sœurs pratiquant les hauts grades maçonniques. Encore une preuve de la richesse et de l’ambivalence de symboles que l’on retrouve aussi bien utilisés par l’Eglise catholique que par la franc-maçonnerie.

A l’occasion de la célébration du tricentenaire de la Cathédrale Saint-Benoît, le musée Goya met en valeur près de 45 pièces issues du trésor de celle-ci. Parmi elles se trouvent un splendide dais en bois et tissu, des sculptures, des chandeliers, un encensoir et une lampe sanctuaire en argent, accompagnés d’un ensemble exceptionnels de vêtements brodés, chasubles, dalmatiques, chapes. Cette exposition est l’occasion de mettre en évidence la richesse et la rareté de ce fonds dont certaines pièces datent XVIIIème siècle.

Exposition « Trésors de la cathédrale de Castres » au musée Goya, musée d’art hispanique, rue de l’Hôtel de Ville, Castres, jusqu’au 3 février 2019. Tous renseignements : mairie@ville-castres.fr

vendredi 01 février 2019 Pas de commentaires

Étiquettes : ,

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
ipsum dictum libero leo mattis commodo venenatis,