chevaliere Nvelle Caledonie

une belle histoire maçonnique

Par Géplu dans Dans la presse

C’est le journal Les Nouvelles calédoniennes qui nous raconte cette histoire.

Le 23 juillet 1944, Roger Fleury avait récupéré dans les débris d’un avion de la RAF abattu par les allemands sur la montagne de Graffigny en Haute-Marne une chevalière décorée de l’équerre et du compas. Après la guerre Roger fait des recherches pour essayer de savoir à qui appartenait la bague. Il finit par déduire qu’elle devait appartenir à un membre néo-zélandais de l’équipage, mais son nom restait un mystère.

A sa mort son fils Roland qui habite aujourd’hui à Nouméa en Nouvelle-Calédonie a hérité de la bague. Il l’a rangé et oublié dans un tiroir. Un soir à la télévision il voit un reportage sur la guerre et cela lui rappelle cette chevalière oubliée. Il se rapproche alors du consulat de Nouvelle-Zélande, qui ne mettra que quelques semaines à résoudre l’énigme. L’aviateur inconnu était le lieutenant Leonard Kilgour. Soixante-quinze après le crash de l’avion, la chevalière maçonnique du lieutenant Kilgour a pu être restituée à ses héritiers…

dimanche 24 février 2019 8 commentaires
  • 7
    Eusèbe Vrayt 3 mars 2019 à 12:54 / Répondre

    Cette belle histoire de fraternité humaine est illustrée par une belle photo. Simple curiosité : j’aimerais savoir s’il s’agit de la bague originale ou d’une photo « prétexte ». Merci

    • 8
      Youssouf Diallo 3 mars 2019 à 15:41 / Répondre

      Cher VRAYT
      Nous espérons que les frères ferons tout pour que la bague se retrouve exposée au musée de la maçonnerie à Paris, là on saura la vérité.
      Je suis d’accord avec vous.
      Render à César ce qui appartient à Pompéi!

  • 5
    Chris Christine 24 février 2019 à 17:41 / Répondre

    Pour répondre à votre question.. musée de la franc maçonnerie à Paris !

    • 6
      Youssouf Diallo 24 février 2019 à 19:08 / Répondre

      Merci Chris
      Je ne savais pas. Je à Munich.
      J’espère que l’idée n’est pas mauvaise. Il faut acheter la chevalière et la placer au musée à Paris.

  • 4
    Youssouf Diallo 24 février 2019 à 14:46 / Répondre

    La chevalière, là elle est, avec le temps elle va disparaitre. Si il y avait un musée de la Franc maçonnerie, cette chevalière aurait plus beaucoup de valeur, et une vie pour l’éternité. Elle témoignerait combien des Maçons ont sacrifié leur vie pour la liberté, la paix et pour la dignité humaine.
    Y aurait il un musée maçonnique?

  • 3
    Chicon 24 février 2019 à 10:21 / Répondre

    Le souvenir des tuės pendant la premiere guerre mondiale est encore bien vif dans les cimetieres britaniques de France.
    On retrouve encore des dėpouilles enterrees alors avec les autres, avec tous les honneurs un siecle apres.
    Dans un cimetiere de le banlieue de Londres je suis allė a l’inauguration d’une tombe de guerre abandonnee puis remise en etat neuf par des benevoles un siecle plus tard
    La chevaliere trouvėe et rendue au bout du monde est bien dans le respect britannique vis a vis des sacrifiės de la derniere guerre mondiale. Bravo les français.

  • 2
    Bilboquet 24 février 2019 à 10:07 / Répondre

    Magnifique histoire

  • 1
    zormeliw 24 février 2019 à 09:41 / Répondre

    C’est simplement touchant et émouvant .

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
dolor pulvinar ut leo libero dolor. diam consequat. libero. felis Aenean