la GLFF

La Grande Loge Féminine de France, sentinelle des droits des femmes

Par Géplu dans Divers

Un communiqué de la Grande Loge Féminine de France

Ce mardi 23 avril l’ONU a voté une résolution pour combattre le viol comme arme de guerre, en la vidant de sa substance. En effet les États Unis, la Chine et la Russie se sont liguées pour faire régresser les droits des femmes d’une façon inadmissible, en expurgeant les mentions liées aux droits sexuels et reproductifs notamment l’accès à l’avortement.

La Grande Loge Féminine de France se joint à la consternation de l’Ambassadeur de France auprès du Conseil de Sécurité devant l’incapacité de l’ONU à reconnaître l’horreur des violences sexuelles dont sont victimes les femmes et les filles en zone de guerre.

Rejeter la protection que la communauté internationale doit aux victimes de viol en leur interdisant d’interrompre leur grossesse au nom d’un infléchissement idéologique est plus qu’inquiétant pour la liberté et le respect des femmes dans le monde.

La vigilance et la solidarité de ceux qui combattent pour les droits humains est plus que jamais nécessaire. Ces droits reculent, même dans les grandes démocraties quand le pouvoir religieux augmente son emprise et porte atteinte à la santé sexuelle et reproductive des femmes tout en se rendant complice de l’impunité de leurs bourreaux.

Paris, le 25 avril 2019

vendredi 26 avril 2019 3 commentaires

Étiquettes : , , ,

  • 3
    Didine Frandy 28 avril 2019 à 12:54 / Répondre

    Quelle rapidité, alors que ce communiqué n’est pas encore sur le site de la GLFF… Bravo !
    En fait, j’avais voulu le trouver pour savoir si le titre était de leur cru.
    Ceci car je crois que la défense des droits des femmes ne peut aboutir qu’avec l’aide des hommes.
    Cela a été le cas du DH avec Georges Martin et consorts.
    Donc, je dirais qu’à ce titre, le DH est la sentinelle des droits des femmes » car nous avons toujours voulu l’égalité des droits, et sans l’aide des hommes, ce n’est guère possible :-).

  • 2
    Joaben21 26 avril 2019 à 15:09 / Répondre

    C’est pas tout à fait ça…
    Les États-unis ont vidé le texte de sa substance. Devant le débat généré, la Russie et la Chine ont proposé un nouveau texte « de compromis », qui n’a finalement même pas été soumis au vote.
    Le vote a porté sur le texte version USA (donc vidé de sa substance). La Russie et la Chine se sont abstenues, tous les autres ont voté pour le texte vidé, dont la France…
    Ce sont donc les États-unis, la France et les 11 autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU qui se sont ligués pour faire régresser le texte, pas la Chine, ni la Russie…

  • 1
    Gerard NOET 26 avril 2019 à 11:55 / Répondre

    Le Quai d’Orsay a été moins regardant sur l’utilisation de l’armée française en Côte d’Ivoire lors de la crise post électorale (Sarkozy Président, Jupé, ALLIOT-Marie, Longuet ministres …). Le Quai d’Orsay reste silencieux sur l’application de la charia dans le sultanat de Brunei et sur les 37 exécutions récentes des chiites en Arabie Saoudite.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
felis amet, Praesent vulputate, Praesent dolor. dapibus consectetur nec vel,