Pierre-Marie Adam
Pierre-Marie Adam, Grand-Maître de la Grande Loge de France

Pierre-Marie Adam réélu GM de la GLDF

Par Géplu dans Divers

À l’occasion de son Convent, les députés des 927 Loges de la Grande Loge de France ont confirmé à une très large majorité (93 %) Pierre-Marie Adam pour une deuxième année à la présidence de l’obédience.

« Fort de son premier mandat et de l’appui de son Conseil Fédéral, Pierre-Marie Adam poursuit la mise en œuvre de son programme qui l’avait porté à la Grande Maîtrise en juin 2018. Il entend ainsi garder le cap sur les trois piliers fondamentaux : gouvernance, initiatique et ouverture qui sont au cœur de son projet de développement pour l’Obédience et qui ont déjà permis d’engager de nombreux chantiers au cours de l’année.

Sensible à l’incendie qui a touché Notre Dame de Paris, le Grand Maître a lancé un appel aux dons auprès des Frères de la Grande Loge de France, par le biais du Fonds de dotation « Fraternité et Humanisme » pour aider au financement de la reconstruction de cet édifice remarquable, qui sera reversé à la Fondation de France. Pierre-Marie Adam souhaite, en outre, renforcer les actions de solidarité vers le monde profane et les Frères de l’Obédience grâce à ce Fonds de dotation qui apporte déjà son soutien à des jeunes en difficulté.

Les jeunes, avec lesquels les Frères de la Grande Loge de France aiment échanger, partager les valeurs de la Franc-maçonnerie et expliquer le sens de la démarche initiatique, sont nombreux à participer aux événements de l’Obédience et un « pôle jeunesse » sera bientôt créé. Comme l’un de ses prédécesseurs, l’Ancien Grand Maître Pierre Simon, pour qui les « Loges doivent devenir un laboratoire d’idées », Pierre-Marie Adam s’inscrit dans cette continuité avec la volonté de dynamiser les différentes Commissions de l’Obédience et de s’ouvrir aux enjeux contemporains. « Penser clair, parler vrai, agir juste », c’est dans cet esprit que le Grand Maître a rencontré pendant sa première mandature les différents responsables des pouvoirs publics et institutionnels avec lesquels, il a évoqué de nombreux sujets d’actualité et fait acte de présence, notamment lors de la signature de « l’Appel de Beauvau » au ministère de l’Intérieur.

Enfin, Pierre-Marie Adam a la volonté de pérenniser le renforcement des relations avec les Obédiences Françaises et étrangères, au-delà des spécificités de chacun et de poursuivre une politique d’ouverture avec les Obédiences de Tradition à l’international. »

dimanche 16 juin 2019 42 commentaires
  • 37
    Désap. 19 juin 2019 à 13:30 / Répondre

    36 – Prudence tout de même, le fait d’initier à tour de bras puis voir de nombreuses démissions dans les 5 à 10 ans est extrêmement pervers, ceci ne peut que nuire à l’image de la franc-maçonnerie.
    Il est tout à fait nécessaire d’y réfléchir et non de rester sur son piédestal à toiser tous ceux qui soulèvent ce qui est un sérieux problème.
    Et déjà cesser cette course à l’initiation et ces conférences publicitaires sans autre signification du style « être franc-maçon au XXIè sc. ».
    Si cela avait échappé à certains d’entre nous, être franc-maçon au XXIè sc. est tout à fait égal à être franc-maçon au XVIIIè sc, et c’est bien ça que viennent chercher ceux que l’on nomme « les jeunes » et que l’on ne se trouve plus capable de leur offrir parce qu’on croit devoir « faire jeune ».
    Les « jeunes » viennent nous voir pour se mettre en présence de l’authentique dont la société civile d’aujourd’hui est de plus en plus dépourvue.
    Le seul autre domaine qui serait susceptible de leur offrir cette authenticité sont les religions, mais celle-ci sont incompétentes tant leur passif est lourd et totalement incapables qu’elles sont de comprendre la notion de liberté.
    Toutes ces critiques qui s’expriment peuvent être prises pour des attaques, mais alors on se demande bien ce qui a été compris du parcours maçonnique.

    • 38
      FOURRAS 19 juin 2019 à 14:02 / Répondre

      Très exactement mon Frère, on fait très vite l’amalgame entre modernité et les jeunes. Nos jeunes maîtres ou non (ce n’est pas l’apanage des MM que de vouloir s’adonner à une spiritualité réelle et initiatique) qui veulent suivre une voie initiatique « authentique » doivent être encouragés et non pas démotivés par ceux qui ont un cruel besoin de faire rentrer le profane dans l’espace sacré (entendez « automatismes, problèmes psychiques, mésententes…). La transmission de ces valeurs initiatiques ne dépend pas d’une époque et la Franc-Maçonnerie n’est que la forme contemporaine de cette transmission (s’il y a encore une vraie transmission…). C’est notre devoir d' »ancien » que de transmettre au mieux le message (je n’aime pas la formule qui n’a aucune valeur initiatique) et nous n’avons pas le droit, peu importe le grade, la fonction exercée, d’être un obstacle à la réalisation des jeunes frères, Apprenti, Compagnon ou Maître.
      Si une loge voit ses jeunes se démotiver ou partir, c’est que cette loge est malade et que la transmission ne s’effectue pas dans des conditions initiatiques. Les plus âgés d’entre nous ne sommes pas éternels dans ce bas-monde et il nous faut garantir la relève de ce Devoir.
      De mon expérience personnelle, je constate que même un « ancien » peut apprendre d’un jeune et pour vous dire, j’ai beaucoup appris avec des jeunes frères qui avaient des perspectives différentes de la mienne et ceci, même sur un rituel que je pratiquai depuis plus de vingt années ! C’est un bonheur d’avoir des jeunes qui s’impliquent dans la réalisation de la voie initiatique et cela me navre qu’une poignée de « vieux » les décourage.
      Je ne crois pas, bien évidemment, que cela ne touche que la GLDF, mais cette question mérite effectivement d’être relevée par toutes les obédiences.

      • 39
        Désap. 20 juin 2019 à 10:42 / Répondre

        38 – Piètre disciple, qui ne surpasse pas son maître ! disait Léonard de Vinci.
        Ceci est une nécessité de manière à assurer une juste transmission, devoir premier du maçon, et l’approfondissement des principes, chacun impératif à la compréhension de l’Art.
        Partant, toute espèce de revendication d’un rang quelconque et dont on ne sait quel sentiment de supériorité sont définitivement ineptes et voués à la condamnation pour dévoyer les principes maçonniques.
        La vie civile n’est faite que de compétition et autre mesure des uns par rapport aux autres.
        Nous venons en loge précisément pour dépasser toute forme de contingence que nous nommons « métaux ».
        Nous venons apprendre l’équivalence parfaite des six directions de l’espace et l’exacte égalité de leur valeur propre.
        Si l’on comprend bien l’Art, pour paraphraser ce Très Cher Anderson, ramené à la vie civile, toute forme de différence appliquée à ce qui ne peut faire l’objet d’un choix sera compris comme le caractère propre de l’erreur.
        C’est ainsi que se fonde le principe de responsabilité qui fait civilisation.
        Il est dès lors inutile de travailler en loge sur des problèmes sociaux ou sociétaux particuliers, ce principe les englobant tous de ses conséquences et solutions.
        Faisons de la maçonnerie en loge et ne faisons que cela, parce que nous n’y venons que pour cela (et non pour se glorifier d’un savoir ou se prévaloir d’une qualité dont nous nous flatterions), de manière à ce que la nature humaine ne se différencie pas seulement de l’animalité par la maitrise matérielle et l’accumulation de ses biens incapables de nous repaître et acquis par des manœuvres subtiles, mais qu’elle soit facteur de dépassement des intérêts particuliers de chacun (qui ne sauraient l’être d’aucune sorte) et acquérir l’intelligence prenant ainsi toute l’exactitude de sa signification.
        Frat.

  • 33
    Mai 68 19 juin 2019 à 04:01 / Répondre

    On s’éloigne du débat originel pour aborder une question vitale pour une obédience: celle du recrutement ( vilain mot mais y en a t’il un autre aussi précis ? ).
    La question est bien : que viennent chercher les jeunes initié(e)s (en considérant leur âge maçonnique) ?
    Chaque obédience a une spécificité dont le (ou la) profane devrait idéalement être informé(e) lors de sa demande. Encore faut il que cette spécificité soit effective …
    Pour ma part, membre du GODF, l’aspect sociétal de certaines questions abordées me semble primordial.

  • 19
    luciole 17 juin 2019 à 11:29 / Répondre

    Géplu nous permet de défendre ici à Yasfaloth et moi la constitution et le mode de travail de la GLdF (qu’il en soit remercié). Cela ne signifie pas que nous soyons les seuls, même si peut-être les plus tétus, à souhaiter que demeure une Grande Loge française à ne pas plier à la tendance uniformatrice de la pensée que certains veulent nous imposer.
    Par définition on ne peut être trahis que par les siens.

    • 25
      Picoloo 18 juin 2019 à 09:08 / Répondre

      Certes certes…
      Mais peut-être devriez-vous vous intéresser un peu plus à un phénomène qui prend de l’ampleur à la GLDF….. la démission des jeunes Maîtres !

      • 27
        yasfaloth 18 juin 2019 à 09:27 / Répondre

        Je peux t’assurer que cela fait l’objet d’une intense réflexion en ce moment, et ce n’est d’ailleurs pas vraiment les plus « jeunes » maitres qui posent problème… phénomène à relativiser quand même car à côté de cela il y a beaucoup d’initiations dont l’âge moyen a fortement décru…

      • 28
        luciole 18 juin 2019 à 09:39 / Répondre

        Comme partout,mais nous y sommes sensibles et si vous avez de bonnes solutions nous sommes tout disposés à les lire.D’avance merci.

      • 29
        Désap. 18 juin 2019 à 09:41 / Répondre

        25 – hmmm, si tu attends de l’objectivité de la part des maçons, compte tes doigts d’une main.
        L’objectif unique de la maçonnerie est pourtant d’atteindre le centre, mais il faut bien reconnaitre que la périphérie est tellement confortable …
        Il y a également des maîtres de 27 ans qui s’en vont, lassés des convenances, d’une fraternité envisagée exclusivement au travers du prisme exotérique et judéo-chrétien, parfaitement inopérante d’un point de vue maçonnique.
        Bref, on finit par s’emm… , sauf à éprouver le besoin de faire partie d’un groupe, d’une élite te diront les plus prétentieux, je pouffe 🙂 🙂

        • 32
          Soleil 18 juin 2019 à 13:26 / Répondre

          Je confirme ton commentaire DESAP. Nous initions des jeunes et nous avons une responsabilité envers eux. Dans notre égocentrisme, nous n’avons pas pris en compte la « psychologie générationnelle » et les jeunes n’ont pas les mêmes attentes que nous. La génération d’après-guerre entend avoir les responsabilités de direction, mais la génération Y est celle de la qualité de vie, du sens de la vie, et rejette l’autoritarisme. Il peut donc y avoir un conflit psychologique et nous les étouffons avec nos inclinations profanes qui finit par les emmerder et qui les incitent à nous quitter. Un jeune frère, très prometteur, que j’ai parrainé, nous a récemment quitté car il a conclu à un gouffre entre les principes de l’initiation et la réalité de ce qui se passe en loge qui restait bien trop exotérique. Nous devrions nous inspirer de ces jeunes frères qui, sincères dans leur démarche, aspirent à un idéal mais malheureusement, nous sommes trop formatés pour nous remettre en question… La franc-maçonnerie gagnerait à leur donner plus de place.

          • 34
            FOURRAS 19 juin 2019 à 09:03 / Répondre

            Apport très pertinent SOLEIL, que je souscris entièrement. C’est une réalité qu’il y a des FF qui, à l’appui de leur longue expérience dans une loge, s’autoqualifient « légataires » de l’esprit de leur loge et de « gardiens » de l’orthodoxie maçonnique et qui, en vérité, ont perdu le fil d’ariane depuis bien longtemps. Devenus hermétiques à toute remise en question malgré les observations pertinentes que leur renvoient les plus jeunes (qui n’ont sans doute pas les mêmes inspirations), ces anciens sont tombés dans le piège de leur rite et ils renvoient une image qui n’est pas celle attendue par nos jeunes FF. Préciser dans l’allocution que la voie du rite tend à devenir plus sage, je comprends que les jeunes s’interrogent du paradoxe auquel ils sont confrontés quand les anciens pétris d’égo, se prennent pour des professeurs de loi ou procureurs d’un Ordre dont ils n’ont même pas compris la valeur symbolique.
            La voie est magnifique mais nous avons besoin des jeunes pour les décennies à venir.

          • 35
            Désap. 19 juin 2019 à 09:37 / Répondre

            32 – d’autant qu’il n’y a pas d’autorité conférée en maçonnerie, il n’y a d’autorité que reconnue, à tous les grades, incluses les positions de VM et celles de tous les officiers qui, ne l’oublions pas, qualifient la tenue d’un office et rien d’autre, c’est à dire l’exécution et la responsabilité d’un devoir vis à vis des frères et de la loge, devoir qui se nomme prospérité.
            Nous accueillons des jeunes bien souvent tenant des fonctions majeures dans leur vie professionnelle, ils ne viennent se soumettre qu’aux principes de l’initiation et non à celles de personnages venus forcer une respectabilité qui leur fait défaut par ailleurs.
            Cette espèce d’esprit religieux qui imprime la franc-maçonnerie spiritualiste depuis une quinzaine d’années mène à une sorte d’orgueil des grades et fonctions pareil aux églises, cela même que le maçon vient fuir en loge ; cet esprit, castrateur au sens propre, empêche toute possibilité de dépasser le cadre temporel ; en cela il trahit le tableau de loge qui ne saurait se réduire à l’espace délimité par la houppe qui l’entoure et donc à l’autorité de ses officiers, mais est un voyage à l’intérieur de ses symboles, chemin qui mène vers l’infini, propre du dépassement du réel pour atteindre …, c’est tout l’objet du travail.

          • 36
            luciole 19 juin 2019 à 09:56 / Répondre

            Ce ne sont pas les départs de jeunes qui posent le plus de problèmes mais bien ceux de maitres ayant entre 5 et 10 ans de présence.
            Cette permanence de démagogie vis à vis des « jeunes » me gonfle je l’avoue sincerement,inversement il y a aussi chez certains un réflexes anti-jeune tout aussi navrant.Ce ne devrait pas être un critère déterminant pour une réception.
            Quant à se flageller « eux ils savent, ils sont des exemples ,ils doivent nous inspirer » et autres fadaises….

      • 30
        yasfaloth 18 juin 2019 à 11:01 / Répondre

        Je constate que dans mon coin une proportion relativement énorme de départs de maitres « chevronnés » est constituée de Frères qui nous avaient rejoins lors de l’explosion de la GLNF il y a quelques années et qui y avaient été initiés… Et dans mon atelier on n’a jamais eu autant d’Apprentis, avec une moyenne d’âge autour de 40 ans !

        • 31
          Désap. 18 juin 2019 à 11:39 / Répondre

          30 – L a GLDF a les moyens de ringardiser une GLNF qui le mérite amplement tant son orientation religieuse est contre-maçonnique.
          Ce n’est pas l’esprit de compétition qui me fait dire ça, c’est un devoir vis à vis de la maçonnerie tellement le religieux est étouffant et appauvrit la matière.
          Il faut, pour cela, abandonner résolument ce comportement supérieur que l’expression de ses membres reflète trop souvent ; et comme ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et inversement, tout est dit.

          • 40
            yasfaloth 20 juin 2019 à 13:35 / Répondre

            Je ne vis pas mon appartenance au REAA comme une opportunité de « ringardiser » quiconque : chacun sa voie en son âme et conscience.
            .
            A titre tout à fait personnel, et en considérant ma modeste expérience, je pense qu’il nous faut surtout rester nous mêmes.
            .
            Nos particularités, même incomprises, même décriées par certains étant nos plus grandes forces.
            .
            Le REAA du couple GLDF-SCDF propose une voie initiatique matérialisée par une progression en 33 degrés, le grade de Maitre s’il matérialise l’acquisition de la plénitude des « droits maçonniques » en loge symbolique n’est absolument pas une fin en soi dans notre « système », je dirais même que c’est là que tout commence ! Personnellement je n’ai aucun scrupule à dire à nos apprentis ou aux profanes qui veulent entrer qu’ils s’engagent sur une progression en 33 degrés…
            .
            Cette légende que « tout se trouve dans les loges bleues » étant une foutaise, même si cela peut être effectivement vrai vu d’un trente-troisième ! Mal conseillé, je l’ai pourtant longtemps cru… et j’ai perdu beaucoup de temps…
            .
            Je pense aussi que le caractère mono-genre de l’obédience est en train de se muer en atout car, paradoxalement, c’est le moyen pour les Frères de s’affranchir en Loge de la tyrannie d’un complexe de « masculinité » que la vie profane actuelle attise en permanence, et là aussi le « retour » des « jeunes » est très positifs, les « militants » ne venant naturellement pas chez nous.

            • 41
              Désap. 20 juin 2019 à 18:45 /

              40 – « mon appartenance au REAA » (??) et le reste à l’avenant.
              C’est surréaliste.
              C’est faire du rite et de sa GL une fin en eux-mêmes quand ils ne sont et ne peuvent qu’être l’outils et le lieu permettant l’accès à la maçonnerie.
              La cathédrale n’est que la résultante du métier, sans métier il n’y a pas de cathédrale ; la cathédrale prise pour elle-même est un orgueil.
              Le sens, la direction, l’ordre des choses, ces principes sont pourtant bien élémentaires.
              Il s’agirait de travailler le grade de maitre avant de s’engager dans les degrés, ceci de manière à éviter tout endoctrinement. C’est, par ailleurs, emblématique de l’aberration de la théorie de l’emprunt, faisant du rituel un objet de sociabilité qui débouche sur des considérations sans contenance initiatique et déconnectées de toute finalité autre qu’égocentrique.
              C’est l’initiation au REAA qu’il faudrait rechercher ? N’est-ce pas plutôt l’initiation à la maçonnerie par l’intermédiaire du rite, n’importe lequel soit-il ?
              Il n’est pas certain qu’au 33è on acquiert le bon discernement, il en revanche certain que l’on acquiert un sentiment d’autorité …

            • 42
              Yasfaloth 20 juin 2019 à 23:01 /

              Je parle juste de ce dont il me semble que je peux parler, et le sujet du fil c’est la GLDF, et donc le REAA !
              .
              Tu remarqueras que je ne suis pas intervenus sur les fils « égyptiens » par exemple 🙂
              .
              Ah oui, et… scoop… je ne suis pas 33ème, mais je connais un peu quelques uns d’entre eux, et je gage que tu serais surpris si tu les rencontrais !

  • 10
    avalante 16 juin 2019 à 22:47 / Répondre

    je suis une soeur de la GLFF et j’avoue ne pas bien comprendre quel problème cela peut vous poser de recevoir des femmes
    nous le faisons très régulièrement en recevant des hommes sans que cela n’affecte nos travaux
    et en plus vous ne nous considérez pas comme des maçonnes
    laissez ses métaux à la porte de temple tous ses métaux
    la présence d’un frère ne nous dérange pas même si je suis contente d’être dans une obédience féminine pourquoi cela serait différent pour vous

    • 12
      Yasfaloth 16 juin 2019 à 23:42 / Répondre

      Ma TCS pour te répondre permet moi de reproduire ici intégralement l’article 5 de nos Règlements Généraux :
      .
      Article 5
      « La Grande Loge de France, du fait de son attachement aux Ordres initiatiques
      traditionnels, ne peut être composée que de loges admettant exclusivement en leur
      sein des francs-maçons de sexe masculin.
      Cette règle, considérée dans le respect d’une franc-maçonnerie féminine
      fonctionnant de façon parallèle, ne comporte aucun aspect discriminatoire. »

      • 15
        yasfaloth 17 juin 2019 à 09:05 / Répondre

        Pour être précis il s’agit de l’article 5 des Statuts de l’association GLDF que l’on trouve dans le chapitre I : But et composition de l’association.

        • 17
          Libre penseur 17 juin 2019 à 09:49 / Répondre

          Je me suis amusé à taper yasfaloth sur le moteur de recherche Google : Whaou!!! Il Il a un à vis sur tout celui-ci. Qu’est ce que c’est pénible d’avoir des commentaires d’une poignée d’internautes qui fantasment la FM et qui oublient de la vivre dans tous les domaines de leur vie. Je connais les textes qui régissent l’obédience. La question est une évolution des agissements en cessant de discriminer les sœurs. Arrêter de s’accrocher à des textes dépassés. La FM doit évoluer et non se complaire dans un sectarisme d’un autre temps. Dire que la position de la GLDF n’est pas discriminatoire est simplement inadmissible. Mais il est vrai que le papier ne refuse pas l’encre!

          • 18
            yasfaloth 17 juin 2019 à 10:30 / Répondre

            Étrange… on ne doit pas avoir le même Google !) … et la petite page de résultats sur « Yasfaloth » comporte une majorité de posts anciens qui datent de l’époque de la CMF où j’étais effectivement beaucoup plus présent.
            .
            Quand à ce qui est de « vivre » ma FM, tu ne connais rien de moi… sauf bien sûr que je contrarie ici tes petites obsessions récurrentes… au moins, pour ce qui me concerne, je suis très fier et très heureux de maçonner dans cette magnifique et très riche sur le plan humain, obédience, qu’est la GLDF et je n’ai pas tellement envie de la voir partir à vau l’eau !

  • 9
    Libre penseur 16 juin 2019 à 22:33 / Répondre

    Il faudrait que le conseil fédéral arrête de penser à la place des loges. En donnant la possibilité aux loges qui le désirent de recevoir les sœurs pendant leurs travaux réguliers cela permettrait de responsabiliser les loges plutôt que d’utiliser l’interdit comme outil de gestion de l’obédience.

    • 11
      Yasfaloth 16 juin 2019 à 23:39 / Répondre

      Cela prouve bien que tu ne sais pas ce dont tu parles (ou que tu es un affabulateur).
      .
      Même s’il le voulait le conseil fédéral ne pourrait pas donner ce « droit » aux loges, car pur cela il faudrait modifier nos Règlements Généraux notamment pour tout ce qui concerne les « visiteurs » où seul le terme Frère est employé sans ambigüité aucune, ainsi, éventuellement, que l’article 5.
      .
      Or la modification des RG requiert un vote du convent.

      • 13
        Libre penseur 17 juin 2019 à 03:01 / Répondre

        Le CF pourrait très bien proposer au convent un changement des RG comme cela est fait que trop souvent. En fait si volonté d’ouverture il y avait cela ne poserait aucun problème. Mais les CF appartiennent tous au SCF lequel espère toujours obtenir un jour la reconnaissance des anglais. Cette vision des choses ne grandit pas l’obédience.

        • 16
          yasfaloth 17 juin 2019 à 09:36 / Répondre

          Si cela ne devrait poser aucun pb, il te « suffit » de réunir une soixantaine de loge sur cette proposition ou d’obtenir un vote positif à ton CR, pas besoin du CF ! Et ensuite, bien entendu d’obtenir un vote favorable du convent !
          .
          Sauf que, comme le dit Luciole, une immense majorité des Frères se trouvent très bien de la situation actuelle, et même si, en leur fort intérieurs certains souhaiteraient peut être pouvoir recevoir des sœurs dans des situations bien précises et limitées, comme cela se passe, par exemple, à la GLTSO, des manipulations régulières comme celle que tu t’es permise (et c’est moi qui cherche la polémique !)sur le post N° 1 de ce fil, l’espèce de harcèlement moral que l’on subit sur ce sujet de la part d’une bien-pensance qui ignore à peut près tout de la façon dont nous travaillons en tenue, et, pour finir, l’exemple du GODF devenu mixte sur un prétexte invraisemblable (Olivia) alors que TOUTES les consultations de loges sur ce sujet avaient été négatives, n’incitent vraiment pas à mettre le doigt dans ce qui apparait à beaucoup comme un engrenage.
          .
          Pour ce qui concerne les espérances des membres du SCDF auxquels à ma connaissance n’appartient aucun membre du CF (ils appartiennent seulement pour la plupart, mais pas forcément tous, à la Juridiction), je suppose que tu les fréquente assidument pour être aussi affirmatif ?

      • 14
        Libre penseur 17 juin 2019 à 03:21 / Répondre

        Elle est née d’une scission de la Grande Loge nationale française (GLNF) et comptait 5 000 membres en mai 2012. Elle avait notamment pour but de restaurer le lien avec les loges régulières, notamment la Grande Loge unie d’Angleterre (GLUA) après que 34 grandes loges étrangères aient pris la décision de suspendre leur « reconnaissance » à la GLNF en 2011 et 2012. Cependant le 11 juin 2014, la Grande Loge unie d’Angleterre annonce la restitution de sa reconnaissance à la GLNF.
        Au 31 décembre 2015, la GL-AMF compte 14 857 Frères dans 747 Loges .
        Elle signe des accords ou traités d’amitié permettant notamment les inter-visites avec la Grande Loge de France, la Grande Loge écossaise réformée et rectifiée d’Occitanie (GLERRO) et la Grande Loge traditionnelle et symbolique Opéra.
        En octobre 2016, le grand-maître présidant à l’obédience annonce sa démission à la suite de difficultés pour mettre en œuvre les décisions du congrès et en invoquant l’obstruction d’une juridiction de hauts grades à sa gestion.
        Cette obédience a été créée dans la précipitation, suite au retrait de la reconnaissance de la GLNF par la GLUA (Londres).
        Cette obédience n’a plus aucune raison d’être et les frères auraient dû réintégrer laGLNF. Mais non histoire de positionner une obédience française si Londres venait à changer d’avis concernant la GLNF. Clairement ce « montage » opportuniste prouve que la maçonnerie française de tradition cherche une légitimité par la reconnaissance des anglais qui ne pratiquent pas la même maçonnerie que nous. À remarquer encore le rôle perturbateur du SC dans la gestion ce être obédience pourtant très récente. Et la GLDF qui passe un traite d’amitié avec elle. Histoire d’entretenir de bonnes relations diplomatiques.

  • 8
    Libre penseur 16 juin 2019 à 22:24 / Répondre

    Mais quelle estime de toi tu as mon frère! Oui la probabilité d’une ouverture en direction des sœurs est très faible surtout pour une obédience qui a voulu remplacer la GLNF sur le territoire national en voulant même modifier sa constitution pour être dans les diktats de Londres. C’était hier en décembre 2013.

  • 2
    Mai 68 16 juin 2019 à 11:22 / Répondre

    Il me semble pourtant avoir lu que la GLDF abriterait 3 transgenres qui ne seraient donc pas considéré(e)s comme des visiteuses mais alors comme des FF? Est ce vrai ?

    • 3
      Libre penseur 16 juin 2019 à 16:20 / Répondre

      Il doit s’agir des frères qui sont devenus des sœurs. Je sais que cela avait posé problème. La GLDF voulant les exclure, les frères transgenres ont préféré quitter l’obédience. Contrairement au frère transgenre du GODF qui se proposait voici quelques années de porter l’affaire devant les tribunaux de la république. Du coup comme par magie, il était possible d’initier des femmes et par voie de conséquence d’accepter une transgenre sur les colonnes des loges qui le souhaitaient. En acceptant l’intervisite et en faisant une exception à la mixité pour les transgenres, la GLDF s’inscrirait dans l’air du temps et ferait vraiment preuve d’ouverture.

      • 20
        luciole 17 juin 2019 à 11:49 / Répondre

        S’il s’agit de deux ou trois personnes,la vie des 34000 autres n’en sera pas transformée mais si l’on veut de la cohérence, des hommes qui ont décidé de devenir des femmes (et c’est tout à fait un choix respectable) n’ont pas à s’étonner ni à se plaindre d’être considérés comme telles.
        @ Avalante.Nous considérons les femmes comme tout à fait initiables et FM si elles le souhaitent ,nous voulons simplement rester entre hommes,c’est tout.
        Comme un fumeur pourrait souhaiter passer ses soirées avec d’autres fumeurs par exemple.(Je suis non-fumeur).

      • 21
        L 17 juin 2019 à 18:38 / Répondre

        Le plus bel honneur et le plus profond respect que l’on doit à un homme qui a souhaité devenir une femme est de le considérer comme tel. Tout choix s’assume et l’on ne peut pas avoir demandé la lumière et refuser la clarté.

        • 22
          Désap. 17 juin 2019 à 21:33 / Répondre

          Et lui, lorsqu’il était lui, a-t-il demandé l’avis de ses enfants avant de les mettre dans une situation totalement incompréhensible pour eux et inexplicable à leurs copains d’école ?
          Un égoïsme pour un autre …
          sauf que du point de vue des enfants c’est d’une violence inouïe.

          • 23
            luciole 17 juin 2019 à 23:27 / Répondre

            Peut-être l’a t’il fait et cela fait partie de sa vie privée qui ne nous regarde absolument pas.Un divorce est tout aussi pénible.

            A L. Ton propos n’est pas clair.Le considérer comme tel ou telle? et pourquoi doit il en avoir un honneur particulier? C’est un choix qui comme la religion par exemple reste personnel.

            • 26
              Désap. 18 juin 2019 à 09:10 /

              23 – divorce tout aussi pénible ? Quelle audace.
              Le changement de sexe remet en cause des fondamentaux dont la philosophie est inaccessible aux enfants, c’est pour eux une perte radicale de repères qui mène à une souffrance profonde, c’est une violence pure et un égocentrisme abject.
              Bizarre cette mentalité chrétienne qui n’a de respect pour les enfants et les femmes que le minimum de manière à éviter d’être qualifié de barbare, et pourtant …
              24 – Quelle excellence dans le propos, lequel je suis fondamentalement d’accord.

          • 24
            L 17 juin 2019 à 23:46 / Répondre

            Désap :
            En te lisant, je me rends compte que mon message peut être compris dans un sens que je ne souhaitais pas lui donner. Je voulais simplement dire qu’on ne peut pas devenir une femme tout en continuant à vouloir être considéré comme un homme. A un certain moment, il faut quand même assumer ses choix (la clarté dont je parle) et arrêter de faire chier le monde.
            Si un homme devient une femme, qu’il soit femme jusqu’au bout, avec toutes les conséquences que son nouveau sexe impose, notamment dans le cadre d’une loge exclusivement masculine. Point barre.
            L’un des problèmes de notre époque, c’est le subjectivisme à outrance où les points de vue (très) particuliers, voire même tout à fait délirants, devraient s’imposer à tous au nom de la liberté de chacun. Jean-Claude Michéa l’explique très bien dans son ouvrage “Le Loup dans la Bergerie“ : les valeurs communes volent en éclats sous les coups de boutoirs de l’individualisme forcené, véritable gangrène des sociétés occidentales encouragée par l’idéologie ultra-libérale. Les questions que tu poses sont donc tout à fait légitimes et pertinentes, mais ne trouveront malheureusement aucun écho chez nos belles âmes “humanistes“ et “progressistes“ pour qui nous ne sommes probablement que des rétrogrades, sinon des fascistes. C’est vrai quoi, s’interroger sur les conséquences de ses actes, c’est tellement liberticide ! 😉
            Frt

  • 1
    Libre penseur 16 juin 2019 à 11:00 / Répondre

    Député de la Grande Loge de France, j’ai participé à ce convent. Réélu à une très large majorité, le grand maitre à réaffirmer sa volonté d’ouverture en direction des obédiences étrangères de tradition qui ne peut être que saluée. L’année dernière lors du précédent convent, je demandais à celui qui n’était encore que candidat à la grande maitrise s’il comptait permettre aux loges qui le désirent de recevoir les sœurs pendant leurs travaux. Il m’avait dit que c’était envisageable mais que cela demanderait du temps. Je lui rétorquais que cela faisait plus de 40 ans que j’entendais la même réponse des membres du conseil fédéral. Je lui demandais s’il était envisageable de voir mon vœu exaucé d’ici la fin de ses trois années de grande maîtrise. Sa réponse polie fut « c’est possible » tranchant avec les prises de positions très peu fraternelles de ses prédécesseurs. En effet, entendre de la part de dignitaires de l’obédience (la plupart âgés de la soixantaine bien entamée) que la présence des sœurs perturberait nos travaux me laisse songeur. Je pense tout particulièrement aux soeurs de la Grande Loge Féminine de France qui m’accueillent depuis 40 ans pour participer à leurs travaux. Seules 3 loges parisiennes refusent ma présence du fait de la non réciprocité des droits de visite. Ne serait-il pas temps que les loges puissent enfin décider si oui ou non elles acceptent la présence des sœurs pendant leurs travaux? Je précise que mon propos ne concerne que la possibilité de recevoir des sœurs pendant nos travaux. La question de la mixité n’a rien à voir avec le droit de l’intervisite.

    • 4
      yasfaloth 16 juin 2019 à 18:14 / Répondre

      Je trouve moyennement loyal de rapporter sur un blog ouvert à tous des propos manifestement privés (et invérifiables), qui auraient été tenus il y a un an si j’ai bien compris, par un dignitaire fut il GM et qui ne concernent que les frères de la GLDF. Si je comprends bien mon TCF tu veux rappeler ici publiquement ce que tu as considéré comme une promesse qu’un candidat t’aurait faite… le procédé est assez désagréable…

      • 6
        Libre penseur 16 juin 2019 à 20:18 / Répondre

        Comme d’habitude tu cherches la polémique partout. C’est désagréable. Il ne s’agit aucunement d’une promesse juste d’une possibilité évoquée. Comment faire pour ne plus lire tes commentaires pénibles.

    • 5
      luciole 16 juin 2019 à 19:40 / Répondre

      Si recevoir des soeurs pendant les travaux n’est pas de (l’inter)-visite c’est ergoter sur les termes, ne manque que la réciprocité.
      Perso et je crois la majorité des ff de la GLdF veulent que les choses restent en l’état.
      Je regrette que la GLFF admette les visites de Frères,justement au nom de l’égalité.
      Par contre je pense qu’une fois ou deux par an, il y ait une tenue commune sur un sujet proposé aux deux obédiences pourquoi pas.
      Mais je reste partisan du monogenre en temps ordinaire.

      • 7
        yasfaloth 16 juin 2019 à 20:38 / Répondre

        De toute façon si « Libre Penseur » est effectivement député il sait comment se passent les choses à la GLDF et il sait que ce genre de décisions ne relèvent pas de la gouvernance mais d’un vote du convent. Rien ne l’empêche en tant que député de présenter une motion dans ce sens au CR…
        .
        Mais notre frère doit très bien savoir aussi que dans le climat actuel une telle motion n’a que très peu de chance d’aboutir, d’où ces tentatives pas très fraternelles (de mon point vue) de mettre le débat sur la place publique, en invoquant des propos invérifiables, et en appelant (pourquoi pas) à l’aide les ayatollah (ou les ayatollehttes) de la mixité !
        .
        Ce dont ne se rend peut être pas compte Libre Penseur c’est à quel point son « procédé » est contre-productif dans l’optique d’une évolution dans le sens qu’il souhaite de nos règlements généraux…

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
dapibus dolor leo eleifend Nullam ultricies pulvinar ante. amet, dolor.