Le Blog Maçonnique Hiram.be est en vacances

Rendez-vous le dimanche 18 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important, on réveillerait tout de même le blog avec un petit article,

et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes vous bien abonné ?)

.

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : 12 650 articles y sont stockés !

IIIe conf internat FM
Durant l'intervention d'Andrew Prescott

Bilan de la IIIe Conférence Internationale d’Histoire de la Franc-maçonnerie

Par Pierre Mollier dans Manifestations

Quel bilan tirer de la IIIe Conférence Internationale d’Histoire de la Franc-maçonnerie qui s’est tenue à la Bibliothèque nationale du 13 au 15 juin ?

Dans sa brillante introduction, Andrew Prescott ne s’est pas contenté de rappeler les termes des controverses historiques du « tricentenaire » à propos de la création de la Première Grande Loge en 1717… ou 1721. À Paris, il a voulu se mettre sous le patronage du grand historien français Marc Bloch. Il nous a ainsi proposé d’appliquer les analyses avancées par Marc Bloch dans son essai Apologie pour l’histoire ou métier d’historien au cas de l’apparition de la franc-maçonnerie. Comme beaucoup de phénomènes sociaux, l’apparition de la franc-maçonnerie spéculative est un phénomène qui s’inscrit dans une durée et est le résultat de mutations diverses, qui plus est, en différents lieux. Il est donc un peu illusoire de chercher le moment et le lieu précis de « la création de la franc-maçonnerie ». Pourquoi 1717 à Londres et pas en 1641 avec l’initiation de Robert Moray ou en 1663 à York où se tint une assemblée générale des Freemasons dont plusieurs n’étaient pas du métier… À cette illusoire quête du Graal de la vraie création de la franc-maçonnerie, l’historien doit substituer l’étude attentive des facteurs sociaux, idéologiques et politiques des évolutions qui ont amené à la formation progressive des Loges spéculative modernes. De même, il a invité les chercheurs à aller au-delà du discours officiel des institutions maçonniques pour les remettre dans leur contexte. Ainsi, aussi différents soient-ils en apparence, la Grande Loge Unie d’Angleterre et le Grand Orient de France remplissent finalement la même fonction dans les sociétés de leurs temps. À la fin du XIXe siècle, « Great Queen Street » conforte les valeurs de la société victorienne quand la « rue Cadet » promeut les principes de la IIIe République émergente. Dans les deux cas l’obédience institutionnelle est un des piliers du régime et de l’idéologie nationale.

Dans une autre perspective, les différentes tables rondes autour de l’écossisme ont bien montré combien l’histoire du Rite Écossais Ancien et Accepté peut bénéficier d’une collaboration entre historiens français et américains. Ses sources sont incontestablement françaises, mais la période américaine – de Saint-Domingue aux États-Unis en passant par la Jamaïque – a beaucoup contribué à sa physionomie actuelle. Alors que les liens entre la franc-maçonnerie et le Fouriérisme sont connus, Aymeric Le Delliou a, dans une étude très novatrice, montré les nombreuses connexions qui ont aussi existé avec les Saint-Simoniens. Utilisant les méthodes de l’analyse littéraire, le travail de Samuel Macaigne sur l’Ordre du Temple de Fabré-Palaprat a montré combien il est une manifestation maçonnique du « romantisme » qui s’annonce à partir de 1820.

On ne peut bien sûr rendre compte des 34 communications qui ont été présentées en deux jours… et manifestement appréciées des 250 auditeurs – de douze nationalités – qui ont participé a cette belle rencontre autour de l’histoire de la franc-maçonnerie dans le cadre prestigieux de la BnF.

mardi 18 juin 2019 6 commentaires
  • 6
    Bonnin 23 juin 2019 à 10:52 / Répondre

    Merci pour toutes ces infos tres precieuses.

  • 4
    Pierre Mollier 18 juin 2019 à 15:49 / Répondre

    Les vidéos des conférences seront mises sur le site de PSO d’ici une dizaine de jours.
    http://www.ipsonet.org/conferences/ritualconference-main/wcffh19prelim
    Plusieurs communications seront publiées dans leur version anglaise dans notre revue « Ritual, Secrecy and Civil Society » et en version française dans « Renaissance Traditionnelle » ou « Les Chroniques d’Histoire Maçonnique ».
    http://www.ipsonet.org/publications/open-access/ritual-secrecy-and-civil-society

    • 5
      MB 20 juin 2019 à 00:30 / Répondre

      Merci pour ces informations !

  • 3
    Paul John Rich 18 juin 2019 à 09:34 / Répondre

    All the world conferences are published and offered on video. Pierre can provide the sites.

  • 1
    MB 18 juin 2019 à 01:22 / Répondre

    Bonjour,
    Une publication d’actes est-elle prévue ?

    • 2
      Géplu 18 juin 2019 à 09:13 / Répondre

      Un résumé rapide a été réalisé par Pierre Mollier ce matin, mais je ne sais si la publication des actes complets est prévue. Pierre nous éclairera peut-être.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
pulvinar odio id sit Donec Donec libero quis diam