Le Blog Maçonnique Hiram.be est en vacances

Rendez-vous le dimanche 18 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important, on réveillerait tout de même le blog avec un petit article,

et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes vous bien abonné ?)

.

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : 12 650 articles y sont stockés !

Fraternels destins

Fraternels destins

Par Jean Mabuse dans Edition

Fraternels destins
des Rossignol à Vierzon – le combat de Jules de Jean-Jacques Rossignol

Jean-Jacques Rossignol est issu d’une famille de Vierzon dans la Cher. C’est en faisant des recherches sur celle-ci qu’il a découvert la vie très particulière de son trisaïeul, Jules né en 1850. Son ancêtre fut tout d’abord ouvrier porcelainier puis commerçant de vins et primeurs à Vierzon et eut une activité politique et syndicale importante.

En effet, Jules Rossignol a été l’animateur du Comité Révolutionnaire Central (CRC) du théoricien de la Commune de Paris et grand militant socialiste Edouard Vaillant (lui-même originaire de Vierzon.) Les vaillantistes, organisés dans le Comité Révolutionnaire Central fondé en 1881 par des blanquistes, figurent dans les structures d’incubation du syndicalisme. Leurs prises de position sont largement en adéquation avec le socle de valeurs qu’élaborent les militants ouvriers.

On assiste à la montée d’un mouvement ouvrier socialiste, aux réunions publiques, aux grèves qui mènent parfois en prison et à la structuration du courant d’Édouard Vaillant qui selon les historiens reste une des personnalités les plus importantes du socialisme français avec Jaurés et Guesde. Le tournant des XIXe-XXe siècles est décisif dans le processus de maturation du mouvement ouvrier. D’abord, les conflits du travail et l’idée de grève générale montent en puissance. Ensuite, les syndicats cherchent à réduire leur émiettement en créant la CGT en 1895. Enfin, les écoles socialistes résorbent non sans mal leurs divisions et s’unifient en 1905 dans la SFIO. Dans ce contexte, Vaillant et ses proches dont Jules Rossignol, occupent une place déterminante à maints égards. Plongés tant dans l’univers du socialisme que dans celui du syndicalisme, ils sont à la charnière entre ces deux champs qui, à la Belle Époque, tendent à s’inscrire dans une démarche plus concurrentielle que complémentaire.

Cette caractéristique singulière semble puiser dans la « doctrine blanquiste des deux voies vers le socialisme – les syndicats opérant indépendamment des partis socialistes, mais non (espérait-on) en opposition avec eux – qui lui permit de jouer un rôle crucial dans le mouvement syndical (…) Le parti de Vaillant était la seule des factions socialistes de l’époque à adopter cette ligne » .  À cela s’ajoute l’approche vaillantiste de « l’action totale » qui permet d’éviter l’écueil de subordonner une forme d’organisation à une autre, ou une modalité d’action à une autre.

Au fil des pages du roman, on découvre aussi l’existence d’une autre organisation importante mais plus discrète dans la vie de Jules et des militants vaillantistes. Une fraternité de personnes choisies veillent avec bienveillance pour que les militants ouvriers n’aient pas trop à pâtir de la répression antisyndicale et antisocialiste. Cette fraternité dont le nom n’est jamais donné a pour devise liberté, égalité, fraternité et comporte en son sein des membres venant de tous les horizons. On arrive cependant à les reconnaître car ils se donnent une triple accolade et s’apostrophent en se donnant le titre de frères. Ils sont toujours là autour d’Edouard Vaillant et organisent la logistique de ses déplacements ainsi que la collecte de fonds pour financer les activités syndicales et politiques. Cette fraternité se veut humaniste et les patrons qui en sont membres protègent les militants ouvriers. Elle est hiérarchisée car il y a parfois des princes… Rose Croix qui participent à ses banquets et font l’objet d’une certaine révérence. Les mystères de cette fraternité si agissante n’est pas sans susciter des craintes chez certains militants ouvriers. Les décisions du Comité Central Révolutionnaire ne se prendrait-elle pas dans les loges de la fraternité ?

L’auteur fait un véritable travail d’historien. C’est plus de 700 documents qui ont été consultés par Jean-Jacques Rossignol pour reconstituer par un roman narratif à la première personne, la vie militante de Jules. Le lecteur suit donc ses actions, ses rencontres, ses doutes, ses craintes, les joies et les douleurs de ses combats de 1846 à 1917. On comprend que sans l’irrigation de la fraternité dans la société, les revendications et combats ouvriers auraient été plus compliqués à faire avancer.

La vie de Jules nous démontre que l’articulation du travail philosophique de la fraternité et du combat socialiste et syndical est efficace pour faire progresser la société. Plus de 100 ans après sa mort, Jules Rossignol est un exemple pour les franc-maçons et les militants (vraiment) socialistes d’aujourd’hui !

_______________________________
Fraternels destins – Des Rossignol à Vierzon – Le Combat de Jules
par Jean-Jacques Rossignol. Aux Éditions Valmont, chez leslibraires.fr, ou de préférence dans la libraire indépendante la plus proche de votre domicile. ISBN : 979-10-97090-11

mardi 02 juillet 2019 1 commentaire
  • 1
    hector 2 juillet 2019 à 10:42 / Répondre

    Chante !
    Rossignol chante !
    toi qui a le cœur gai ….

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
consequat. Donec commodo at ultricies Praesent ipsum vel, felis justo quis